Archives par étiquette : Révolution

Révolution anti-pornographie aux Etats-Unis

Capture d’écran 2018-05-08 à 15.57.51Voilà une vidéo bien conçue, réalisé par Fight The New Drug, mouvement contre la pornographie qui se développe aux Etats-Unis. C'est en anglais mais vous pouvez avoir le sous-titrage en français en cherchant dans les paramètres (en revanche il existe une version française de leur site) :

Lire la suite de l'article

Le Miroir sans retour ou l’une des faces obscures de la Révolution

SecherReynald Secher vient de publier un roman historique, Le Miroir sans retour, racontant les aventures de Valentin Chévetel, personnage obscur de la Révolution française. Jouant double-jeu, il trahit les artisans de la contre-révolution en Bretagne, se fait l'ami de Danton, croise Marat et Robespierre… Entretien avec l'auteur :

Dans votre livre, où s'arrête l'Histoire et où commence le roman ?

80% des faits que je raconte sont basés sur des faits authentiques racontés par les témoins oculaires ou conservés dans les archives. Le reste est le fruit de mon imagination et s’inscrit dans le plausible. En fait, tout s’entremêle. Ce qui est stupéfiant est que cet homme, qui est médecin et a prêté le serment d’Hippocrate, est en contradiction permanente et pire s’appuie sur sa fonction pour tuer, faire tuer et s’enrichir.    

Valentin Chévetel semble uniquement animé par l'argent, de même que son complice Lalligand, et non par les fameux idéaux révolutionnaires. Même Danton brasse beaucoup d'argent… La Révolution a-t-elle finalement eu lieu en raison de la cupidité de ces "grands hommes" ?

En fait, il faut distinguer trois grandes étapes dans le déroulement de la vie de Chévetel : la frustration et la jalousie, le passage à l’acte notamment le meurtre en série, la reconnaissance sociale. Si on fait des comparaisons, Fouché, Talleyrand et combien d’autres, ont eu le même parcours. Tous les leaders de la Révolution ont brassé des sommes d’argent considérables, certains n’hésitant pas à se faire payer par les gouvernements étrangers. Je rappelle qu’on avait même monté des

Lire la suite de l'article

La Révolution française est la matrice de tous les terrorismes

Voici un extrait du conseil municipal d'Orange montrant un échange révélateur entre l’opposition Les Républicains et le Maire Jacques Bompard, président de la séance du 11 avril.

Ces interventions sont prononcées avant le vote à l’unanimité de la délibération portant sur le baptême d’une rue en hommage à Arnaud Beltrame.

Si le consensus règne pour déplorer le terrorisme, il y a un grand écart qui se creuse au moment d’en dénommer les causes et les solutions. L’opposition va jusqu’à reprocher au maire sa dénonciation de la Terreur révolutionnaire usant de toutes les arguties qui confinent au négationnisme historique le plus évident.

Lire la suite de l'article

Augustin, prêtre martyr de la Révolution française

Extrait de l'analyse de Franck Abed sur l'ouvrage écrit par Marieke Aucante :

Moi_Augustin-10bcf"Comme elle l’écrit dans l’avant-propos, tout commence en septembre 2010 à bord d’un bateau pour « faire le tour de Fort Boyard ». Une fois le pied posé sur la terre ferme et « inconnue  », son regard se pose sur une chapelle. Elle nous raconte dans le détail cette rencontre : « Par une chaude lumière d'automne, j'avise une chapelle. La porte est ouverte. J'entre. Devant l'autel, je suis saisie de frissons. Sur le sol, je lis l'inscription : ossements des prêtres martyrs. Ce sont ceux des 829 prêtres réfractaires, déportés pendant la Terreur. Ils ont croupi dans des bateaux transformés en prisons flottantes en rade de Rochefort ». Frappée d’émotion et de sentiments puissants, elle reste « plus d’une heure seule dans cet espace de silence  ». Elle découvre que ces prêtres « venaient de toutes les régions de France  ». Elle n’ignore pas le sort que réservait la révolution à ceux qui entendaient rester fidèles à Jésus et à Rome. Elle dit encore : « Ils (les prêtres) ont vécu l'enfer. Beaucoup n'ont pas survécu et reposent sous mes pieds ». Pendant qu’elle projette des images des pontons dans le tréfonds de son âme, elle ressent « alors un appel intérieur : l'un des prêtres prisonniers me supplie de raconter leur tragédie. Celui qui me tient la main pendant l'écriture s'appelle Augustin. Il est jeune et vient du Limousin. Il me fait partager son existence, ravagée par l'intolérance et le fanatisme

Lire la suite de l'article

Un ancien otage compare les méthodes de l’Etat islamique à celles de la révolution française

Dans un article cherchant à justifier le silence des médias et du gouvernement sur la cause réelle du décès d'Arnaud Beltrame (voir ici), l'Obs interroge le journaliste ancien otage d'islamistes en Syrie, Nicolas Hénin. Extraits :

Les djihadistes de l'EI ont fait du meurtre par égorgement ou décapitation une sinistre marque de fabrique. S'appuient-ils sur un prétexte religieux ou idéologique ou est-ce une pure stratégie de communication ?

C'est avant tout un acte spectaculaire, mais c'est aussi une atteinte à l'intégrité physique du corps du supplicié. Ça n'a d'ailleurs rien d'original. Ce n'est pas pour rien que la Révolution française, dans l'un de ses épisodes qu'on a nommé la Terreur, a inventé la guillotine. On retrouve ce genre de profanation du corps de l'ennemi tué dans énormément de cultures, de guerres et de guérillas. Dans tout conflit, quand on tue ou blesse un ennemi, il y a bien sûr l'aspect comptable d'avoir éliminé un combattant, mais il y a une recherche au moins aussi importante de l'effet psychologique.

La suite de sa réponse montre néanmoins une méconnaissance de l'histoire du terrorisme lors de la guerre d'Algérie qui, s'il n'était pas islamiste au sens actuel du terme, n'en était pas moins mené par des musulmans :

"Sur le mode opératoire pur, lorsqu'on étudie l'historique lointain du terrorisme islamique, on ne constate pas une tradition particulière d'égorgements et de décapitations. C'est relativement propre à l'Etat islamique."

Ces derniers propos sont complètement faux et dénotent de l'obstination des

Lire la suite de l'article

Marion Maréchal-Le Pen et la révolution conservatrice

Charles Adhémar était présent lors du discours de Marion Maréchal-Le Pen à Washington. Extrait de son analyse pour Boulevard Voltaire :

Cbb754b_5009002-01-06"(…) Intervenant entre deux tables rondes, Marion Maréchal-Le Pen aura réveillé l’assistance par son dynamisme et son aplomb, qui tranchaient avec l’aspect parfois très formel du grand raout annuel qui voit défiler les huiles républicaines. Bien loin des frilosités françaises, elle a su employer des termes adaptés au contexte américain. L’usage répété du terme « conservateur » et la place centrale accordée à la liberté montraient bien sa connaissance de la rhétorique de nos alliés d’outre-Atlantique (…)

Un éditorialiste politique d’un grand magazine conservateur nous confie avoir été agréablement surpris par le ton de l’intervention de la nièce de Marine Le Pen. Plusieurs spectateurs nous avouent également avoir découvert une nouvelle figure européenne – le nom Le Pen étant davantage associé à Jean-Marie ou à Marine dans l’esprit des conservateurs américains.

Il faut dire que l’intervention de Maréchal-Le Pen intervenait après plusieurs jours de polémiques. Alors que plusieurs commentateurs et activistes dénonçaient l’« étatisme », voire le « socialisme » du Front national, le président de l’ACU Matt Schlapp a défendu sa main tendue à la jeune française. Sur Fox News, il a défendu le « libéralisme classique » et le « conservatisme » de la jeune Française qui a espéré, lors de son intervention, être « moins terrifiante » sur scène que dans les médias.

Notons que le CPAC 2018 intervient dans le contexte d’une profonde remise en question du

Lire la suite de l'article

Le principal moteur de la Révolution française fut la haine contre le christianisme

Extrait de l'homélie du père Michel Viot, lors de la Messe de requiem pour Louis XVI – 20 janvier en St Germain L’Auxerrois à Paris : 

DUDvv0XX0AAD6EK"[…] Nous ne sommes plus très nombreux, aujourd’hui en France, à continuer à suivre Jésus. Et si nous nous tournons vers le passé, comme la messe de ce jour nous y invite, nous verrons que cet abandon du Christ ne date pas d’hier. C’est une des causes majeures du crime-sacrilège du 21 janvier 1793, dont les origines remontent bien avant le règne de Louis XVI, avec les philosophes dits des Lumières. Leur littérature est pleine de moqueries en tout genre sur les mystères chrétiens, en particulier celui de l’Eglise et de l’Eucharistie. Voltaire, parmi d’autres, en constitue un exemple d’une clarté luciférienne ! Et j’irai même jusqu’à dire que le principal moteur de la Révolution française fut la haine contre le christianisme, et tout particulièrement l’Eglise catholique parce qu’en elle seule subsiste la plénitude de l’Eglise du Christ. Et de cela, nos adversaires en sont hélas souvent plus persuadés que nous, inconsciemment ou consciemment, tout comme les démons qui pendant le temps de l’incarnation en savaient plus sur Jésus que ses propres disciples ! Et comme par hasard, l’antichristianisme de la Révolution manifesté dès ses débuts, est caché soigneusement dans l’enseignement scolaire, surtout depuis qu’au début du siècle dernier, les disciples idéologiques de Robespierre ont repris le pouvoir, en 1902 avec Émile Combes. A défaut de manipuler le catholicisme, grâce aux articles organiques du

Lire la suite de l'article

La Marche pour la Vie propose une révolution lumineuse

Les Éveilleurs d’Espérance appellent à participer à la Marche pour la Vie :

0okrz"Comme la lumière brille aux yeux de tous, la vie est donnée, et ne se marchande pas. Elle est reçue dans la pénombre du corps maternel, et vient à la lumière au jour de la naissance.

Face à ce grand mystère de la vie, nous voulons rappeler qu'il y a des principes au dessus des lois civiles et qui s'imposent à elles. Que la dignité propre de l'être humain doit être respectée, de sa conception à sa mort naturelle, quels que soient son état ou sa fragilité. Depuis trop longtemps le doute s’est installé et les futurs parents voient dans l’embryon, cet enfant petit qui deviendra un Homme,  un obstacle les plongeant dans les ténèbres plutôt qu'une vie nouvelle venant illuminer le monde. 

Nous voulons que la société toute entière aide les futures mères qui doutent à poser un véritable choix libre face à l’avortement. Qu'elle les soutienne par des politiques d’aide et d’accueil, financière, psychique et morale. Qu'elle les informe sur les réalités définitives et inéluctables de l’IVG. Qu'elle tienne un discours qui réaffirme l'extraordinaire singularité de chaque vie humaine.

Voir la lumière, c'est recevoir la chance de vivre. La Marche pour la Vie propose une révolution lumineuse. Elle fera briller sa lumière dimanche 21 janvier au départ de la Porte Dauphine à 14h30, pour exhorter la société à quitter les ténèbres de l'avortement pour entrer dans la clarté de la vie et de la maternité.

Lire la suite de l'article