Archives par étiquette : respecter

Lire Humanae Vitae : 4e jour, Respecter la nature et les finalités de l’acte matrimonial

HumanaeVitae_texte_commenteRespecter la nature et les finalités de l’acte matrimonial

« Ces actes, par lesquels les époux s’unissent dans une chaste intimité, et par le moyen desquels se transmet la vie humaine, sont, comme l’a rappelé le Concile, « honnêtes et dignes », et ils ne cessent pas d’être légitimes si, pour des causes indépendantes de la volonté des conjoints, on prévoit qu’ils seront inféconds : ils restent en effet ordonnés à exprimer et à consolider leur union. De fait, comme l’expérience l’atteste, chaque rencontre conjugale n’engendre pas une nouvelle vie. Dieu a sagement fixé des lois et des rythmes naturels de fécondité qui espacent déjà par eux-mêmes la succession des naissances. Mais l’Église, rappelant les hommes à l’observation de la loi naturelle, interprétée par sa constante doctrine, enseigne que tout acte matrimonial doit rester ouvert à la transmission de la vie. » Humanae Vitae, §11.

* * *

Non, l’Église ne méprise pas la sexualité !

Non, l’Église n’enseigne pas que les unions conjugales n’ont de valeur que lorsque les époux ont l’intention de concevoir une nouvelle vie.

Oui, c’est Dieu lui-même qui est le génial inventeur du cycle féminin et qui a voulu qu’il y ait des périodes où une union ne mènera pas à une fécondation.

Et oui, comme l’avaient déjà enseigné Pie XI et Pie XII, la vérité de l’acte conjugal demande qu’il reste « ouvert à la transmission de la vie ».

Retrouvez l’ensemble de l’encyclique, et une aide de lecture rédigée par un curé de paroisse et

Lire la suite de l'article

Une fête collective n’a jamais pour principe de respecter l’histoire

Olivier Hanne, historien, auteur notamment de Jeanne d’Arc, biographie historique et du Génie historique du catholicisme, est interrogé dans L'Homme nouveau suite à la polémique qui entoure les fêtes johanniques, où certains ont cru voir une manipulation qui n'a pas eu lieu (l'élection de Jeanne ne dépend pas de la mairie), sous prétexte qu'une obscure adjointe municipale est béninoise… Extrait :

Jeanne-d-ArcCeux qui ont été choqués par le choix d'une jeune fille métisse pour incarner Jeanne d'Arc invoquent une nécessaire fidélité à l'histoire. Mais, justement, nous avons un peu tendance à lire le passé à l'aune d'une vision très actuelle du monde. La conception que nous avons aujourd'hui de la nation et de l'étranger correspond-elle à celle qui était en vigueur au Moyen Âge ? 

Au Moyen Âge l’étranger l’est d’abord par sa foi, si bien que le chrétien a toute légitimité pour s’installer partout dans la Chrétienté, sous réserve qu’il se trouve un protecteur ou un seigneur. C’est la raison pour laquelle les étrangers installés en France par exemple sont généralement des clercs, car l’Église les protège. Les populations n’ont aucun mal à accepter des clercs italiens ou allemands : au XIIe siècle, un certain Pierre Lombard, et donc italien, fut évêque de Paris. Les exemples sont innombrables. En revanche, à partir du XIIIe siècle, on sent que la généralisation du droit civil en Europe et la constitution de monarchies nationales tendent à générer une certaine méfiance. L’usage du français dans les textes écrits, à la place du latin, identifie plus facilement celui qui n’est pas

Lire la suite de l'article

Enseignement : l’Etat doit respecter la liberté des familles

Communiqué des Associations Familiales Catholiques :

"Hier, mercredi 21 février, une proposition de loi a été examinée au Sénat, visant à "simplifier et mieux encadrer le régime d'ouverture des établissements privés hors contrat", précise son initiatrice la sénatrice UDI Françoise Gatel.

Un peu plus d'un an après la censure par le Conseil Constitutionnel de l'article 14 de la loi Égalité et Citoyenneté, portée par Najat Vallaud-Belkacem et ayant pour objectif de durcir le régime d'ouverture de ces écoles, une soixantaine de sénateurs se saisissent à nouveau de ce sujet.

Cette proposition de loi, si elle ne prévoit pas cette fois d'autorisation préalable, cherche à prévenir d'éventuelles dérives, notamment de radicalisation religieuse ou philosophique.

Les AFC restent particulièrement attentives cependant à ce que :
la liberté pédagogique des écoles hors-contrat, qui constitue précisément une raison de leur succès, ne soit pas entravée ;
– la liberté de choix éducative des parents ne soit pas restreinte.

En effet, la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme affirme que "les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants" (Art 26-3).

Pour les Associations Familiales Catholiques, la liberté de choix d'une école – qu'elle soit publique, privée sous contrat ou hors contrat, ou qu'il s'agisse d'une scolarisation à domicile – est pour les parents, premiers et principaux éducateurs de leurs enfants, un droit fondamental qui doit être facilité par l'État et non pas restreint.

Les AFC demeurent plus que jamais vigilantes contre

Lire la suite de l'article

La méthode Sarkozy pour ne pas respecter un vote démocratique fait des émules

Visiblement la méthode Sarkozy pour annuler un référendum donne des espoirs aux mauvais perdants que sont les eurocrates :

"Le Monde explore les pistes apparues sur la question, qui donnent un espoir aux partisans d’un maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne (UE) (…)
 
Pour que ce retrait soit effectif, le pays qui souhaite quitter l’UE doit d’abord notifier sa décision au Conseil européen. S’ouvre alors une période de négociation qui doit déboucher sur un accord régissant les futures relations entre l’Etat membre et l’Union européenne. Si la concertation échoue, la sortie de l’UE est actée deux ans après la notification de retrait – un délai qui peut être prolongé avec l’approbation de tous les Etats membres.
 
En résumé, un vrai compte à rebours sera déclenché au moment où Londres va, pour de bon, appuyer sur le bouton « out ». D’où la volonté des autorités britanniques de gagner du temps. Le premier ministre David Cameron, qui a annoncé qu’il quitterait son poste à l’automne, a laissé à son successeur le soin d’activer l’article 50 (…)
 
« Quel que soit le premier ministre en charge, je crois qu’il ne sera pas assez stupide pour appuyer sur le bouton », résumait dimanche, auprès du Monde, un diplomate bruxellois (…)
 
Un coup de théâtre est-il à envisager durant cette période ? Un diplomate bruxellois interrogé par Le Monde se prend à espérer : « Avec le temps, les “Brexiters” vont se rendre compte de l’erreur qu’ils ont faite, et le référendum

Lire la suite de l'article

Enseignement : respecter la liberté des familles

Communiqué des AFC :

Logo"Le Ministère de l’Education nationale prépare une réforme visant à modifier le régime d’ouverture des établissements hors-contrat – qui passeraient d’un régime de déclaration à un régime d’autorisation préalable – et à imposer désormais à ces écoles, ainsi qu’aux enfants scolarisés à la maison, le respect des programmes de l’Education Nationale, à la fin de chaque cycle, en CE2, en 6ème et en 3ème.

Cette réforme aurait deux conséquences :

  • limiter la liberté pédagogique des écoles hors-contrat, qui préparent aux divers diplômes nationaux grâce à une large palette d'approches éducatives ;
  • limiter la liberté de choix des parents : en effet,  toutes les nouvelles écoles privées sous contrat auraient également à se plier au régime de l’autorisation préalable. L’Etat s’arrogerait ainsi le pouvoir de choisir les critères d’ouverture des écoles privées.

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme affirme que « les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants » (Art 26-3). Pour les Associations Familiales Catholiques, la liberté de choix d’une école – qu’elle soit publique, privée sous contrat ou hors contrat ou qu’il s’agisse d’une scolarisation à domicile – est pour les parents, premiers et principaux éducateurs de leurs enfants,  un droit fondamental qui ne saurait être  limité par l’Etat. 

Elles demandent donc que cette réforme soit abandonnée et que la priorité soit effectivement donnée à la mise en oeuvre de l’actuel système de contrôle a posteriori dont on attend qu'il veille à la qualité

Lire la suite de l'article

Ceux qui n’ont pas l’intention de respecter la culture et la tradition chrétiennes sont invités à partir

Panneau à l'entrée de Pontoglio (Lombardie, Italie) :

0
Pays de culture occidentale et de tradition profondément chrétienne.Ceux qui n’ont pas l’intention de respecter la culture et la tradition locales sont invités à partir.

Le maire Alessandro Seghezzi (PDL-UDC) souligne :

« Le respect des autres, pour nous, est la première forme véritable de civilisation et de liberté. »

Les deux grandes fêtes de Pontoglio sont la saint Antoine, le 17 janvier, et le 15 août, l'Assomption.

Lire la suite de l'article

L’Eglise nous enseigne que nous devons faire respecter le patrimoine matériel et spirituel du pays d’accueil

L'éditorial d'Aymeric Pourbaix dans Famille chrétienne :

"La force des images presque insoutenables vues ces derniers jours ne pourra trouver son sens que si elle conduit à sortir des discours et de l’émotion pour mettre en place une vraie politique migratoire. « Pour passer du cœur à la raison », en somme, comme l’a justement dit Mgr Dominique Rey.

Car on ne peut que constater que l’appel à une générosité sans limites de la part de responsables politiques se heurte au scepticisme des Français, dont la moitié ne souhaite pas que ces réfugiés soient accueillis en France. Il faut l’entendre, car une politique d’immigration cohérente implique aussi l’exigence de justice. Et si la vertu d’hospitalité remonte loin dans l’histoire biblique et dans celle de la France, il serait tout aussi irresponsable de ne pas tenir compte de nos capacités d’accueil. C’est toute l’articulation, nuancée et précise, de la doctrine sociale de l’Église en la matière.

Le cardinal hondurien Oscar Maradiaga, conseiller du pape et ancien président de la Caritas, la résumait ainsi en mars dernier : « On ne peut fermer toutes les portes, mais il n’est pas pensable d’ouvrir tout ce qu’on peut ouvrir. La migration est un droit, mais il y a aussi un droit d’un pays à régulariser la migration. Si l’on disait : que tous ceux qui le peuvent viennent, ce serait un désastre ». Le Liban a été dans son Histoire récente le témoin de ce qu’une population nouvelle – les Palestiniens –

Lire la suite de l'article

Consignes de sécurité à respecter dans les lieux de culte chrétiens

Lu dans Le Figaro :

"Quatre mois après la tentative d'attentat contre une église de Villejuif, le ministère de l'Intérieur et la Conférence des évêques de France (CEF) ont envoyé fin juillet à tous les évêchés de France une note rappelant les consignes de sécurité à respecter dans les lieux de culte chrétiens."

178 églises bénéficient d'une protection spécifique. C'est le cas de la cathédrale Notre-Dame de Paris ou la basilique du Sacré-Cœur. Pour les autres, Bernard Cazeneuve a envoyé aux préfets une série d'instructions (afficher des pancartes «vigipirate», limiter les accès, augmenter les patrouilles au moment des offices ou lors des fêtes religieuses, etc). À Lourdes, la présence policière a également été renforcée: les agents non-armés sont passés de cinq à onze.

Lire la suite de l'article

«Respecter tout être vivant: est-ce un devoir moral?»

C'est l'un des sujets de philosophie du Bac, dont l'épreuve a lieu ce matin. Autres sujets :

  • «Suis-je ce que mon passé a fait de moi».
  • «La conscience de l’individu n’est -elle que le reflet de la société à laquelle il appartient»
  • «L’artiste donne-t-il quelque chose à comprendre».
  • «Une oeuvre d’art a-t-elle toujours un sens »
  • «La politique échappe-t-elle à l’existence de vérité.»

Vous avez 4h.

Lire la suite de l'article

Défendre les femmes, c’est respecter la politique familiale

Question du député UMP Marie-Jo Zimmermann, aujourd'hui à l'Assemblée nationale :

2971"Monsieur le Premier ministre, chaque année, le 8 mars, nous rappelons les lois que nous avons fait voter par nos majorités respectives en faveur d’une plus grande égalité entre les femmes et les hommes, dans les domaines politique, professionnel et social. Je voudrais rendre hommage à toutes celles et à tous ceux qui, à leurs différents niveaux de responsabilités, ont participé à cette évolution, transcendant ainsi tous les courants politiques, de gauche comme de droite.

Malheureusement, force est de constater que, malgré des résultats indéniables, le chemin est encore long. Depuis trois ans, nous dénonçons l’explosion de la pression fiscale qui pèse sur les ménages et le démantèlement de la politique familiale, qui était pourtant un modèle en Europe et permettait aux femmes de concilier enfants et travail. Ce démantèlement s’est notamment traduit par la double réduction du quotient familial, la remise en cause de la prime à la naissance et du congé parental, le décalage du versement de la prestation d’accueil du jeune enfant, la modulation des allocations familiales et aussi la réforme, de façon autoritaire, sans concertation, des rythmes scolaires, qui a des conséquences très négatives, surtout pour les femmes.

Par ailleurs, n’oublions pas que la hausse continue du chômage touche principalement les femmes et les place dans une précarité plus grande que les hommes. Aujourd’hui, sur les neuf millions de Français vivant en dessous du seuil de pauvreté, près de cinq millions sont des femmes.

Lire la suite de l'article

Pour respecter la mort des journalistes, il faut s’interroger sur les fondements de la violence

L'abbé Vénard est aumonier militaire. Il avait vu mourir deux parachutistes assassinés par Mohammed Merah. Il écrit aujourd'hui :

"« Je ne suis pas Charlie » et je ne soutiendrai jamais ce journal, dont la ligne éditorial relève, à mon sens, plus de l’abus de la liberté d’expression que de la liberté en tant que telle. Je suis pour respecter infiniment la douleur, les souffrances et les morts, surtout quand il s'agit de policiers, de gendarmes ou de militaires dans l'exercice de leurs fonctions.

Mais je refuse que des journalistes puissent être victimes de violence parce qu'ils soutiennent des combats, même si ceux-ci ne sont pas les miens, voire dirigés contre ma Foi. Pour respecter la mort des journalistes de la rédaction de Charlie-Hebdo, encore faudrait-il avoir le courage aussi de s’interroger sur les fondements de la violence qui les a tués. Et à ce sujet, si l’on aimait vraiment nos concitoyens musulmans, qui vivent des moments difficiles aussi à travers ce drame, on ne se contenterait pas d’ânonner le fameux « padamalgame ». Nos amis journalistes devraient procéder enfin à une sérieuse autocritique. Leur incapacité tragique (à quelques louables et notables exceptions près) à sortir du panurgisme idéologique « laïco-bobo-écolo-relativiste » fera d’eux (et nous venons d’en voir l’horrible et triste application) les premières victimes du nouveau totalitarisme terroriste. Les bolchéviques ne s’y étaient pas trompés, purgeant et tuant à tour de bras les « idiots utiles ». La Révolution française, en est un autre

Lire la suite de l'article