Archives par étiquette : polémique

Polémique autour du drapeau “religieux” de l’Union européenne

Unknown-8Jean-Luc Mélenchon souhaite faire retirer le drapeau de l'UE de l'Assemblée nationale, à quoi Emmanuel Macron répond qu'il compte le reconnaître pour empêcher qu'il soit enlevé. Pour Alexis Corbière, député LFI et porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, la nature de ce drapeau doit conduire à sa sortie de l'hémicycle :

"Son créateur, Monsieur Arthur Heitz (en réalité Arsène Heitz) l'a toujours assumé : c'est un symbole religieux. Cette symbolique du fond bleu et ces douze étoiles est directement inspirée de la médaille pieuse dédiée à la Vierge Marie que monsieur Heitz portait autour du cou."

"C'est un symbole marial, volontairement adopté le 8 décembre 1955, le jour de l'Immaculée conception". "Pourtant, plus que jamais, nous avons besoin de laïcité et il importe que les symboles présents dans cette Assemblée soient conformes à cette volonté qui nous rassemble. Oui, laïcité !".

On attend avec gourmandise le moment où Alexis Corbière apprendra que le bleu du drapeau tricolore provient de la couleur de la chape de saint Martin, le rouge de Saint-Denis et le blanc de la monarchie…

Lire la suite de l'article

A propos de la polémique autour de La Procure

Le fait que La Procure puisse vendre sur son site internet un ouvrage ouvertement LGBT a provoqué beaucoup de réactions, ce qui n'est pas trop difficile à comprendre. La librairie La procure a diffusé une explication que je vous livre (cliquer sur les images pour les agrandir) :

0 1

Lire la suite de l'article

Chapelle-Pajol interdite aux femmes : la polémique enfle

Reportage de TF1 :

Mais l'idéologie a la vie dure : Caroline De Haas a proposé « d’élargir les trottoirs ». Gabrielle Cluzel en conclut que les femmes sont si nunuches et pudibondes qu’elles ont sûrement confondu les frôlements inhérents à la cohue avec du harcèlement. Voilà. Tout est arrangé :

"À Sevran, dans les cafés, peut-être aurait-il suffi de mettre du 3-en-1 dans les gonds un peu grippés ? Les portes, pour les femmes, sont souvent lourdes à pousser.

Qui a eu vent, du reste, de l’initiative inédite qui a été prise à Saint-Denis après ce reportage malheureux ? Un autocollant « Femmes bienvenues » a été créé, destiné à être collé sur les cafés ayant signé une charte pour promouvoir la laïcité. C’est sympa. Ou pas. C’est rassurant… ou vaguement inquiétant. Dire que les femmes sont bienvenues là suppose qu’elles ne le sont pas ailleurs. Les femmes, comme les chiens, sont admises. Mais tenues en laisse, quand même ?

La vérité – je le sais, vous le savez, même Caroline De Haas le sait – est qu’en zone urbaine se concentre une population allochtone toujours plus importante dont le regard sur la femme n’est pas celui que porte la population occidentale. Ce n’est pas un jugement de valeur mais un constat.

Les guides touristiques, dont l’un des principaux intérêts est de mettre au jus des us

Lire la suite de l'article

Polémique autour de Sens Commun : vers une redéfinition à droite ?

Capture d’écran 2017-04-19 à 19.06.08La polémique autour de Sens Commun est plus forte que celle qui avait eu lieu 'autour de la Droite populaire. On pressent par ailleurs que Sens Commun n'est pas un mouvement simplement électoraliste (seulement 7 membres sur 10 000 revendiqués ont été investis pour les législatives, et dans des circonscriptions difficilement gagnables, ce qui n'est pas le cas de NKM). Tout le monde s'attend maintenant à ce que Sens Commun entre au gouvernement si François Fillon était élu. Leur absence paraîtrait un désaveu. C'est un point de gagné pour eux. 

En revanche, ils ont été mis sur la défensive, alors qu'ils auraient pu réclamer le départ de Dominique Bussereau, Christian Estrosi et une clarification à François Baroin sur son laïcisme contradictoire avec les discours actuels de François Fillon. Pour les avoir défendus, contre Alain Juppé et Christian Estrosi notamment, François Fillon peut se considérer quitte de ce qu'il leur doit. Il leur a été rappelé qu'ils sont juste tolérés à LR. S'ils ont un ministère, ils auront donc intérêt à ne pas faire de vagues, car ils seront guettés et leur moindre écart (la presse dira "dérapage") sera pointé et sanctionné. C'est pourquoi c'est sans doute un scénario du type de Mme Boutin, qui les attend, au ministère du logement (avec le succès que l'on a connu sous Sarkozy…) – et non pas à la Famille, à l'Education ou aux Affaires sociales. Un scénario en 3 actes :  

  • acceptation de Sens Commun;
  • défense méritoire par François Fillon,
  • mais aussi risque fort de neutralisation.

Il

Lire la suite de l'article

Polémique autour d’un livre sur le bouddhisme

La Croix relaie dans un article les attaques de spécialistes du bouddhisme contre l’ouvrage « Les dévots du bouddhisme », dans lequel Marion Dapsance s’en prend au tibétain Sogyal Rinpoché et à la récupération occidentale du bouddhisme, devenu "spiritualité" de substitution au christianisme. La Croix, journal estampillé catholique, n'a pas contacté l'auteur de cet ouvrage (issu tout de même d'une thèse de doctorat), mais se fait le porte-parole de 3 enseignants français du bouddhisme (non universitaires). Le journal La Croix communie-t-il béatement dans l'idolâtrie bouddhiste tibétaine ?

Le Salon Beige a décidé d'interroger Marion Dapsance, Docteur en anthropologie de l’Ecole pratique des hautes études, en contrat postdoctoral à l’Université de Columbia (New York), qui nous propose de publier ce qui suit :

51ZXC9cgqOL._SX352_BO1,204,203,200_"Je tiens tout d’abord à remercier Madame Lesegrain pour la publicité qu’elle fait à mon ouvrage.

Je regrette cependant que cette journaliste ne connaisse pas les règles élémentaires de son métier, qui est de vérifier l’information que lui communiquent ses informateurs, en l’occurrence deux ou trois individus dont le fonds de commerce semble mis en péril par des recherches non complaisantes sur le bouddhisme en Occident. A part Monsieur Cornu, dont on demande encore à voir la thèse, ces gens ne sont pas des « tibétologues et bouddhologues » mais des enseignants bouddhistes indépendants qui gagnent leur vie à vendre des cours et des ouvrages sur le bouddhisme. Nuance de taille. Les tibétologues reconnus au niveau international, eux, apprécient beaucoup mon travail, et le trouvent même salutaire. Il aurait suffi de les contacter, leurs adresses électroniques étant

Lire la suite de l'article

Avortement : Bruno Gollnisch répond à la polémique au sein du FN

Bruno Gollnisch, eurodéputé FN, est l’invité de Face à Face. Il évoque son rôle au sein du Front national et la stratégie du parti de Marine Le Pen pour la prochaine présidentielle sans éviter les sujets du moment avec Jean-Marie Le Pen, l’avortement (vers la 8e mn), les affiches LGBT…

Lire la suite de l'article

Avortement : la polémique continue

Les réactions se succèdent sur l’avortement, revenu au centre de la campagne électorale, ce qui, malgré le soutien des deux candidats à cette loi mortifère, n’est pas pour nous déplaire.

Jean-Frédéric Poisson :

Gérard Longuet (soutien de François Fillon)

Et même Alain Juppé

Bernard Antony commente :

“[…] Aujourd’hui, Juppé, en bon disciple des francs-maçons nihilistes inspirateurs de la loi, et notamment du docteur Simon, son principal concepteur, exalte l’avortement comme un acte d’émancipation humaniste. Et Fillon, sur la défensive, n’ose pas rappeler tout simplement que l’avortement est un acte qui « met fin à une vie innocente », même s’il n’en remet pas en cause la législation. Juppé est de surcroît d’une insigne malhonnêteté en se réclamant du pape François pour justifier sa position. Or, ce dernier vient encore de rappeler que l’avortement « met fin à une vie innocente ». Cela s’appelle un meurtre. En résumé, Juppé se fait le hautain parangon de la vertu d’avortement et Fillon du respect de son intouchable

Lire la suite de l'article

Affiches LGBTistes : la polémique enfle

Le ministre des affaires sociales et de la santé Marisol Touraine a annoncé avoir saisi la justice suite au retrait des affiches par certains maires, notamment à Aulnay-sous-Bois, Angers, Compiègne. Par ailleurs, les affiches ont été retirées à Buc et elles le seront ce soir à Versailles. Le député maire François de Mazières, qui n'a pas interdit cet affichage, a écrit au Ministre des Affaires sociales et de la santé et a saisi le Président du Sénat et aux parlementaires en charge des affaires sociales :

Capture d’écran 2016-11-22 à 18.51.07De son côté, l’association des Juristes Pour l'Enfance a déposé ce jour une plainte devant le Jury de déontologie publicitaire contre la campagne d’affichage publicitaire du Ministère de la Santé :

"Sous couvert de lutte contre le SIDA, le ministère de la Santé par le biais de cette campagne d’affichage ne fait rien moins qu’inciter, promouvoir et banaliser sur la voie publique des comportements sexuels dits à risques (multiplication de partenaires, qui plus est, exclusivement masculins)

JPE ne manque pas de relever qu’une publicité d’un opérateur téléphonique présentant l’image d’un enfant glissant à califourchon sur une rampe d’escalier a été supprimée au motif de ne pas inciter les enfants à adopter de tels comportements dangereux. Comment une telle une campagne banalisant le vagabondage sexuel peut-elle être considérée comme anodine et sans danger ? Circonstance aggravante, ces affiches sont diffusées partout et, en particulier, aux arrêts de bus largement fréquentés par les jeunes comme à proximité directe des écoles (établissements maternels, primaires, collèges et lycées), visibles par tous et

Lire la suite de l'article

Verrons-nous des crèches à Noël ? Actuailes revient pour les 10-15 ans sur cette polémique

Le conseil d'Etat a rendu son arrêt autorisant sous conditions l'installation de crèches dans les espaces publics. Mais chacun a défendu une interprétation de cette décision. Cet avis favorable devrait aider les élus à décrisper ce sujet. 

Pour ses jeunes lecteurs de 10-15 ans, le journal Actuailes ​revient sur ce qu'est le conseil d'Etat, le principe de laïcité et la manière dont le conseil d'Etat a statué. Profitez de cet article pour apporter en famille votre éclairage personnel sur cette affaire. 

"Les défenseurs et les opposants des crèches à Noël ont considéré que l'arrêt du conseil d'Etat allait dans leur sens."

Et pour ne rater aucun numéro, vous pouvez toujours vous abonner gratuitement

1479243077

Lire la suite de l'article

La polémique sur le décompte final des voix aux Etats-Unis relève de la mauvaise foi

La chose est assez rare et mérite d'être soulignée. L'Obs vient de produire un article qui détonne dans le paysage médiatique français par son honnêteté intellectuelle et par les informations objectives produites :

Donald-Trump-a-obtenu-une-majorite-des-538-grands-electeurs.-JDD-Data_pics_590"Les partisans de la démocrate soutiennent que Donald Trump est illégitime, ayant remporté moins de suffrages au niveau national. Mais c'est méconnaître la subtilité du système électoral américain (…)

Selon le dernier décompte du "New York Times", et alors que le dépouillement touche à son terme, Hillary Clinton remporte 1 million de bulletins de plus que son concurrent… qui devrait pourtant disposer de 84 grands électeurs d'avance. De quoi susciter la colère de la sénatrice californienne Barbara Boxer : "C'est le seul mandat du pays où on peut obtenir plus de voix et perdre malgré tout la présidence", dénonçait-elle mardi, en déposant (pour la beauté du geste) une proposition de loi visant à supprimer le collège électoral de la Constitution.

"Le collège électoral est un système obsolète et antidémocratique qui ne reflète pas notre société moderne, il doit changer immédiatement. Tous les Américains doivent avoir la garantie que leur voix compte."

Dans 48 des 50 Etats américains, il suffit d'obtenir une seule voix d'avance pour rafler la totalité des grands électeurs. Or Donald Trump a remporté plusieurs Etats-clés d'une courte tête : bien sûr la Floride (29 grands électeurs), de 120.000 voix, mais aussi et surtout la Pennsylvanie (20), véritable surprise du chef, de 68.000 voix. Si ces deux Etats étaient allés à Clinton, la

Lire la suite de l'article

Sécurité euro 2016 : la polémique autour des fans-zones est-elle fondée ?

David Hornus, directeur de Corpguard, est un spécialiste des questions de sécurité. Il s'interroge sur les choix sécuritaires autour des fan-zones pour l'Euro 2016 qui commence dans 10 jours (article à lire en entier sur le magazine en ligne de Corpguard) :

[…] "Rien ne permet de remettre en cause le professionnalisme et le sérieux des sociétés de gardiennage qui vont être chargées d’assurer la sécurité à l’intérieur des fans-zones. Elles assurent déjà la sécurité des matchs dans les stades lors des compétitions plus traditionnelles et locales. Cependant, sont-elles adaptées face au risque que représentent des zones à forte densité de population, où la consommation d’alcool sera autorisée et alors que nous sommes en plein état d’urgence avec une menace terroriste à son paroxysme ?

Nous sommes en droit de nous interroger sur la pertinence de la mission qui leur est confiée.

D’autant que les plus grosses entreprises de sécurité en France, telles que Sécuritas, ont toutes refusé de sécuriser les fans-zones, car “elles jugent trop difficile, mais aussi trop risqué d’assurer la protection de dizaines de milliers de personnes rassemblées devant un écran géant“.

Quelle sera la capacité de réaction des vigiles en cas d’incident et comment interviendront-ils pour fixer et neutraliser une menace potentielle, particulièrement dans le cas d’une attaque terroriste du type de celle du 13 novembre.?

A moins d’être secondés et accompagnés par un OPJ, comment interviendront-ils lors d’affrontement entre supporters ou encore en cas de hooliganisme bien plus violent, sans moyens de coercition, ni

Lire la suite de l'article

Polémique à deux balles

Katrina Pierson, la porte-parole de Donald Trump, a un goût que certains jugeront douteux : elle est apparue sur CNN avec un collier fabriqué avec des balles, ce qui bien sûr a servi de prétexte pour une nouvelle polémique.

5684092bc361886a738b4606Katrina Pierson a rétorqué que la prochaine fois, elle porterait peut-être un collier fabriqué avec un foetus pour sensibiliser la population à l’avortement. Toujours aussi douteux, mais au moins pour la bonne cause !

Lire la suite de l'article