Archives par étiquette : République

La barbouzerie, consubstantielle à la république

Très bonne tribune de Maître Cirier sur Boulevard Voltaire :

Benalla, barbouze élyséenne aux origines aussi mystérieuses que sa promotion éclair, à 26 ans, au grade de lieutenant-colonel honoraire avec salaire mirifique de 10.000 euros mensuel, accréditations multiples, voiture de fonction et appartement élyséen payés par le contribuable : « ecce homo » qui fait trembler la Macronie.

Et nos politiciens, de droite comme de gauche, de se jeter sur l’affaire comme chien affamé sur gigot de pré-salé, faisant assaut de feinte indignation vertueuse, clamant urbi et orbi que les principes de la République auraient été violés avec l’application d’une horde allogène en Allemagne un soir de fête.

À les croire, tous ces agneaux vêtus de probité candide n’auraient jamais imaginé l’existence, en terre de sainte République macronienne, d’une basse police, agissante et parallèle à la police nationale…

Et de faire retentir les ondes de leurs cris d’orfraie…

Pourtant, seuls les poissons rouges élyséens en phase terminale d’Alzheimer ont oublié que les polices parallèles – autrement dit la « barbouzerie » – existent et ont existé de tous temps républicains.

Le terme même de « barbouze », qui faisait allusion aux fausses barbes dont étaient censés s’affubler ces serviteurs de l’ombre des besognes obscures du pouvoir, dans l’espoir de ne pas être reconnus, remonte à la réputée parfaite République gaullienne dont se réclament à qui mieux mieux nos Robespierre républicains nostalgiques, tandis que monsieur Larcher reste assis sur le couvercle du puits pour empêcher toute sortie intempestive de la vérité.

Cette pratique gouvernementale de confier

Lire la suite de l'article

“Nous affrontons la République de France et le continent africain”

Unknown-20Igor Stimac sera au stade Loujniki de Moscou, dimanche, pour la finale de la Coupe du monde. La Fédération croate a invité les demi-finalistes de 1998, battus par la France. L’ancien joueur de la Croatie a déclaré :

"Nous affrontons la République de France et le continent africain. Donc ce sont les 11 meilleurs, les plus talentueux, parmi un milliard de personnes, et de l’autre côté, nous sommes quatre millions. Ce ne sera pas facile, mais nous devons tous être derrière l’équipe et l’aider."

"Quelqu’un sait contre qui exactement on joue la finale ?".

Lire la suite de l'article

Histoire de la IVe République, qui accouche des mêmes pratiques que la précédente

174666La IVe République s'ouvre par la liesse de la Libération et par l'horreur de l'épuration, illustration d'un peuple qui cherche à fuir sa culpabilité dans la défaite de 1940…

La chaîne Histoire diffuse le 30 mai un film d'Eric Deroo et Charles Thimon sur la IVeFin 1944, la France rêve à un régime politique qui ne reproduise plus les erreurs qui l’ont conduite à la pire défaite de son histoire. Et pourtant… alors que l’Indochine entre dans une dure guerre d’indépendance, précédant de peu la Tunisie, le Maroc et bientôt l’Algérie, la Constitution de la IVe république votée en 1946 accouche des mêmes hommes et des mêmes pratiques.

Bien décidé à changer les règles institutionnelles, s’il bouscule profondément la donne, de Gaulle n’en bénéficie pas moins des acquis du régime précédent, en particulier sur le plan économique. Mais, dès la fin de son premier quinquennat, ce régime se retrouve confronté à l’usure du pouvoir et aux vieux démons de la vie politique française : ententes entre partis, préservations des avantages acquis, népotisme…

La IVe République a été celle du vide. Ce film nous montre par quel processus va naître la Ve. En 1958 le pouvoir s'incarne de nouveau, pour le meilleur et pour le pire… D'ailleurs, ce film ne s'arrête pas à 1958, mais au retrait du général après son échec au référendum de 1969.

A tel point qu’une question, certes provocante, peut se poser. La Ve du général de Gaulle ne fut-elle pas un épisode de

Lire la suite de l'article

Les écoles Espérance banlieues respectent bien… les valeurs de la République

720422Le 26 décembre 2017, le député Adrien Quatennens (France Insoumise – photo) posait une question écrite au ministère de l'Education nationale mettant en cause la conformité des enseignements dispensés au sein du réseau Espérance banlieues avec les valeurs de la République. Le 1er mai, le ministère de l'Education nationale répondait par écrit :

« À la rentrée scolaire 2017, la « Fondation Espérance banlieues » coordonne un réseau scolarisant environ 400 élèves dans 11 écoles élémentaires, dont 5 auxquelles est adjoint un collège, soit 16 établissements. Il s'agit d'établissements scolaires privés qui ne sont pas liés à l'État par contrat, ou « hors contrat », et dont le régime juridique constitue un point d'équilibre entre au moins deux droits constitutionnellement reconnus. La liberté de l'enseignement ne permet d'imposer aux établissements scolaires privés hors contrat ni la méthode ni le rythme prévus par les programmes officiels pour acquérir tous les domaines du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Néanmoins, le droit à l'instruction impose à ces établissements non seulement de faire en sorte que, à 16 ans leurs élèves aient acquis tant ce socle que les valeurs de la République, mais aussi de faire partager à leurs élèves ces valeurs tout au long de leur scolarité, dans le but d'en faire des citoyens. S'agissant de l'ouverture des établissements privés hors contrat, la question suggère que la loi conditionne cette ouverture à « la levée de tout doute quant à la conformité des enseignements qui y sont dispensés ». Si le

Lire la suite de l'article

La bête immonde a déjeuné avec le diable de la République

On imagine les frissons du journaliste de L'Express :

"Chez Drouant, on ne réfléchit pas seulement aux lauréats des prix Goncourt et Renaudot. Le 21 mars, dans ce célèbre restaurant parisien, sont attablés celle qui fut députée FN du Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen, et celui qui fut conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson. L'une et l'autre ont déjà échangé, sans jamais prendre le temps d'une discussion approfondie."

Patrick Buisson explique :

Images-7"Elle est en train de revisiter le mythe du sauveur cher à la droite. Air du temps oblige, la femme providentielle a supplanté l'homme dans cet emploi. Même les plus conservateurs sont prêts à faire cette concession à la modernité. Ça leur rappelle Domrémy et Vaucouleurs."  

 

"Laurent Wauquiez a beaucoup de détermination, mais peu de divisions, notamment dans la France périphérique, où son discours n'imprime pas. Inversement, Marion Maréchal-Le Pen dispose de gros bataillons potentiels, tant dans la France des invisibles que dans la bourgeoisie de droite séduite par sa maturité politique précoce, mais une grande indécision pèse sur ses choix futurs. Le premier se trompe à rejouer la stratégie de Sarkozy de 2007 quand il faudrait inventer autre chose. La seconde a compris que dans une société liquide comme la nôtre, les partis deviennent des obstacles. Si elle devait revenir sur la scène politique, elle disposerait d'un avantage sur ses éventuels concurrents. Elle a marqué les esprits en montrant son détachement à l'égard des mandats électifs, quand d'autres s'accrochent durant des lustres. Et sa

Lire la suite de l'article