Archives par étiquette : rôle

Le rôle de la fondation George Soros au sein des institutions européennes

La fondation "Open Society" vient de recevoir de George Soros un don de 18 milliards de dollars.

L'expression de "Open Society" s'oppose aux sociétés dites "fermées", c'est-à-dire pour Soros, toutes sociétés qui adoptent des politiques qui ne sont pas de son goût :

Unknown-3"Ainsi M. Soros taxe-t-il de "fermées" les sociétés occidentales car elles sont, selon lui, par trop "inégalitaires" et pas assez "redistributrices" des richesses. Que l'heureux propriétaire d'une fortune de plusieurs dizaines de milliards de dollars, bâtie sur la spéculation non seulement boursière, mais purement monétaire, déplore les inégalités, peut faire sourire. Surtout, c'est un jugement qui méconnaît le fait que jamais, dans l'histoire occidentale, les classes moyennes n'ont été aussi taxées et imposées, de mille manières, qu'elles ne le sont aujourd'hui.

Rappelons que jusqu'il y a un siècle, le taux de taxation considéré comme normal, en Occident, était de l'ordre de 10%. Il est de nos jours quatre à cinq fois plus élevé. Certes, de par leur mobilité géographique et juridique, les Soros de notre monde échappent souvent à ces taux confiscatoires. Mais frapper davantage encore les classes moyennes ne rendra pas nos sociétés moins inégalitaires. Surtout, vouloir socialiser et collectiviser toujours davantage aboutit à l'exacte négation de la société ouverte selon Popper, celle dans laquelle les individus conservent la maîtrise de leur destin en dehors des désirs et de la toute-puissance de l'Etat.

Autre exemple : l'immigration. M. Soros considère qu'il est souhaitable que l'Europe et les Etats-Unis accueillent chaque année un

Lire la suite de l'article

Le gouvernement a son rôle à jouer par la politique fiscale et les pouvoirs donnés au maire

Robert Ménard explique les leviers qu’il active pour redynamiser le centre-ville : moratoire sur les grandes surfaces à la périphérie, embellissement, attractivité, etc.

Lire la suite de l'article

Le patron de Frontex accuse les ONG de tenir le rôle de passeurs pour les “migrants”

Eh oui, l'idéologie est bien présente chez ses humanitaires du dimanche : 

"L’accusation a été formulée hier par le patron de Frontex, la mission européenne en charge de la surveillance des frontières extérieures de l’Union. Selon le responsable de cette mission, Fabrice Leggeri, 40 % des secours sont apportés par des bateaux privés et non par des navires l’agence européenne. Les ONG opéreraient en outre de plus en plus prés des côtes libyennes et coopèrent mal avec les gardes-frontières (…)

Ce n’est pas la première fois que le patron de Frontex critique l’action des ONG en Méditerranée. En décembre, Médecin sans Frontières lui avait déjà répondu que l’action humanitaire n‘était pas la cause, mais une réponse à la crise des migrants, rappelant l‘échec de l’Union européenne à réduire le nombre de morts en mer".
 

Lire la suite de l'article

LREM à l’Assemblée jouera aussi le rôle de l’opposition

Il fallait y penser. C'était ainsi dans les républiques soviétiques à l'époque de l'URSS :

"(…) Du débat, des désaccords, oui, mais pas besoin des autres pour ça. Voilà le message que Mounir Mahjoubi ne cache pas : "Le contre-pouvoir existera" car "ce qui a fait La République en marche, c'est ce débat interne". Sans nier l'existence d'une réelle opposition au groupe LREM (mais qui ne pourra mathématiquement pas bloquer quoi que ce soit), le secrétaire d'Etat oppose plutôt les pouvoirs exécutif et législatif.

Et "l'opposition" LREM est déjà à pied d'oeuvre. Sylvain Maillard, élu député LREM dès le premier tour, assure qu'il votera les "six chantiers du 'contrat avec la Nation'" d'Emmanuel Macron, puis qu'après ça, il sera un "député libre". Même son de cloche pour Laeticia Avia, candidate arrivée largement en tête dans la 8e circonscription de Paris. Cette dernière assure qu'elle et d'autres députés LREM vont "challenger le gouvernement".

Après, on peut toujours parler d'introduire une dose de proportionnelle, mais franchement, quand on a la majorité et l'opposition dans un même groupe politique au Palais Bourbon, à quoi bon ?"

Lire la suite de l'article

Les Maghrébins en France vont jouer à l’horizon 2030 le rôle des Mexicains aux Etats-Unis,

La natalité en France a baissé de 2,4 % en 2015 en France selon une étude de l’Insee publiée jeudi 29 septembre. Analyse de Laurent Chalard sur Atlantico :

B907cf3d92743757fb8f52f6f3c3c4Depuis 2011, alors que les naissances d'enfants issus de deux parents nés en France diminuent (de 580 756 en 2011 à 535 302 en 2015, soit une baisse de 7,8%), celles d'enfants dont l'un ou les deux parents sont nés à l'étranger sont en hausse de 6,07%. Quels enseignements peut-on tirer de ces tendances quant au visage de la France de demain ? 

"Ces évolutions récentes de la natalité, consécutives de la poursuite d’une immigration à un niveau élevé ces dernières années alors que la population née en France vieillit sensiblement, confirment que le renforcement du caractère multiculturel de la France est inscrit dans sa démographie. En effet, qu’on s’en réjouisse ou non, la France des années 2030 sera une France à la population bigarrée, ressemblant de plus en plus aux Etats-Unis, à la différence que les principales communautés ethniques ne seront pas tout à fait les mêmes.

D’une certaine manière, les Maghrébins en France joueront le rôle des Mexicains aux Etats-Unis, constituant une minorité ethnique importante sur laquelle il faudra compter, alors que les personnes originaires d’Afrique subsaharienne pourraient conduire à l’émergence d’un communautarisme "noir" comme en Amérique" (…)

Néanmoins, si l'on fait remonter la comparaison temporelle plus loin, on remarque que le pourcentage d'enfants nés de deux parents nés en France était de 69% en 1985, soit un niveau comparable à celui de l'année 2015

Lire la suite de l'article

“Courageous” : un film sur le rôle des pères de famille

7162b6_41f2d9980faa4415826620fbbae0bf62A voir en famille avec vos adolescents. Il date de 2011 mais constitue un excellent film chrétien sur le rôle des pères :

"Adam Mitchell, Nathan Hayes et leurs collègues sont des policiers confiants et concentrés. Ils sont toujours prêts au pire. Pourtant, quand ils enlèvent leurs badges à la fin de la journée, ils font face à un défi qu'aucun d'entre eux n'est vraiment prêt à aborder: la paternité. Alors qu'ils donnent toujours le meilleur d'eux-mêmes au travail, ce n'est pas toujours le cas dans leur famille. Puis ils découvrent qu'il leur manque quelque chose. Ils savent que Dieu désire tourner les cœurs des pères vers leurs enfants, mais leurs enfants commencent à dériver de plus en plus loin d'eux. Lorsque la tragédie frappe à la maison, ces hommes se retrouvent aux prises avec leurs espoirs, leurs craintes et leur foi"

A voir ici en français (partie 1 et partie 2).

Lire la suite de l'article

“Nous ne pouvons pas faire de signalements, ce n’est pas notre rôle”

A Saint-Etienne, ville très islamisée, les musulmans ne signaleront pas ceux qu'ils soupçonnent de se "radicaliser". Ils les laisseront donc monter des attentats et tuer des Français, bien qu'eux-mêmes soient des "modérés". Qui ne dit mot consent, il s'agit là de complicité.

13882369_581598205355162_2592290896161673840_n

Lire la suite de l'article

“Le rôle essentiel du renseignement d’Etat”

Une émission TVLibertés :

Maître Olivier de Maison Rouge est spécialisé en droit de l’intelligence économique. Il est l’auteur de deux ouvrages de référence sur le renseignement d’Etat.

 

Olivier de Maison Rouge a écrit Le droit de l'intelligence économique : Patrimoine informationnel et secrets d'affaires (2012) et Le droit du renseignement : renseignement d'Etat, renseignement économique (2016).

Lire la suite de l'article

Islam : Mahomet n’eut jamais qu’un rôle mineur

Le Père Gallez, auteur d'une thèse sur les origines de l’islam, est interrogé dans La Nef. Extrait :

FIC121009HAB33"[L]e messianisme politico-religieux qui le caractérise remonte à une secte originellement formée de juifs ex-chrétiens qui ont connu au moins un des apôtres et qui n’ont plus accepté la révélation que ceux-ci répandaient. La question sous-jacente était celle du Royaume de Dieu que Jésus n’a pas pu établir, vu que les chefs du Temple, autour de la famille d’Anne et Caïphe, l’ont fait arrêter et crucifier. Mais Dieu n’a pas pu abandonner son messie : Il l’a enlevé au Ciel en attendant les conditions propices de sa redescente, conditions que cette secte a rêvé de réaliser. Le premier projet politico-religieux universel ou « messianisme » était né, et il a donné naissance à beaucoup d’autres qui, aussi divers soient-ils, prétendront tous instaurer la société idéale sur la terre – jusqu’aux totalitarismes du XXe siècle.

La transmission de ce messianisme aux Arabes ne fut pas une simple contagion religieuse mais le résultat d’un endoctrinement commencé à la fin du VIe siècle – dans la génération avant Mahomet – par les descendants mêmes de cette première secte messianiste, qu’il convient d’appeler « judéo-nazaréenne ». Mahomet n’eut jamais qu’un rôle mineur, à la suite d’un certain Waraqa, comme principal propagandiste auprès des Arabes (chrétiens). Deux sources contemporaines témoignent d’ailleurs de l’essentiel de son message : la redescente imminente de Jésus sur terre. D’où le titre de Le messie et son prophète pour la thèse universitaire, qui est en fait une

Lire la suite de l'article

Le Synode sur la famille : l’occasion providentielle pour remettre en valeur du rôle du mariage et de la famille dans les fondements de l’Eglise et de la société

Voici l'homélie prononcée par l'abbé Alexis Garnier, aumônier général de l'association Notre-Dame de Chrétienté, en l'église Sainte-Odile à Paris, le jeudi de la Fête-Dieu, 26 mai.

Connaissez-vous
une nation,
un peuple,
dont les dieux se soient approchés
comme notre Dieu s’approche de nous ?
 

Capture d’écran 2016-06-01 à 22.09.48Au Nom du Père, et du Fils, et du Saint Esprit, ainsi soit-il,

Bien chers confrères prêtres, Bien chers amis,

C’est la question posée par Saint Thomas d’Aquin, dans l’Office de la Fête Dieu.

Effectivement, Dieu s’approche au maximum, Il se met au plus près de l’Eglise et des âmes.

L’Eucharistie est la plus haute communication divine avant la vision béatifique.

Dieu ne peut se donner mieux et plus à nous, avant le face à face éternel.

Reprenons la mesure de tout cela.

Le bien est diffusif ;
il tend à se communiquer, à se propager. Il est contagieux, pour ainsi dire.
Cette contagion du bien, c’est le pendant positif de la contagion du mal dont nous sommes, souvent, les témoins lucides et angoissés… et parfois les acteurs.
L’action de grâce nous tourne à nouveau, d’abord, vers le bien reçu et communiqué, et vers sa source. Vers les bienfaiteurs, et vers le 1° d’entre eux, qui est Dieu.
 
Le bien est diffusif, et cela est vrai aussi de Dieu.  Cela est vrai surtout de Dieu.
 
Car Dieu est le Souverain Bien.
Entendez Joinville répondre à St Louis : 
« Qu’est-ce que Dieu? 
– C’est chose si bonne qu’il ne s’en peut trouver meilleure ».

Lire la suite de l'article

Valeurs Actuelles change de rédacteur en chef et tiendra un rôle important pour 2017

C'est Geoffroy Lejeune, le journaliste qui imaginait dans un roman Eric Zemmour président de la République, qui prend cette responsabilité au sein de l'hebdomadaire :

Valeurs4113_001"Geoffroy Lejeune a couvert l'élection présidentielle de 2012 pour l'hebdomadaire, avant de devenir rédacteur en chef du service politique (…) Diplômé de l'École supérieure de journalisme de Paris en 2011, Geoffroy Lejeune doit prendre ses fonctions le 1er juin, épaulé au cours des quatre mois à venir par Yves de Kerdrel, directeur du groupe Valmonde qui effectuait l'intérim (…) Geoffroy Lejeune arrive à cette rédaction d'une vingtaine de journalistes plutôt jeunes dans une période faste pour l'hebdomadaire, dont les ventes ont progressé de 5,4% en 2015, à 116.000 exemplaires par semaine, alors que le marché est globalement morose pour les magazines.

"Je suis très fier de diriger un groupe de presse dont le navire amiral, Valeurs actuelles, a le plus jeune directeur de la rédaction de France", a déclaré Yves de Kerdrel à l'AFP. Geoffroy Lejeune représente déjà l'hebdomadaire dans de nombreuses émissions de télévision et de radio, notamment dans l'émission de Marc-Olivier Fogiel sur RTL. 

VALEURS4009_001"Nous ne sommes pas sur la même ligne que le FN, mais nous faisons des efforts pour ne pas être sectaires", et "parler à tout le monde, de Florian Philippot à François Bayrou": Geoffroy Lejeune définissait ainsi dans Le Monde daté de dimanche la ligne du journal, qui titre cette semaine sur "Les dynamiteurs de la droite".  

Présent le week-end dernier à Béziers

Lire la suite de l'article