Archives par étiquette : président

Le président de l’Assemblée nationale veut rapidement un texte sur la PMA

Le président de l'Assemblée François de Rugy a souhaité aujourd'hui qu'un texte élargissant la possibilité de fabriquer artificiellement des enfants soit voté rapidement :

"Je suis pour qu'on mette en oeuvre les engagements du président de la République assez rapidement. Je ne vois pas pourquoi on tarderait. Tous les éléments du débat sont connus et archi-connus depuis des années. Je n'ai pas l'ordre du jour parlementaire de 2018 mois par mois (…) Je souhaite que ce soit inscrit à l'ordre du jour et que ce soit voté".

Lire la suite de l'article

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé à faire battre la coalition d’Angela Merkel

Unknown-5Les médias ont beaucoup glosé sur l'éventuelle implication des Russes dans la campagne présidentielle américaine. 

Là il s'agit explicitement d'une ingérence de la Turquie. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé dimanche les Turcs d’Allemagne à faire battre la coalition d’Angela Merkel aux législatives du 24 septembre. Il avait fait de même vendredi dernier, quand il avait exhorté ses compatriotes disposant de la nationalité allemande à «donner une leçon» aux partis chrétien-démocrate (CDU), social-démocrate (SPD) et aux Verts, tous «irrespectueux envers la Turquie» selon lui.

«Soyez avec ceux qui sont bienveillants envers la Turquie. Peu importe qu’il s’agisse de petits partis, donnez-leur votre voix. Ils gagneront ensuite en importance». «À mon avis, ceux qui attaquent la Turquie de la sorte méritent une gifle à ces élections».

La chancelière Angela Merkel a rétorqué :

«Nous ne tolérons aucun type d’ingérence».

Le ministre des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, y voit «un acte d’ingérence exceptionnel dans la souveraineté de notre pays». Erdogan lui a répondu :

«Il ne connaît aucune limite! Qui es-tu pour parler au président de la Turquie ?… Connais tes limites! Il tente de nous faire la leçon… Depuis combien de temps fais-tu de la politique ? Quel âge as-tu ? Que disent-ils maintenant? Ils disent: ‘Il s’immisce dans notre démocratie.» Mais la seule chose que nous disons c’est que nos concitoyens devraient donner une leçon aux ennemis de la Turquie dans les urnes. C’est tout.» […]

La diaspora turque en Allemagne, forte de trois

Lire la suite de l'article

Le président met un photographe en garde à vue

Il ne s'agit ni de Vladimir Poutine, ni de Donald Trump… Mais d'Emmanuel Macron.

Le président de la République a porté plainte pour « harcèlement et tentative d'atteinte à la vie privée » contre le photographe qui les suivait à la trace, lui et son épouse Brigitte, sur leur lieu de vacances marseillais. Le photographe a été retenu environ six heures en garde à vue dimanche 13 août dans un commissariat de Marseille.

Pourtant, durant sa campagne, Emmanuel Macron était bien plus tolérant… :

RTS13FZ5-Macron-copie-600x410

Lire la suite de l'article

« Le Président Macron a toutes les peines du monde à dire qui tue en France aujourd’hui ! »

Mercredi matin, Robert Ménard a organisé une cérémonie commémorative pour le père Hamel. À Béziers, une promenade au pied de la cathédrale porte son nom. Il explique à Boulevard Voltaire :

Lire la suite de l'article

Le président LREM de la commission de la défense de l’Assemblée défend le chef d’Etat-major des Armées

Unknown-5Après le chef d'état-major Pierre de Villiers, c'est au tour de Jean-Jacques Bridey de faire connaître son profond désaccord avec les coupes budgétaires imposées aux armées en 2017. Le président LREM de la commission de la défense de l'Assemblée, et conseiller défense d'Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle, "regrette" le "choix" d'imposer 850 millions d'euros d'économies au ministère de la Défense en 2017.

"C'est un choix. Personnellement, je le regrette, surtout quand je vois l'explication qui a été donnée par Bercy, puisqu'on nous dit qu'il faut faire 4 et quelques milliards d'économies mais que dans le même temps, on ouvre 1,5 milliard d'ouverture de crédit pour la capitalisation d'Areva."

La veille, Emmanuel Macron avait tenté de trancher le débat dans une déclaration sèche devant les militaires :

"Je considère qu'il n'est pas digne d'étaler certains débats sur la place publique. J'ai pris des engagements. Je suis votre chef. Les engagements que je prends devant nos concitoyens et devant les armées, je sais les tenir. Et je n'ai à cet égard besoin de nulle pression et de nul commentaire".

De nombreux militaires ont jugé le moment de remontrances du président de la République "douloureux" et le propos "excessif" voire "humiliant".

Jean-Jacques Bridey avait déjà pris la défense du général de Villiers, à l'issue de l'audition du général par la commission de la défense :

"Quand le chef d'état-major dit qu'il faut des moyens, ce n'est pas du chantage. Si

Lire la suite de l'article

Notre cher Président croit résoudre le problème du RSI en le refilant à l’Urssaf

Lu dans Les 4 Vérités, cette affaire ubuesque :

Unknown-19"Citoyen entrepreneur français, j’ai, durant ma vie professionnelle, créé 200 emplois et j’ai toujours payé mes charges et impôts, sans jamais être condamné – à part deux petits excès de vitesse occasionnant un point de retrait de permis.

Dois-je être condamné à payer potentiellement 30000 €? Je n’ai pas fait de trafic de drogue. Je n’ai pas détourné d’argent public. Je n’ai pas créé d’emploi fictif. Je n’ai blessé personne, ni volontairement ni involontairement. Je n’ai pas fait d’abus de bien social. Mais j’ai fait quelque chose de beaucoup plus terrible. Après avoir vendu mon entreprise après 40 années de labeur à 80 heures par semaine – ce qui m’a permis de bénéficier d’une somptueuse retraite de… 2 080 € par mois –, ne sachant pas faire autre chose que travailler, j’ai décidé de créer une auto-entreprise pour arrondir mes fins de mois. Ayant géré une SAS d’une trentaine de personnes, avec toute la complexité qui, en France, en découle, j’ai tout de suite opté pour le statut d’auto-entrepreneur que l’on ose qualifier d’une grande simplicité.

Qu’ai-je donc fait de si grave pour risquer, cotisations, impôts et frais d’avocat confondus, une « condamnation » à 30000 € pour un chiffre d’affaires de… 22500€ en 2014 et 0 € pour les années suivantes? J’ai beaucoup de mal à vous avouer la faute qui m’a amené à cette possible sanction. Tant pis, j’avoue, la honte tombant sur moi (heureusement que la peine

Lire la suite de l'article

Avortement : le président de la Conférence des évêques du Canada écrit au ministre des Affaires étrangères

Bishop_Crosby_Plénière_2015Mgr Douglas Crosby, évêque de Hamilton et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), a écrit à Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères, concernant son discours du 6 juin 2017 sur la politique étrangère canadienne. Dans son discours à la Chambre des communes, elle avait associé les droits des femmes au droit à l'avortement et aux « droits en matière de sexualité et de santé reproductive » en déclarant que « ces droits sont au cœur de notre politique étrangère ».

Dans sa lettre, Mgr Crosby exprime sa profonde inquiétude et son désaccord affirmant que cette déclaration est « erronée, troublante et malavisée ». Il rappelle que

"Premièrement, d’affirmer que l’avortement, entre autres, est « au cœur » de la politique étrangère du Canada est inexacte. Dans les faits, il n’existe aucun précédent pour appuyer une telle affirmation."

« plusieurs enjeux féminins qui auraient dû être soulevés parce qu'ils justifient un engagement international… ont été passés sous silence. Mentionnons entre autres les ententes économiques du Canada avec des pays où les fillettes sont tuées à la naissance parce qu'elles ne sont pas des garçons; où les femmes gagnent moins que les hommes pour le même travail ou ne peuvent bénéficier des mêmes privilèges de la loi, y compris le droit à l'éducation ou à la protection contre le viol, la violence physique, ou autre forme d'abus. »

"Deuxièmement, présenter l’avortement, entre autres, comme une valeur canadienne est également une erreur de principe."

Mgr Crosby fait ressortir

Lire la suite de l'article

Lionel Zinsou nommé nouveau président de Terra Nova, qui se rapproche de Macron

Terra Nova a largement inspiré la politique de Hollande (réforme du collège, réforme du code du travail, loi sociétale, …). Maintenant que le PS a disparu, ce "think tank" se rapproche de Macron. Selon Le Monde :

Zinsou"Terra Nova s’éloigne de plus en plus du PS. Le think tank « progressiste » s’est en effet choisi un nouveau président, près de six mois après la mort de François Chérèque. C’est Lionel Zinsou, 62 ans, un fervent supporteur d’Emmanuel Macron.

Ancien premier ministre du Bénin (18 juin 2015-6 avril 2016), candidat malheureux à l’élection présidentielle du pays il y a un peu plus d’un an, ce métis franco-béninois – passé lors de ses études en France par de prestigieux établissements comme Louis-le-Grand et l’Ecole normale supérieure – a été la plume de Laurent Fabius lorsque celui-ci était premier ministre (1984-1986). Il a surtout un riche passé dans le monde économique. Il a ainsi fait carrière comme banquier d’affaires à la banque Rothschild avant de diriger, en 2009, le fonds d’investissement européen PAI Partners. Il est également l’auteur d’un essai remarqué en son temps, Le Fer de lance : essai sur les nationalisations industrielles (Olivier Orban, 1985).

Bref, c’est le candidat idéal pour reprendre le club de réflexion créé en 2008. « Nous avions une grille de qualités à respecter, explique Thierry Pech, le directeur général. Nous recherchions un progressiste, ouvert sur le monde, en prise avec les réalités économiques et qui s’intéresse à la vie des idées. » Une fiche de poste fléchée, donc, pour M. Zinsou qui remplit tous

Lire la suite de l'article

Le président polonais a entériné vendredi une loi limitant l’accès à “la pilule du lendemain”

Le président polonais Andrzej Duda a entériné vendredi une loi limitant l'accès à "la pilule du lendemain" qui désormais sera accessible uniquement sur prescription médicale. Cette loi a été adoptée en mai par la droite conservatrice au pouvoir en Pologne. Le chef de l'Etat est issu de ce parti Droit et Justice (PiS).

Il revient ainsi sur la loi du gouvernement libéral précédent, qui avait rendu possible l'accès à "la pilule du lendemain" sans ordonnance, aux personnes âgées de plus de 15 ans.

Lire la suite de l'article

Famille : Le programme du président Macron est dangereux

Monique Tezenas du Montcel (FN) est arrivée en deuxième position au soir du premier tour des législatives avec 22,88 % des voix, dans la 3e circonscription du Gard. En face d’elle : Anthony Cellier, un illustre inconnu du mouvement La République En Marche, qui a cumulé 33,93 % des voix. Elle répond à Présent :

Unknown-7"Vous parlez de défense de la famille. Vous êtes justement responsable du Cercle de fraternité du Gard. De quoi s’agit-il et quel est son rôle ?

C’est un cercle qui a été créé en 2016, sous le parrainage de Louis Aliot et dont le but est de défendre la famille à tous les niveaux, que ce soit en luttant contre le mariage pour tous – que Marine Le Pen promettait d’abroger si elle était élue – ou contre la GPA ou encore contre la PMA pour toutes. Nous sommes vigilants également aux mesures fiscales : tout a été fait pour détruire les avantages donnés aux familles pour les aider à élever leurs enfants. Ce cercle n’existe pas depuis longtemps c’est pourquoi il est important de le faire connaître !

Comment agissez-vous concrètement au sein de ce cercle ?

Pour l’instant nous organisons des conférences sur des thèmes précis comme le mariage pour tous ou encore la bioéthique. Nous avons des rapports étroits avec La Manif pour tous qui nous a bien soutenus dans le Gard. Nous essayons de travailler avec tous ces gens qui ont les mêmes valeurs que nous pour défendre ce qui nous tient à cœur. Le programme du président Macron est

Lire la suite de l'article