Archives par étiquette : Rémy

Rémy Prud’homme : Le Mythe des énergies renouvelables

Alors que le ministre de l’écologie Nicolas Hulot revient sur de plus en plus de promesses, le poids du politiquement correct sur les questions écologiques pèsent toujours lourd sur les mentalités.

Ancien directeur adjoint de l’environnement à l’OCDE, Rémy Prud’homme publie “Le mythe des énergies renouvelables”. Un ouvrage documenté et sans concession qui a le mérite de faire entendre un souffle nouveau sur les modes de productions énergétiques alternatifs.

Lire la suite de l'article

Un jour, un texte ! La patrie selon le colonel Remy

DIRECTEMENT ISSU DE PATER, le mot « patrie » signifie fondamentalement « la terre des pères », marquant ainsi une filiation. Il est bien vrai que l'essence du sentiment qui nous attache à notre patrie est de l'ordre filial, impliquant l'amour, le respect, la piété, l'obéissance qu'un enfant doit tout naturellement témoigner à son père et sa mère. La première partie perceptible à la connaissance de l'enfant est la famille, dont sa mère est le cœur et son père le chef, et dont l'habitat, aussi humble soit-il, délimite la frontière.

Au fur et à mesure que grandit cet enfant, et qu'avec son intelligence ses regards portent plus loin que son foyer natal, il comprend que sa famille ne peut vivre repliée sur elle-même, qu'elle est dépendante d'autres familles dont l'ensemble forme l'embryon d'une société. Ainsi fera t-il la découverte progressive du pays dont il portera le nom, accolé à son nom patronymique. Sa famille, son hameau, son village, son bourg ou sa ville, puis la province d'où il est originaire, feront naître au fond de son cœur l'image d'une « petite patrie » qui restera inséparable du souvenir de ses premières années. L'amour qu'on porte à cette petite patrie, s'il reste privilégié, n'est nullement contradictoire de celui qui s'attache à la « grande », et même tout au contraire. Pour bien servir la patrie, il n'est rien de tel que de demeurer fidèle à la foi, aux êtres et aux lieux qui ont entouré la première enfance. A Sainte-Anne d'Auray, les pèlerins s'affirment  « catholiques et Bretons toujours », aimant

Lire la suite de l'article