Archives par étiquette : Radical

L’islamisme radical est une agression directe sur notre civilisation. Cependant, il y a aussi un autre adversaire

Mardi 14 novembre se déroule à Paris un colloque intitulé « L’esprit de défense en Île-de-France », organisé à l’initiative du groupe Front national au conseil régional d’Île-de-France. Le philosophe et écrivain Thibaud Collin intervient à ce colloque. Il répond aux questions de Boulevard Voltaire.

DOnZfuHXcAU6rn-"L’islamisme radical est une agression directe sur notre civilisation. Cependant, il y a aussi un autre adversaire. C’est un adversaire peut-être plus diffus, mais non moins important parce qu’il est plus intérieur. Marcel Gauchet parle de « l’individu total ». Il y a eu le totalitarisme de l’État total : le communisme et le nazisme. Aujourd’hui, nous faisons face à une forme plus sournoise du totalitarisme, peut-être moins violente au premier abord, et aux caractéristiques bien différentes. Il s’agit de cet « individu total » auquel tout devrait être dû, et qui refuse de recevoir comme un don tout ce qui a été accumulé et travaillé par les générations précédentes. D’ailleurs, bien souvent, il refuse d’assumer cette fonction de transmission et d’enrichissement de ce patrimoine. Ce patrimoine ne se réduit pas simplement à des monuments.

Cet individualisme est une forme de nihilisme et d’hédonisme. Il empêche de mobiliser en nous l’esprit de défense. Cet esprit de défense implique de se défendre contre cet adversaire qui nous traverse chacun. L’hédoniste, ce n’est pas simplement mon voisin, c’est moi sous un certain rapport qui peut, à un moment, se dire « à quoi bon ? », « pourquoi pas ? » Toutes ces questions me mettent sur la pente d’une forme de nihilisme où je n’ai plus rien à transmettre. J’aime

Lire la suite de l'article

Radical ou déséquilibré : portrait de l’imam de Poitiers

Damieu Rieu, responsable de la communication de la mairie de Beaucaire, fait partie des identitaires qui étaient montés sur le toit de la mosquée de Poitiers, affaire actuellement jugée. Sur Twitter, il a déroulé une petite enquête sur l'imam de la mosquée de Poitiers :

"Côté face, cet imam tient des discours mielleux sur la tolérance et le dialogue interreligieux, bien aidé par la dramatique naïveté du diocèse Poitiers qui lui apporte sa caution régulièrement. Côté pile, il est vice-président UOIF, branche française des Frères Musulmans organisation islamiste classée terroriste et interdite dans de nombreux pays. Pour faire très simple, les Frères Musulmans c'est la chariah par les urnes, là où Daesh pratique le djihad armé. Divergence stratégique mais objectif similaire.

Boubaker El Hadj Amor est également directeur de l'IESH, un "institut" de formation des imams qui dupe l'État derrière une façade proprette. Mais en quelques clics sur leur site internet , on découvre dans l'onglet Fatwas (sic) que cette école se revendique tranquillement de Yussef El Qaradawi un dangereux prédicateur islamiste recherché par INTERPOL et désormais interdit de séjour aux USA, au Royaume Uni et en France. Il légitime attentats suicides, la mise à mort des juifs et des homos la violence contre les femmes et a participé au financement d'Al-Qaïda. Bref une créature infâme quoi. 

Sa fiche Wikipédia vaut le détour. Il a fait des conférences pour l'IESH que préside Boubaker El Hadj Amor, comme cette vidéo le montre. 

DMhAoZFX0AYM_ZM

Plus anecdotique, Boubaker s'était opposé au rectorat (il est prof) qui voulait

Lire la suite de l'article

Ne pas laisser les femmes entre le marteau d’un féminisme radical et l’enclume d’un islam radical

Gabrielle Cluzel est interrogée dans l'Homme Nouveau à propos de la nouvelle secrétaire d'État à l'égalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa:

"La nouvelle secrétaire d’État à l’égalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa, envisage de verbaliser le sexisme par la police de sécurité quotidienne que prévoit le Président Macron. Qu’en pensez-vous ?

Il faut d’abord noter que Marlène Schiappa – à l’instar d’à peu près toutes les féministes ayant pignon sur rue – est restée silencieuse durant plusieurs jours après l’affaire du harcèlement dans le quartier de La Chapelle Pajol. Face à l’insistance des réseaux sociaux et l’étonnement manifesté dans les médias par certains politiques, elle s’est même sentie obligée de se justifier sur Twitter : « je ne suis pas commentatrice de l’actualité, je conduis des politiques publiques. J’agis d’abord et je communique après ».

Préconiser de faire verbaliser le sexisme par la police n’est pas une réponse si élaborée qu’elle mérite trois ou quatre jours de préparation, si ? Passons. Pour être positif, on peut dire que c’est quand même moins surréaliste que d’élargir les trottoirs, comme le suggère Caroline de Haas. Mais c’est l’archétype du vœu pieux. Vous imaginez la situation, concrètement ? Un harcèlement par définition, n’est pas une agression caractérisée, c’est une phrase obscène lancée en passant, un geste déplacé, un frôlement insistant… Il faudrait un policier derrière chaque femme pour réussir à constater l’infraction ! Et si en plus, les policiers sont des femmes, comme cela est souvent le cas avec la police de proximité… qui va fliquer

Lire la suite de l'article

Il ne suffit pas de dénoncer l’islam radical : il faut des actes

De Pascal Gannat, Président du groupe FN-RBM Région Pays de la Loire :

R"Bruno Retailleau a déclaré à l’occasion de la journée de la femme que « le pire en France aujourd’hui », c’est l’ « idéologie radicale, islamique » qui veut maintenir les femmes « sous des burqa ». Le président du Conseil régional des Pays de la Loire tente de racoler l’électorat du FN pour le compte de François Fillon avec des déclarations chocs.

L’ex premier ministre de N. Sarkozy et les Républicains ont promu l’islamisme radical en confiant le CFCM à l‘UOIF, branche française des Frères musulmans ; ils ont déstabilisé la Libye, par laquelle transitent des flux incontrôlables de migrants vers l’Europe ; ils ont soutenu les "islamistes modérés" de Syrie, devenue base arrière de Daech. La vice-Présidente de Région Laurence Garnier, également chef de l’opposition LR à la mairie de Nantes, n’a jamais condamné les subventions aux associations "culturelles" des mosquées, dont chacun sait qu’elles sont pour 50% sous la coupe de l’UOIF. Par ailleurs, l’exécutif régional a maintenu les subventions aux associations communautaristes comme Tissé Métisse qui a invité un imam contesté.

D’après l’Institut Montaigne, 28 % des musulmans présents sur notre territoire sont partisans de l’application de la charia en France. La droite, otage du centre et se pliant à l’hégémonie culturelle de la gauche, est avec la gauche co-responsable de cette situation."

Lire la suite de l'article

Un imam radical appelle à à voter pour Alain Juppé pour faire barrage à François Fillon

Lu sur Novopress :

“Dans une vidéo diffusée depuis hier (ci-dessous), l’imam Noureddine Aoussat appelle à faire barrage à François Fillon, et donc à voter pour Alain Juppé, à la primaire de la droite ! « J’appelle tous mes frères, tous mes concitoyens – même les chrétiens ! – [à] aller voter […]. »« Votez contre Fillon ! » clame l’excité, brandissant le récent ouvrage de François Fillon, Vaincre le totalitarisme islamique, car « pour la première fois de l’histoire de France, un candidat à la présidentielle [a sorti] un livre de campagne axé sur l’islam et la stigmatisation des musulmans ouvertement et délibérément amalgamés avec les terroristes. Un sursaut citoyen de tous les Français était attendu, mais en vain. Une indignation totale et sans précèdent, s’exprimant par un vote massif contre Fillon, est la moindre des choses. »”

Lire la suite de l'article

L’État islamique n’ est qu’une des formes de l’islamisme radical conquérant

Bernard Lugan vient de publier une Histoire de l'Afrique du Nord. Il répond aux questions de l'AF 2000. Extraits :

51mZr+5hraL._SX321_BO1,204,203,200_"Les “printemps arabes” sont nés en Tunisie. Nous avons assisté à la chute de Ben Ali. Depuis, les attentats de 2015 ont ébranlé la Tunisie. Un an après, le pays est-il encore une cible pour l’État islamique ? Quant à la formation politique Ennahdha, représente-t-elle un risque ?

Ne nous focalisons pas sur l’État islamique qui n’est qu’ une des formes de l’islamisme radical conquérant. Ce dernier peut, tour à tour ou simultanément, prendre des formes visibles (EI ou Aqmi) ou doucereuses comme le wahhabisme qui gangrène actuellement l’Algérie et tout le Sahel. Face aux réalités et aux difficultés, Ennahda a officiellement déclaré qu’il devenait un parti politique classique. Comme il est très largement contrôlé par les Frères musulmans dont le but est le califat universel, peut-être s’agit-il d’une manoeuvre, d’une forme de Taqqiya, c’est-à-dire de dissimulation destinée à faire avancer la cause de l’islam. […]

Que se passe-t-il en Libye ? Les islamistes ont-ils toujours en main le pays ? Subirons-nous encore une vague de migrants en provenance de ce pays ? La France a-t-elle encore un rôle à y jouer?

La Libye n’existe plus et il nous faut parler des régions la composant. La Tripolitaine est majoritairement islamiste, salafiste à Tripoli, contrôlée par les Frères musulmans à Misrata. Au centre, l’État islamique est acculé dans Syrte par les milices de Misrata, et certains de ses membres

Lire la suite de l'article

Islam modéré ou radical ?

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

846525169"Dans la province indonésienne d’Aceh, une chrétienne de 60 ans a été publiquement fouettée en public (de 30 coups de fouet) pour avoir « vendu de l’alcool ».

C’est la première fois qu’une telle peine est prononcée et appliquée depuis que la charia (qui a force de loi à Aceh depuis 2005) a été étendue aux non-musulmans l’an dernier pour certaines infractions au Coran.

On remarque la gourmandise avec laquelle les musulmans filment la scène."

Remarque : L'Indonésie est une république démocratique comptant 250 millions d'habitants (4ème pays le plus peuplé du monde) et constitue le 1er pays à majorité musulmane… On aimerait connaître l'avis éclairé de Manuel Valls…

Commentaires (10)

Partout, le monde musulman, lentement mais surement, retourne à sa barbarie naturelle, après la parenthèse civilisatrice de la colonisation.

Rédigé par : Malleus | 13 avr 2016 15:26:07
____________________________________

Islam, religion de paix et d'amour… Et de liberté aussi ?

Rédigé par : Gautier | 13 avr 2016 15:52:20
____________________________________

Finalement en milieu islamique la femme a le choix :
"modéré" on la fouette en public
"radical" on la lapide .

Rédigé par : nemo | 13 avr 2016 17:28:23
____________________________________

"L'Indonésie est une république démocratique"
Donc ce qui s'est passé relève sans aucun doute des "valeurs de la république"?

Rédigé par : C.B. | 13 avr 2016 18:01:29
____________________________________

islam + modéré c'est une antinomie non ?

Rédigé par : salagouducro | 13 avr 2016 18:22:15
____________________________________

Que font les "droitsdel'hommistes"

Lire la suite de l'article

L’islam radical est entré dans la police

Le Parisien s'est procuré une note de la préfecture de police en exclusivité : 

"Diffusion de chants religieux en patrouille, refus de participer à une minute de silence ou de protéger une synagogue, voire incitation, sur Facebook, à commettre des attentats : la police est confrontée à des actes de gravité variable, en nombre limité, mais qui illustrent une progression préoccupante du fondamentalisme religieux dans ses rangs.

C'est un fait : la Grande Maison n'est plus imperméable au communautarisme. Des comportements qui, en plus de malmener le principe de laïcité, posent de réels problèmes de sécurité. Comme leurs collègues, les fonctionnaires en voie de radicalisation sont en effet équipés d'une arme de service et ont accès à la plupart des fichiers de police.

Même s'ils restent très marginaux, ces incidents mobilisent les services de renseignement et préoccupent la préfecture de police (PP) de Paris. A tel point qu'elle recense désormais de manière hebdomadaire les « comportements de transgression du principe de laïcité ». Une note confidentielle dont nous avons eu connaissance, rédigée à la fin de l'année dernière par la Direction de la sécurité de proximité de l'agglomération, détaille 17 cas, survenus entre 2012 et 2015 avec une accélération en 2014, au sein de la PP, forte de plus de 27 000 policiers et agents de surveillance.

La plupart des incidents portent sur l'exercice de la religion musulmane au sein des commissariats, notamment lors des prières quotidiennes. Ou encore sur les signes extérieurs de religiosité, comme l'habillement. Les femmes sont impliquées dans environ un tiers

Lire la suite de l'article

Plus de 148 mosquées ont basculé dans l’islam radical

Cette information du Figaro magazine trouvée sur le site islamisation.fr est à mettre en corrélation avec les propos de Philippe de Villiers plus bas :

"Christophe Cornevin qui a été immergé parmi les hommes du renseignement territorial, a eu accès aux derniers rapports de la DGSI et relève : “D’après un récent bilan, le nombre de lieux de culte ayant basculé dans le salafisme en France a plus que doublé en cinq ans, pour atteindre le nombre de 148 aujourd’hui.” Dans son article, il prend l’exemple figurant en première page d’une grande mosquée avec coupole et minaret : les mosquées officielles sont plus que jamais concernées."

P1050782

"Tous ces dhimmis, qui sont en fait des collabos puisqu’ils participent à l’islamisation de la France, nous ont vendu un raisonnement redoutable d’efficacité dans ses apparences.  Ils nous ont dit : « Il y a l’islam modéré et il y a l’islam radical. » Ce qui est une aberration totale. Il y a des musulmans modérés mais il n’y a qu’un seul islam. « L’islam modéré est dans les mosquées, poursuivaient ces dhimmis, l’islam radical dans les caves. Il faut sortir l’islam des caves et donc construire des mosquées pour détruire l’islam radical. » Gauche et droite ont multiplié au nom de la laïcité les manœuvres pour construire des mosquées.

Pourtant, les services de renseignement français ne cessent de dire que les musulmans qui ont frappé ou qui vont frapper en France ont trouvé leurs armes psychologiques dans les mosquées en écoutant les

Lire la suite de l'article

Du totalitarisme de Big Brother à l’islamisme radical

XVM0295289c-5337-11e5-b0c0-31ca518210e5Le FigaroVox publiait le 4 septembre une interview de Boualem Sansal, un écrivain algérien "censuré dans son pays d'origine à cause de sa position très critique envers le pouvoir en place." Dans son dernier livre 2084, la fin du monde (Gallimard), l'auteur imagine l'avènement d'un empire planétaire intégriste.

[…] "Pour imaginer l'empire intégriste de 2084, vous êtes-vous inspiré de l'actualité en particulier de la progression de l'Etat islamique?

Mon livre dépasse l'actualité et notamment la question de Daech car l'islamisme se répand dans le monde autrement que par la voie de cette organisation qui, comme dans l'évolution des espèces, est une branche condamnée. Cet «État» sème la terreur et le chaos, mais est appelé à disparaître. En revanche, l'islamisme, dans sa version totalitaire et conquérante, s'inscrit dans un processus lent et complexe. Sa montée en puissance passe par la violence, mais pas seulement. Elle se fait également à travers l'enrichissement des pays musulmans, la création d'une finance islamique, l'investissement dans l'enseignement, les médias ou les activités caritatives. L'Abistan est le résultat de cette stratégie de long terme.

L'Abistan, l'empire que vous décrivez, fait beaucoup penser à l'Iran …

L'Abistan est contrôlé par un guide suprême et un appareil qui sont omniprésents, mais invisibles, tandis que le peuple a été ramené à l'état domestique. Entre les deux, une oligarchie qui dirige. Un peu comme en Iran où on ne voit pratiquement pas l'ayatollah Khamenei, guide suprême de la Révolution. L'Iran est un grand pays, qui a planifié un véritable projet politique

Lire la suite de l'article