Archives par étiquette : Rendezvous

Paris-Chartres 2018: lieux de rendez-vous des pèlerins

Banniere_ndc2016_mail

Voici les lieux de rendez-vous pour le pèlerinage 2018 avec un changement qui concerne la halte du déjeuner de samedi par rapport aux années précédentes. 

CHAPITRES ADULTES :

RDV à 6h00 sur le parvis de la Cathédrale Notre-Dame de PARIS. Dépose des sacs de bivouac identifiés par vos noms et flots aux couleurs de votre région de marche, dans le camion dédié à votre région de marche (nom et couleurs).

CHAPITRES ENFANTS :

RDV à 10h30 sur la prairie d’Amblainvilliers à IGNY (91). Durant tout le pèlerinage, vos enfants ne sont pas autorisés à quitter leur chapitre pour des raisons évidentes de sécurité. À l’issue du pèlerinage, la récupération des enfants se fait par leurs parents ou leur tuteur, dans les jardins de l’évêché, derrière la Cathédrale. Merci d’avertir impérativement le chef de chapitre en partant. NB : un accueil à la Cathédrale de Paris est prévu uniquement pour un nombre limité d’enfants venant de province : la prise en charge de ces enfants aura lieu avant la messe, sur le parvis de Notre Dame de Paris, où ils seront rassemblés en un chapitre jusqu’à Amblainviliers. Dans ce cas merci de bien vouloir en informer le responsable des chapitres Enfants.

CHAPITRES PASTOUREAUX :

RDV à 10h30, sur la prairie d’Amblainvilliers à IGNY (91). Durant tout le pèlerinage, vos enfants ne sont pas autorisés à quitter leur chapitre pour des raisons évidentes de sécurité. Le couchage s’effectue obligatoirement en tente collective non-mixtes. À l’issue du pèlerinage, la récupération des Pastoureaux se

Lire la suite de l'article

Génération Identitaire demande un rendez-vous à Emmanuel Macron

Emmanuel Macron avait déclaré le 31 décembre : "Demandez-vous chaque matin ce que vous pouvez faire pour le pays". Génération Identitaire l'a pris au mot et subit en conséquence une censure politique :

DdQDer9W0AIl29A

Commentaires (1)

S'il les reçoit, il va leur dire, comme De Gaulle en Algérie, "je vous ai compris", et il ne fera rien, si ce n'est continuer dans la même voie, plus vite encore pour prendre cette opposition de vitesse. Il est élu pour ça, par moins de 25% du corps électoral, dont les deux tiers ont élu un jeune premier sans avoir compris ce qu'il représentait. Le tiers restant constitue le noyau dur des ennemis du peuple français. Parmi eux, la racaille dont le vote suit les mots d'ordre des mosquées.

Rédigé par : Yorgos | 16 mai 2018 08:24:07
____________________________________

Lire la suite de l'article

Philippe de Villiers : “Macron aura rendez-vous avec l’Histoire s’il affronte la question du Grand remplacement”

Extraits des propos tenus par Philippe de Villiers sur BFM TV :

"Je suis très inquiet pour mon pays car les Français vivent dans un sentiment de dépossession de leur territoire, de leur mémoire, de leur histoire et de leur identité. C’est l’heure de vérité, du destin d’Emmanuel Macron. Ou bien il a rendez-vous avec l’Histoire, ou bien avec les histrions à la fin de son mandat. Pourquoi ? Il faut qu’il ose affronter avec courage, je pèse mes mots, le face à face angoissant sur notre territoire de deux populations. Une de plus en plus nombreuse et jeune, transplantée, et qui là où elle est transplantée voudrait continuer à vivre avec ses racines, son art de vivre, ses croyances, sa civilisation. Et une autre population, de moins en moins nombreuse, de plus en plus vieillissante, qui se coupe de ses racines. J’attends de lui qu’il préserve la survie de la France, c’est-à-dire la civilisation de la France. Il aura rendez-vous avec l’Histoire s’il affronte la question du Grand remplacement (…)

Quant à Laurent Wauquiez et Marine Le Pen, il semble les renvoyer dos-à-dos :

"Wauquiez me fait penser à un souvenir d’enfance. Quand j’étais petit, il y avait une serre bretonne avec des lampes rougeoyantes et des artichauts qui montaient très haut. Quand on les mangeait, on disait à notre maman, “ces cœurs d’artichauts sont fades, ils n’ont pas de gout”

La dernière fois que je l’ai vue à la télé, elle m’a rappelé une Une de

Lire la suite de l'article

Rendez-vous à 15h place Vendôme pour soutenir le bus de CitizenGo

Le bus de la liberté et de la vérité, contre l'enseignement du genre à l'école sera à 15 heures, dimanche 8 octobre, place Vendôme.

Quittons nos canapés pour marcher en pleine lumière.

DLhl2fDWAAAxoSs

Ce bus a fait le premier sujet du journal télévisé 12/13 de France 3  :


12/13 Paris Ile-de-France

Lire la suite de l'article

La grande Marche pour la vie est lancée ! Rendez-vous le 22 janvier à Paris

Communiqué de La Marche pour la vie :

CwRcPtGW8AE491g

"Condamner les personnes qui veulent dissuader d’avorter est la dernière invention du gouvernement. Cette initiative sera discutée au Parlement dans les mois à venir.

Elle s’inscrit dans une promotion délirante de l’avortement orchestrée depuis 5 ans, avec notamment la suppression du délai de réflexion et de la condition de détresse.

La 11ème Marche pour la vie est l’occasion pour les citoyens d’exprimer leur indignation face au drame de l’avortement qui frappe une grossesse sur 4.

1 avortement ça fait mal.

220 000 avortements par an ça fait très mal :

  • des vies humaines supprimées, parmi lesquelles la quasi-totalité d’une population marquée par son génome,
  • des femmes en souffrance et sommées de se taire,
  • des équipes médicales détournées du serment d’Hippocrate, des consciences tourmentées,
  • des familles abîmées,
  • une société anesthésiée.

Les élections présidentielles et législatives de 2017 offrent l’occasion d’interpeller avec force les prochains responsables politiques sur la valeur de toute vie humaine. Dans cette optique, la Marche Pour la Vie renouvelle son organisation avec l’émergence d’une nouvelle génération.

Elle annonce que sa grande manifestation annuelle aura lieu le dimanche 22 janvier 2017 à Paris."

Lire la suite de l'article

La victoire idéologique du rendez-vous de Béziers

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, estime que le rendez vous de Béziers constitue une victoire idéologique. Extraits :

♦ A Béziers des hommes et des femmes politiques, venus pour les uns des rives de Les Républicains (Jean-Frédéric Poisson, Xavier Lemoine, Jérome Rivière, Christian Vanneste), les autres des berges du Front national (Marion Maréchal-Le Pen, Louis Aliot, Karim Ouchikh), se sont croisés et rencontrés lors d’une manifestation publique.

Certes, une hirondelle ne fait pas le printemps. Et les esprits chagrins regretteront l’absence de Philippe de Villiers et de Nicolas Dupont-Aignan comme le départ précipité de Marion Maréchal-Le Pen.

Il n’empêche que cette rencontre par-delà les frontières de la diabolisation est une première dans le champ politique.

Victoire idéologique et « hégémonie culturelle »

La victoire idéologique, elle, est incontestable. Les pages « Débats et Analyses » du Monde, paru le samedi 29 mai 2016, le soulignait à leur manière. En page de droite, on s’interrogeait sur tous ces politiques qui, de Fabius à Macron, revendiquaient l’héritage de Jeanne d’Arc. Victoire incontestable des défilés du Front national organisés chaque année jusqu’en 2015. En page de gauche, Le Monde qualifiait l’opération Oz ta droite de Robert Ménard de « démarche d’hégémonie culturelle »

A leur manière tous les journalistes ont accepté cette victoire gramscienne parlant d’un rassemblement d’  « intellectuels de droite et d’extrême droite ». Le vocabulaire reste diabolisant, bien sûr. Mais alors que les intellectuels de gauche semblent passés à la trappe on note l’existence d’ « intellectuels de droite ». Et on ne parle plus

Lire la suite de l'article

Le respect de la vie absent du rendez-vous de Béziers

Dans Présent, Louis Lorphelin s'étonne :

"Les rendez-vous de Béziers avaient pour objectif de définir des marqueurs, de délimiter une frontière. Celle-ci est censée permettre désormais de définir qui est de droite ou non. Etre à droite ne suffit plus. Or, parmi les 51 propositions soumises au vote des participants lors de la journée de clôture, pas un mot sur le respect de la vie.

Abrogation de la loi Taubira (aux effets non rétroactifs, déploreront certains), d’accord. Interdiction de la GPA (quid de la PMA ?), d’accord.

En revanche, ni avortement, ni euthanasie n’ont été abordés. C’est bien la peine de chercher des noises au Front national sur ces questions si elles ne sont plus dans leur programme. Selon Robert Ménard, si ces sujets n’ont pas été évoqués, c’est qu’ils n’ont pas fait consensus. Mais consensus auprès de qui ? Le public plébiscitait tout ce qui était soumis à son vote. La réponse est à chercher parmi les organisateurs, et en particulier du côté de Valeurs actuelles. En effet il semblerait qu’Yves de Kerdrel, rédacteur en chef de l’hebdomadaire, soit venu en service commandé. L’objectif : prouver qu’Oz ta droite est compatible avec Les Républicains, si ceux-ci reprennent à leur compte les mesures. Il fallait donc mettre le moins possible les amis politiques pour qui roule Kerdrel en porte-à-faux vis-à-vis de ces fameux marqueurs. Les dés étaient donc en partie pipés."

Lire la suite de l'article

Le Rendez-Vous de Béziers a été le révélateur des carences du Front national

MDans son dernier numéro, Minute reivent sur l'agressivité de Florian Philippot à l'encontre de Robert Ménard. Extrait :

"Au moment où Philippot twittait, il y avait déjà eu 1700 entrées payantes au Rendez-Vous de Béziers, sans qu’aucun car n’ait été affrété, sans qu’aucun appareil de parti n’ait mobilisé ses troupes, sans nul appel à s’y rendre d’un candidat à la présidentielle, et il y eut quasiment autant de monde qu’au banquet du 1er mai du Front national. L’arrogance de la codirection frontiste, qui dispose de moyens considérables, laisse parfois pantois."

Précisons que Béziers n'est pas au centre de la France et qu'il n'est pas si simple de s'y rendre, contrairement à la capitale.

Et Minute précise encore :

"[S]ignalons encore à Florian Philippot que de nombreux élus régionaux et municipaux du Front national étaient présents à Béziers […] et y sont restés jusqu’à la fin, ce qui tend à prouver, a minima, que les productions intellectuelles du FN qui fonctionnent en circuit fermé avec deux éléments de langage et demi sur l’« euromondialisme » ne suffisent pas à rassasier les esprits curieux… Quand on envoie aux cadres de son parti un argumentaire sur l’élection présidentielle autrichienne qui analyse les 49,7 % de Norbert Hofer, le candidat du FPÖ, comme « un signal de défiance vis-à-vis de l’Union européenne », il ne faut pas s’étonner qu’ils aillent voir ailleurs, là, justement, où l’on a compris que le vote autrichien a été d’abord un vote identitaire. Quant à l’« instrumentalisation

Lire la suite de l'article