Archives par étiquette : retour

4 ans après la prise de Qaraqosh, la moitié des familles sont de retour

Communiqué de l'Aide à l'Eglise en Détresse :

"Dans la nuit du 6 août 2014, la vie des habitants de Qaraqosh bascule, obligés de fuir devant l'arrivée de l'Etat islamique. 125 000 chrétiens de la plaine de Ninive trouvent alors refuge au Kurdistan irakien. Quatre ans plus tard, la moitié d'entre eux sont de retour mais les besoins demeurent immenses.

Le 7 août 2014, les combattants de l'Etat islamique s'emparent de Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne du nord de l'Irak, dans la vallée de Ninive, et poussent ses 50 000 habitants à fuir. Qaraqosh, Telkief, Batnaiya, Bartellah, Karamless, autant de villes chrétiennes désertées face à l'avancée des djihadistes. 125 000 chrétiens de la plaine de Ninive trouvent ainsi refuge au Kurdistan irakien ou à l'étranger.

Ce n'est que fin 2016 que la plaine de Ninive est libérée, après de rudes combats. Selon une étude menée par le Comité de Reconstruction de Ninive (NRC), dont l'AED est l'un des membres fondateurs, 13 000 maisons sont à reconstruire.

Le 18 juillet 2018, les statistiques de l'AED indiquent que 8815 familles, soit près de la moitié d'entre elles, sont de retour dans la plaine de Ninive. 4765 maisons, soit 1/3 d'entre elles, ont déjà fait l'objet de travaux de rénovation.

Depuis 2014, l'AED a mobilisé 40 millions € pour des projets en Irak, dont 9,3 millions € en 2017. Elle est l'organisation qui fournit le plus d'aide dans la plaine de Ninive.  Il faut environ 2 000 € pour réhabiliter un logement."

Mgr Timotheus

Lire la suite de l'article

Retour au réel en pleines vacances…

Les vacanciers qui se prélassaient le 27 juillet sur une plage près de Tarifa, dans le sud de l'Espagne, ont vu débarquer un petit bateau pneumatique à moteur de type Zodiac avec à son bord plusieurs dizaines d'immigrés. En provenance du Maroc, ces derniers ont traversé le détroit de Gibraltar qui sépare l'Afrique de l'Europe.

Lire la suite de l'article

Le retour des cités forteresses

De Joël Hautebert dans L'Homme Nouveau à propos des frontières et des murs :

Unknown-18"[…] Les autorités qui ordonnèrent l’édification de ces murs poursuivaient un objectif similaire : assurer ainsi la paix à l’intérieur de la cité en la protégeant contre de potentiels envahisseurs. On peut le dire sans honte, les murs sont effectivement un symbole, celui de la volonté de poursuivre l’Histoire commune de la cité et d’assurer sa prospérité. Ces murs démontrent un grand réalisme politique de la part des gouvernants. Les murs extérieurs rendaient inutiles les murs intérieurs. Si l’analogie entre le biologique et le politique a ses limites, elle n’est pas nécessairement dénuée de fondement. Existe-t-il un corps sain sans moyen immunitaire de défense ? Une cité peut-elle durer sans la protection de solides défenses naturelles ou bâties par l’homme, soutenues par des troupes aguerries ? Dans une société ordonnée, on jette des ponts sur les cours d’eau quand la solidité des frontières le permet. Quand l’ennemi franchit ces dernières, les autorités civiles et militaires font sauter les ponts pour limiter la progression de l’envahisseur. Pas de murs, pas de ponts. […]

Mais est-il exact que l’on ne construit pas de murs en France aujourd’hui ? Rien n’est moins sûr. Ou plutôt, tout indique le contraire. Ainsi, un mur de verre vient d’être mis en place autour de la Tour Eiffel pour limiter les risques d’attentat. De même, plan vigipirate oblige, les services de sécurité recommandent l’érection d’enceintes fermées autour de certains bâtiments. Par exemple,

Lire la suite de l'article

De la Baltique à la Sicile : le retour des nations contre l’immigration

Pascal Décaillet, journaliste de la Tribune de Genève écrit sur son blog :

Unknown-14"Il y a un homme, dont je parle ici depuis des années, c'est Horst Seehofer, le nouveau ministre fédéral de l'Intérieur, en Allemagne [photo]. J'en parlais lorsque, Ministre-Président de Bavière et chef de la CSU, comme l'avait été le rugissant Franz Josef Strauss, il s'opposait avec virulence à la politique migratoire inconsidérée de Mme Merkel, dont les conséquences sont dévastatrices pour la cohésion sociale allemande.

Aujourd'hui, Seehofer est aux affaires sur le plan fédéral. Et il n'a aucune intention de faire de la figuration. Sur le plan migratoire, il a ses idées, qui ne sont pas celles de la Chancelière. Et il a des alliés : Sebastian Kurz, le nouveau Chancelier autrichien, 31 ans, et le nouveau gouvernement italien !

Voilà donc, de la Baltique à la Sicile, un axe Nord-Sud pour pratiquer un contrôle beaucoup plus important des flux migratoires. Et ne pas s'en laisser conter par les directives de Bruxelles. Encore moins, par les leçons de morale totalement déplacées de M. Macron, cet internationaliste arrogant et autocratique, à la pensée abstraite, déracinée.

De la Baltique à la Sicile, de Flensburg à Palerme, voilà donc un front du refus qui va déterminer la politique migratoire européenne ces prochaines années. M. Orban, en Hongrie, n'est plus seul. Le visage de l'Europe va changer. Les nations reviennent, avec leurs alliances ; le diaphane concept de supranationalité continentale s'évapore. Il était né de la géométrie des esprits, au mépris

Lire la suite de l'article

“La Croix”, pourquoi faire ? Retour sur le “vichysme mental”

Censuré sur La Croix, Thibaud Collin répond sur Valeurs Actuelles :

6a00d83451619c69e20223c8504f75200c-250wi"La Croix, dans son éditorial du 28 mai portant sur le référendum irlandais, déclare qu’il faut « respecter cette réponse » ouvrant la porte à la légalisation de l’avortement. Et le quotidien catholique d’ajouter pour justifier cette décision : « on sait que la vie n’est pas qu’un phénomène physique qui mettrait un signe strict d’égalité entre une vie déjà là, celle de la mère et une vie en devenir ». Il conclut en affirmant que « rendre possible l’IVG est une chose, faire en sorte qu’il en ait le moins possible en est une autre ». Une semaine après, je publie sur mon blog, créé sur le site de La Croix à sa demande, un texte intitulé « Avortement : non au vichysme mental ! » dans lequel je dénonce la contradiction entre une telle ligne éditoriale et l’identité catholique revendiquée par le quotidien. Le pape François a lui-même repris en 2014 les mots forts du concile Vatican II pour qualifier objectivement l’avortement de « crime abominable ». Et j’ajoute que l’argument consistant à justifier un tel acte en catégorisant les vies humaines, comme si l’une avait plus de dignité que l’autre, relève du vichysme mental que je détermine comme «l’ illusion de croire que l’on peut négocier ce qui n’est pas négociable ». En effet, la dignité de la vie humaine innocente ne peut être l’objet d’un respect quantifiable. La Croix ne daigne même pas nommer « l’enfant à naître », alors que même le Président de la République, lors de son discours

Lire la suite de l'article

Mgr Raï réclame le retour immédiat des réfugiés

Images-4En visite en France, le patriarche de l’Eglise maronite monseigneur Béchara Raï est revenu sur sa rencontre avec Emmanuel Macron, s’attardant sur l’enjeu que représente aujourd’hui le conflit syrien sur son pays libanais. Le patriarche a premièrement insisté sur la question des 1,7 million de réfugiés syriens qui habitent aujourd’hui dans le petit pays qu’est le Liban. Et le prélat d’évoquer sans détour « la nécessité de leur retour immédiat ». 

« Les conséquences économiques, sociales, culturelles et politiques sont désastreuses.  Il était normal de répondre dans l’urgence, mais cette présence se prolonge désormais au dépend du Liban et des Libanais. »

En cause, le « déséquilibre démographique » et le « changement d’identité ».

« Pour tout vous dire, nous nous sentons parfois un peu étrangers dans notre propre pays ». 

C'est un peu ce qui nous attend en France…

« Il ne faut plus encourager les gens à partir mais à rentrer chez eux. Il faut cesser de dire qu’il n’y a pas la paix en Syrie parce qu’il y a beaucoup de zones sécurisées dans ce pays qui est le leur. On ne cesse de parler de leur intégration à l’étranger, mais ce n’est pas la solution. C’est même un danger ». 

« Il fallait donner de la valeur aux chrétiens, on a préféré en donner au pétrole et aux stratégies politiques. Nous ne nous sommes jamais sentis valorisés. »

Lire la suite de l'article

Scandale financier : les porteurs de valises font leur retour pour inonder l’islam en France

Enquête de Valeurs Actuelles sur l'opacité totale autour des financements étrangers des moquées installées en France : 

"Blois, Nice, Bordeaux, Evry, Givors, Asnières,Thonon-les-Bains, Marseille, Le Kremlin-Bicêtre, Mantes-la-Jolie… Une quinzaine de mosquées sont concernées par des soupçons autour des dons qu’elles récoltent. Le numéro de L’Obs du 31 mai rapporte dans son enquête deux problèmes majeurs. Premièrement, une part des dons récoltés par l’Islam auprès de ses fidèles est détournée, ou alors disparaît tout simplement.

Deuxièmement, la religion reçoit des sommes faramineuses de la part de particuliers étrangers, des flux d’argents impossibles à tracer. Et les mosquées se gardent bien de déclarer leurs comptes.

La religion musulmane récolte beaucoup d’argent auprès de ses fidèlesL’Obs estime que le montant global des dons oscille entre 300 et 400 millions d’euros. Les exemples de potentiels détournements de fonds se multiplient, et les pouvoirs publics sont bien silencieux sur ces affaires. Peu d’enquêtes, peu de poursuites, peu d’échos médiatiques. " (suite).

Lire la suite de l'article

L’ONU sait que la plus grande partie du territoire syrien est sûre, mais malgré cela, elle ne souhaite pas le retour des déplacés

Unknown-8A la veille des élections législatives, le président libanais Michel Aoun a accordé un entretien à la BBC Arabic dans lequel il a évoqué le quasi-million de réfugiés syriens au Liban inscrits auprès de l'ONU :

"nous ne faisons pas pression sur les déplacés pour qu'ils quittent le Liban. Mais en même temps, nous n'acceptons pas qu'on mette des obstacles devant ceux qui désirent rentrer et qu'on fasse pression sur eux pour qu'ils restent chez nous. Nous nous interrogeons sur les intentions de ceux qui sont derrière le maintien des déplacés (syriens) au Liban. L'ONU sait très bien que la plus grande partie du territoire syrien est désormais sûre, mais malgré cela, elle ne souhaite pas le retour des déplacés".

Le Liban accueille près d'un million de réfugiés syriens enregistrés auprès de l'ONU. Le pays a officiellement rejeté le communiqué relatif de la conférence internationale d'aide aux réfugiés syriens, tenue à Bruxelles les 24 et 25 avril, et qui estimait qu'une solution politique en Syrie devait précéder leur retour dans leur pays. M. Aoun avait affirmé que le Liban réclamait "un retour sécurisé des déplacés, notamment dans les régions stables" tenues par le régime syrien, alors que la communauté internationale estime un tel retour prématuré.

Lire la suite de l'article

Racines chrétiennes : premières pistes pour un retour le 1er mai 2019 de la grande fête de Saint Joseph travailleur

Lire la suite de l'article

Le Miroir sans retour ou l’une des faces obscures de la Révolution

SecherReynald Secher vient de publier un roman historique, Le Miroir sans retour, racontant les aventures de Valentin Chévetel, personnage obscur de la Révolution française. Jouant double-jeu, il trahit les artisans de la contre-révolution en Bretagne, se fait l'ami de Danton, croise Marat et Robespierre… Entretien avec l'auteur :

Dans votre livre, où s'arrête l'Histoire et où commence le roman ?

80% des faits que je raconte sont basés sur des faits authentiques racontés par les témoins oculaires ou conservés dans les archives. Le reste est le fruit de mon imagination et s’inscrit dans le plausible. En fait, tout s’entremêle. Ce qui est stupéfiant est que cet homme, qui est médecin et a prêté le serment d’Hippocrate, est en contradiction permanente et pire s’appuie sur sa fonction pour tuer, faire tuer et s’enrichir.    

Valentin Chévetel semble uniquement animé par l'argent, de même que son complice Lalligand, et non par les fameux idéaux révolutionnaires. Même Danton brasse beaucoup d'argent… La Révolution a-t-elle finalement eu lieu en raison de la cupidité de ces "grands hommes" ?

En fait, il faut distinguer trois grandes étapes dans le déroulement de la vie de Chévetel : la frustration et la jalousie, le passage à l’acte notamment le meurtre en série, la reconnaissance sociale. Si on fait des comparaisons, Fouché, Talleyrand et combien d’autres, ont eu le même parcours. Tous les leaders de la Révolution ont brassé des sommes d’argent considérables, certains n’hésitant pas à se faire payer par les gouvernements étrangers. Je rappelle qu’on avait même monté des

Lire la suite de l'article

L’avenir sera marqué par le retour du collectif et l’abandon des utopies globalistes

Nous vous proposons le très riche entretien qu'Hervé Juvin a accordé à Sputnik. Il traite de façon précise et argumentée d'une multitude de sujets qui ont tous trait à la renaissance politique de la France qu'il appelle de ses voeux.

Nous ne partageons pas tout de son analyse, ni de ses conclusions. Ainsi nous déplorons le caractère (à peine crypto) républicain de sa définition de la nation, qui passe sous silence l'identité catholique de la France. Nous déplorons la référence à la "démocratie" comme l'un des aspects de la solution, alors que cette "démocratie" ne s'est jamais trouvée ailleurs que dans les livres, ou au niveau des corps intermédiaires de l'Ancienne France. Nous déplorons le relativisme civilisationnel qui consiste, en forçant un peu le trait des propos de Juvin, à s'interdire toute forme de hiérarchisation des civilisations. Et nous le déplorons car il nous semble porteur, implicitement, du relativisme qui consiste finalement à nier qu'il existe des critères universels pour apprécier le Bien, le Beau et le Vrai.

Ces réserves, qui ne sont pas minces, ne doivent toutefois pas nous empêcher de relayer une pensée très construite, fondée sur l'observation du réel quant à la caractérisation de nos maux, et proposant de multiples pistes de réflexion quant à l'élaboration de solutions durables. 

 

Commentaires (4)

étrange, c'est le collectivisme qui a détruit notre société. La France est un pays marxiste, une grande partie de la population attend tout de l'état, les immigrés viennent en France pour les avantages sociaux(le

Lire la suite de l'article