Archives par étiquette : Quand

Quand La Croix traite des “fakes news”… qu’elle propage

Dans le Numéro de ce jour (23/01/2018) du quotidien La Croix, on trouve de pleines pages consacrées aux "Fake news" :

LACROIX22fev2018-1

Et dans le même numéro on découvre un entrefilet pour corriger la "Fake News" publiée la veille dans ce même journal :

LACROIX 22Fev2018-2

"Le seule disponible à l'heure de notre bouclage" : comprendre qu'aucun journaliste de La Croix n'a daigné se mouiller pour aller couvrir la manifestation sur place. Ils ont préféré attendre au chaud la dépêche de l'AFP qui a évoqué ce fameux millier de manifestants, avant de corriger le chiffre dans la soirée, une fois que toute la presse fainéante l'avait recopié. "Fake new" vous dit-on.

Lire la suite de l'article

Quand on fait les mêmes constats … on devrait pouvoir s’entendre

Lire la suite de l'article

Quand Le Monde reconnait avoir désinformé

Lu dans Présent :

"Dans un dossier du 4 août 2015, le quotidien de gauche avait diffamé le leader de la droite italienne, Berlusconi, sur le thème suivant : « Quand Berlusconi pactise avec la Pieuvre ». Puis le 10 juillet 2017, Le Monde récidivait sous le titre « Quand Berlusconi pactisait avec Cosa Nostra ». Ce dernier article venait à l’appui d’un reportage de FR3 intitulé : « Berlusconi et la Mafia sicilienne – Scandale à l’italienne ». Articles et dossiers repris bien évidemment sur les réseaux sociaux, puisque c’est Le Monde qui le disait.

Depuis ces deux articles, il ne faisait donc de doute à personne que Berlusconi était comme cul et chemise avec la Mafia. D’autant que ces articles soutenaient que les liens de Berlusconi avec la Mafia « avaient été établis de façon certaine par de nombreux juges chargés d’enquêter sur les affaires de l’ancien président du Conseil italien ».

Or toutes ces informations étaient fausses. Le Monde lui-même reconnaît aujourd’hui, dans cet erratum, considérable quant au fond, mais pudiquement baptisé : « Précision », que toutes ses informations étaient mensongères, qu’il a donc induit en erreur ses lecteurs, mais aussi, indirectement, l’opinion publique du monde entier.

Le-monde-fakeniouOn peut saluer cette honnêteté du Monde… même si cette précision bienvenue ne fait pas la Une, mais est publiée dans une note page 17 (entre la rubrique « votre soirée télé » et « mots croisés – sudoku ») !

Commentaires (5)

Dire qu'on nuance un propos pour parler d'un mensonge, ce n'est pas mal non plus

Heureusement que c'est

Lire la suite de l'article

A quand une célébration du “Führer” Hitler, célèbre artiste-peintre végétarien ?

Intitulée « Le Che à Paris », cette commémoration se tient dans l’hôtel de ville de la capitale, inaugurée par le maire en personne. Anne Hidalgo, dont on connait la subtilité, n’y a pas été avec le dos de la cuillère. Dans un « tweet » ornée du célèbre et sinistre poing fermé, symbole de la subversion marxiste, elle proclame avec fierté : « Avec cette exposition, la capitale rend hommage à une figure de la Révolution devenue une icône militante et romantique. » A quand une célébration du "Führer" Hitler, célèbre artiste-peintre végétarien, ou de Staline, "petit père des peuples" connu pour sa collection de pipes ?

Lire la suite de l'article

Des enseignantes interrompent la projection d’une séance quand elles s’aperçoivent qu’il s’agit d’une histoire de Noël

A rire ou à pleurer :

Etoile-de-noël"Le 13 décembre, un groupe scolaire de 83 écoliers du Langonnais assistait à une projection du film d’animation américain « L’Étoile de Noël » au cinéma Le Rio de Langon quand celle-ci a été interrompue à la demande des enseignantes. Elles se sont en effet aperçues qu’il y avait un problème de thématique et qu’il ne correspondait pas au choix qu’elles avaient fait.

Il est vrai que le synopsis de ce film de Timothy Reckart parle avant tout d’une histoire d’animaux : « Un petit âne courageux, Bo, rêve d’une vie meilleure loin du train-train quotidien du moulin du village. Un jour, il trouve le courage de se libérer pour vivre enfin la grande aventure avec une brebis, une colombe, trois chameaux déjantés et des animaux de la ferme, très excentriques… »

Mais on se rend compte au fil de l’histoire qu’il ne s’agit pas d’un film sur une légende de Noël mais sur l’histoire de la nativité, de la naissance de Jésus, du périple de Marie et Joseph jusqu’à Bethléem… Le film puise d’ailleurs son contenu dans les Évangiles, ce qui n’est pas laïque…

« J’avoue que je n’avais pas vu le film avant, il vient d’un grand studio américain », reconnaît le responsable du Rio, Emmanuel Raymond, qui a remboursé la séance. Les écoliers sont retournés en classe et une autre séance de cinéma aura lieu l’an prochain."

On espère que ces enseignantes passeront leur 25 décembre à corriger

Lire la suite de l'article

«Hier comme aujourd’hui, quand se pose la question de la légitimité du pouvoir, la guerre civile n’est jamais loin»

Patrick Buisson présente son livre «La grande histoire des guerres de Vendée» sorti chez Perrin et évoque la question de la reconnaissance du génocide vendéen par la France sur RCF Vendée :

Lire la suite de l'article

Quand un élu FN rappelle que les Lumières mènent à Auschwitz

Allez directement à 3h00mn56 de la vidéo ci-dessous. Amaurry Navarranne (FN) évoque l'origine de la terreur concentrationnaire,

"directement issue d'une philosophie, celle des Lumières, dont la France peut porter une certaine responsabilité. Elle a donné la Révolution française et le génocide vendéen, la révolution bolchévique et là aussi des camps de concentration et des massacres terribles, elle a donné le national-socialisme en Allemagne. Le cardinal Lustiger disait : "les Lumières mènent à Auschwitz"."

Lire la suite de l'article

La majorité républicaine au Sénat américain devient très fragile, jusqu’à quand ?

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

R"Le candidat très à droite et très pro-vie Roy Moore a perdu l’élection sénatoriale de l’Alabama face au candidat très à gauche et militant de la culture de mort Doug Jones. Pour empêcher Roy Moore d’être élu on avait monté une campagne contre lui autour d’un « harcèlement sexuel » dont il aurait été coupable il y a 30 ans. On avait ensuite trouvé trois autres femmes, puis quatre autres, qui dénonçaient des gestes déplacés de Roy Moore toujours il y a une trentaine d’année.

Selon les observateurs cela n’a pas été un élément majeur de la défaite de Moore. Mais il suffisait d’une efficacité à la marge, dans un scrutin disputé où Roy Moore ne faisait pas l’unanimité à droite parce que trop à droite. Or Roy Moore a perdu de 20.000 voix, dans un Etat où il y a 3 millions d’électeurs. Le résultat est que la majorité républicaine au Sénat devient très fragile, à 51-49. La presse anti-Trump (pléonasme) triomphe évidemment.

Mais dans moins d’un an il y aura les élections de renouvellement d’un tiers du Sénat. Et sur les 13 Etats où l’on considère que l’élection sera disputée, 11 ont un sénateur sortant démocrate."

Lire la suite de l'article

Quand le FLN massacrait les Algériens

Emmanuel Macron se rend en Algérie, demain 6 décembre. 

Voici le texte d'un appel de son prédécesseur, le président de la république René Coty, à la suite du massacre, perpétré le 28 mai 1957 par l'ALN (bras armé du FLN), de plusieurs centaines d'habitants de Melouza, au sud de la Kabylie.

3

Ce texte appelle deux commentaires :

  • en 1957, le président Bouteflika, que va rencontrer Emmanuel Macron, était déjà membre de l'ALN qui a perpétré ce massacre et essayé de le faire endosser par l'armée française. Il n'y a pas eu de repentance, côté FLN, de ce crime de guerre comparable à celui d'Oradour sur Glane.
  • le président Coty était de bonne foi lorsqu'il écrivait : "Je donne l'assurance solennelle que la France, qui veut leur garantir la sécurité et la justice, ne les abandonnera jamais". C'est un autre président de la république, Charles de Gaulle, successeur de René Coty, qui, cinq années plus tard, abandonnera aux couteaux du FLN des dizaines de milliers de musulmans et d'européens d'Algérie.

Lire la suite de l'article

Quand l’extrême droite résistait, 1939-1945

2C'est le titre (simpliste) d'un documentaire diffusé hier soir sur France 5 et que l'on peut revoir ici :

"L'Histoire a retenu que la Résistance avait un coeur qui battait à gauche. Pourtant, de nombreux partisans de l'extrême droite nationaliste ont tourné le dos à Vichy pour rejoindre les forces de la France libre aux côtés de leurs adversaires politiques d'avant-guerre. En zone occupée, une organisation clandestine voit le jour sous l'impulsion d'hommes issus de diverses mouvances d'extrême droite : l'OMC. L'extrême droite joue aussi un rôle à Alger. De nombreux nationalistes de droite figurent enfin au sein du plus gros mouvement de résistance, Combat, dans lequel les monarchistes Pierre de Bénouville et Jacques Renouvin assument d'importantes fonctions."

Petit à petit, la vérité finit par éclore. Bientôt, nous aurons un documentaire intitulé "Quand l'extrême-gauche collaborait"…

Lire la suite de l'article