Archives par étiquette : réclament

Obsèques : “les citoyens qui ne se réclament d’aucune religion se trouvent démunis”

Les athées ont besoin de croire en la vie éternelle comme les autres… La République singe la religion, c'est une vieille tradition. La proposition de loi instituant des funérailles républicaines a été déposée en 2014, mais elle sera examinée à partir du 30 novembre prochain. On y lit :

Unknown-50"Les familles confrontées au deuil sollicitent de plus en plus les mairies pour l’organisation de cérémonies civiles. En effet, les citoyens qui ne se réclament d’aucune religion se trouvent démunis et attendent de notre République qu’elle leur offre des perspectives pour accompagner leurs morts. Organiser un dernier hommage au défunt autour d’un rituel funèbre civil peut être un apaisement pour la famille par la solennité qui s’en dégage et le soutien apporté.

La loi du 9 décembre 1905 a consacré le principe de séparation entre l’Église et l’État ainsi que la liberté de conscience et de pratique cultuelle.

La cérémonie civile ou laïque concerne les personnes ne souhaitant pas intégrer d’aspects religieux lors des obsèques du défunt. Jusqu’alors, seules les pompes funèbres jouaient un rôle clef dans ce type de cérémonie. La République française se doit de prendre en charge, comme elle le fait pour les naissances, les mariages, voire même les parrainages civils, un rite propre pour commémorer la mort de ses citoyens. Chaque municipalité devrait être en capacité d’intervenir pour assurer un moment de recueillement auprès du défunt, même en l’absence de cérémonie religieuse."

On remarque que ce texte, déposé en 2014, revient sur le devant de la scène, juste après

Lire la suite de l'article

Des élus FN réclament la démission de Florian Philippot

Premier vice-président du groupe FN au conseil régional de PACA, Jean-Louis Bouguereau réclame dans un communiqué la «démission de Florian Philippot», «en raison de ses actes commis à l’encontre du président d’honneur du Front national». Il lui reproche des «fautes politiques et juridiques de nature à compromettre l’unité du parti»

Jean-Louis Bouguereau assure avoir le soutien d'une «large majorité» des vingt élus frontistes au conseil régional de Paca, ainsi que de la base militante :

«Les militants de Paca sont attachés sentimentalement à Jean-Marie Le Pen depuis de nombreuses années. Même les nouveaux venus ont une admiration sans borne pour lui».

Lire la suite de l'article

Fin de vie : 11.000 soignants réclament une clause de conscience

Le Figaro  interroge le docteur François Bertin-Hugault, porte-parole de Convergence soignants-soignés, qui exprime les inquiétudes de certains médecins face au débat actuel au Sénat sur un nouveau droit à la «sédation profonde et continue». Une pétition de "Convergence soignants-soignés", membre  du mouvement Soulager mais pas tuer rassemble les signatures de onze mille médecins, infirmières, psychologues ou autres soignants, qui réclament une clause de conscience pour les professionnels de santé dans le cadre de la nouvelle loi sur la fin de vie.

"La loi Leonetti actuelle nous donnait un cadre large et de grands principes qui permettaient de nous adapter à chaque situation. Ce nouveau texte enferme dans un processus trop technique et trop précis. Vouloir mettre la médecine dans des cases, ce n'est pas de la médecine. Enfin, il existe un autre risque. Aujourd'hui, le système de la tarification à l'acte nous invite à faire les choses de plus en plus vite. Ne faudrait-il pas s'interroger sur le danger de voir la dimension économique pousser à l'utilisation la sédation en phase terminale pour réduire la fin de vie des malades?

Nous demandons une clause de conscience pour les soignants qui ne voudraient pas mettre en œuvre une sédation qu'ils jugeraient inadaptée. Nous ne voulons pas que l'on nous demande de tuer des malades! La limite entre «soulager jusqu'à la mort» et «donner la mort» était claire dans la loi de 2005. Cette proposition de loi floute cette limite. Dans certains cas, on se demande s'il ne s'agit pas d'accélérer la mort plutôt

Lire la suite de l'article

Les évêques réclament une société sans l’avortement

En Espagne :

A"A l’occasion de l’inauguration de la séance plénière de la conférence des évêques espagnols, le président de la conférence, Mgr Richard Blazquez, archevêque de Valladolid, est revenu sur la reculade spectaculaire du gouvernement espagnol sur son projet de retour sur la loi socialiste libéralisant largement l’accès à l’avortement. Il s’est dit « déconcerté et attristé » et a dit continuer, avec ses frères dans l’épiscopat, à « réclamer ce qui avait été promis dans le programme électoral ». Il a appelé à devenir une société « moralement plus propre » sans l’avortement, et a rappelé que la science enseigne que l’embryon « n’est pas une tumeur, mais un enfant »."

Lire la suite de l'article

Les parents réclament le droit d’être les premiers éducateurs de leurs enfants

Communiqué du délégué de l’évêque de Meaux pour les Relations avec l’Islam, le père Philippe de Kergorlay, et de Nouredine Mamoune, Imam de la Mosquée de Meaux :

"Nous, membres des communautés catholique et musulmane de Meaux, nous sentons solidaires de ces parents qui s’inquiètent du projet du gouvernement concernant l’introduction dans le programme scolaire de la rentrée 2014, du module « ABCD de l’égalité » inspiré de « l’approche genre ». En l’absence de débat transparent sur le sujet avec les principaux acteurs concernés, à savoir les parents, le doute et la suspicion s’installent dans leur esprit. Nous souhaitons qu’il soit fait droit à leur juste revendication d’être les premiers éducateurs de leurs enfants, conformément à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (art.26).

Par ailleurs, force est de constater qu’il y a une base légitime à l’inquiétude des familles, quelles que soient les désinformations et instrumentalisations de part et d’autre. Dans un tel contexte, il ne faut pas s’étonner que « la lutte contre les stéréotypes du genre », décrétée dans le primaire par une circulaire de décembre 2012, émeuve les parents. Des titres de livres recommandés en milieu scolaire tels que Papa porte une robe ou Mes deux papas s’aiment apparaissent, entre autres, comme des tentatives de troubler les repères naturels des enfants. Le sexe biologique est dévalorisé au profit du « sexe ressenti ». Le support pédagogique de Ligne Azur, site parrainé par l’Éducation Nationale, suggère et promeut des comportements sexuels incompatibles avec l’éducation que

Lire la suite de l'article

Racistes les médecins ? Ils réclament des excuses

Jérôme Marty, président de l’UFML (Union française pour une médecine libre), s'indigne de la feuille de route du gouvernement sur l'intégration, qui prévoit des "testing" pour vérifier que les médecins acceptent de prendre les patients d'origine étrangère :

"L’accusation, bien sûr n’est pas prononcée, mais le fait de proposer, parmi les 44 propositions censées lutter contre les discriminations et améliorer la politique d'intégration, qu’« en matière de soins, des opérations de testing soient envisagées auprès de médecins, dentistes ou opticiens pour lutter contre les refus de soins. », revient à l’affirmer : Les médecins, les professionnels du soin sont des racistes ! (Vidéo I TELE)

Jamais de toute l’histoire de la Ve république un gouvernement n’avait à ce point insulté ceux qui soignent.

Après les médecinscupides, nantis, responsables des déserts médicaux, dynamiteurs de l’accès au soin, fuyant les gardes, prescrivant trop, tout et n’importe quoi, ne se formant pas, voici donc l’ultime insulte, l’ultime mépris : le médecin raciste.

L’UFML affirme haut et fort qu’elle ne laissera pas impunément des responsables politiques insulter une profession qui a fait du soin à son prochain un engagement de vie.

Lorsque des responsables politiques osent salir des professions qui servent la France à toute heure et en tout lieu, bien plus qu’eux, alors une barrière est franchie, et cela est dangereux.

Essayer d’opposer les professionnels du soin et le peuple de France est un jeu dangereux ….pour le politique…

L’UFML

Lire la suite de l'article