Archives par étiquette : retour

L’ONU sait que la plus grande partie du territoire syrien est sûre, mais malgré cela, elle ne souhaite pas le retour des déplacés

Unknown-8A la veille des élections législatives, le président libanais Michel Aoun a accordé un entretien à la BBC Arabic dans lequel il a évoqué le quasi-million de réfugiés syriens au Liban inscrits auprès de l'ONU :

"nous ne faisons pas pression sur les déplacés pour qu'ils quittent le Liban. Mais en même temps, nous n'acceptons pas qu'on mette des obstacles devant ceux qui désirent rentrer et qu'on fasse pression sur eux pour qu'ils restent chez nous. Nous nous interrogeons sur les intentions de ceux qui sont derrière le maintien des déplacés (syriens) au Liban. L'ONU sait très bien que la plus grande partie du territoire syrien est désormais sûre, mais malgré cela, elle ne souhaite pas le retour des déplacés".

Le Liban accueille près d'un million de réfugiés syriens enregistrés auprès de l'ONU. Le pays a officiellement rejeté le communiqué relatif de la conférence internationale d'aide aux réfugiés syriens, tenue à Bruxelles les 24 et 25 avril, et qui estimait qu'une solution politique en Syrie devait précéder leur retour dans leur pays. M. Aoun avait affirmé que le Liban réclamait "un retour sécurisé des déplacés, notamment dans les régions stables" tenues par le régime syrien, alors que la communauté internationale estime un tel retour prématuré.

Lire la suite de l'article

Racines chrétiennes : premières pistes pour un retour le 1er mai 2019 de la grande fête de Saint Joseph travailleur

Lire la suite de l'article

Le Miroir sans retour ou l’une des faces obscures de la Révolution

SecherReynald Secher vient de publier un roman historique, Le Miroir sans retour, racontant les aventures de Valentin Chévetel, personnage obscur de la Révolution française. Jouant double-jeu, il trahit les artisans de la contre-révolution en Bretagne, se fait l'ami de Danton, croise Marat et Robespierre… Entretien avec l'auteur :

Dans votre livre, où s'arrête l'Histoire et où commence le roman ?

80% des faits que je raconte sont basés sur des faits authentiques racontés par les témoins oculaires ou conservés dans les archives. Le reste est le fruit de mon imagination et s’inscrit dans le plausible. En fait, tout s’entremêle. Ce qui est stupéfiant est que cet homme, qui est médecin et a prêté le serment d’Hippocrate, est en contradiction permanente et pire s’appuie sur sa fonction pour tuer, faire tuer et s’enrichir.    

Valentin Chévetel semble uniquement animé par l'argent, de même que son complice Lalligand, et non par les fameux idéaux révolutionnaires. Même Danton brasse beaucoup d'argent… La Révolution a-t-elle finalement eu lieu en raison de la cupidité de ces "grands hommes" ?

En fait, il faut distinguer trois grandes étapes dans le déroulement de la vie de Chévetel : la frustration et la jalousie, le passage à l’acte notamment le meurtre en série, la reconnaissance sociale. Si on fait des comparaisons, Fouché, Talleyrand et combien d’autres, ont eu le même parcours. Tous les leaders de la Révolution ont brassé des sommes d’argent considérables, certains n’hésitant pas à se faire payer par les gouvernements étrangers. Je rappelle qu’on avait même monté des

Lire la suite de l'article

L’avenir sera marqué par le retour du collectif et l’abandon des utopies globalistes

Nous vous proposons le très riche entretien qu'Hervé Juvin a accordé à Sputnik. Il traite de façon précise et argumentée d'une multitude de sujets qui ont tous trait à la renaissance politique de la France qu'il appelle de ses voeux.

Nous ne partageons pas tout de son analyse, ni de ses conclusions. Ainsi nous déplorons le caractère (à peine crypto) républicain de sa définition de la nation, qui passe sous silence l'identité catholique de la France. Nous déplorons la référence à la "démocratie" comme l'un des aspects de la solution, alors que cette "démocratie" ne s'est jamais trouvée ailleurs que dans les livres, ou au niveau des corps intermédiaires de l'Ancienne France. Nous déplorons le relativisme civilisationnel qui consiste, en forçant un peu le trait des propos de Juvin, à s'interdire toute forme de hiérarchisation des civilisations. Et nous le déplorons car il nous semble porteur, implicitement, du relativisme qui consiste finalement à nier qu'il existe des critères universels pour apprécier le Bien, le Beau et le Vrai.

Ces réserves, qui ne sont pas minces, ne doivent toutefois pas nous empêcher de relayer une pensée très construite, fondée sur l'observation du réel quant à la caractérisation de nos maux, et proposant de multiples pistes de réflexion quant à l'élaboration de solutions durables. 

 

Commentaires (4)

étrange, c'est le collectivisme qui a détruit notre société. La France est un pays marxiste, une grande partie de la population attend tout de l'état, les immigrés viennent en France pour les avantages sociaux(le

Lire la suite de l'article

Jérôme Rivière : Il n’y aura pas de retour de la droite au pouvoir sans union

Jérôme Rivière, ancien député UMP et aujourd'hui membre du Bureau national du FN, est interrogé dans l'Incorrect sur l'union des droites. Extraits :

Capture d’écran 2018-04-12 à 18.14.20 Capture d’écran 2018-04-12 à 18.15.39

Commentaires (1)

Pas de droite,sans respect des lois divines naturelle et surnaturelle. César doit rendre, au seul vrai Dieu, les hommages qui Lui sont dus et la législation se mettre en cohérence avec les commandements. Si le Christ-Roi ne règne pas ce sera Allah-Roi pour le châtiment de la France apostate.

Rédigé par : LB | 13 avr 2018 08:33:04
____________________________________

Lire la suite de l'article

Le retour de la pièce christianophobe « sur le concept du visage du Fils de Dieu »

Img_3584-copieCette pièce de R. Castellucci, dont la sortie à Paris en 2011 avait été marquée par une forte opposition des catholiques (manifestations, recours de l'Agrif…), est rejouée à Brest la semaine de Pâques. Et quel jeu, souvenez-vous : on y voit une quinzaine d’enfants jeter des grenades sur l’immense portrait du Christ qui se trouve en toile de fond. Puis ce portrait est déformé de l’intérieur et se met soudain à dégouliner d’excréments…

La direction du théâtre du Quartz et la mairie ont reçu un grand nombre de lettres de protestation. Des étudiants catholiques (proches de la FSSPX) ont agi avec calmeAprès avoir distribué deux mille tracts, ils se sont rassemblés devant le théâtre du Quartz, dans un grand calme, à genoux sur le pavé, en prière. 

Au cours de la représentation un jeune spectateur, dégoûté par ce spectacle, sort et découvre leur présence à l’extérieur. Après discussion, il se joint à eux pour prier. A la fin de la représentation, ils sont allés au-devant des spectateurs pour les faire réfléchir. Quelques-uns se disent agressés par leur simple présence, mais trouvent que le lancement des grenades sur le Christ est une louange. Un certain nombre les félicite de leur façon de discuter, quelques-uns remercient.

Lire la suite de l'article

Parent 1, parent 2, les cathares sont de retour

De La Manif Pour Tous :

Capture d’écran 2018-03-28 à 19.43.45"Il n’y aura plus, ni « père », ni « mère », à la mairie de Paris. Voilà ce que les conseillers de Paris ont voté il y a quelques jours pour les formulaires de demandes d’état civil. A la place ? « Parent 1 », « Parent 2 ».

Pourtant, en 2013, lors des débats sur la loi autorisant le mariage de deux personnes du même sexe, Christiane Taubira et la majorité socialiste avaient juré, suite aux alertes de La Manif Pour Tous, que jamais, ô grand jamais, cela n’arriverait.

Les élus l’ont voté au nom de la lutte contre la discrimination à l’égard des parents de même sexe. Mais qu’en est-il des couples homme-femme : ne sont-ils pas eux-mêmes niés, voire insultés, de ne plus être reconnus comme père et mère, mais qualifiés de parents 1 et 2 ? Qu’est-ce qu’un « parent 1 » ou « parent 2 » ?

Demain, à Paris, 99% des couples se verront imposer un formulaire travestissant la réalité, à savoir qu’un enfant naît toujours d’un père et d’une mère. Prétendre le contraire, c’est se ranger dans le camp des individus qui disent que la terre est plate et que Napoléon n’a jamais existé.

Conçue par les idéologues du genre niant la différence homme-femme et du même coup la différence père-mère, réinventant le monde à l’aune de leur utopie, la loi Taubira entraîne à sa suite la déconstruction de la filiation et du droit de la famille.

Demain, les enfants parisiens

Lire la suite de l'article

Une film sur Saint Paul signe le retour de Jim Caviezel au cinéma

Paul, apôtre du Christ raconte les derniers instants de Paul (joué par James Faulkner), accompagné par Luc (joué par Jim Caviezel dont c’est le grand retour au cinéma après La Passion du Christ de Mel Gibson en 2004), en pleine persécution contre les premiers chrétiens à Rome sous Néron. Le film sortira le 2 mai en France.

12a075a1-4861-4033-9c5c-ff5d202ee03f

Lire la suite de l'article

Le retour des ABCD de l’égalité ?

Selon Marianne :

"En ce jeudi 8 mars, journée internationale des droits des femmes, le Premier ministre Edouard Philippe a présenté des mesures prises par le gouvernement, qui a fait de l'égalité des sexes la "grande cause" du quinquennat. Dans son discours, il a notamment abordé la question de l'éducation :

"Pour assurer la transmission d'une culture de l'égalité, tout commence à l'école. C'est au début du processus de socialisation que nous devons lutter contre les préjugés sexistes".

Du bon sens ? Etonnant, tout de même, d'entendre cela dans la bouche de l'ancien maire de droite (Les Républicains)… Car en 2013, lorsque sa formation s'appelait encore l'UMP, elle s'était justement violemment engagée contre la ministre des Droits des femmes qui avait voulu engager ce même combat, Najat Vallaud-Belkacem. La socialiste entendait aussi lutter contre les stéréotypes de genre et le sexisme via un programme d'enseignement appliqué en maternelle et en primaire. […]

A l'époque, Edouard Philippe n'avait pipé mot, depuis sa mairie du Havre. Pour aujourd'hui proposer à son tour d'"assurer la transmission d'une culture de l'égalité" dès le "début du processus de socialisation", dans une démarche ressemblant trait pour trait aux "ABCD de l'égalité", axée notamment sur des séances en classe consacrées à la lutte contre les préjugés. […]"

Lire la suite de l'article

Le retour en force des idées de droite est une réalité constatable mais encore inachevée

Dans Liberté Politique, Guillaume Bernard soutient que le mouvement dextrogyre est bien à l'oeuvre, malgré les résultats électoraux de l'an passé :

Unknown-14"[…] La grande coalition libérale macronienne, réunissant droite et gauche modérées, en est la parfaite illustration : elle a réuni les tenants du libéralisme économique (réforme du Code du travail) et du libéralisme culturel (acceptation de la PMA). Il est certain que les idées authentiquement de droite, si elles se déploient à nouveau dans l'espace public (affirmation de la défense de l'identité et des racines culturelles, retour vers un certain conservatisme sociétal, réticence vis-à-vis des incertaines « valeurs républicaines », exaspération vis-à-vis de la repentance, etc.), sont encore électoralement minoritaires. Il est impossible de revenir, en quelques années, sur quatre siècles de développement et d'imprégnation sociale de la philosophie politique moderne.

Si elles pouvaient être satisfaisantes, les victoires souverainistes lors des référendums de 2005 en France (rejet du TCE) ou de 2016 au Royaume-Uni (Brexit) étaient le résultat de la convergence de forces politiques disparates. Elles ont toutefois traduit le souhait populaire d'un retour au contrôle de son espace territorial et normatif. L’élection de Donald Trump aux États-Unis, avec pourtant une minorité de suffrages populaires, s'explique par la structure fédérale de ce pays. En Autriche, en revanche, le candidat du FPÔ n'a pas réussi à l'emporter seul contre toutes les autres formations politiques. Le retour en force des idées de droite est donc une réalité culturellement et même électoralement constatable mais encore inachevée.

Les deux principaux partis

Lire la suite de l'article