Archives par étiquette : religieux

Russie : l’Eglise a construit 1000 édifices religieux en 20 ans

Lire la suite de l'article

Le fait religieux est en Russie indissociable de l’identité nationale

Extraits de l'interview de Florent Parmentier, docteur en sciences politiques et maître de conférences à Sciences Po Paris, pour FigaroVox :

"Vu depuis la France, le fait religieux en Russie semble indissociable de la vie politique. Est-ce la réalité, ou bien existe-t-il une relative autonomie du religieux par rapport à l'État

Le fait religieux est en Russie indissociable de l'identité nationale de la population majoritaire, christianisée depuis le Xe siècle. Moscou s'est revendiquée au cours de son histoire comme une «troisième Rome», après Rome et Byzance, ce qui permettait de justifier le pouvoir absolu – ce qui n'a pas empêché l'empire de s'agrandir dans des territoires dominés par d'autres religions. Après 1917, l'athéisme radical, scientifique, devient la norme, la religion orthodoxe étant plus particulièrement ciblée, mais cela n'a pas empêché Staline de mettre une pause à cette politique anticléricale après le début de l'opération Barbarossa de l'Allemagne nazie en 1941.

Aujourd'hui, sans être une religion d'État, la religion orthodoxe bénéficie d'une série de privilèges par rapport aux autres cultes, du fait de ses relations avec le pouvoir politique. Mais, malgré tout, tant le pouvoir que l'Église sont conscients qu'une trop grande proximité peut nuire à chacune des parties.

Les Russes sont quatre fois plus nombreux aujourd'hui à se dire croyants que sous l'URSS. Comment expliquez-vous ce retour massif à la religion?

Deux phénomènes permettent d'expliquer ce chiffre extrêmement évocateur: d'une part la nécessité de retrouver des repères dans une société qui avait perdu les siens ; la «fin de

Lire la suite de l'article

L’enseignement du fait religieux sur l’islam est dogmatique, sans honnêteté historique

En commission des affaires culturelles, ce matin, la nouvelle présidente du conseil supérieur des programmes, Mme Souad Ayada, dénonce un enseignement du fait religieux islamique qui est trop orienté sur la promotion et non pas sur l’objectivité historique :

Lire la suite de l'article

Reportage sur le patrimoine religieux catalan

Mercredi 1er novembre à 20 h 55 sur France 3 dans le cadre de l’émission des Racines et des Ailes, sera diffusé un reportage sur le patrimoine religieux catalan, avec notamment l’abbaye romane de Saint Martin du Canigou (X-XIIe siècles).

Le reportage continue avec la description des somptueux  retables baroques. Le monumental retable Saint-Pierre des Prades réalisé entre 1696 et 1699 par Joseph Sunyer puis la découverte de l’église d’Espira de Conflent véritable conservatoire de l’art baroque avec notamment la fameuse Série des 7 Sacrements de Nicolas Poussin réalisée dans le bois.

Enfin le dossier se termine par le chef d’œuvre du baroque catalan : le Camaril (ou chambre de la Vierge Marie) à l’Ermitage de Font-Romeu.

Lire la suite de l'article

Vers l’interdiction des signes religieux dans des hôpitaux canadiens

Unknown-5Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Est-de-l'Île-de-Montréal a confirmé avoir lancé une réflexion pour se doter d'un «cadre de référence en soins spirituels». Parmi les sujets débattus : les signes religieux portés par certains prêtres employés dans les établissements liés au CIUSSS. La direction assure toutefois qu'elle n'a pas encore pris de décision à ce sujet.

Le CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal emploie 17 intervenants en soins spirituels, dont 8 sont des religieux qui portent le col romain. 

Ces derniers mois, des membres du personnel ont fait valoir à la direction que, selon eux, le port du col romain ne cadrait pas tout à fait avec l'esprit du service qui devrait être offert. Ils ont trouvé une oreille attentive du côté de l'Association des intervenants et intervenantes en soins spirituels du Québec, qui confirme s'être penchée sur la question et dont le porte-parole explique doctement :

«Le col romain, c'est un symbole fort au Québec. Ce n'est pas un symbole religieux comme les autres, comme une kippa ou un voile, par exemple. C'est un symbole d'autorité religieuse».

Le regroupement professionnel craint que des gens soient réticents à demander de l'accompagnement en matière d'aide médicale à mourir, d'avortement ou de questions liées à la communauté LGBT si un membre du personnel de l'établissement affiche un col romain… Selon ces hypocrites, un musulman va encourager des LGBT ou un rabbin va encourager l'euthanasie d'un patient…

Lire la suite de l'article

Polémique autour du drapeau “religieux” de l’Union européenne

Unknown-8Jean-Luc Mélenchon souhaite faire retirer le drapeau de l'UE de l'Assemblée nationale, à quoi Emmanuel Macron répond qu'il compte le reconnaître pour empêcher qu'il soit enlevé. Pour Alexis Corbière, député LFI et porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, la nature de ce drapeau doit conduire à sa sortie de l'hémicycle :

"Son créateur, Monsieur Arthur Heitz (en réalité Arsène Heitz) l'a toujours assumé : c'est un symbole religieux. Cette symbolique du fond bleu et ces douze étoiles est directement inspirée de la médaille pieuse dédiée à la Vierge Marie que monsieur Heitz portait autour du cou."

"C'est un symbole marial, volontairement adopté le 8 décembre 1955, le jour de l'Immaculée conception". "Pourtant, plus que jamais, nous avons besoin de laïcité et il importe que les symboles présents dans cette Assemblée soient conformes à cette volonté qui nous rassemble. Oui, laïcité !".

On attend avec gourmandise le moment où Alexis Corbière apprendra que le bleu du drapeau tricolore provient de la couleur de la chape de saint Martin, le rouge de Saint-Denis et le blanc de la monarchie…

Lire la suite de l'article

Fait religieux en entreprise : « Toutes les religions sont concernées mais en priorité l’islam »

Selon une enquête de l'institut Randstad et l'Observatoire du fait religieux en entreprise (OFRE), les « cas conflictuels »représentent 7,5% de l'ensemble des faits recensés en 2017 contre 6,7% en 2016. Ceux qui nécessitent l'intervention d'un manager représentent « 16% » du total contre « 14% » en 2016 et « 12% » en 2015, tandis qu'un manager sur cinq (20%) est confronté à des « difficultés ». Lionel Honoré, directeur de l'OFRE, indique :

« Quantitativement marginaux, ces faits sont qualitativement très importants car ils polluent le bon fonctionnement de l'entreprise »

Il cite le « refus de travailler avec une femme ou sous ses ordres », « de réaliser certaines tâches ou de respecter les ordres du manager », de « travailler avec des personnes ayant une autre religion », la « contestation des horaires de travail eu égard à la prière » mais aussi « le prosélytisme »

Et soudain c'est le drame, il fait l'amalgame :

« Toutes les religions sont concernées mais en priorité l'islam ».

Commentaires (2)

Certes, face à l'islam toutes les religions sont concernées…

Rédigé par : oxygène | 28 sep 2017 15:45:28
____________________________________

Dans un pays, en l'occurrence le nôtre, où le christianisme, le judaïsme et le boudhisme respectent la loi, quand aurons-nous des dirigeants dignes de ce nom qui feront marcher l'islam dans les clous ?

Les musulmans sont parfaitement capables, en tout cas un majorité d'entre eux, de respecter la loi française ; ils savent mieux que nous les différences entre la France et le bled, et je suis certain qu'ils sont loin d'être tous d'accord de devoir subir

Lire la suite de l'article

Terres de Mission : Le patrimoine religieux français ? Exceptionnel

Au sommaire de l'émission de TV Libertés :

  • Eglise universelle : 25 % des ordinations de Français selon la forme extraordinaire du rite romain
  • Eglise en France : du nouveau sur les catéchismes diocésains
  • Eglise en Marche : les pèlerinages de France

Lire la suite de l'article

Euthanasie : vers l’excommunication de religieux belges ?

D'Antoine Pasquier dans Famille chrétienne :

"La branche belge des Frères de la Charité dispose d’un mois pour se mettre en conformité avec le magistère de l’Eglise catholique sur la prohibition de l’euthanasie, a annoncé le supérieur général de l’ordre, le frère René Stockman, dans un communiqué publié le 5 août. En mai dernier, la communauté basée en Belgique avait décidé d’autoriser la pratique de l’euthanasie sous certaines conditions au sein des établissements psychiatriques placés sous sa responsabilité, et ce malgré l’opposition de l’administration générale de la congrégation. « Le texte qui nous est présenté est non seulement moralement condamnable, mais montre par ailleurs de sérieuses contradictions juridiques internes », avait alors déclaré le frère Stockman en juin dernier. « Il nuit aux positions juridiques correctes de l’Église ».

Saisie par le supérieur des Frères de la Charité, Rome vient de faire connaître la procédure à suivre. A l’issue de nouvelles concertations entre la Secrétairerie d’Etat, la Congrégation pour la doctrine de la foi et la Congrégation pour les instituts de vie consacrée, ainsi que d’une consultation finale avec le pape François, le préfet de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée, le cardinal Braz de Aviz, mandate le frère René Stockman pour prendre de nouvelles mesures à l’encontre de la communauté belge. « Le supérieur général mettra tout en œuvre pour conformer l’organisation à la vision de l’Église catholique », assure ce dernier dans son communiqué, « et – à défaut de cela -, prendra

Lire la suite de l'article

Les représentants religieux, des lobbyistes à ficher

Discuté par les parlementaires en fin d’année dernière, le registre des lobbyistes verra bien le jour le 1er juillet. Mesure emblématique de la loi Sapin 2, il est censé permettre de mieux encadrer les pratiques de lobbying à destination de ceux qui font la loi. Le répertoire sera rendu public en ligne et les informations relatives aux actions de lobbying resteront publiques pendant une durée de cinq ans.

Les lobbyistes qui souhaitent rencontrer des ministres et leur cabinet, des parlementaires et leurs collaborateurs, certains hauts fonctionnaires et élus locaux sont tenus de s’y enregistrer : identité et celle du tiers pour lequel ils font du lobbying, champ de leurs activités de lobbying (actions mises en place, décisions politiques visées et montant des dépenses consacrées au lobbying pour l’année écoulée).

Le nouveau Président de la République, Emmanuel Macron, s'est engagé à élargir le registre de déclaration d'intérêts de l'Assemblée nationale aux partenaires sociaux et aux représentants religieux.

Et les franc-maçons, seront-ils fichés ?

Lire la suite de l'article