Archives par étiquette : président

L’ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny contre l’extension de la PMA

  Unknown-7Jean-Pierre Rosenczveig, magistrat, figure de la défense des droits de l’enfant, ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny, est interrogé sur RCF concernant les droits de l'enfant. Le sujet arrive sur la PMA et la GPA :

"J’entends cet argument. C’est le mien depuis quarante ans. La société ne peut pas garantir un droit à l’enfant. Elle peut garantir un droit de l’enfant. La GPA pose des problèmes : la femme n’est qu’un ventre, la fabrication d’un enfant pour satisfaire un besoin. Si on refuse la GPA pour les hommes et qu’on accorde la PMA pour les femmes, on rentre dans la discrimination. On ouvre la boîte de Pandore de la fabrication d’enfants"

Lire la suite de l'article

Le Paraguay et son président respectent la personne humaine

Lu ici :

"Le nouveau président élu du Paraguay, Mario Abdo Benitez, a honoré l’une de ses promesses de campagne en signant un engagement politique en faveur de la protection de la vie, le 4 avril 2018.

Dans cette profession de foi, le nouveau chef de l’exécutif s’oblige à « respecter, protéger, défendre et promouvoir » la vie du moment de la conception à la mort naturelle, ainsi que la famille « composée d’un père, d’une mère et d’enfants », comme étant le socle naturel de la société.

Mario Abdo Benitez s’engage également à protéger les droits fondamentaux des familles, notamment celui d’offrir une éducation morale et religieuse aux enfants, conformément à la foi et aux valeurs des parents. Et cela à un moment où d’autres pays d’Amérique latine imposent la théorie du genre dans l’éducation des enfants.

La Constitution du Paraguay – un pays catholique à 90% – reconnaît explicitement le droit à la vie depuis la conception, et le mariage comme l'union d'un homme et d'une femme."

Lire la suite de l'article

Nous ne pouvons pas compter sur le Président et son Ministre de l’Intérieur pour nous protéger

Le porte-parole du Front national et maire de Beaucaire, Julien Sanchez, écrit dans Valeurs Actuelles :

HTplfsFW_400x400"Le 12 mai, pendant que les bobos qui luttent contre les attentats avec des bougies s’extasiaient devant la chanson « Mercy » à l’Eurovision, un Français était à nouveau assassiné et 4 autres blessés par un soldat de l'Etat islamique. Khamzat Azimov, naturalisé en 2010, est un Tchétchène arrivé en France au début des années 2000. Surveillé depuis de longs mois par les services de renseignement français, il était fiché S depuis 2016 et a prêté un serment d’allégeance à l’Etat islamique avant de passer à l’acte. Un soldat repéré, surveillé, mais pas mis hors d’état de nuire, faute de volonté politique. Nos gouvernements prétendent combattre les islamistes en les bombardant en Irak ou au Mali… mais c’est d’abord chez nous qu’il faut les neutraliser !

Alors que des solutions pertinentes et de bons sens s'offrent à eux, nos dirigeants préfèrent, hélas, les rejeter.

Emmanuel Macron s'est ainsi opposé à la déchéance de nationalité pour les binationaux islamistes et à l'expulsion des étrangers fichés S. Et pourtant… et pourtant si Radouane Lakdim, l’assassin du colonel Arnaud Beltrame, ou Khamzat Azimov, avaient été déchus de leur nationalité dès qu'ils avaient été fichés S, ils auraient pu être expulsés et nous aurions évité 4 morts à Trèbes et un à Paris, pour ne citer que les attentats les plus récents.

Emmanuel Macron, comme ses prédécesseurs, refuse de réinstaurer la double peine automatique grâce à laquelle chaque étranger

Lire la suite de l'article

François-Xavier Pérès, réélu président d’Alliance VITA

Fxperes-594x400François-Xavier Pérès avait été élu président de VITA une première fois en 2014. Le Conseil VITA, qui compte une centaine de membres, l'a réélu le 29 avril pour 4 ans.

François-Xavier Pérès, 37 ans, a rejoint l’équipe VITA de Montauban (82) en 2010. En 2012, il accepte la responsabilité de délégué de Loire-Atlantique, à l’occasion d’une mutation dans ce département. Marié, père de 3 enfants, il exerce son activité professionnelle de ressources humaines dans le domaine de la gestion des risques.

En conclusion de l’Université de la vie 2018 d’Alliance VITA, qui a rassemblé 7300 personnes en visioconférence dans 140 salles, François-Xavier Pérès avait déclaré :

 « Il n’y a pas de bonne raison de s’exclure de l’engagement en faveur de la vie et de la dignité de l’homme. Cet engagement n’est pas réservé aux partis politiques, aux comités d’éthique ou encore aux soignants. Nous sommes tous concernés, là où nous vivons et travaillons… Partout, c’est une question de justice et d’humanité. »

Lire la suite de l'article

Les évêques exigent la démission du Président

Au Nigéria :

Unknown-24"Depuis déjà plus de deux ans, la Conférence des évêques catholiques et d’autres personnes bien intentionnées n’ont pas cessé de demander au Président de repenser la configuration du système sécuritaire et la stratégie. Avec des millions de Nigérians, nous avons exprimé notre absence de confiance dans les organismes de sécurité que le Président a délibérément mis entre les mains de personnes adhérant à une seule religion.

Le 8 février de cette année, lors d’un appel de courtoisie au Président, nous avons sonné l’alarme quant à la sécurité de la nation et la vague de violence perpétrée impunément par des gens qui n’ont ni respect de la valeur de la vie humaine ni considération pour nos lois, et nous l’avons exhorté à prendre des mesures drastiques pour endiguer la vague de ces maux dans notre pays. Depuis lors, l’effusion de sang, la destruction des foyers et des fermes se sont accrues en intensité et en violence. Désormais, nos églises sont profanées et notre peuple massacré sur leurs autels.

Comme responsables, nous n’avons cessé de demander à notre peuple de demeurer pacifique et obéissant aux lois même face aux pires formes de provocations. Aujourd’hui, comme chrétiens, nous nous sentons bafoués et trahis dans une nation pour laquelle nous n’avons jamais cessé de nous sacrifier et de prier. Nous nous sentons collectivement abandonnés et trahis. […]

Dès lors que le Président qui a nommé les responsables des organes de sécurité de la nation a refusé de les rappeler à

Lire la suite de l'article

Le président de la Commission européenne va honorer Karl Marx

D'Yves Daoudal :

Unknown-13"Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker prononcera un discours le 4 mai à Trèves pour célébrer le 200e anniversaire de la naissance de Karl Marx dans cette ville.

Un porte-parole de la Commission a déclaré : « Personne ne peut nier que Karl Marx est une figure qui a façonné l'histoire d'une manière ou d'une autre, et ne pas parler de lui ce ne serait pas loin de nier l'histoire. »

Peut-être demandera-t-il à la municipalité de Chemnitz de redonner à la ville le nom de Karl Marx Stadt…"

Lire la suite de l'article

Frappes en Syrie : déclaration du président de la fédération de Russie

Le 14 avril, les États-Unis soutenus par leurs alliés ont frappé des sites militaires ainsi que ceux de l'infrastructure civile de la République arabe syrienne. Sans l'aval du Conseil de sécurité de l'Onu, en violation de la Charte de l'Onu, des normes et des principes du droit international, un acte d'agression a été commis à l'encontre d'un État souverain qui se tient à l'avant-garde de la lutte antiterroriste. 

 À nouveau, tout comme il y a un an, lorsque les États-Unis ont attaqué la base aérienne de Shayrat, en tant que prétexte a été utilisée une mise en scène d'usage de substances toxiques contre les civiles, cette fois à Douma, banlieue de Damas. Après avoir visité le lieu de l'incident fictif, les experts militaires russes n'ont pas découvert de trace d'utilisation de chlore ou de toute autre substance toxique. Pas un seul habitant n'a confirmé le fait de l'attaque chimique.

L'Organisation sur l'interdiction des armes chimiques a dépêché ses spécialistes en Syrie afin d'élucider la situation. Or, un groupe de pays occidentaux l'a méprisé de façon cynique en entreprenant une action militaire sans attendre les résultats de l'enquête.

La Russie condamne avec une extrême fermeté l'attaque contre la Syrie où des militaires russes aident le gouvernement légitime à combattre le terrorisme.

Par leurs actions, les États-Unis aggravent davantage la catastrophe humanitaire en Syrie, apportent des souffrances aux civils, laissent faire les terroristes qui déchirent depuis sept ans le peuple syrien, provoquent une nouvelle vague de réfugiés en provenance de ce pays

Lire la suite de l'article

Le Président de l’université de Bordeaux dénonce la violence de l’extrême-gauche

Manuel Tunon de Lara, Président de l’université de Bordeaux, écrit dans un message au personnel :

Ao2xBrqt_400x400"Depuis le 12 mars dernier, le site de la Victoire est bloqué et toutes les activités habituelles sont empêchées sur place. Avec les composantes du site, nous les avons réorganisées, sur d’autres campus ou à distance, pour garantir leur continuité, et en particulier celle des enseignements.

Les conditions de ce blocage continuent à se durcir et la violence qui les accompagne ne saurait être minorée ou relativisée :

  • des personnels, des étudiants et des agents des prestataires de sécurité ont été victimes d’intimidations et d’agressions : bousculades, insultes, menaces ;
  • il n’y a pas d’accès libre au site, y compris pour les interventions de secours : accès pompiers chainés, issues de secours bloquées… (cette semaine, les agents du poste central de sécurité incendie, qui avaient été appelés par un occupant pour venir en aide à une victime de malaise, se sont vus refuser l’accès à l’amphithéâtre où était la victime) ;
  • des bâtiments ont été fracturés et dégradés : alarmes anti-intrusion et systèmes anti-incendie détruits, fenêtres cassées, portes forcées, tags, mobiliers détériorés ou laissés dehors depuis un mois, vols… 

Ce lundi, suite à une décision des occupants de la Victoire, une trentaine d’individus cagoulés a tenté de bloquer le site de Talence (secteur Peixotto/Arts et métiers) en barricadant les portails d’accès, puis le bâtiment A21. Grâce à l’intervention conjointe d’’étudiants opposés au blocage et des personnels de l’université, l’ensemble des

Lire la suite de l'article

Election du président LR des Yvelines : Sens Commun ne donnera pas de consigne de vote

Élue lundi 9 avril à la présidence nationale de Sens Commun, Laurence Trochu, conseillère départementale Les Républicains (LR) du canton de Montigny-le-Bretonneux, est interrogée dans Le Parisien à propos de l’élection départementale du futur président LR des Yvelines qui se déroulera en octobre prochain. Sens Commun compte une trentaine d’élus à tous les niveaux dans ce département. 

6a00d83451619c69e201b8d2e96620970c-250wi"Sens Commun donnera-t-il des consignes de vote pour la présidence départementale des LR ?

Ce n’est pas dans nos habitudes. Nous ne donnons jamais de consignes dans un vote interne à un parti. Mais nous participerons activement au débat. Sens Commun évaluera tous les candidats. Une invitation a déjà été faite à Pierre Bédier pour le rencontrer. Une autre le sera en direction d’Alexandra Dublanche. […]

Quelles sont les thématiques qui vous sont chères ?

Tout d’abord, le redressement économique de la France doit s’accompagner d’une souveraineté entière de notre pays dans une Europe des nations. Ensuite, la personne humaine ne doit jamais être considérée comme un objet qu’on bricole ou une marchandise. Enfin, nous sommes responsables d’un patrimoine naturel et culturel que nous devrons enrichir et transmettre aux générations futures. Tout cela doit éclairer les réponses politiques.

Un proche de Pierre Bédier vous accuse de « silence radio » pendant « des mois » puis de « sortir du bois » dès qu’il est candidat…

C’est totalement faux. Sens Commun a toujours travaillé et anime la réflexion de la droite. Nos actions sont portées et réelles. À titre d’exemple, nous organisons

Lire la suite de l'article

Lettre ouverte au Président de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Depuis un mois il y a du grabuge à Paris I contre la sélection à l'université. Les gauchistes ont haussé le ton depuis vendredi dernier, et ont voté le blocage total du centre Tolbiac pour une semaine. A un mois des partiels, les étudiants n'en sont même pas à la moitié des programmes et le centre Tolbiac est inaccessible. Un étudiant, soutenu par l'UNI et Les Républicains Sorbonne, a écrit une lettre ouverte au président afin qu'il use de ses pouvoirs de police pour résoudre ces fâcheux problèmes de gauchistes :

Monsieur le Président,

Unknown-18Voilà plus d’un mois que le centre Tolbiac – PMF de l’Université Paris I Panthéon – Sorbonne se trouve être un foyer actif d’opposition au plan étudiant récemment proposé par le gouvernement. Depuis plusieurs jours, le phénomène tend à s’accroître et à monter en puissance. Il y a un mois, on se cantonnait à des assemblées générales. Depuis trois semaines, de nombreux TD sont annulés suite à des blocages organisés par au maximum une vingtaine d’étudiants. Lundi, le blocage du centre entier a été voté jusqu’à jeudi, empêchant les étudiants de se rendre aux cours magistraux, aux TD, en salle de travail ou à la bibliothèque. Dans certaines matières, à trois semaines de la fin du semestre, nous n’en sommes pas même arrivés à la moitié du programme prévu. Une poignée d’indignés bloque actuellement la vie d’une des plus anciennes et des plus illustres universités d’Europe.

Ces blocages posent un grave problème quant à l’organisation de

Lire la suite de l'article