Archives par étiquette : racisme

Le Conseil Constitutionnel censure les dispositions prévoyant de rendre inéligibles les personnes condamnées pour racisme, homophobie…

Il reste des juristes au Conseil constitutionnel. Le Conseil constitutionnel s'est prononcé sur la loi organique et la loi ordinaire pour la confiance dans la vie politique, dont il avait été saisi respectivement, d'une part, par le Premier ministre et, d'autre part, par plus de soixante députés. Ces deux lois comprennent plusieurs séries de mesures visant à renforcer la transparence de la vie politique, l'exigence de probité et d'exemplarité des élus et la confiance des électeurs dans leurs représentants et à moderniser le financement de la vie politique.

Outre la totalité des 27 articles de la loi organique qu'il lui revenait d'examiner en application de la Constitution, le Conseil constitutionnel a examiné les 13 articles de la loi ordinaire qui étaient contestés par le recours des députés. Il s'est également saisi d'office de deux articles de cette loi.

Le Conseil constitutionnel juge que ne méconnaît ni le principe de légalité des délits et des peines, ni le principe d'individualisation des peines, l'article 1er de la loi ordinaire instituant une peine complémentaire obligatoire d'inéligibilité à l'encontre de toute personne coupable de crime ou de l'un des délits énumérés par le même article. Il admet que cette disposition est nécessaire au regard de l'objectif du législateur visant à renforcer l'exigence de probité et d'exemplarité des élus et la confiance des électeurs dans leurs représentants. Il juge cependant que ces dispositions ne sauraient être interprétées comme entraînant de plein droit, en matière délictuelle, l'interdiction ou l'incapacité d'exercer une fonction publique. En outre, il

Lire la suite de l'article

“Longtemps je me suis tu…par peur d’être accusé d’islamophobie ou de racisme rampant”

XVM50bd1e62-8b4d-11e7-8851-28a86c911c0f-300x500Bernard Ravet (déjà évoqué hier) s'est décidé, une fois à la retraite à raconter sa vie de principal dans trois collèges de Marseille, où l'islamisme croît :

«Il faut en finir avec la loi du silence qui pèse sur l'impact du religieux dans certains établissements». Le fanatisme «frappe à la porte de dizaines d'établissements, (…) imposant ses signes et ses normes dans l'espace scolaire, dans les cours de récréation, les cantines, les piscines. Longtemps, je me suis tu. Par respect du devoir de réserve. Par crainte de stigmatiser les établissements que je dirigeais et d'en aggraver la réputation peu flatteuse (…). Par souci de protéger les élèves et les familles alors majoritaires qui résistaient aux coups de boutoir du fanatisme. Par peur d'être accusé d'islamophobie ou de racisme rampant». 

Les antiracistes sont ainsi les complices de l'islamisme.

Florilège :

  • ces enseignantes et ces élèves qui, à la sortie du collège, se font bombarder de canettes de coca aux cris de «putes! salopes!». Leur point commun? Elles avaient mis une jupe.
  • ces jeunes dealers, des barbus en sweat et tee-shirt qui viennent expliquer que le fait de vendre de la drogue ne pose pas de problème en dépit de leur croyance religieuse car «les consommateurs ne sont pas musulmans. Si la drogue tue, elle ne tue que des mécréants. Ce n'est pas contraire à notre religion».
  • Marginal en 2000, «le refus de manger de la viande qui n'était pas halal était devenu la norme en 2013, lorsque

Lire la suite de l'article

La folie du racisme anti-blanc

Jared Taylor est le fondateur de la revue « American Renaissance ». Ancien journaliste, notamment au « Washington Post », il était présenté en novembre 2016 par « l’Obs » comme « l’une des icônes de l’Alt-Right (“la droite alternative“) » ayant favorisé la victoire de Donald Trump. Au lendemain des événements dits d’Evergreen, il témoigne pour « Minute » de la folie du racisme anti-blanc qui règne dans son pays. Extrait :

Weinstein"Evergreen State College est un petit établissement dans l’Etat de Washington, sur la façade Pacifique. Depuis quelque années, les étudiants non blancs ont pour habitude de choisir un jour dit « jour d’absence ». Durant cette journée, tous les étudiants, sauf les blancs donc, se réunissent hors des locaux de l’établissement pour discuter sur le « racisme » et « l’oppression » que ferait régner la société « blanche ». Mais cette année les choses sont allées encore plus loin. Tout ce qui était blanc, étudiants ou enseignants, a été sommé de quitter l’université durant cette journée afin que les Noirs ou les Hispaniques puissent plus à leur aise discuter de cette prétendue « oppression ». Cette exigence incroyable a été acceptée par tout le monde. Ou presque. Un professeur de biologie, Bret Weinstein [photo], a dénoncé ce racisme anti-blanc et a annoncé son intention de rester ce jour-là dans l’université. Aussitôt, les étudiants noirs, mais aussi de nombreux Blancs, ont tenté de s’en prendre à lui physiquement. Il n’a dû son salut qu’à la protection de la

Lire la suite de l'article

Le racisme existe, David Pujadas l’a rencontré

Non, il ne s'agit pas d'un énième reportage sur la France périphérique hermétique aux joies de la diversité, mais de la mise à exécution de la menace de Delphine Ernotte, qui déclarait en septembre 2015, lors de son arrivée à la tête de France Télévisions :

"On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans et cela, il va falloir que ça change."

Aujourd'hui, c'est David Pujadas qui fait les frais du racisme et du sexisme de cette dame en se voyant retirer la présentation du Journal Télévisé de 20h00 de France 2.

960x614_journaliste-david-pujadas

Il devrait cependant continuer à animer l'Emission politique.

Lire la suite de l'article

François Fillon dénonce le racisme anti-français

1004146-fn-1977Hier, François Fillon étaient en campagne à Caen. Après avoir fustigé le "totalitarisme islamique" et l'antisémitisme, le candidat a dénoncé :

"J'exècre tous les racismes, dont le racisme anti-français. Nous formons tous ensemble le peuple de France." 

Cela choque le Huffington Post et Libération, qui y voient une rhétorique FN et surtout pas une réalité dans les quartiers du "vivre-ensemble".

Lire la suite de l'article

Qualifier les assaillants musulmans de déséquilibrés c’est du racisme

CQFD :

"C’en est au point que c’est à la limite du racisme : car la conclusion qui s’impose d’elle-même est que l’islam rend fou… Ce qui est pourtant contraire à l’idéologie officielle du vivre ensemble avec cette vénérable religion de paix et d’amour.

L’histoire de Fahim nous donne une des explications possibles de ce phénomène.

Fahim a attaqué et blessé sept personnes à la hache à la gare de Dusseldorf.

L’acte d’un « déséquilibré », a immédiatement dit la police.

Puis on a appris que le déséquilibré est un Kosovar, du nom de Fahim H. Arrivé en 2009 en Allemagne il avait obtenu un permis de séjour temporaire comme demandeur d’asile, mais l’asile lui a été refusé et il devait être expulsé. Mais en 2014 l’Office des migrations et des réfugiés a décrété que Fahim ne pouvait pas être expulsé, en application de la loi sur les étrangers qui interdit d’expulser une personne si cela peut avoir pour conséquence l’aggravation d’une affection médicale grave. Or l’expulsion de Fahim entraînerait une détérioration de son état mental. C’est pourquoi Fahim peut attaquer les gens à la hache : ça le défoule et c’est donc bon pour son état mental.

Fahim, en arabe, ça veut dire : clairvoyant."

Lire la suite de l'article

Une élue d’extrême gauche fait du racisme anti-blancs en toute impunité

On attend avec impatience la réaction des journalistes chasseurs de tweets, de SOS Racisme, Caroline Fourest et autres donneurs de leçon à sens unique face à ce dérapage d'une élue d'extrême gauche, pro-migrants, pro-islam et pro LGBT, qui n'est pas sans rappeler le regret du manque de "blancos" de Manuel Valls :

Couv-possible

Au même moment, le tweet de l'ancien juge Philippe Bilger à propos de la polémique sur le terme "bamboula" a fait beaucoup plus de bruit

Lire la suite de l'article

Racisme chromosomique à l’égard des personnes trisomiques 21

La 17ème chambre correctionnelle de Paris a prononcé hier son jugement dans l'affaire qui opposait le Collectif contre l'handiphobie, association de parents d’enfants handicapés, à Charlie hebdo. La Fondation Jérôme  Lejeune communique :

Xtk"Le Collectif contre l'handiphobie avait poursuivi Charlie hebdo pour « injure publique » et « provocation à la haine envers un groupe de personnes à raison de leur handicap » à la suite de la publication de la Unedu 7 octobre 2015 représentant Nadine Morano en bébé trisomique 21 dans les bras du général de Gaulle.

Le tribunal a finalement suivi les réquisitions du ministère public qui avait requis la relaxe de Charlie Hebdo, considérant que la cible du dessin n’était pas les personnes trisomiques 21 mais Nadine Morano.

Ce faisant, le tribunal cautionne, au nom de la satire, le racisme chromosomique à l’égard des personnes trisomiques 21.

La fondation Jérôme Lejeune peine à comprendre en quoi il était nécessaire de représenter la fille trisomique du général de Gaulle, si ce n’est pour faire passer l’idée que Mme Morano ne comprenait rien. Autrement dit d’insister sur le fait qu’elle serait idiote. Le dessinateur Laurent Sourisseau l’a avoué lui-même à l’audience.

En France, les personnes handicapées bénéficient d’une protection particulière, assurée par la loi, qui impacte notamment la liberté d’expression. La fondation est choquée par le fait que le tribunal ait négligé l’importance de cette disposition. Cette négligence marque un retour en arrière, elle contribue à développer la discrimination des personnes atteintes d’un handicap mental.

Lire la suite de l'article

Raphaël Enthoven : “Les théoriciens du “racisme d’État” ont aujourd’hui du sang de prof sur les mains”


Les théoriciens du "racisme d’État" ont aujourd… by Europe1frCommentaires (2)

Heureusement qu'il y a SOS racisme pour sauver le racisme. D'un côté l'état socialiste nous explique que les races n'existent pas, mais de l'autre il subventionne grandement une association pour qu'elles ne disparaissent pas. C'est un peu comme la théorie du genre. Elle n'existe pas mais on lui distribue de nombreux subsides pour la sortir du néant.

Rédigé par : Ahmed | 19 oct 2016 11:17:34
____________________________________

petite anecdote qui s'est déroulée hier dans un collège et dans une classe …. de sixième !!

Le professeur d'Anglais (iranien de surcroît) apprend à ses élèves à s'exprimer en Anglais avec des mots simples. Il veut leur faire dire que le nouveau Président Américain élu est un noir (ce qui fut un fait extraordinaire, etc…. ). Il demande aux élèves de dire :

"c'est un homme à la peau de couleur noire"

Immédiatment un élève se lève et dit :

"pourquoi dites-vous cela ? C'est du racisme !"

Et voilà ! Sidérant et débile, non ? Maintenant, il n'est plus permis même de dire : "noir". Vous serez immédiatement catalogué de raciste par tous ces crétins à qui on a fait un véritable lavage de cerveau !

Rédigé par : jejomau | 19 oct 2016 11:21:05
____________________________________

Lire la suite de l'article

Séminaire de racistes sur l’antiracisme : l’antiracisme est un racisme

Imaginez un séminaire interdit aux personnes noires. Impossible : tous les lobbys antiracistes seraient déchainés, Manuel Valls fustigerait l'extrême-droite et Bernard Cazeneuve prononcerait illico la dissolution de tout cela et la ville accueillant ce séminaire annulerait tout.

1608240242100093Oui mais là c'est interdit aux blancs. Donc c'est possible :

"« La non-mixité est une nécessité politique », soulignent les organisateurs.

Ce racisme revendiqué ne pose aucun problème à la directrice du centre qui héberge le séminaire, ni à la Ville de Reims : « Rien ne permet d'interdire cette rencontre à ce jour. »

Nul doute que les réactions auraient été les mêmes si le séminaire avait été une formation à l’antiracisme excluant les noirs… Et voilà une illustration de plus que l’antiracisme n’est qu’une forme de racisme, qui anesthésie les esprits."

Lire la suite de l'article