Archives par étiquette : racisme

Racisme multiethnique : la Licra se désolidarise de la Licra Paris

Cette Coupe du Monde devient amusante. La Licra Paris a publié ce message raciste :

DiPHiC3XUAANWl2.jpg-large

Alors la Licra s'est désolidarisée :

Lire la suite de l'article

Coup de baguette magique de l’assemblée : le racisme n’existe plus

Images-8Les députés ont supprimé jeudi, à l'unanimité des 119 députés présents (aucun député FN n'était dans l'hémicycle), le mot "race" de l'article 1er de la Constitution. Ainsi :

"La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée."

Devient :

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction de sexe, d'origine ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée.

L'ajout du "sans distinction de sexe", en ces temps cinglés d'idéologie du genre, peut laisser entendre que les sexes étranges revendiqués par les LGBTQIXYZ pourraient devenir égaux aux sexes naturels…

Quant à la race, elle n'existe plus. C'est plus simple ainsi : en supprimant le mot, on croit supprimer les maux de racisme…

Pourtant, lorsque le mot race a été introduit dans le préambule de la Constitution de 1946 puis repris en 1958, les constituants voulaient, après le nazisme, affirmer leur rejet des idéologies racistes. En supprimant le terme, vieille proposition communiste, ne va-t-on pas, finalement, vers la reconnaissance d'une République qui pourrait ne plus assurer l'égalité des citoyens devant la loi, selon leur race ?… Une République qui, aujourd'hui, élimine quasiment systématiquement les porteurs de la trisomie 21…

Lire la suite de l'article

A droite, les enjeux culturels (immigration, racisme, sexisme…) jouent un rôle largement supérieur aux enjeux économiques

Capture d’écran 2018-05-11 à 07.50.44Le chercheur Matt Grossmann a compilé toutes les études sur l'élection de Donald Trump en 2016, avec une conclusion majeure : les enjeux culturels (immigration, racisme, sexisme…) ont joué un rôle majeur – largement supérieur aux enjeux économiques.

Ce qui rejoint pleinement les conclusions des recherches sur le vote en faveur de la droite radicale européenne (et notamment du FN), qui montrent que c'est avant tout le fait d'être hostile à l'immigration qui conduit à ce vote, et pas du tout le déclin économique et social. (via)

Lire la suite de l'article

A chaque fois que l’on parle de racisme, on parle d’antisémitisme et d’islamophobie, mais on oublie toujours la christianophobie

Lire la suite de l'article

Racisme : voilà un peu de travail pour Edouard Philippe

XVM5372611a-2d16-11e8-8f40-c740ab83b836-805x604Le 19 mars, le Premier ministre Edouard Philippe dévoilait un nouveau plan contre le racisme et l'antisémitisme, avec l'ambition de mener une lutte sur la Toile

Le Figaro Etudiant conte que, depuis qu'un collectif d’extrême gauche s’est installé avec une centaine d'immigrés dans des locaux universitaires situés à Saint-Denis, des tags anti-France, anti-blancs fleurissent sur les murs. L’Université a annoncé qu’elle portait plainte. On ne sait pas si c'est pour dégradation ou pour racisme. Voici la poésie de ces gauchistes :

«Fuck White People», «Français = PD», «Femmes, voilez-vous!», «AntiFrance vaincra», «Mort aux blancs», «Beau comme une voiture de police qui brûle», «Kill Cops (au pluriel)».

Un enseignant-chercheur précise:

«Ce ne sont pas les migrants, les pauvres. Ils ne parlent pas français. Ce sont plus probablement les membres du collectif d’extrême-gauche.» «Certains de mes collègues ont reçu des menaces de mort».

Lire la suite de l'article

Goldnadel : “Le racisme antiblanc est le trou le plus noir de l’information comme de la réflexion”

Tribune extrêmement courageuse de l'avocat Gilles-William Goldnadel pour le Figaro sur le racisme anti-blanc. Extraits :

Images"Le racisme antiblanc est le trou le plus noir de l'information comme de la réflexion. Si vous aimez la tranquillité, évitez donc de le nommer. Ou utilisez si possible une circonlocution. Essayez plutôt «détestation anti-occidentale».

Vous éviterez ainsi le chromatisme gênant. On peut parler des noirs, davantage encore du racisme qui les frappe. Mais évoquer le blanc, sauf de manière négative, voilà qui est gênant. Et très inélégant. En parler le moins possible. J'ai connu une époque, pas très lointaine, où les organisations antiracistes autoproclamées contestaient l'existence même de l'aversion du blanc. Lorsqu'on la leur mettait juste dessous leurs yeux, elles la reconnaissaient du bout des lèvres pincées en alléguant le fait que seules des organisations «d'extrême droite» se souciaient de cette question très secondaire. Bref, une pirouette assez primaire. De nos jours, lorsque le temps est clair, certaines condescendent toutefois à se saisir de cas emblématiques, pourvu que le traitement soit discret et homéopathique.

L'actualité récente me permet, à travers deux exemples, l'un en creux, l'autre en plein, de faire sonder du doigt le trou noir maudit.

Images2Prenez Mayotte. On a tout dit sur les dernières manifestations d'exaspération de la colère populaire des Mahorais à propos de l'immigration massive et invasive.

On a dit que cette colère était légitime. On a dit que cette immigration était insupportable pour la population autochtone. On a reconnu sans barguigner le lien

Lire la suite de l'article

Et voilà la “mission sur la lutte contre le racisme et l’antisémitisme sur internet”

Capture d’écran 2018-03-09 à 07.06.50Lors du premier dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) sous son quinquennat, Emmanuel Macron a réaffirmé sa volonté de censurer internet, au prétexte qu'il faut lutter contre les contenus haineux qui s'y répandent. Il n'a pas précisé s'il allait prendre pour modèle la Chine ou la Corée du Nord…

Le Chef de l’Etat va confier une mission sur la lutte contre le racisme et l’antisémitisme sur internet à Gil Taïeb, vice-président du Crif, et à l’écrivain franco-algérien Karim Amellal.

« Aucune piste ne sera écartée, y compris la possibilité de légiférer dans ce domaine ».

Vite, une loi !

Il s'est dit «ému» en commençant son discours par une référence aux élections en Allemagne, Italie, où soufflent des «vents mauvais» et des «passions tristes» qui «existent dans notre pays». Car,

«nous avons collectivement cru, à tort, que l'antisémitisme avait définitivement reculé dans notre pays. Et même face à ces crimes, certains ont pendant trop longtemps commis l'erreur, la faute morale même, du déni. Or la réalité est là, elle est incontestable. Nous avons compris avec effroi que l'antisémitisme était toujours vivant».

L'antisémitisme en Allemagne, en Italie et en France est aujourd'hui manifeste dans les quartiers musulmans. Mais voilà, c'est sans doute plus simple d'annoncer, en jouant des coups de menton, une lutte implacable contre les excès sur internet (et puis si cela peut servir sa politique politicienne), plutôt que de s'en prendre à l'immigration.

Lire la suite de l'article

Le racisme chromosomique battu en brèche

De Sabine de Villeroché :

Lucas"Ce n’est pas la première fois qu’un enfant ou un jeune atteint du syndrome de trisomie 21 vole la vedette aux autres. Cette année, c’est au jeune Lucas Warren que revient l’honneur de représenter la marque mondialement connue Gerber, filiale américaine de Nestlé spécialisée dans la fabrique d’aliments pour enfants. Grand gagnant des 140.000 bébés candidats au « Gerber Baby Photo Search », ce blondinet au sourire craquant sera présent toute l’année 2018 sur les réseaux sociaux de la marque et ses fans pourront suivre ses premiers pas. Le PDG de l’entreprise assume parfaitement son choix : « Chaque année, nous choisissons le bébé qui correspond parfaitement à notre marque et, cette année, Lucas correspond parfaitement. »

Message explicite pour promouvoir une plus grande diversité ? Certainement, à en croire les parents de Lucas qui, le premier effet de surprise passé, avouent leur espoir de « faire changer le regard des gens sur le handicap ».

Gerber n’est pas la première entreprise à donner une chance aux personnes atteintes de trisomie : Seb en 2012, Clara en 2015, Asher en 2016 et d’autres ont, eux aussi, été choisis pour représenter de grandes marques en Angleterre, en Espagne et ailleurs, comme Marks & Spencer, Bel & Soph et OshKosh B’Gosh.

Chez nous, le 14 mars dernier, Mélanie Ségard présentait la météo sur France 2, histoire de prouver aux téléspectateurs « qu’une personne porteuse d’un handicap peut réaliser son rêve dans notre société ». Avant elle, il y avait eu Laura Hayoun, 19 ans, jeune trisomique

Lire la suite de l'article