Archives par étiquette : quelques

Quelques remarques à propos de l’entente à droite

Appel-angersAyant été associé de près à l’appel d’Angers, puisqu’avec mon ami Guillaume Bernard, c’est moi qui interrogeais les courageuses personnalités politiques (allant des LR au FN, avec ou sans la « bénédiction » de leurs partis respectifs) qui avaient accepté de montrer publiquement que ce qui les unissaient était plus fort que ce qui les séparaient, je suis régulièrement interrogé sur « qui est derrière ».

La réponse est très simple : personne.

L’appel d’Angers n’a aucunement vocation à se substituer aux partis ou aux plateformes transpartisanes. Les LR qui l’ont signé n’ont pas quitté LR ; les FN qui l’ont signé n’ont pas quitté le FN ; et bien des personnalités signataires sont en même temps engagées dans les Amoureux de la France ou dans le collectif Pour la France.

Il n’appartient à personne, pas même à ses premiers signataires. Et toute personne qui veut faire avancer l’unité à droite peut s’en réclamer.

Notre idée, c’était de ne pas laisser les structures partisanes s’occuper seules de l’entente à droite. Car l’entente à droite, c’est tout autant l’affaire des électeurs que celle des élus, et tout autant celle des élus « de base » que celle des « grands chefs » des appareils parisiens !

Nous voyons bien que l’unité idéologique est très largement faite. Bien sûr, on peut être plus ou moins sensible à telle ou telle thématique, mais la droite, en France, cela signifie l’attachement à l’identité française, qui plonge ses racines dans la culture gréco-latine, la sagesse biblique et notamment chrétienne, et dans nos vieilles libertés celtes et

Lire la suite de l'article

Quelques techniques de désinformation

Par Ligne droite :

Images-6"[…] Le silence absolu

La technique de désinformation la plus simple, la plus facile et la plus répandue consiste à censurer totalement les informations qui vont à l’encontre du politiquement correct et qu’on veut cacher au public. Ainsi ne parle-t-on jamais du risque de voir l’immigration provoquer un basculement civilisationnel dans notre pays. 

La fausse symétrie

La fausse symétrie consiste à mettre sur le même plan des idées ou des groupes qui n’ont pas le même poids ni la même légitimité afin de dévaloriser les uns et de mettre en avant les autres. Ainsi, placera-t-on au même niveau les voyous des banlieues et les policiers auxquels ils sont confrontés. On expliquera qu’il y a une incompréhension réciproque entre les uns et les autres et que le dialogue entre eux devrait être amélioré. Une symétrie entre les deux parties totalement illégitime car on ne peut pas mettre la police qui incarne l’État et qui est chargée de faire respecter les lois sur même plan que les jeunes qui les bafouent. Mais l’objectif est précisément, sans en avoir l’air, de dévaloriser la police et de réhabiliter les jeunes des zones de non-droit.

Les porte-parole fabriqués

La technique des porte-parole fabriqués est utilisée, de son côté, lorsque les médias du Système décident d’une campagne d’opinion, pour lancer une idée ou un mot d’ordre nouveau. On voit alors fleurir des porte-parole jusque-là totalement inconnus à qui on offre avec complaisance des temps d’antenne significatifs. Ces individus, souvent issus de l’extrême

Lire la suite de l'article

Quelques règles pour le combat politique

Quelques conseils donnés par Ligne droite :

Capture d’écran 2018-06-20 à 21.57.46"La politique est un domaine très spécifique qui répond à ses propres impératifs. On ne pratique pas en effet la politique comme on exerce une activité dans une entreprise ou dans une administration. La politique obéit à des règles propres, différentes de celles des autres secteurs de la vie sociale. Ligne droite estime donc important que, pour être efficaces, les militants de la droite nouvelle les connaissent et les appliquent. Voici les principales de ces règles.

Ne pas craindre le conflit

La spécificité du politique vient de son caractère éminemment conflictuel. C’est par excellence le domaine des relations amis ennemis, l’art de trancher les conflits et de choisir entre des positions antagonistes. Les rapports de force y jouent donc un rôle déterminant et structurant. Aussi, en politique, avoir des ennemis, être impliqué dans un conflit et subir des attaques n’a rien d’anormal. Les militants de la droite nouvelle qui refuseraient de trancher, de se déclarer clairement et qui fuiraient les antagonismes, doivent se chercher une autre voie que l’action politique.

Mobiliser ses partisans

Compte tenu de cette dimension conflictuelle, il est essentiel dans le combat politique, et notamment dans une campagne électorale, de mobiliser ses partisans pour se placer en position de force. Avant de conquérir de nouveaux appuis, la droite nouvelle doit donc s’assurer de tous ses soutiens. Ne pas observer cette règle simple constitue une erreur politique très grave. Une erreur qui a pourtant été commise par de nombreux dirigeants de

Lire la suite de l'article

Quelques principes pour faire émerger une alternative sérieuse à droite

Extrait du dernier éditorial de Guillaume de Thieulloy dans Les 4 Vérités :

Menard"Le courageux maire de Béziers, Robert Ménard se bat comme un beau diable, depuis plusieurs années déjà, pour faire émerger une alternative sérieuse à droite. Et j’avoue que je suis ses efforts avec beaucoup de sympathie, redoublée d’une grande admiration pour son courage et pour son indifférence au politiquement correct. Son dernier petit manifeste: « Pour une droite du réel » se présente comme un « point d’étape » de ce travail. Après quatre années à la tête de Béziers (et pas loin de deux années de campagne avant!), après aussi les cuisantes défaites de 2017, qui virent la droite se prendre une claque électorale lors d’une élection « imperdable », il fallait prendre le temps de la réflexion. […]

Voyons donc plutôt les principes sur lesquels l’entente à droite pourrait se faire selon Robert Ménard.

Tout d’abord, le réalisme. De fait, nous crevons de ces promesses toujours plus alléchantes et toujours moins tenues. Et la politique de café de commerce en forme de «y a qu’à, faut qu’on» est exaspérante. Cessons de promettre des choses intenables!

Deuxième principe: le principe de subsidiarité. Agissons aussi localement que possible, au plus près de ceux que nos actions concernent.

Troisième principe: la défense de notre identité. Le grand combat, pour les années à venir, est évidemment de faire en sorte que nous puissions encore être Français, et vivre selon les coutumes françaises, en France, dans les

Lire la suite de l'article

Il est évident qu’aujourd’hui être patriote est une raison de subir quelques attaques

Porte-parole de Génération Identitaire, Romain Espino a subi une campagne de cyber-harcèlement suite à l’opération « Stop Migrants Alpes » : plusieurs comptes twitter anonymes ont diffusé l’adresse et le numéro de son employeur dans l’objectif d’obtenir son licenciement. Il est interrogé par L'incorrect :

7EpDKgBN_400x400"Regrettez-vous, après coup, d’être apparu à visage découvert lors de votre opération dans les Alpes, ou assumez-vous toujours pleinement votre engagement militant ?

Je ne regrette rien. Je milite depuis 8 ans, je ne me suis jamais caché et ai souvent répondu aux sollicitations des médias à visage découvert et encore plus quand j’ai eu l’occasion de prendre la fonction de porte parole du mouvement de façon officielle. Génération Identitaire met en avant et propose des solutions sur les principales préoccupations des Français à savoir, la sécurité, l’identité et l’immigration. Pourquoi se cacher ? Qui de mieux pour porter la voix de l’Europe que la jeunesse ? Malgré toutes les attaques que j’ai pu recevoir par des opposants qui avancent masqués derrière leur pseudonyme twitter et qui soutiennent l’immigration illégale et les associations violentes de passeurs, je reste déterminé. Je me bats pour les miens, ces gens qui sont venus à notre rencontre lors de nos actions, ces Français qui aiment la terre sur laquelle ils sont nés et qui sont pris en otage par une minorité d’associations de hors la loi et sont abandonnés des pouvoirs publics. Les attaques des ennemis de l’Europe d’un coté et le soutien et les remerciements des Français et des Européens que

Lire la suite de l'article

Les aventures de Jupiter au Levant, quelques analyses

1-157-490x276
Les commentaires des médias et analystes alternatifs sont très nombreux. Nous n'en avons pas fait une revue intégrale, évidemment, mais nous avons au passage repéré:

Nous vous livrons en totalité l'analyse à chaud, et les hypothèses du Général (2S) Delawarde, recueillies par Breizh-info. Pour ce qui est des versions officielles de cette mauvaise opération de COM (il parait qu'ils appellent ça "strategic communication", on cherche en vain à dinstinguer la stratégie…), vous n'avez qu'à consulter n'importe quel média aux ordres et vous y trouverez l'argumentaire indigent de rigueur…

Le général (2S) Dominique Delawarde a bien voulu livrer pour les lecteurs de Breizh-info son analyse  «à chaud» des résultats et des conséquences des frappes opérées en Syrie par les USA, la France et le Royaume uni. « Cette analyse, prévient-il, s’extrait volontairement des communiqués officiels des trois pays coalisés USA-UK-FR, dont on peut penser qu’ils ne sont pas totalement objectifs. Elle devra être affinée dans les prochains jours, voire les prochaines semaines. »

Examinons les faits.

Deux versions de la frappe et de ses résultats ont été diffusées:

La version russe :

Le ministère de la Défense russe dit avoir détecté 103 missiles air-sol ou de croisière dont 71 auraient été interceptés

Lire la suite de l'article

Quelques mois après Pierre Bergé, Têtu disparaît

La bonne nouvelle :

“Clap de fin pour Têtu, le magazine dédié aux homosexuels lancé en 1995, arrêté une première fois en 2015: le Tribunal de commerce de Paris a prononcé sa liquidation judiciaire, un an après une tentative de relance en kiosques qui s’est soldée par un échec.

Selon un jugement du tribunal prononcé le 22 février et consulté ce lundi 9 avril par l’AFP, la société Idyls Media, qui avait tenté l’an dernier de relancer le magazine en kiosques, et qui détenait également le site tu.com après avoir racheté les actifs du titre en novembre 2015, a été reconnue en cessation de paiement et placée en procédure de liquidation judiciaire. Selon le jugement, l’entreprise avait accumulé plus de 230.000 euros de dettes pour un peu plus de 50.000 euros d’actif. Et le tribunal a conclu qu’un redressement ne pouvait être envisagé, en raison d’un “manque de clientèle” et d’un “litige avec des fournisseurs”. Selon le jugement Idyls ne comptait plus qu’un employé. […]”

Manque de clientèle ? Mais où sont les milliers et les milliers de militants LGBT ?…

Lire la suite de l'article

Article à charge contre le lycée militaire de Saint-Cyr-L’Ecole : Libération a omis quelques détails…

Capture d’écran 2018-03-23 à 14.32.03Libération a publié un article à charge contre le lycée militaire de Saint-Cyr-L'Ecole, et y cible notamment les catholiques qui seraient coupables de violences misogynes à l'encontre des filles pour qu'elles renoncent à la carrière militaire. Les spécialistes du Padamalgam décrivent ainsi les coupables :

"Tous les mercredis, ils vont à la messe au lycée et tous les dimanches à Versailles, ville voisine à environ 5 kilomètres de Saint-Cyr-l’Ecole, dans une église où elle est dite en latin. En 2013, une majorité de tradis ont rejoint la Manif pour tous et des autocollants du mouvement fleurissaient dans l’établissement."

Cet article est diffusé à grand renforts de reprise par l'ensemble de la presse mainstream… le jour même où un terroriste islamiste tue en France. Le réel est capricieux.

Un élève de la classe de lettres du Lycée militaire de Saint-Cyr, qui n'a visiblement pas été interrogé par Libération, contrairement à Mathilde et Marie (les pseudos de L. et M.), nous apporte quelques précisions utiles:

  • ces 2 jeunes femmes à l’origine de l’article s’appuient sur des faits anciens (2013-15) pour justifier leur situation actuelle : ces deux élèves, marginalisées depuis l’année dernière par l’ensemble de la 1ère Compagnie (classe préparatoire), et non seulement par les  « pseudo- tradis », ont été à de nombreuses reprises rappelées à l’ordre par l’encadrement militaire (insubordination, tenues non règlementaire, prise de position politique). 
  • le jeune homme qui annonce avoir changé d’orientation et quitté le lycée a également oublié de préciser que c’est au regard de

Lire la suite de l'article

La Ghouta : quelques réflexions de bon sens de Thierry Mariani

Lire la suite de l'article

Eric Zemmour : “Ce que je disais il y a quelques années est devenu banal”

Eric Zemmour a été interrogé dans l'Incorrect. Extrait :

Xx0N9PEl_400x400"Mais la parole s’est libérée, sans doute grâce à vous : regardez Souâd Ayada, la nouvelle présidente du Conseil supérieur des programmes qui n’a pas hésité à dénoncer le manque d’objectivité des manuels d’histoire-géographie sur la question islamique.

Mon constat et mon diagnostic sont désormais la norme ! Ce que je disais il y a quelques années est devenu banal. Tout le monde le pense. Regardez Ariane Chemin qui a sorti un livre sur les quartiers, s’étonnant que la ville de Trappes soit entièrement islamisée. Même elle voit le problème. Mais c’est Martine en banlieue ! J’ai peut-être contribué à une libération de la parole mais je ne suis pas optimiste. Car, si tout le monde sait, aucune mesure n’est prise. Rien n’est fait. Je ne voudrais pas m’abandonner au point Godwin, mais rappelons-nous la période 35-36 en Rhénanie. Là encore, tout le monde avait compris. Et que s’est-il passé ? On n’a pas envoyé les chars. On a tergiversé. On a perdu du temps. Vous connaissez la suite. Il y a quantité d’exemples dans l’histoire – des drames, des invasions, des guerres – où des sociétés perçoivent une catastrophe sans tenter quelque chose pour la prévenir. Il y a une fascination pour la destruction, pour la chute. C’est le cas aujourd’hui.

Cette réalité française est pourtant difficile à représenter avec exactitude, faute d’études statistiques

Je recommande le papier de l’historien Pierre Vermeren dans Le Figaro (24 janvier

Lire la suite de l'article

Quelques mesures simples pour renforcer la sécurité des offices de nos paroisses

Par ces temps troublés, où les éléments résiduels de l'État islamique défait en Syrie comme en Irak, vont porter ailleurs qu'au Levant le fer sanglant du Djihad, Stratediplo nous propose quelques mesures simples pour renforcer la sécurité des offices de nos paroisses. Comme il le conclut lui-même, "Cette fiche pratique pourrait utilement être discutée dans chaque conseil paroissial. Les compléments constructifs sont bienvenus en réponse à cet article. Pour mémoire, il est interdit de porter une arme blanche mais pas d'en posséder, il est loisible à un gendarme ou un policier d'aller à la messe en tenue, et rien n'empêche les chasseurs de tenir un rendez-vous cynégétique au café en face de l'église."

Les profanations d'églises se multiplient, les attaques de foules aussi et il y aura d'autres sacrifices de prêtres. Cependant le gouvernement, qui continue de protéger les synagogues et sécurise maintenant les manifestations religieuses mahométanes illégales dans la rue, laissera les églises sans défense jusqu'au jour où il interdira la célébration des offices de Noël, au prétexte de quelques attaques de marchés de parvis. Dans ce contexte la fiche sur la sécurité des rassemblements ecclésiaux, rédigée par Stratediplo il y a deux ans pour diffusion discrète par réseaux interparoissiaux mais malencontreusement objet d'une publication sensationnaliste sur internet, reste d'actualité. Tous les curés n'étant pas Dom Camillo, c'est une responsabilité collective des laïcs. Cette fiche se base sur le quadruple constat d'une montée de la violence commandée, de son inflexion de la terrorisation aléatoire des foules

Lire la suite de l'article

Patrick Buisson et France Inter, quelques précisions sur Oradour et la Vendée

Précisions d'Henri d'Aramis pour les lecteurs du Salon Beige :

Unknown-17Il est rare de voir Patrick Buisson se laisser désarçonner à la radio… sur France Inter. Nicolas Demorand le charge, l’attaque, le pourfend et au lieu de contre attaquer, esquiver, le vieux loup se laisse avoir par la reductio ad hitlerum… Étonnante impréparation !

Le sujet présenté par Nicolas Demorand est le massacre des Lucs-sur-Boulogne, où 564 personnes ont été assassinées par les soldats des colonnes infernales de la Convention. En Vendée, certains évoquent, à tort, l’Oradour-sur-Glane de la Vendée. Bien loin d’une rigoureuse pertinence historique, il s’agit ici de faire parler l’imaginaire avec un massacre que l’on connaît bien, pour rappeler celui que l’on connaît mal : celui des Lucs. La comparaison s’arrête là et, malheureusement, tombe dans l’anachronisme. Le massacre des Lucs s'inscrit dans le troisème plan d'extermination et d'anéantissement de la Vendée conçu et mis en œuvre par le Comité de Salut Public et la Convention qui consiste entre autres de lâcher les colonnes infernales en Vendée. Quant à Oradour-sur-Glane, c'est un massacre d'une seule division, la Das Reich, quasiment sans hiérarchie, livrée à elle-même, sans ordre explicite du haut commandement allemand.

En bref, ces deux horreurs ne se rejoignent que sur la portée symbolique, non sur le fond.

On le sait moins puisque l'extermination des Vendéens reste une tache pour la République, qui, depuis deux cents ans, non seulement essaie de la gommer, mais pire, a fait des bourreaux des victimes et des victimes les bourreaux (par

Lire la suite de l'article