Archives par étiquette : plus

Mgr Rey : “Notre vigilance éthique est nécessaire pour que la société fasse droit au plus fragile”

Alors que s’ouvrent les Etats généraux de la bioéthique, Mgr Rey, l’évêque de Fréjus-Toulon rappelle dans un long communiqué qu’il existe des interdits fondateurs :

11076830lpw-11076828-article-jpg_4685589« Il est toujours plus sympathique, lorsque l’on soutient une cause, d’essayer de la présenter de manière positive et d’en souligner les aspects les plus consensuels. Ainsi, il est convenu que sur les questions sensibles, comme celles qui touchent à la vie humaine, on doit s’abstenir de condamnations trop rapides et de jugements à l’emporte-pièce. A juste titre on s’efforce de distinguer personne et acte, de ne pas réduire ceux qui portent atteinte à la vie aux pratiques discutables qu’ils promeuvent parfois. Ainsi, alors que s’ouvrent les « Etats généraux de la bioéthique » le 18 janvier, nous sommes invités à participer à un « Débat public » organisé par le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE), préalable à la révision des lois de bioéthique.

Nous sommes priés de prendre part aux échanges sur ce thème, au double titre de citoyens et de croyants. Si l’on ne peut que souscrire au principe du dialogue et à son importance, on peut s’interroger sur ces modifications fréquentes des lois de bioéthique. Les évolutions des sciences et techniques qui touchent le vivant sont certes rapides, mais justifient-elles la remise en cause des principes qui semblaient acquis il y a à peine sept ans ? Sinon, pour « s’adapter à l’évolution des mentalités », selon l’expression consacrée, qui seraient désormais prêtes à accepter certaines pratiques, quand elles les

Lire la suite de l'article

Un bébé laissé pour mort suite à un avortement rencontre sa mère 36 ans plus tard

Terrible

Nate-540-640x359"Melissa Ohden a maintenant 40 ans. Elle n’avait que 14 ans quand elle a découvert qu’elle avait survécu à un avortement raté. Sa mère biologique avait reçu une solution saline pour mettre fin à sa grossesse et le bébé, présumé mort, avait été jeté dans une poubelle médicale. Heureusement pour Melissa, une infirmière a entendu ses faibles cris et ses halètements et l’emmena aux soins intensifs. Melissa ne pesait alors qu’environ 1 kg. Sa mère biologique avait déjà quitté l’hôpital et ignorait que son bébé avait survécu.

« Je n’ai jamais rencontré la femme qui m’a emmenée à la salle des nouveau-nés mais elle est un ange, je lui dois la vie », a dit Melissa dans une interview exclusive à Mail Online.

Elle a été adoptée par Linda et Ron Ohden, qui avaient une autre enfant adoptée nommée Tammy. Melissa et sa sœur Tammy savaient qu’elles avaient été adoptées dès leur plus jeune âge.

« Tammy et moi nous disputions parfois comme toutes les sœurs le font habituellement », dit-elle. « C’est au cours d’une de ces disputes explosives, quand j’avais 14 ans, qu’elle m’a dit : ‘Au moins, mes parents me voulaient moi !’ J’ai couru voir mes parents adoptifs qui m’ont finalement dit la vérité dévastatrice – que j’avais survécu à un avortement raté. » « Il semble que mon monde a cessé de tourner cette nuit-là. Je me sentais en colère, effrayée, honteuse et même coupable d’être en vie », confie Melissa. « Je buvais

Lire la suite de l'article

Bioéthique : La Manif Pour Tous invite le gouvernement à la plus grande prudence

Communiqué de La Manif Pour Tous :

"La Procréation Médicalement Assistée sans père, c'est à dire pour une femme seule ou pour deux femmes, s'annonce comme le sujet phare des Etats généraux de la bioéthique qui s'ouvrent aujourd'hui. Ce très controversé projet ne figure pas dans le programme officiel du candidat Emmanuel Macron à la présidence de la République. Ce dernier s'y est déclaré favorable à titre personnel et a conditionné tout projet à la construction effective d'un large consensus et d'un débat apaisé. Or pour le moment, ce consensus n'existe ni au sein du gouvernement et de la majorité, ni au sein de la communauté scientifique. L'avis du CCNE rendu en juin dernier n'a pas été adopté à l'unanimité. On en est manifestement loin d'un consensus au sein de la société puisqu'un sondage exclusif Ifop pour La Manif Pour Tous montre que moins d'1 Français sur 4 (24%) pense qu'un débat serein et apaisé sur la PMA sans père est possible dès maintenant. Ils sont 50% (et 55% des femmes) à considérer qu'un débat serein pourra se tenir dans quelques années. Un peu plus d'un quart estime qu'il ne pourra jamais voir le jour. Cet état d'esprit de l'opinion devrait inciter le gouvernement à la plus grande prudence et à éviter soigneusement tout passage en force sur de tels sujets sociétaux qui touchent aux convictions intimes, comme l'ont très justement affirmé à plusieurs reprises Emmanuel Macron et Edouard Philippe.

Thumbnail

Les Français sont d'ailleurs conscients de la menace de

Lire la suite de l'article

Emmanuel Macron : Les gens ne croient plus ce qu’on dit

Au-delà de la pertinence ou non du projet d'aéroport à Notre-Dame des Landes, voilà la parole politique encore décrédibilisée :

Commentaires (3)

Correction: je n'ai jamais cru ce que macron disait .

Rédigé par : Verdier | 18 jan 2018 08:19:35
____________________________________

" L'art " de mentir, sorry de falsifier, d'orienter la vérité n'est-il pas enseigné à l'ENA dès les premières années ????

Rédigé par : J.EFF | 18 jan 2018 10:06:41
____________________________________

Il ont le ministère de l'image, et non le pouvoir. Le pouvoir agit, non en fonction de l'image, mais c'est l'action menée ou pas qui dans tous les cas donne une image.

donc ces gens là n'ont pas le pouvoir, ils sont mis en avant, par d'autres.

ce monsieur n'est rien sans son élection, un grand homme d'état est déjà considérable avant son accession au pouvoir, pendant et encore après.

ceci dit la construction d'un nouvel aéroport au milieu de la nature était une très mauvaise idée, vu de chez moi. l'extension de ces installations est toujours un problème de toutes les façons, vivre à côté est une source d'ennuis très importants. Et cela en dit long sur l'état d'un pays qui ne possède plus assez d'atouts apparemment, puisque partir et revenir de fort loin devient semble-t-il une obligation.

l'économie doit être lamarkienne, la fonction crée l'organe, l'aéroport fabrique les conditions économiques, et non l'inverse. à trop vouloir "mondialiser", on finit par croire que ce sont des entreprises du coin qui font les aéroports et qui ont

Lire la suite de l'article

Alain Juppé s’éloigne un peu plus de LR

C'est plutôt une bonne nouvelle :

"Lors de ses voeux à la presse, lundi, à Bordeaux, Alain Juppé a annoncé son intention de ne pas payer sa cotisation au parti en 2018. «Je n'ai pas payé ma cotisation de 2017 et je ne vais pas payer celle de 2018», a-t-il assuré. «La composante centriste s'est détachée de LR, ce que je regrette», s'est-il justifié, visant implicitement le nouveau patron des Républicains.

Alain Juppé souhaite sortir des instances du parti. «J'ai fait savoir que je ne souhaitais pas rester à la tête de la fédération LR de Gironde. Je prends du recul en attendant de voir ce que devient LR notamment dans la perspective des élections européennes de 2019». Le maire de Bordeaux, qui partage les idées d'Emmanuel Macron, est cité pour participer dans le giron du chef de l'État à une grande alliance pro-européenne. Une perspective sur laquelle l'ancien premier ministre ne s'est pas épanché. «Ce sera pour moi un rendez-vous majeur, un point de clivage fondamental. Il y aura ceux qui sont contre et ceux qui sont pour» l'Europe, a-t-il simplement assuré."

Lire la suite de l'article

Nous assistons de la part de ceux qui sont pour l’avortement à une agressivité de plus en plus significative

Cécile Edel, présidente de l’association Choisir La Vie et vice-présidente de la Marche pour la Vie, a bien voulu répondre aux questions du Rouge & le Noir. Extraits :

43_adn_rs-e9aed"L’adoption l’année dernière de loi sur le délit d’entrave à l’avortement a-t-elle eu des conséquences pour les associations pro-vies ?

Concrètement, dans l’exercice de nos actions quotidiennes au service de la vie, non, pas spécialement, excepté pour les antennes d’écoute aux femmes enceintes, dont celle de Choisir la Vie « Sos femmes enceintes » qui, ont depuis l’an dernier subit une baisse significative d’appels en raison de la méfiance qu’a pu engendrer le vote de cette loi. Encore une fois d’ailleurs, ce sont les femmes enceintes en difficulté qui en sont les premières victimes car finalement, si on regarde bien, cette loi n’a apporté aucune solution ni à leur détresse, ni à leur souffrance.

En revanche un constat inquiétant : depuis le vote de cette loi, sur les réseaux sociaux ou dès qu’il y’a débat sur l’avortement, nous assistons de la part de ceux qui sont pour l’IVG, à une agressivité de plus en plus significative. Un climat malsain de délation et de dénonciation s’est instauré avec souvent des menaces de poursuites judicaires juste parce que nous avons osé écrire ou dire que nous étions contre l’avortement ou même tout simplement qu’un embryon n’était pas qu’un amas de cellules ! C’est très grave ! Nombreux sont ceux qui utilisent aujourd’hui cette loi (alors qu’ils n’ont même pas lu les termes de celle-ci) pour faire taire

Lire la suite de l'article

Le recours à l’avortement, plus facile que le choix de la maternité

Capture d’écran 2018-01-12 à 17.31.16Une étude publiée dans le Journal of American Physicians and Surgeons s’intéresse aux « conséquences personnelles vécues par les femmes suites à un avortement ». Les réponses de près de 1000 femmes à deux « simples » questions ont été collectées et analysées. Les auteurs constatent que « les réponses (…) ne reflètent pas les théories féministes actuelles » :

Interrogées sur le « changement positif principal » intervenu suite à l’avortement,

  • près d’un tiers (243) expriment « n’avoir pu retirer aucun bénéfice personnel ».
  • Un second tiers (245) estime pouvoir désormais « apporter une aide concrète aux femmes en situation de détresse avant ou après un avortement ».
  • pour 49 autres femmes, il s’agit de leur implication dans des mouvements de défense de la vie. Mais pour « la plupart », « ces implications positives n’ont émergé qu’après des années voir des décennies de détresse psychologique ».

La seconde question portait sur l’ « effet négatif principal de l’avortement » :

  • « 187 femmes ressentent surtout la perte d’un enfant
  • 114 sont tombées en dépression sévère
  • 110 femmes ont principalement éprouvé une grosse culpabilité, 98 de la haine ou de la colère vis-à-vis d’elles-mêmes, 86 de la honte  et 73 surtout du regret
  • 71 femmes ont succombé à une addiction à la drogue ou l’alcool
  • 61 ont adopté des comportements autodestructeurs
  • 60 femmes ont souffert d’un manque d’estime de soi, 56 d’anxiété et 49 de pensées suicidaires ».

Ces femmes décrivent leur avortement comme « un moment pivot, un basculement dans leur estime d’elle-même, leur personnalité et leurs relations ». Si

Lire la suite de l'article

Que nous soyons tous de plus en plus lucides

Extrait de l'éditorial de Philippe Maxence dans L'Homme Nouveau :

Une-1654"[…] À sa manière, c’est à un exercice de lucidité que s’est livré l’historien Alain Besançon dans le dernier numéro de la revue Commentaire (n° 160, hiver 2017-2018). Ancien communiste, revenu à la foi catholique, il n’a cessé depuis lors d’étudier ce qu’il avait quitté et de s’inquiéter au sujet de celle qu’il avait rejointe. En 1996, il fit ainsi paraître Trois tentations dans l’Église, un essai percutant qui voulait prendre à bras-le-corps les mirages qui se présentaient à l’Église. Sous le titre Les voies de l’athéisme catholique, il récidive aujourd’hui, le temps d’un article, en décrivant quatre dérives à laquelle l’Église a été sujette après le concile Vatican II. De quoi s’agit-il exactement ? De la destruction de l’art sacré, du « tripatouillage des textes sacrés », (notamment de la suppression dans le bréviaire des psaumes dits imprécatoires), de « la rétention des sacrements » et de l’affadissement liturgique, ce que l’historien appelle « la liturgie en rond ». Derrière une expression parfois un peu lapidaire – mais l’auteur de ces réflexions invite au dialogue et à la critique –, se profile en fait le constat de la perte de la foi, y compris chez des catholiques qui ont fini par adhérer à un humanitarisme bavard, teinté d’un optimisme béat, devenu la seule foi à laquelle ils croient. « À la place de Dieu, écrit Alain Besançon, une idole est offerte à l’adoration, qui porte

Lire la suite de l'article

Plus important que l’interdiction du porc à la cantine : l’islamisation à l’école

Lire la suite de l'article

Marche pour la vie : des cars au départ de plus de 40 villes

WQqn6AnCDe nouveaux cars s’organisent pour venir à Paris le 21 janvier !

Des cars partant de 29 autres villes sont également organisés :

NANTES, LA ROCHE SUR YON, VANNES, ANGERS, SAUMUR, CHOLET, CHALON SUR SAÔNE, POUILLY EN AUXOIS, LIMOGES, LA CROISIÈRE, CHÂTEAUROUX, MANTES LA JOLIE, BRIVE, ORLÉANS, PARAY LE MONIAL, BIARRITZ, BAYONNE, DAX, MONT-DE-MARSAN, BORDEAUX, LE MANS, FORBACH, METZ, BESANÇON, DÔLE, DIJON, ARRAS, BAPAUME, ROYE, RENNES, LYON.

A retrouver ici. 

Lire la suite de l'article