Archives par étiquette : Prison

Au lieu des 15 000 places de prison supplémentaires promises, seulement 7 000 verront le jour

Du député Emmanuelle Ménard :

Images-4"Le chef de l'État a présenté sa vision de la sanction pénale. La nouvelle philosophie est, a priori, séduisante : moins de peines d’emprisonnement mais mieux exécutées. Quand on connaît la situation actuelle – 90 000 peines en attente d'exécution – on ne peut qu'applaudir. Mais des intentions aux actes, chacun le sait, il y a parfois un gouffre.

Que propose donc Emmanuel Macron ?

D’abord, la suppression des peines de prison inférieures à un mois. Dans la réalité, cela ne changera pas grand-chose concernant la lutte contre la surpopulation carcérale puisque les prisons contiennent actuellement… moins de 300 personnes purgeant une peine de moins d’un mois !

Deuxième proposition : les peines de un à six mois seront exécutées « hors les murs », sauf décision motivée du juge. Afin de « donner du sens à la peine », la chancellerie travaille à une réécriture de l’échelle des peines pour les délits. En clair, il s'agit de réhabiliter «les interdictions, les stages de désintoxication ou de citoyenneté, le jour-amende, l’amende, le travail d’intérêt général, la probation ou le bracelet électronique », avant d’en arriver à la prison. Une question : peut-on croire sérieusement que la menace de travaux d’intérêt général ou de devoir porter un bracelet électronique va décourager des voyous souvent récidivistes ?

Reste l’essentiel : le Président est revenu sur l'une de ses promesses de candidat. Au lieu des 15 000 places de prison supplémentaires promises, seulement 7 000 verront le jour.

Lire la suite de l'article

Madrid, 11 mars 2004: 191 morts, 1858 blessés, et seulement 8 ans de prison

Lire la suite de l'article

4 ans de prison pour 8 infanticides

Unknown-15Dominique Cottrez, condamnée en 2015 à 9 ans d'emprisonnement pour huit infanticides, va être remise en liberté conditionnelle le 22 janvier. Agée de 53 ans, l'aide-soignante avait reconnu avoir tué ses huit bébés, nouveau-nés. Les corps avaient été trouvés dans un pavillon et un jardin du village de Villers-au-Tertre (Nord) en juillet 2010. Dominique Cottrez avait été remise en liberté le 2 août 2012 après deux ans de détention provisoire, puis condamnée le 2 juillet 2015 à 9 ans d'emprisonnement par les assises du Nord. Elle aura passé un peu plus de 4 ans en prison. Elle avait été placée en détention provisoire de 2010 à 2012 puis écrouée à l'issue de son procès en juillet 2015.

Entre un avortement, légal, remboursé, encouragé, et l'infanticide d'un nouveau-né, il n'y a pas grande différence. On s'étonne même qu'elle ait pu faire de la prison…

Commentaires (3)

Le grand péché, bien pire que la loi Veil, c'est que la jeune femme d'une grossesse "non désirée" rencontre:
-L'hostilité de sa famille,
-L'hostilité de son entourage,
-La pression des autres au prétexte des études, du revenu, de la solitude.
Rien n'est fait, dans notre société égoïste, pour accueillir la petite maman.

Rédigé par : Le Roy Henri | 12 jan 2018 08:42:39
____________________________________

Cher Le Roy.
Ce que vous évoquez n'est que la conséquence de la "loi" évoquée. Cette dernière est devenue le droit fondamental.Prions…

Rédigé par : Antoine de Lisbonne | 12 jan 2018 09:12:22
____________________________________

C'est vrai qu'avec les "zelites"

Lire la suite de l'article

Condamnée à 18 mois de prison pour avoir pratiqué une GPA

Au Cambodge :

Unknown-10"Une infirmière australienne condamnée en août à 18 mois de prison au Cambodge pour sa participation à une clinique spécialisée dans les mères porteuses a perdu en appel lundi et restera en prison jusqu’à l’été. Etant donné ses crimes, «la sentence est déjà clémente», a tranché le juge Kim Dany lors d’une brève audience à la cour d’appel.

[…] Cette quinquagénaire est détenue depuis novembre 2016 à Phnom Penh, soupçonnée d’avoir recruté des femmes et d’avoir falsifié des documents pour obtenir des certificats de naissance pour les nouveaux-nés. Elle devrait purger sa peine jusqu’à l’été 2018.

Lors de son procès, cette femme qui travaillait auparavant dans une clinique spécialisée dans la gestation pour autrui (GPA) en Thaïlande a nié tout rôle d’organisatrice, disant avoir simplement pratiqué des soins aux femmes enceintes et niant avoir recruté des Cambodgiennes.

Le business des mères porteuses s’est très rapidement développé ces derniers mois au Cambodge après l’interdiction de la pratique dans la Thaïlande voisine en 2015, jusqu’à ce que le gouvernement cambodgien interdise lui aussi la GPA. […]"

Lire la suite de l'article

Brandir la Une de Valeurs Actuelles peut vous conduire en prison…

C'est ainsi dans notre belle démocratie comme le rapporte Breizh Info :

DOGU2oKX4AA6Z0S"Claudine Dupont-Tingaud, militante identitaire et catholique de longue date, s’est retrouvée ce samedi 11 novembre en garde à vue pendant 5h, à Quimper, en marge des commémorations du 11 novembre. Son « crime » ? Avoir brandi la une de Valeurs actuelles sorti vendredi 10 novembre sur lequel on peut lire « chassez le christianisme et vous aurez l’islam ».

Insupportable pour le préfet du Finistère, Pascal Lelarge, qui fera intervenir plusieurs fois les policiers pour retirer les affiches portées par l’ancienne conseillère régionale, cette dernière en ressortant à chaque fois une nouvelle. Claudine Dupont Tingaud finira par se faire arrêter sous le prétexte d’un outrage à agent, et passera 5h en garde à vue, traitée comme une délinquante de droit commun. Elle sera convoquée en janvier 2018 devant le procureur.

Dans un communiqué qui dénonce les atteintes à la liberté d’expression, cette dernière explique :  « après le déroulement de la messe en la cathédrale Saint Corentin ( non signalée dans le presse locale, laïcité oblige t’elle ?) en souvenir de l’armistice clôturant la guerre 14-18 le jour de la Saint Martin, évangélisateur des Gaules, la présidente de REAGIR, je participais au cortège d’anciens combattants , d’officiels et de Quimpérois patriotes se rendant au carré militaire du cimetière Saint-Marc.» puis de poursuivre :

« Je m’étais munie de la Une d’un hebdomadaire national présentant la statue du Pape Jean Paul II à Ploërmel, tant controversée pour

Lire la suite de l'article

Et pendant ce temps, le laxisme en prison…

Téléphones portables, clips, jeux vidéos stupéfiants et fête : c'est le menu de cette vidéo de rap tournée en prison et visible sur Youtube.

"Dans une vidéo publiée lundi 7 août, plusieurs détenus de la prison d'Aiton sont présentés faisant la fête, fumant et jouant même aux jeux vidéo.

La vidéo pourrait presque séduire les jeunes les plus influençables de passer quelques mois derrière les barreaux. Lundi 7 août, un clip de rap était publié sur Youtube, montrant des détenus de la prison d'Aiton (Savoie) en pleines festivités".

Lire la suite de l'article

Profanation à la Madeleine: prison avec sursis confirmée pour une ex-Femen

La cour d'appel de Paris a confirmé aujourd'hui la condamnation d'une ancienne militante des Femen, Eloïse Bouton, à un mois de prison avec sursis pour exhibition sexuelle lors d'une action dans l'église de la Madeleine à Paris.

Le 20 décembre 2013, la jeune femme s'était dirigée, torse nu, vers l'autel de l'église. Elle portait sur le dos l'inscription "Christmas is cancelled" (Noël est annulé) et sur le ventre "344e salope", en référence au manifeste de 343 femmes appelant à la dépénalisation de l'avortement en 1971. Elle avait ensuite déposé des morceaux de foie de veau censés représenter l'avortement de l'enfant Jésus.

Lire la suite de l'article

Italie : le spécialiste de la FIV condamné à 3 ans de prison pour extorsion

Severino Antinori, le gynécologue italien spécialisé dans les techniques de fécondation artificielle vient d’être condamné à trois ans et demi de réclusion pour extorsion.

Ce praticien a exigé un dessous-de-table à un couple dans le cadre d’une fécondation artificielle. Dans un premier temps, le gynécologue avait réclamé une première enveloppe de 30 000 euros pour organiser le voyage du couple en Espagne. 

Lire la suite de l'article

Frère Clément-Marie : “Demain, en France, nous irons en prison pour avoir rappelé que l’embryon est une personne humaine”

Extrait de l'homélie prononcée par le frère Clément Marie, prêtre de sein de la Famille Missionnaire de Notre Dame, qui, comme chaque année, a participé à la Marche pour la Vie : 

Mqdefault"(…) La proclamation de l’Évangile est à la fois un appel à la conversion, le don d’une guérison et l’annonce d’une bonne nouvelle, d’une « grande joie pour tout le peuple » (Lc 2, 10). Voilà où s’enracine notre démarche de cet après-midi. Voilà le sens de notre marche pour la vie : elle fait partie de l’appel à la conversion que – comme chrétiens – nous avons le devoir de lancer à la suite de Jésus. Et elle est aussi, et inséparablement, un appel à la guérison et un témoignage rendu à la beauté et à la joie de la vie.

Notre marche cette année revêt une importance particulière, pour deux raisons. D’abord parce que nous entrons dans une année d’élections importantes. Or ceux qui vont se présenter pour nous gouverner doivent voir, entendre et prendre en compte une autre France : la France pour la vie, la France pour la famille, la France des valeurs, la France chrétienne. C’est-à-dire la France de demain. Une seconde raison nous mobilise cette année : le gouvernement s’applique en ce moment à faire passer en urgence une loi au caractère totalitaire, interdisant d’informer sur ce qu’est l’avortement. On veut faire taire les messagers de l’évangile de la vie. Nous devons être courageux : plus on voudra nous faire taire, et

Lire la suite de l'article