Archives par étiquette : rien

Après “fainéants”, “ceux qui ne sont rien”, illetrées”, et autres “lépreux”, voici la nouvelle insulte à la mode en Macronie : “Bouseux” !

Français, combien de temps allez-vous encore accepter?

Lire la suite de l'article

Les LGBT ne respectent vraiment rien

En Pologne :

1430726394"Des Polonais particulièrement dépravés avaient organisé dimanche dernier la première gay pride de Częstochowa. Ce qui est déjà en soi une provocation, puisque Częstochowa est la capitale spirituelle de la Pologne, la ville où se trouve le sanctuaire le plus vénéré du pays, Jasna Góra, avec la chapelle abritant l’icône de la Mère de Dieu Reine de Pologne. Mais en outre ils avaient décidé que la destination même de leur marche était le sanctuaire, et qu’ils allaient y « saluer » les moines… Plusieurs organisations catholiques et nationalistes ont mobilisé pour empêcher cette monstruosité. Les manifestants ont barré la route des invertis blasphémateurs, au cri de la devise de la République « Dieu, honneur, patrie », et en récitant le Rosaire. Ils ont ainsi obligé la police à intervenir, qui a empêché à son tour la marche de se poursuivre. D’autre part, le ministre de l’Intérieur a engagé des poursuites pour « profanation d’emblèmes nationaux », en l’occurrence l’aigle polonais sur fond de drapeau LGBT.

La première provocation est que ces tristes « gays » avaient programmé leur marche le jour du 27e pèlerinage de la Famille organisé par Radio Maria. Pendant qu’ils tentaient de défrayer la chronique sur une avenue de Częstochowa, ce même dimanche, sur l’esplanade du sanctuaire, ils étaient 100.000 fidèles à participer à la messe célébrée par le cardinal Grocholewski, en présence du Premier ministre Mateusz Morawiecki. Vive la Pologne."

Et après ces tordus voudraient être respectés…

Lire la suite de l'article

Sans le Rassemblement (National), rien n’est possible

Pour une fois que Nicolas Sarkozy prône l'union des droites

Capture«Chacun fait ce qu'il croit devoir faire. Moi je ne peux dire qu'une seule chose: j'aimerais que tout le monde comprenne cette idée simple que sans le rassemblement rien n'est possible. Et qu'il faut se rassembler»

Hélas, il prône le rassemblement avec Virginie Calmels, pas avec le RN…

Lire la suite de l'article

Les « Sentinelles 34 » ne lâchent toujours rien

SEntinellles 34 11 06 18Ragaillardis par la venue de la Présidente de LMPT, Ludovine de la Rochère, qui a fait une remarquable conférence le vendredi 8 juin soir à Montpellier sur le véritable bilan des états généraux de la bioéthique, en clair il n’y a pas de large consensus pour la PMA sans père et la GPA (ainsi que l’euthanasie) contrairement à ce qu’espérait le CCNE et sans doute le gouvernement en marche désormais bien ennuyés car le peuple consulté a tranché, les « Sentinelles 34 » ont mené une nouvelle action devant la Préfecture de Montpellier le lundi 11 juin soir.

Action toujours aussi sobre et digne qui vise à interpeller les passants et le pouvoir en place. La réalité est que le peuple ne veut pas de ses pseudos avancées sociétales qui priveraient de fait un enfant de la connaissance et de l’affection d’un père ou d’une mère. Le gouvernement serait bien inspiré de respecter cette volonté populaire faute de quoi il s’exposerait à mettre en marche bien des réactions de rejet. A bon entendeur …

Lire la suite de l'article

La Croix, un journal pour rien ?

Boulevard Voltaire revient sur la censure de Thibaud Collin par La Croix :

6a00d83451619c69e20223c8504f75200c-250wi"Le 4 juin, Thibaud Collin, philosophe, auteurs de nombreux ouvrages, professeur en classes prépas, reconnu parmi les intellectuels de notre temps écrivait un texte argumenté sur son blog pour répondre ou ouvrir un débat avec Isabelle de Gaulmyn, journaliste à la Croix. Elle avait salué, dans son éditorial du 28 mai, le vote irlandais favorable à l’avortement.Le professeur de philosophie s’interrogeait : « pourquoi le bien des mères passerait-il par la suppression de leur enfant ? Pourquoi taire que l’avortement loin de libérer la femme la ronge secrètement et durablement ? Fuit-on un mal par et pour un mal plus grand ? »

Son article présentait des propos argumentés, il développait un discours raisonnable permettant un débat sur le fond.

Seulement voilà, son blog était hébergé sur le site du journal La Croix. Et c’est ici que s’arrête la liberté d’expression. Le patron du journal, Guillaume Goubert n’a pas supporté cette contradiction, il n’a même pas souhaité engager une discussion sur le fond du sujet. Il n’est guère habitué à un haut degré de pensée politique et intellectuelle. Le titre fort pertinent de l’édito de Thibaud Collin : le « vichysme mental » aurait « offensé » La Croix. Le professeur est même accusé d’avoir cherché offenser volontairement le journal. Ce qui n’était pourtant pas le cas, son argumentation étant philosophique. Loin d’une insulte, il s’agissait d’éclairer une attitude intellectuelle : «  le vichysme mental » qui se traduit

Lire la suite de l'article

Les frappes en Syrie ou beaucoup de bruit pour rien

Voici l'analyse d'Antoine de Lacoste sur les derniers évènements :

DatWvisWsAIUOYNOuf ! L’honneur est sauf ! Les justiciers ont vengé le sang du peuple syrien massacré par le méchant Bachar. A l’issue d’une enquête aussi approfondie que celle sur les armes de destruction massive de Sadam Hussein, le verdict a été rendu : c’est bien le régime syrien qui a frappé chimiquement le dernier quartier de Douma encore aux mains des islamistes.

Le président Macron a des preuves : on espère les voir un jour…De toutes façons elles sont superflues, car quelques heures après les vidéos envoyées par les gentils islamistes appelés casques blancs, Donald Trump avait décrété que le coupable était « l’animal » Bachar. Si le patron l’a dit, alors…

Tony Blair n’est plus là, mais que l’on se rassure l’Angleterre est toujours présente pour dire oui à l’Oncle Sam. Quant à Emmanuel Macron, il a pu venger l’honneur bafoué de son brillant prédécesseur qu’Obama n’avait pas voulu suivre dans sa folie destructrice.

Mais les comparaisons doivent s’arrêter là : nous ne sommes pas en Irak et l’armée américaine n’ira pas provoquer un changement de régime au nom de la démocratie universelle. Nous ne sommes pas non plus en 2013 quand certains faucons américains ou français voulaient anéantir l’armée syrienne.

Depuis, Daesh est apparu et les Russes sont venus. C’est très mal bien sûr ce qu’a fait Poutine : venir aider son allié à vaincre une armada islamiste venue du monde entier, cela ne se fait pas. Surtout quand derrière cette insurrection islamiste il y a, depuis

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron a dit clairement à l’Eglise qu’elle n’avait rien à attendre de lui

Pour ceux qui croient lire dans le discours d'Emmanuel Macron des choses qui n'y sont pas, il est utile d'aller se renseigner auprès des interprètes autorisés de son discours, à savoir de son parti LREM. Voici le message de LREM à ses adhérents :

Capture d’écran 2018-04-11 à 18.14.11"Notre volonté de rassembler les Français, d’engager un dialogue avec toute la communauté nationale, ne doit jamais s’affaiblir. Comme il l’a fait avec les représentants des communautés juive, protestante et musulmane, le président a répondu hier soir à l’invitation de la Conférence des Évêques de France.

Au Collège des Bernardins, un lieu de dialogue et de réflexion, le président de la République s’est exprimé devant un parterre d’associations et de bénévoles qui interviennent au chevet de ceux qui souffrent ou se sentent exclus, comme le Secours Catholique ou encore l’association « David et Jonathan » qui vient en aide aux catholiques LGBT. Par ce discours, il a salué ceux qui font vivre leur foi « dans la glaise du réel » en s’engageant au quotidien auprès des plus faibles.

« Le politique et l'Eglise partagent cette mission de mettre les mains dans la glaise du réel, de se confronter tous les jours à ce que le temporel a, si j’ose dire, de plus temporel. » – Emmanuel Macron

Certains y auront vu une remise en cause du principe de laïcité. Mais la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat n’interdit pas le dialogue entre l’Etat et les représentants d’une religion, quelle qu’elle

Lire la suite de l'article

Si les progressistes espéraient que les pro-famille s’étaient rendormis, ils peuvent constater qu’il n’en est rien

Interrogée dans Valeurs Actuelles, Ludovine de la Rochère explique l'engouement des défenseurs de la famille lors des Etats-généraux de la bioéthique :

Unknown-17"Je pense que « le réveil des Français », comme certains l’ont appelé, a conduit à une prise de conscience massive et irréversible des risques anthropologiques liés aux revendications que nous connaissons. Autrement dit, si les progressistes espéraient que les Français qui défendent le respect de l’altérité sexuelle et de l’intérêt supérieur de l’enfant s’étaient rendormis, ils peuvent constater avec les états généraux de la bioéthique qu’il n’en est rien.

Au tout début des états généraux d’ailleurs, les animateurs des « débats-citoyens » ouvraient les réunions sur les modalités d’application de la PMA sans père : clairement, au vu de certains sondages largement relayés juste avant, ils pensaient que tout le monde approuvait et avait acté le fait que la PMA sans père serait légalisée. En réalité, les différents sondages publiés ces derniers mois montrent que selon la formulation des questions, 40 à 70% des Français sont opposés à la PMA sans père. Et le fait est que les participants ont été très nombreux à intervenir d’emblée pour que le curseur des débats soient bien remis sur les enjeux des projets envisagés, ce qui s’est finalement produit.

Nous avons ensuite constaté tout le temps et partout, de la plus petite à la plus grande ville, sur les dizaines et dizaines de réunions, cette volonté largement partagée que la France respecte les besoins et les droits de l’enfant, défende la finalité de la médecine,

Lire la suite de l'article

Un gendarme a parfois l’impression de travailler pour rien

L’adjudant de gendarmerie David Ramos, de l’association nationale professionnelle mililaire (APNM) GendXXI, a été interrogé sous serment devant la commission d’enquête sur l’état des forces de sécurité intérieure, au Sénat. Il a notamment déclaré que aujourd’hui, un gendarme a « parfois l’impression de travailler pour rien ». Frédéric Le Louette, le président de GendXXI, ajoute :

« La gendarmerie souhaite, dans tous les cas, qu’il y ait une réponse pénale ferme et effectivement appliquée. L’individualisation de la peine provient de l’autorité judiciaire qui a une connaissance des faits au pénal et de la situation sociale de l’intéressé. Nous souhaitons simplement que la peine soit effectivement et rapidement appliquée ».

L’adjudant David Ramos estime toutefois que les magistrats ne sont pas forcément responsables de ce sentiment d’impunité :

« Lorsque vous sollicitez début mars une convocation par officier de police judiciaire et que la date d’audience est en novembre, vous prenez vite conscience des contraintes qui pèsent sur le calendrier d’audiencement, vous comprenez le recours aux alternatives aux poursuites, vous comprenez que pour incarcérer un mis en cause, il va falloir libérer de la place dans les centres pénitentiaire. »

Le gendarme « voit un système à bout de souffle, qui est à saturation et qui, lui aussi, a urgemment besoin de moyens… »

De « nombreux gendarmes souffrent de la multiplication effrénée des ‘axes prioritaires’, des ’causes nationales’, des ‘plans d’action’, des ‘réformes pénales’. » « Tout est urgent, tout est prioritaire » : ils « ne perçoivent pas l’adéquation pourtant nécessaires

Lire la suite de l'article

Le désir de dédiabolisation ne sert à rien, sinon à perdre du terrain

Dans Présent, Françoise Monestier évoque l'intervention de Steve Bannon au congrès du FN :

Unknown-18"[…] Avec sa veste de chasse et sa dégaine de gentleman-farmer, on aurait pu croire que Steve Bannon débarquait de son ranch ou revenait d’une balade en forêt. Arpentant la tribune du palais des congrès – comme, en son temps, Jean- Marie Le Pen –, celui qui a hissé Donald Trump à la Maison-Blanche est venu asséner une leçon de patriotisme à une salle sous le charme. Constatant que « l’histoire est de notre côté », il fustige pêle-mêle « les élites, les médias, les chiens du système qui n’avaient jamais cru que le peuple pouvait voter dans son propre intérêt ». Ses mots les plus durs ont été pour les « banques centrales et les Davos’men qui veulent que vous soyez comme des hamsters dans une roue, esclaves de vos dettes ». Et ses mots les plus doux pour Marion qui a récemment conquis le public républicain.

Il résume la victoire de Trump en trois points : « Stopper l’immigration massive pour aider les travailleurs américains, faire revenir les jobs manuels aux USA et sortir des guerres inutiles. » Son message est clair : les nationaux doivent être fiers de leurs pays et de leurs traditions, se moquer du tiers comme du quart « d’être traités de xénophobes ou de racistes : c’est leur badge d’honneur ». Un manuel de combat ovationné par une salle enthousiaste et qui montre combien le désir de dédiabolisation

Lire la suite de l'article