Archives par étiquette : Poursuites

Le cardinal Pell rentre en Australie pour répondre des poursuites contre lui

Communiqué de la Salle de presse du Saint-Siège, 29 juin (traduction non officielle en français par Riposte catholique à partir de la version originale en anglais) :

Unknown-6"Le Saint-Siège a appris avec regret l’information sur les poursuites engagées contre le cardinal George Pell pour des faits remontant à des décennies, et qui lui ont été attribués.

Ayant appris ces poursuites, le cardinal Pell, agissant dans le plein respect des lois civiles, a décidé de rentrer dans son pays pour répondre des poursuites contre lui, considérant sa participation importante pour s’assurer que le procès sera mené équitablement et pour favoriser la recherche de la vérité.

Le Saint Père, ayant été informé par le cardinal Pell, lui a accordé un congé exceptionnel afin qu’il puisse se défendre.

Pendant l’absence du préfet, la Secrétariat pour l’économie poursuivra ses tâches institutionnelles. Les secrétaires demeureront à leurs postes pour traiter des affaires courantes du dicastère, donec aliter provideatur.

Le Saint Père qui a apprécié l’honnêteté du cardinal Pell pendant les trois années de son travail à la Curie romaine, est reconnaissant de sa collaboration particulièrement de son dévouement énergique aux réformes du secteur administratif et économique, et aussi de sa participation active au Conseil des cardinaux (C9).

Le Saint-Siège exprime son respect au système judiciaire australien qui devra décider de la pertinence des questions soulevées. En même temps, il est important de rappeler que le cardinal Pell a ouvertement et constamment condamné comme immoraux et intolérables les abus perpétrés contre des mineurs, qu’il a

Lire la suite de l'article

Les poursuites contre l’école l’Angélus vont-elles faire “plouf” ?

Début juin, l'école privée l'Angélus, dans le Cher, a subi une vaste opération policière. L'école a été fermée.

L'abbé Régis Spinoza, directeur de l'institution, était convoqué à la gendarmerie de Vierzon, jeudi matin. Les gendarmes de la brigade de recherches l'ont placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur des soupçons de maltraitance  à l'encontre d'élèves et de travail dissimulé au sein de l'établissement. Les soupçons d'agressions sexuelles, un moment évoquées, semblent avoir été abandonnés.

Lire la suite de l'article

Délit d’entrave : il faudra s’attendre très rapidement à des opérations de testing des numéros verts et à des poursuites pénales

Grégor Puppinck, docteur en droit et Directeur du Centre Européen pour le Droit et la Justice (ECLJ-Strasbourg), analyse pour Gènéthique la décision du Conseil Constitutionnel sur le délit d'entrave à l'avortement :

Le Conseil constitutionnel vient de valider la loi élargissant le délit d’entrave à l’IVG au numérique moyennant deux réserves ? Faut-il s’en réjouir ?

Le Conseil constitutionnel valide la loi tout en réduisant la portée de la modification apportée par l’élargissement du délit à l’entrave numérique à l’IVG. Par son interprétation, la décision des « sages » est un camouflet pour le gouvernement et l’actuelle majorité parlementaire, parce que ses réserves censurent une partie essentielle de leur loi. Les informations destinées à un public indéterminé – par exemple sur internet – ne sont plus menacées. De ce point de vue, on peut se réjouir de la décision. Elle donne raison aux nombreuses critiques formulées durant les débats parlementaires à l’encontre de ce texte liberticide.

Cependant, il faut souligner que l’interprétation du Conseil Constitutionnel maintient le délit à l’égard des « informations » destinées à un public « déterminé » par des personnes ayant des compétences réelles ou supposées en la matière. Ainsi, ce qui reste visé par la loi, ce sont surtout les services d’écoute et d’assistance téléphoniques, les « numéros verts » qui paraissent sur les sites pro-vie. Les personnes qui répondent à ces numéros verts pour écouter et conseiller les femmes qui appellent spontanément pourront être poursuivies pénalement dès lors que leurs propos sont susceptibles d’être interprétés comme étant de nature à induire volontairement en erreur

Lire la suite de l'article

Des poursuites contre Charlie Hebdo ?

Communiqué de l'AGRIF :

Agrif"À la « une » de Charlie, feuille grassement subventionnée avec l’impôt de tous et largement publicitée médiatiquement, Marine Le Pen, Sarkozy et le pape sont débilement mais grossièrement insultés par un dessin les caricaturant en animaux canins.

Si (…) la justice est dans notre pays égale pour tous, nul doute que le Parquet va immédiatement diligenter les poursuites qui s’imposent.

On sait en effet que pour une analogie animalière sans doute regrettable avec madame Taubira pour cible, l’hebdomadaire satirique Minute a été très lourdement condamné en première instance. Plus lourdement encore, une habitante des Ardennes a été condamnée en Guyane sans pouvoir se défendre, traînée en justice dans le département de madame Taubira pour un délit d’injure dans le même registre. Elle a été condamnée à 9 mois de prison et 50 000 € d’amende, peine évidemment totalement disproportionnée au délit d’une injure, fût-elle en effet de très mauvais goût. Mais après les assassinats perpétrés contre Charlie, Christiane Taubira n’a-t-elle pas déclaré qu’en France, pays de Voltaire, on avait le droit de tout caricaturer ? Madame Taubira ne peut d’ailleurs ignorer que Voltaire avait été encore plus abominablement antisémite qu’anticatholique et antimusulman.

On n’ose évidemment pas imaginer que l’injure satirique serait plus grave selon la couleur de la peau des personnes ciblées et le choix de l’animal « caricaturant ».

(…) On attend donc vis-à-vis de Charlie comme vis-à-vis de Minute l’application du principe d’égalité judiciaire. Ou alors la liberté d’expression serait-elle désormais chasse gardée

Lire la suite de l'article

Yagg laisse insulter Frigide Barjot en la traitant de “Guenon” – On attend des poursuites

Le magazine LGBTiste Yagg a publié hier un article sur Frigide Barjot et laisse ses militants l'insulter en la traitant de "guenon" dans les commentaires.

0

Commentaire de Jeyrem, publié le 3 octobre à 17h46 et toujours en ligne le 4 octobre à 18h30 :

1

C'est étonnant de la part de Yagg qui s'était ému d'un enfant qui aurait traité Christiane Taubira de "guenon" dans le cadre d'un accueil de celle-ci par des opposants à la dénaturation du mariage.

Deux poids deux mesures ?
 
Maintenant que nous avons révélé cette insulte infâme faite par un militant LGBTiste à l'encontre de Frigide Barjot sur Yagg, nous attendons :
  • De Yagg des excuses publiques, une suppression de ce commentaire immédiatement, la révélation du nom du LGBTiste qui se cache sous l'avatar Jeyrem afin que des poursuites puissent être engagées.
  • De nos confrères la même émotion que celle qui avait été de mise il y a quelques mois, allant jusqu'à un lynchage pur et simple.

Qu'en pense par ailleurs Angersmag Info et en particulier Monsieur Yannick Sourisseau qui avait révélé l'affaire Taubira d'Angers ? Vous pouvez l' interroger par téléphone au 06 12 42 75 37 sur twitter @SourisseauY ou par email redaction@angersmag.info

Le PS veut-il des poursuites à l'encontre de Yagg et du militant LGBTiste ? Espérons qu'il y en aura.

On se souviendra que Anne-Sophie Leclère, ancienne tête de liste FN dans les Ardennes a écopé de 9 mois de prison ferme pour avoir posté sur sa page facebook personnelle un montage

Lire la suite de l'article

Poursuites contre Obama pour abus de pouvoir

Les élus républicains de la Chambre des représentants, où ils sont majoritaires, ont approuvé le lancement, mercredi, de poursuites contre le président américain, accusé d'abus de pouvoir. Barack Obama a enfreint ses responsabilités constitutionnelles et n'a pas appliqué fidèlement la loi de réforme du système de santé de 2010. 

Cette plainte visera spécifiquement les deux reports de l'entrée en vigueur d'un volet de l'Obamacare relatif aux employeurs, délais rendus nécessaires par les débuts chaotiques de la réformer. Les républicains dénoncent les 183 décrets exécutifs pris par Obama, parmi lesquels la régularisation de 580 000 sans-papiers pour une durée limitée, l'augmentation du salaire minimum des prestataires de l'Etat.

L'aile la plus conservatrice du parti républicain réclame aussi le lancement d'une procédure d'impeachment.

Lire la suite de l'article