Archives par étiquette : PMA/GPA

PMA-GPA : l’homme, ce grand oublié de l’écologisme

Ludovine de la Rochère est interrogé dans Valeurs Actuelles, suite aux accusations de Marlène Schiappa. Extraits :

"Force est de constater que Marlène Schiappa n’a pas pris en compte le fait qu’il est aussi écrit sur ce visuel : “No PMA sans Père” et “No GPA”. Autrement dit, il s’agit spécifiquement du détournement de techniques médicales dans le but de concevoir un enfant dont le père ou la mère, suivant les cas, sera effacé(e). Rien à voir, donc, avec la PMA, technique médicale destinée aux couples ayant une infertilité médicalement constatée, donc des couples homme-femme, ou avec les familles monoparentales. En ce qui les concerne, dans l’immense majorité des cas, l’enfant connaît son père et sa mère même s’il ne vit qu’avec l’un des deux. En outre, il n’y pas eu la volonté délibérée d’effacer le père et la mère dès la conception de l’enfant.

Le sens de ce visuel est donc celui de l’usage de la technique : il interroge sur le fait de savoir s’il faut user de la technique sans s’inquiéter des conséquences, s’il faut laisser faire et accepter toutes les dérives possibles. Il dit aussi que, à juste titre, le choix des techniques est questionné pour ce qui concerne notre environnement – c’est ce qu’on appelle l’écologie -, mais qu’il devrait peut-être l’être aussi pour l’être humain. Je dis “peut-être” parce que le message de ce visuel – et c’est important – est sous la forme d’une question. Il appelle, autrement dit, à

Lire la suite de l'article

PMA-GPA : les Sentinelles veillent à Montpellier

Les Sentinelles de Montpellier ont exprimé leur opposition à la "PMA sans père" dans les cartons de la loi bioéthique en marche pour 2018, le mardi 10 octobre au soir, devant la Préfecture. Des échanges fructueux ont eu lieu avec des passants, notamment des jeunes qui ont saisi la portée du message défendant les droits de l'enfant à connaître ses origines réelles et à bénéficier d'une éducation complémentaire "homme – femme". RDV est pris pour renouveler régulièrement ce type d'action. ONLR J !

SENTINELLES MPL 10 11 17

Lire la suite de l'article

PMA-GPA : bébés sur mesure ou bébés OGM

Voilà un documentaire diffusé ce soir pour instruire Marlène Schiappa :

"En 1978, le premier bébé-éprouvette voyait le jour au Royaume-Uni, dans une tempête de polémiques. Moins de quarante ans après, la fécondation in vitro représente 3 % des naissances dans les pays occidentaux. Pour assouvir leur désir d'enfant, les couples stériles, homosexuels ou atteints de maladies héréditaires se tournent vers la procréation médicalement assistée, voire la gestation pour autrui. Mais une autre révolution est en cours : il est désormais possible de choisir le sexe de son enfant, et jusqu'à la couleur de ses yeux, en opérant une sélection des embryons avant l'implantation. Parallèlement, en 2015, le Parlement britannique a donné son feu vert à la mise en oeuvre du protocole des bébés à trois ADN, provenant de trois parents, pour lutter contre une maladie génétique."

Lire la suite de l'article

PMA/GPA : bienveillance des autorités vis-à-vis d’une pratique illégale

Le Figarovox a interrogé Ludovine de La Rochère :

La loi famille, repoussée deux fois, fait son retour à l'Assemblée vendredi. Que reprochez-vous encore à cette loi qui a tout de même été expurgée de ses contenus les plus controversés?

"La loi famille n'a pas du tout été expurgée. Que cette loi famille revienne pour la troisième fois au Parlement et que le gouvernement insiste tant à faire passer coûte que coûte ce projet ne montrent qu'une chose: la persistance du déni de démocratie et la soumission aux lobbies. La majorité actuelle exclut tout dialogue, et a refusé systématiquement toutes les propositions d'amendements de l'opposition: les députés et Laurence Rossignol elle-même ont voté contre un amendement qui proposait d'introduire la notion d'intérêt «supérieur» de l'enfant! La secrétaire d'Etat à la famille a argué qu'il y avait «d'autres intérêts en jeu». L'intérêt de l'enfant, qui dépend intégralement des adultes, est mis en concurrence avec leurs intérêts alors qu'il doit rester prioritaire! Cette proposition de loi n'a qu'un seul objectif: faciliter la vie des adultes et non celle de l'enfant. […]

Nous avons aujourd'hui un problème majeur avec la PMA: celui d'un contournement de la loi. Soyons clairs: depuis le vote de la loi Taubira, les adoptions par des couples homosexuels ont été des reconnaissances par des tribunaux de PMA faites illégalement à l'étranger. Le manifeste des 343 fraudeuses utilise ce hiatus entre la loi (qui interdit officiellement la PMA pour les couples de lesbiennes) et la réalité (des femmes qui

Lire la suite de l'article