Archives par étiquette : plaque

Dévoilement d’une plaque à la mémoire d’Augustin Jordan, Commandeur de la Légion d’Honneur, Compagnon de la Libération

DefaultLe dévoilement de la plaque aura lieu demain jeudi 14 Juin au 3 place d’Iena à Paris.

Augustin Jordan est né à Paris, le 10 décembre 1910. Après des études secondaires au collège Stanislas, il est licencié ès-lettres et en droit, puis diplômé de l'Ecole libre des Sciences politiques ainsi qu'en droit public et en économie politique. Il fait son service militaire dans la cavalerie (1931-1932) au 4e Dragons Portés à Verdun puis devient le collaborateur de Louis Joxe au Centre d'Etudes de politique étrangère et de Pierre Brossolette à l'Europe Nouvelle de 1934 à 1937. En décembre 1937, il devient à Casablanca Secrétaire général du Comité central des Industriels.

En 1939, il est mobilisé à Marrakech comme maréchal des Logis au 2e Régiment de Spahis Marocains qui prend position dans les Ardennes de novembre 1939 à janvier 1940. Augustin Jordan suit un cours d'aspirant à Saumur et promu aspirant est envoyé à Marrakech. Le 18 juin 1940, il entend l'Appel du général de Gaulle au cercle des officiers et il obtient d'être rapidement démobilisé. Après l'obtention d'un visa espagnol, il rejoint, via Gibraltar, les Forces françaises libres à Londres le 19 septembre 1940, après un voyage de trois semaines.

Jusqu'en février 1941, il travaille d'abord aux services civils de Carlton Gardens (QG des FFL), où, avec Joseph Hackinet Pierre-Olivier Lapie notamment, il œuvre au développement des premiers comités de la France libre qui sont apparus un peu partout dans le monde, dès l'été 1940, en soutien à l'action du général de Gaulle.Il souhaite

Lire la suite de l'article

La plaque du Maréchal Pétain sauvée à New York ?

Lu dans Présent :

Unknown-23« Après les événements violents de Charlottesville », le maire gaucho-démocrate de New York, Bill de Blasio, avait annoncé son intention d’expurger sa ville de « tous les symboles de haine », dont « la plaque commémorative en l’honneur du maréchal Pétain, collaborateur nazi (sic) » située sur la promenade du Canyon of Heroes car le vainqueur de Verdun, honoré comme tel depuis 1931 à New York, aurait été « l’un des artisans de la solution finale (resic) » – voir Présent du 19 août. Tel n’est pas l’avis de la Commission historique new-yorkaise, qui s’est prononcée pour le maintien de la plaque. Egalement sauvée, la statue de Christophe Colomb, érigée en 1892 pour le 400e anniversaire de la « découverte » de l’Amérique."

Lire la suite de l'article