Archives par étiquette : politique…

Celui qui voulait interdire les crèches de Noël dans les mairies arrête la vie politique

Images-3Encore un que l'on ne regrettera pas. Le laïciste François Baroin va mettre fin à sa carrière politique.

« Je tourne la page de 25 ans d’engagement politique. Je suis rentré très jeune, j’étais député j’avais 27 ans, au gouvernement de Jacques Chirac j’en avais 29 »

Commentaires (3)

Ouf! si seulement Juppé avait la même idée.

Rédigé par : RAYMOND | 17 nov 2017 08:12:39
____________________________________

Je propose de lui envoyer comme cadeau pour son départ en retraite prématurée un santon de Provence représentant le maire avec son écharpe tricolore. Il pourra le mettre dans sa crèche personnelle, au pied de son arbre de Noël, dans quelques semaines. Blague à part, c'est une vraie bonne nouvelle !

Rédigé par : B.H. | 17 nov 2017 08:32:07
____________________________________

Le renouvellement de la classe politique va pouvoir se poursuivre.

A qui le tour, maintenant …

Rédigé par : Noel de Virdeuil | 17 nov 2017 08:37:27
____________________________________

Lire la suite de l'article

Un homme politique peut-il s’opposer à l’avortement et réussir ?

L’étoile montante du parti conservateur anglais, Jacob Rees-Mogg, est un catholique pratiquant, père de six enfants, et opposé à l’avortement. Interrogé ces jours-ci par la BBC, il a été d’abord félicité d’avoir été « honnête et clair » sur la question de l’avortement, en affirmant sans détours qu’il s’engagera à le combattre et à le limiter dans la mesure de ses moyens. Jeanne Smits a traduit ses réponses :

Capture d’écran 2017-11-16 à 07.01.15"Il y a toutes sortes de sondages, comme vous le savez… Je crois que le point clef, c’est la question de savoir à quel moment on pense que la vie commence. Si vous pensez que la vie commence à la conception, alors il faut la protéger, il y a un devoir de la protéger.

Même si la femme veut avorter à la suite d’un viol ? Vous dites que c’est mal.

Je pense qu’une vie a été créée, et que le fait de prendre cette vie ne répare pas le très grand mal qui a déjà eu lieu."

Si vous avez l’ambition de jouer un rôle, peut-être pas de dirigeant mais au moins un rôle d’influence au sein du parti conservateur, est-il possible d’avoir les opinions qui sont les vôtres sur l’avortement, sur le mariage gay – vous êtes en décalage par rapport à l’opinion majoritaire dans ce pays – est-il possible de jouer un rôle moteur avec vos opinions ?

Je crois qu’en réalité cela n’a pas vraiment d’importance. Mon travail consiste à représenter les habitants du North-East Somerset, et de

Lire la suite de l'article

Nouvelle crise politique au Liban

Analyse d'Antoine de Lacoste pour les lecteurs du Salon Beige :

HLe premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé sa démission le 4 novembre dernier à la télévision…saoudienne. Certes, Hariri a la double nationalité libanaise et saoudienne, mais le fait reste tout de même surréaliste. De là à penser que l'homme d'affaires sunnite a été contraint à ce geste par le régime saoudien, il n'y a évidemment qu'un pas, d'autant qu'Hariri est toujours à Ryad. Il ne s'est donc pas rendu au Liban pour remettre sa démission au Président Aoun comme l'exige la Constitution.

Est-il libre de ses mouvements ? On peut penser que non. Voulait-il vraiment démissionner ? C'est peu probable mais Hariri est totalement dépendant de Ryad. Son groupe de BTP, Saudi Oger, dont il a hérité de son père Rafic, est en faillite. La corruption généralisée qui entourait l'activité de l'entreprise rend facile une intervention de l'Etat saoudien pour faire pression sur Hariri qui pourrait encourir une longue peine de prison pour toutes ses activités frauduleuses.

Que veut Ryad en organisant ce scénario improbable ?

Toutes les clés ne sont pas encore connues mais il est toutefois évident que cette démission s'inscrit dans la prise de pouvoir progressive du prince héritier du royaume wahhabite, Mohamed Ben Salman (MBS pour les intimes) qui succédera à son père Salmane, âgé de 82 ans. Il est décidé à moderniser le royaume et à affronter la puissance iranienne afin que l'Arabie Saoudite demeure la principale puissance de la région.

C'est pourquoi

Lire la suite de l'article

La vision politique de Florian Philippot reste très horizontale et très politiquement correcte

Hervé de Lépinau, élu FN, réagit sur Boulevard Voltaire à la charte des Patriotes de Florian Philippot. Extrait :

PQ6HM7NI_400x400"[…] Nous avons la démonstration formelle que Florian Philippot, en tant que vice-président chargé du programme et de la communication, a de toute évidence amené la présidente du Front national dans une impasse dans le cadre de cette élection présidentielle. Avec certitude, cette charte aujourd’hui ressemble passablement à un programme politique. De toute évidence, monsieur Philippot va chercher à faire entrer son coin dans la bûche des nationaux-souverainistes. Existe-t-il suffisamment de place pour lui ? Je n’en suis pas certain.

En tant qu’ancien suppléant de Marion Maréchal-Le Pen, pouvez-vous nous dire si cette ligne est celle que le Front national dit « du Sud » a toujours plus ou moins combattue ?

Je ne suis pas sur un clivage géographique. Je note, par exemple, dans cette charte que la condition humaine passe après la condition animale. De plus – car je suis aussi très sensible au bien-être des animaux -, j’observe que, dans le chapitre consacré à cette question, on demande l’arrêt de la corrida et de la chasse à courre, mais on ne se prononce absolument pas sur la problématique de l’abattage rituel, qui est une mise à mort cruelle des animaux de boucherie. J’aurais aimé que cette charte ait un peu plus de verticalité, mais la vision politique de monsieur Philippot reste très horizontale et très politiquement correcte.

Considérez-vous les Patriotes comme des adversaires politiques ou de potentiels alliés ?

Je ne dirais pas qu’il s’agit

Lire la suite de l'article

Rétention d’information : “un homme politique” accusé

Remarquable titre d'Europe 1 :

Capture d’écran 2017-11-05 à 17.44.15S'il avait été d'"extrême droite", nous l'aurions appris dès le titre… Il faut lire l'article jusqu'à la fin pour savoir qu'il s'agit de Peter Pilz, un vieux routier de la politique autrichienne, l'un des co-fondateurs des Verts, en 1986.

Alors les médias, cela vous dérange maintenant de pointer les détraqués sexuels ?

Lire la suite de l'article

Le promoteur de la théorie du genre à l’école quitte la vie politique

Unknown-30Luc Chatel (LR), ancien ministre de Nicolas Sarkozy, a annoncé qu’il quittait la vie politique. L’ex-ministre de l’éducation nationale (2009-2012), qui avait introduit la théorie du genre à l'école, annonce qu’il abandonne la présidence du conseil national des Républicains, après avoir déjà renoncé à briguer un nouveau mandat de député, en juin. Il a rejoint un fonds d’investissement.

Lire la suite de l'article

Remettre en cause l’universalité des prestations familiales sape la politique nataliste française

Sébastien Chenu, Député FN du Nord, dénonce la fin de l'universalité des allocations familiales :

Unknown-16"Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) poursuit le démantèlement du modèle social français en accentuant le matraquage des classes moyennes et des classes populaires.

S’agissant de la politique familiale, la politique gouvernementale se concentre désormais sur les familles monoparentales qui doivent évidemment être mieux accompagnées, mais aujourd’hui cela se fait au détriment de l’ensemble des familles avec la baisse de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) qui a été votée alors que je m’opposais à cette baisse en hémicycle.

Plutôt que de sanctionner l’ensemble des familles par ces coups de rabot, les moyens de lutte contre les fraudes doivent être considérablement renforcés par exemple par la création d’une carte biométrique fusionnée avec la carte d’identité. Nous plaidons notamment pour un rehaussement progressif du quotient familial et une indexation des différentes prestations sociales sur l’inflation (y compris la PAJE).

Enfin, alors que le gouvernement entend probablement supprimer l’universalité des prestations familiales dès l’année prochaine, nous réaffirmons notre attachement à cette universalité. Remettre en cause ce principe est notre ligne rouge, car il s’agit du fondement même de la politique nataliste française."

Lire la suite de l'article

Steve Bannon part en guerre politique et électorale

De Christian Daisug dans Présent :

Images-5"Steve Bannon part en guerre. Une guerre politique et électorale qui durera près d’un an. Jusqu’aux élections législatives de novembre 2018. Jusqu’au renouvellement de la totalité de la Chambre des représentants et du tiers du sénat. Bannon fut le troisième et dernier directeur de campagne de Donald Trump. C’est lui qui le conduisit à la victoire. Il fut également, pendant sept mois, stratège à la Maison Blanche et l’un des confidents du président. C’est lui qui mit en place l’ossature du populisme gouvernemental, et plus exactement la philosophie du nationalisme économique dont les grands principes touchent à des domaines aussi importants que le commerce extérieur, l’immigration et la sécurité. Bannon est un homme de doctrine. Mais c’est aussi un homme de terrain. Lorsqu’il démissionna en août dernier de son poste de stratège, la presse aux ordres ricana en parlant d’une irrémédiable rupture entre « l’invivable patron et son commis d’extrême droite ». Grosse erreur. Bannon passait simplement de la réflexion doctrinale aux terrains chauds. Sans que soit altérée sa fidélité à Trump. Au contraire.

[…] La révolte de Bannon se justifie pleinement lorsqu’on sait que deux dossiers épineux – l’assurance santé et l’immigration – stagnent encore dans les tiroirs sur la colline du Capitole, faute d’avoir reçu suffisamment d’attention et de soutien de la part de ceux qui devraient être leurs fougueux avocats : les élus républicains avec, en tête, McConnell et Ryan. Situation bloquée et dangereuse : les élections approchent. Il faudra bien rendre compte au

Lire la suite de l'article

Réfugiés : les chrétiens d’Orient vantent la politique hongroise

D'Olivier Bault dans Présent :

8975-p1-conf-aide-chretiens-hongrieune"Du 11 au 13 octobre, la capitale hongroise accueillait une conférence internationale sur la persécution des chrétiens. Parmi les personnalités présentes pour discuter de la situation des chrétiens et de la meilleure manière de les aider, alors qu’ils constituent de loin le groupe religieux le plus persécuté dans le monde, il y avait le Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui est lui-même un calviniste pratiquant, le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto, le ministre hongrois des Ressources humaines Zoltan Balog, en charge du secrétariat d’Etat pour l’aide aux chrétiens persécutés mis en place l’année dernière à Budapest, l’envoyé spécial de l’UE pour la promotion de la liberté de religion et de croyance en dehors de l’Union européenne Jan Figel, un catholique slovaque, l’archevêque catholique chaldéen d’Erbil (Irak) Bashar Warda, l’archevêque syriaque orthodoxe de Mossoul (Irak) Nicodemus Daoud Sharaf, le primat de l’Eglise syriaque orthodoxe Ignace Ephrem II Karim, le primat de l’Eglise syriaque catholique Ignace Joseph III Younan, patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, le métropolite Hilarion de Volokolamsk (Russie) et bien d’autres encore. Plus de la moitié des 300 participants provenaient de 32 pays différents et dix Eglises chrétiennes étaient représentées.

Ce que l’on retiendra de cette conférence, c’est la critique des politiques européennes par les chrétiens d’Orient. C’est ainsi par exemple que le patriarche syriaque orthodoxe Ignace Ephrem II Karim a dénoncé l’absence de réaction de l’Occident face à la disparition rapide des chrétiens en Syrie, qui a perdu ces dernières années 40-45 % de sa population chrétienne, et en Irak où il

Lire la suite de l'article