Archives par étiquette : Présidence

Christophe Billan démissionne de la présidence de Sens commun

Unknown-42Le président de Sens commun revient sur la polémique née de son entretien dans L'Incorrect, dans lequel il évoquait la possibilité d'une «plateforme» avec Marion Maréchal-Le Pen. Il annonce au Figaro :

"Je démissionne de la présidence de Sens commun. Le bureau politique et le comité stratégique du mouvement m'ont renouvelé leur soutien à trois reprises et s'apprêtaient à le faire une quatrième fois lundi. Je suis très touché par cette loyauté et par cette cohérence en dépit des charges qui ont été menées contre nous. Mais tant que je reste un point de crispation, Sens commun ne peut pas remplir sa fonction, qui est de peser sur le débat des idées. Il faut que l'on sorte de cette espèce de procès stalinien, de cette tempête dont le but est de réduire au silence Sens commun. Ensuite, je veux recouvrer ma liberté de parole. Je veux que mes mots n'engagent pas Sens commun et pouvoir dire clairement les choses. Mais je reste un adhérent fidèle du mouvement."

Lire la suite de l'article

Un sénateur LR prend la présidence de la Fraternelle parlementaire

En mars 2013, Christophe-André Frassa avait voté la loi Taubira en commission, puis 'a voté contre en séance. S'il est favorable à la dénaturation du mariage, il déclarait à l'époque qu'il craignait la PMA et la GPA…

En août 2013, il s'était rendu en Corée du Nord pour y célébrer l'anniversaire de l'armistice…

Franc maçon, il a été initié en 2002 au sein de la Loge parisienne Téthys, appartenant au Grand Orient de France. La Fraternelle parlementaire réunit 410 membres de toutes obédiences dont 150 députés et sénateurs. On attend encore les noms de ces membres.

FPour la présidence LR, il soutient Laurent Wauquiez.

Lire la suite de l'article

Eric Dillies se déclare candidat à la présidence du FN

Eric Dillies, Conseiller régional des Hauts-de-France, Conseiller municipal de Lille et Conseiller communautaire de la Métropole Européenne de Lille, écrit dans un communiqué :

Eric Dillies"Élu de terrain et militant de notre mouvement depuis 30 ans, j’ai décidé de me présenter à la présidence du Front National. Il ne peut exister d’élection crédible sans choix. Or, nous sommes à quelques heures de la clôture du dépôt des candidatures et il n’y a pas, pour le moment, d’autre candidat que la présidente sortante.

Je demande donc au Front National et à sa présidente, Marine Le Pen, de reporter l’échéance du dépôt de candidature et d’en changer son mode de parrainage. Ainsi, seront mises en place les conditions nécessaires au vrai débat démocratique dont notre mouvement a besoin pour accomplir sa refondation.

Nous ne pouvons plus écarter des débats les questions aussi essentielles et trop longtemps éclipsées que sont : 

  • la liberté, 
  • la famille, 
  • la défense des classes moyennes, 
  • l’hyperfiscalité, 
  • la préservation de notre vocation culturelle et spirituelle qui s’enracine dans notre histoire chrétienne et qui fait de la France une exception dans le monde.

Enfin, je vous demande à tous de réfléchir à la question suivante : alors que tout nous donne raison aujourd’hui, comment se fait-il que nous ne soyons pas majoritaires dans le pays ?"

Au second tour des législatives, Eric Dillies avait appelé à voter pour le candidat de la France insoumise contre celui de LREM.

Lire la suite de l'article

Présidence LR : Julien Aubert défend l’abrogation de la loi Taubira

A ma connaissance c'est le seul des candidats déclarés à la présidence du parti LR à se prononcer pour l'abrogation de la loi dénaturant le mariage. Il faut dire que Julien Aubert est membre de l'Entente Parlementaire pour la famille. Laurent Wauquiez, lui, a tourné sa veste sur ce sujet et se contente désormais de défendre la filiation au moyen d'une hypothétique réécriture de la loi Taubira. Dans une entretien, Julien Aubert explique :

A"[…] Cette année encore, la droite a perdu une élection qui été jugée imperdable. Après cinq ans de mandature socialiste, la victoire semblait acquise. François Hollande, sûr de son échec, n’a même pas osé se représenter, son bilan était indéfendable. Et pourtant, nous avons échoué à nous qualifier pour le second tour de l’élection présidentielle et à obtenir une majorité à l’Assemblée nationale. Chacun se rappelle les raisons principales qui ont abouti à cette débâcle. Mais derrière l’échec conjoncturel, nous avons été incapables de prendre en compte d’autres réalités plus structurelles. Nous n’avons pas pris conscience des mutations profondes de la société française. Notre mouvement n’a pas adapté son logiciel aux nouveaux enjeux contemporains. Nous n’avons pas su non plus moderniser ses structures, son fonctionnement, et répondre aux défis d’un parti de masse au 21ᵉ siècle.

Parmi les candidats déclarés, personne ne faisait ce diagnostic, c’est pourquoi, en homme libre et engagé j’ai décidé de me présenter à la présidence des Républicains. Je veux que mon parti se réveille pour mettre sur la table les questions

Lire la suite de l'article

Un candidat LR à la présidence Front national et un candidat FN à la présidence de LR ?

Ce serait amusant selon Guillaume Bernard :

"[…] Que l’on veuille tenter une alliance des différents partis politiques qui sont à droite, c’est effectivement une illusion. En revanche, que des personnalités, et des électeurs surtout, se répartissent dans les partis à droite, mais qui sont tous de droite, cela est une véritable réalité. La recomposition pourrait se faire sur cette base-là.

Une clarification doctrinale permettrait à toutes les personnes véritablement de droite – et en particulier les électeurs – mais qui sont réparties dans différents partis pour différentes raisons personnelles, locales, de sensibilité, de se rassembler dans un véritable mouvement. Ce courant politique de droite ne pourra véritablement se réaliser qu’à la condition qu’il réunisse des personnes des deux rives du fleuve. […]

Le peuple de droite aspire à autre chose que de simplement rassembler des personnes d’organisations qui existent aujourd’hui. Regardez comment Emmanuel Macron a réussi à réaliser la grande coalition de la droite libérale et de la gauche sociale-libérale. Il l’a fait en se passant des partis politiques et non pas en essayant de rassembler de vieilles structures où l’atavisme ou la force d’inertie sont encore très grandes. Je crois que, pour éviter les suspicions, la recomposition de la droite doit se faire en se passant des forces politiques ou en allant au-delà des forces politiques telles qu’elles existent aujourd’hui. Tant qu’on résonnera en termes d’appareils actuels LR, FN, DLF, sans aucun doute, la recomposition ne verra pas le jour.

Très prochainement, il y a aura l’élection du

Lire la suite de l'article

Le journaliste Bruno Roger-Petit nommé porte-parole de la Présidence de la République

Annonce de l'Elysée ce matin :

Index"Bruno ROGER-PETIT est nommé conseiller, porte-parole de la Présidence de la République, à compter du 1er septembre 2017. Il aura pour mission de relayer la parole publique de l’Elysée, et utilisera pour ce faire tous les moyens à sa disposition, notamment le compte twitter de la Présidence. Cette nomination complète le dispositif en vigueur concernant la communication de la Présidence de la République."

Le soir du 23 avril, jour de qualification d'Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, le journaliste était le seul de sa profession à participer au repas de la victoire dans la brasserie de La Rotonde à Paris. Ancien collaborateur à France Télévision, il a contribué au Nouvelobs.com jusqu'en 2015 avant de rejoindre l'équipe du site web de Challenges.

Il y a 2 ans, en septembre 2015, il s'était fait remarquer en déclarant cette idiotie sur radio classique :

"les catholiques ont massacré tout le monde dans ce pays pendant 700 ans"

L'individu, qui avait écrit bon nombre de bêtises sur Twitter a… supprimé son compte. Lors des Manifs Pour Tous notamment, il avait multiplié les caricatures… et les menaces :

1

En avril dernier, lors d'un débat consacré au vote des catholiques de France, sur CNews, il avait explosé suite au propos du père Stalla-Bourdillon, rappelant la nature criminelle de l'avortement et s'était fait gentiment reprendre par les autres participants au débat, parmi lesquels Charlotte d'Ornellas.

L'Elysée a vraiment nommé un champion du monde de la communication…

Lire la suite de l'article

Présidence : le maquillage va s’accentuer

Le président de la République a décidé de revoir sa stratégie de communication. Après un été marqué par une chute de popularité et avant un automne potentiellement agité sur le plan social, les séances de maquillages vont croître. Et elles risquent de nous coûter bien cher.

Le président a commencé à voir des journalistes en petits comités. Il a invité jeudi trois journalistes (L'Obs, Le Monde et Ouest-France) à bord du Falcon présidentiel entre Salzbourg et Bucarest. Emmanuel Macron a aussi rompu avec la règle jusqu'ici martelée par l'Elysée de ne jamais faire de "off".

Le chef de l'État pourrait s'adresser aux Français une ou deux fois par mois, peut-être à la radio.

Lire la suite de l'article

La présidence estonienne du Conseil de l’UE organise une conférence sur les crimes des régimes communistes

La présidence estonienne du Conseil de l’UE organise ce 23 août une conférence sur « l’héritage dans l’Europe du XXIe siècle des crimes commis par les régimes communistes ».

Le 23 août est la « Journée européenne du souvenir pour la commémoration des victimes de tous les régimes totalitaires et autoritaires », demandée par la résolution adoptée par le Parlement européen en 2009.

Les compagnons de route du communisme députés à gauche des sociaux-démocrates, GUE/NGL (Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique), condamnent la conférence estonienne comme étant une « insulte à la mémoire historique européenne » :

« Comparer le communisme au nazisme est historiquement faux, dangereux et inacceptable. En outre, le fait que le gouvernement estonien décide de se concentrer sur les ‘crimes communistes’ montre clairement son intention d’utiliser la présidence tournante de l’UE à des fins idéologiques. »

Katrin Lunt, porte-parole du ministère estonien de la Justice, a rappelé que dans son pays le communisme avait fait des dizaines de milliers de victimes, y compris après la fin de la guerre, et que les crimes commis par le régime soviétique y ont laissé des traces encore visibles.

Lire la suite de l'article

Solère contraint par les élus à la démission de la présidence du groupe LR au conseil régional

A droite la recomposition se confirmerait :

Règlement de comptes chez les Républicains d'Île-de-France. Thierry Solère démissionne, sous la pression des membres du groupe LR qu'il présidait au Conseil régional. Ces derniers lui ont adressé une lettre dans laquelle ils lui reprochent son manque d'investissement. "Il apparaît que les responsabilités extérieures (présidence du comité d’organisation de la Primaire de la Droite et du Centre, porte-parolat de notre candidat aux Présidentielles) que tu as eues à exercer au cours de ton mandat de président ne t’ont pas permis de consacrer tout le temps nécessaire à l’exercice de ta fonction à la tête du groupe Les Républicains à la Région", ont-il adressé à Thierry Solère.

En coulisses, le motif n'est pas le même et Thierry Solère se voit reprocher un double jeu : il compte parmi les 24 personnalités Les Républicains qui ont rédigé de concert, lundi 15 mai, un communiqué de presse appelant la droite et le centre à "être à la hauteur de la situation de notre pays et de l'attente des Français" et à "répondre à la main tendue par le président de la République."

Mais ce n'est pas aussi simple. Alors que NKM a signé le même communiqué, LR a engagé une procédure contre Jean-Pierre Lecoq, candidat dissident face à NKM. Le maire LR du 6e arrondissement de la capitale expliquait :

"À l’allure où va la campagne des législatives, qui s’annonce aussi folle que celle de la présidentielle, rien ne dit que je ne vais pas, au final, finir par récupérer l’étiquette

Lire la suite de l'article

Pour que sonne le glas de cette présidence rougie du mépris à l’encontre de la France

Nous publions ce texte d'un de nos lecteurs :

« Pour que sonne le glas de cette présidence rougie du mépris à l’encontre de la France, de la Famille, de l’enfant, de la conscience et de la vie humaines »

1886076-focus-wideLe 24 avril, en écho au 24 mars 2013 jour des Rameaux cette année-là, vous pourrez écrire monsieur François Hollande dans vos mémoires : J’ai voulu tuer la famille. La famille m’a « tuer », « er » parce que vous avez vos lettres, vos références…de celles qui tuent les petits. « Fort avec les faibles, faible avec les forts » voilà votre épitaphe, celle de votre gouvernement…celle de votre enterrement politique décrypté, pour l’histoire, en 14 points :

Vous avez commencé par profiter au lieu de servir,

Vous êtes arrivé avec une femme et avez gouverné avec plusieurs autres, démontrant le peu de cas que vous faites de leur dignité et de la parole donnée,

Vous avez badiné à l’Elysée ou à la Lanterne tandis que nos soldats se faisaient tuer au loin et nos policiers dans nos rues laissant leurs copines quant à elles au banc de la République,

Vous avez tué la vie à son stade initial au lieu de la protéger des agressions terroristes,

Vous avez voulu détruire la Famille au lieu de l’encourager en ces temps difficiles,

La-manif-pour-tous-une-manif-anti-HollandeVous avez falsifié le mariage,

Vous avez piétiné la conscience des personnes, celle des maires et des femmes en particulier,

Vous avez normalisé le

Lire la suite de l'article

Pourquoi un tel spectacle auquel participent plus ou moins tous les prétendants à la Présidence de la République ?

De Philippe Maxence dans L'Homme nouveau :

Capture d’écran 2017-03-07 à 07.23.27"[…] Aujourd’hui, il apparaît que la politique, qui a normalement pour objet le bien commun, n’est pas seulement « dégradée et avilie », mais qu’elle se soit entièrement dissoute, disparue corps et biens dans un univers d’insignifiance, de règlements techniques et d’arrêtés internationaux. Il ne semble rien en rester, sinon une sorte d’écume qui tente de lui ressembler et qui, parfois, comme pour accroître la confusion, en affiche une partie du visage et des réflexes.

La situation dans laquelle se trouve la France à quelques semaines des élections présidentielles illustre parfaitement ce constat. Loin de nous conduire à une réelle réflexion sur la réforme nécessaire au pays, elle nous oblige constamment à assister, comme pour une série télévisée, aux épisodes d’un feuilleton politico-judiciaire, avec son lot de rebondisse­ments et de retournements de situation nécessaires au mouvement des passions tout en rendant l’intelligence incapable de discerner le vrai du faux.

Dans le même temps, nous sommes sommés de nous enthousiasmer pour la montée en puissance d’un ancien ministre qui, après avoir fait l’ENA, débuté sa carrière comme inspecteur des finances avant de se reconvertir en banquier d’affaires, prétend incarner le soulèvement anti-système. Ceux qui ont dénoncé, non sans raison souvent, l’installation dans la politique de la « télé-réalité » avec l’arrivée de Donald Trump à la présidence des États-Unis, n’ont pas pris garde que celle-ci campait déjà dans l’univers mental des Français.

L’impossible renouveau ?

Pourquoi un tel spectacle ? Pourquoi une telle situation, à laquelle

Lire la suite de l'article

Antonio Tajani élu à la présidence du Parlement européen

Unknown-22L’Italien Antonio Tajani, membre du conservateur Parti populaire européen, a été élu à la présidence du Parlement européen par les eurodéputés à Strasbourg. Ce proche de l’ancien président du conseil Silvio Berlusconi a été élu avec 351 voix contre 282 pour le socialiste Gianni Pitella, également italien (et 80 votes blancs ou nuls). Ce résultat était attendu après le désistement mardi matin du Belge Guy Verhofstadt et l’accord dans la foulée entre les conservateurs du PPE et les libéraux de l’ADLE.

Lire la suite de l'article