Archives par étiquette : peuvent

Les élèves du Hors-Contrat souffrant d’un handicap ne peuvent bénéficier d’aide financière pour financer une AVS (assistante de vie scolaire)

1-300x121Communiqué de la Fédération des Parents d’Élèves des Écoles Indépendantes :

"AVS : sachant que les élèves du Hors-Contrat souffrant d'un handicap (trisomie, maladies diverses de l'intelligence etc…) ne peuvent bénéficier à l'heure actuelle d'aide financière pour financer une AVS (assistante de vie scolaire), la FPEEI demande aux parents concernés de lui envoyer un témoignage accompagné d'une photo (voir témoignages sur fpeei.fr) afin que la FPEEI puisse engager DES MAINTENANT une action auprès du gouvernement pour l'obtention de cette aide financière. Votre soutien Nous est précieux pour Vous aider !"

Lire la suite de l'article

Législatives – Charles-Henri Jamin (PCD) : “Partout les militants et sympathisants LR n’en peuvent plus de devoir supporter sans mot dire ces considérations parisiennes”

Charles-Henri Jamin, Conseiller municipal et communautaire de Saumur, est candidat PCD sur la 4e circonscription du Maine-et-Loire. Il a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative pour la 4e circonscription du Maine-et-Loire. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

20170527095628_IMG_9746-01Avec un grand-père maire de sa commune, un père fin observateur et analyste des évènements politiques nationaux et internationaux, une mère consacrant une grande partie de son temps à des engagements bénévoles, j'ai grandi dans un environnement familial où l’amour de mon pays la France, le service aux autres par le service gratuit ou l'engagement public avait une place majeure.

C'est dans cet esprit que j'ai, dans un premier temps, orienté ma carrière professionnelle vers les collectivités territoriales puis le service aux élus. Collaborateur de cabinet d’un sénateur-maire, j’ai rejoint le RPR entre 1995 et 2000. Recherchant une plus grande cohérence avec mon enracinement dans la grande tradition française de la droite sociale, j’ai adhéré au Forum des Républicains sociaux dont je suis l’un des co-fondateurs, devenu depuis le Parti Chrétien-Démocrate. Je suis aussi à ce jour, et depuis son origine en 2002, adhérent LR, dans l’objectif d’aller au-delà de l’engagement militant pour accéder à des responsabilités et des mandats, ce qu’autorise un « parti de gouvernement ».

C’est ainsi que je me suis présenté pour la première fois en 2008 à une élection sur mon nom, et suis ainsi devenu maire de Saint-Hilaire-Saint-Florent, commune associée de la Ville de Saumur. A ce titre, je siégeais

Lire la suite de l'article

Les cathos peuvent voter pour Le Pen

C'est ce que pense Jeanne Smits dans Minute :

"[…]  Il y a belle lurette qu’une bonne part des évêques de France affiche un net penchant à gauche. Les électeurs catholiques ne sont pas dupes, pourtant. Mais voter en conscience est une question qui se pose pour tous. Peut-on voter pour Marine Le Pen ?

[…] Le cardinal Ratzinger – toujours lui – apporte une réponse concise et claire au dilemme de la conscience « catholique et française », catholique et nationale : il l’a fait en écrivant un mémorandum privé à un évêque américain à propos de l’admission à la communion des politiques favorisant l’avortement, où il précisait – c’était en 2004 – ce qu’il en est pour leurs électeurs. « Un catholique serait coupable de coopération formelle au mal, et donc indigne de se présenter à la communion, s’il devait délibérément voter pour un candidat précisément en raison de la position permissive d’un candidat à l’égard de l’avortement et(ou) de l’euthanasie. Lorsqu’un catholique ne partage pas la position favorable d’un candidat à l’égard de l’avortement et (ou) de l’euthanasie, mais vote pour ce candidat pour d’autres raisons, cela est considéré comme une coopération matérielle éloignée, qui peut être permise en présence de raisons proportionnées », répondait-il au cardinal Mc Carrick. Ce n’est pas un blanc-seing pour voter n’importe comment : s’il a le choix, l’électeur catholique doit en conscience privilégier le candidat qui affirme pleinement le respect de la vie, de la famille, de la liberté éducative. Mais

Lire la suite de l'article

Comme la sédation jusqu’à la mort n’est pas « officiellement » de l’euthanasie, les soignants ne peuvent pas invoquer l’objection de conscience

Confrontée comme infirmière à la sédation terminale, paravent législatif de l’euthanasie, Odile Guinnepain a fondé « Nos mains ne tueront pas ».  Cette antenne d’écoute et de formation au sein de « Choisir la vie » est une réponse pour soutenir les soignants qui veulent soulager et non pas achever le malade. Elle explique dans L'Homme Nouveau :

"[…] La loi Claeys-Leonetti a provoqué le déclic. Cette loi « créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie » (dont il est intéressant de souligner qu'elle ne concerne pas que les malades en fin de vie !) propose, dans son article 3, la sédation jusqu’à la mort sous certaines conditions. Par expérience, je pressentais alors que cela aboutirait à de nombreuses euthanasies déguisées. Mais comme, justement, il ne s’agit pas « officiellement » d’euthanasie, les soignants ne peuvent invoquer l’objection de conscience. Ce sont ces deux réalités qui ont généré l'idée de dire « non » et de le manifester. […]

Au début de ma carrière, j’ai moi-même été témoins d'actes d'avortement et d’euthanasie, j'ai donc quitté le lieu où je travaillais. Aujourd’hui, j’ai la chance d’être responsable de l’organisation des soins palliatifs là où ou j’exerce. J’aide donc à développer des démarches palliatives dans le respect des personnes et nous n’avons pas à pratiquer de sédation terminale désordonnée car nous anticipons les problèmes, nous cherchons toujours à comprendre nos patients. J’ajoute que nous leur proposons le sacrement des malades qui les apaise d’une manière incroyable. En fait, comme le préconisent les soins palliatifs, nous avons

Lire la suite de l'article

Les enfants de 12 ans peuvent visionner du sexe, du moment que c’est en dessin animé !

Communication de l'Association des Juristes pour l'enfance :

"Le juge des référés du tribunal administratif de Paris a rejeté ce jour la demande, présentée par l’association Juristes pour l’enfance, de suspension de la décision du Ministre de la Culture et de la Communication ayant accordé un visa du film « Sausage party » en tant qu’elle n’a pas assorti le visa d’une interdiction aux moins de 16 ans (décision intégrale en PJ).

L’association juristes pour l’enfance déplore cette décision qui laisse ce film, incontestablement inadapté aux enfants de douze ans, visible par ces derniers.

Quel est donc l’intérêt pour le tribunal que des enfants de douze ans assistent à des viols, des fellations, partouze et autres pratiques sexuelles diverses, sans compter la consommation de drogues ? Le support du dessin animé ne rend pas le film inoffensif car, ainsi que l’expliquent les experts, le dessin a tendance inconsciemment à réduire, dès le départ les « défenses émotionnelles » intérieures, précisément parce qu’il s’agit d’un dessin animé.

L’association Juristes pour l’enfance regrette que le rejet de la demande de suspension soit motivé par une appréciation personnelle d’un juge des référés qui ne répond pas au fait que des enfants et parents, trompés par la bande annonce, aient été choqués par le contenu du film, ni aux avis d’experts et de personnes ayant autorité en la matière.

Le juge affirme encore qu’il relève de la responsabilité des parents de se renseigner sur le film : justement, le visa délivré au film

Lire la suite de l'article

Donald Trump : “Les démocrates et les Verts peuvent aller se coucher. Arnaque”

Après dix jours de recompte des votes, les autorités du Wisconsin ont annoncé que Donald Trump avait bien devancé Hillary Clinton dans l'État. Ce dernier recompte met un terme définitif au scrutin.

Donald Trump a devancé son adversaire démocrate de 22.748 voix, soit 131 de plus que ce qui avait été initialement comptabilisé.

Il a commenté :

«Le résultat final du Wisconsin a été annoncé et, devinez quoi? Nous avons récupéré 131 voix de plus. Les démocrates et les Verts peuvent aller se coucher. Arnaque».

Un magistrat avait rejeté plus tôt la demande de Jill Stein, candidate écologiste à la présidentielle, qui demandait un recompte en Pennsylvanie. Jill Stein avait déjà été déboutée dimanche dans le Michigan.

Fin du sketch.

Lire la suite de l'article

Les 200 000 manifestants de la Manif pour Tous peuvent peser sur les présidentielles

Lire la suite de l'article

“Les catholiques ne peuvent en bonne conscience soutenir des candidats qui approuvent l’avortement”

Aquila2L’archevêque de Denver, Colorado, Mgr Aquila, vient de publier une tribune dans la revue américaine hispanophone El Pueblo Católico sur le thème « Voter en tant que catholique en 2016 ». Il affirme que lors du vote du 8 novembre les catholiques doivent avoir pour premier critère la défense de la vie humaine et la liberté religieuse.

« Les électeurs catholiques doivent être conscients de ce que disent les partis politiques sur des thèmes essentiels. Le droit à la vie est le droit le plus important et le plus fondamental puisque la vie est indispensable pour l’exercice de n’importe quel autre droit ».

Le prélat raconte comment lors d’un dîner avec un groupe de catholiques « formés », parmi lesquels certains apportaient leur soutien à Clinton et d’autres à Trump, on lui avait demandé son opinion.

« En premier lieu, je leur ai fait part de mon désaccord avec les deux candidats. Puis je leur ai dit qu’ils devaient analyser les programmes des deux parties, en mettant l’accent sur les thèmes relatifs à la vie humaine (…). Ils savaient que “les catholiques ne peuvent en bonne conscience soutenir des candidats qui approuvent l’avortement” ».

Mgr Aquila ne s’est pas contenté de renvoyer les électeurs catholiques à leur conscience. Il a souligné l’importance particulière de l’intention du parti démocrate de faire révoquer l’amendement Hyde, qui interdit l’utilisation de l’argent fédéral au profit de l’avortement. Le parti de Hillary Clinton cherche également à désactiver l’amendement Helms qui interdit aux Etats-Unis de soutenir l’avortement à l’étranger.

De

Lire la suite de l'article

Radio courtoisie et TV Libertés peuvent parfaitement marcher ensemble

La “liste de proscription” s'allonge à Radio Courtoisie étant entendu que s'il n'en reste qu'un ce sera Henry de Lesquen, président à vie… Anne Brassié et Didier Rochard ont donc été “remerciés” à la suite de leur “Lettre ouverte”.

Vincent Beurtheret a fait savoir qu'il avait suspendu sa collaboration à Radio Courtoisie.

Anne Brassié a écrit une jolie lettre « d'au revoir » aux auditeurs, dont voici un extrait :

B"Le président renvoie tous ceux qui lui suggèrent un peu de mesure et de courtoisie. C’est mon tour et celui de Didier Rochard. Nous ne supportons plus les insultes faites à nos amis.

Lui ne supportait plus ma collaboration avec Tvlibertés et s’arrogeait le droit de m’imposer un choix. Mais ciel, de quel droit ? Il fut incapable de comprendre la complémentarité des deux médias, l’un émettant sur la bande FM, l’autre exclusivement sur internet et visant donc potentiellement deux publics différents, qui pourraient parfaitement marcher ensemble et s’aider mutuellement comme le font tous les autres média avec succès. Les donateurs donnaient aux deux avec leur générosité habituelle et leur volonté de combattre. Qu’Henry de Lesquen attaque ce nouveau média de droite est irresponsable.. Radio Courtoisie est inimitable, son passé l’impose haut la main. Aucune concurrence n’était à craindre mais pour cela il fallait croire en Radio Courtoisie….

Le président a donc ouvert les hostilités, il y a quelques mois en supprimant la rediffusion de Trésors en poche, le samedi alors qu’il restait des plages horaires, privant

Lire la suite de l'article

Les familles ne peuvent pas se payer le luxe de l’idéologie

Le nouvelle mouture du congé parental ne fait pas recette :

F"En effet, cette mesure insérée dans la politique familiale, n’a jamais été une incitation pour la famille, mais une nouvelle volonté de lutter contre « l’inégalité des sexes ». Avec une habitude désormais consommée, les élus du peuple français, s’enhardissent de lois fourre-tout, sans cohérence, ni interne, ni avec les autres lois pondues de la même façon.

Les textes de lois sont une mosaïque de sentimentalisme médiatique qu’il convient d’apaiser ou de contenter, de satisfactions lobbyistes, le tout cousu d’idéologie. En un mot notre arsenal législatif est un condensé d’opportunisme sans l’ombre d’une vision. Le nombre croissant de lois sans décret d’application ne fait que révéler la confusion et la non préparation de cette assemblage d’annonces.

C’est ainsi que les élus de la nation finissent par adopter des lois n’ayant aucun rapport avec le monde réel qui concerne ceux dont ils ont reçu délégation. Ils oublient du reste que la souveraineté ne leur appartient pas et se considèrent comme dépositaires de celle-ci, transformant le peuple souverain en clients électeurs.

Certes ces lignes ne font qu’enfiler des perles. Cependant, souligner l’incohérence des mesures mises en place renvoie à l’absence de vision d’ensemble. D’une part de telles mesures montrent, par leur inefficacité, qu’elles ne répondent pas aux besoins réels de la population. D’autre part, elles signent le divorce entre idéologie et réalité.

Peut-on lier la lutte pour l’égalité des sexes à une politique familiale ? Peut-on promouvoir la famille sans prendre acte de son

Lire la suite de l'article

Oman : les chrétiens peuvent librement pratiquer

Marc Fromager montre que dans le sultanat d'Oman, les chrétiens vivent libres :

Images"[…] Oman est un très vieil État remontant aux premiers siècles de notre ère. La monarchie est absolue, mais la culture locale prône également la recherche d’un consensus. Le Sultan, Qabus ibn Saïd, est malade et sans héritier. Un conseil de famille aura trois jours, le moment venu, pour valider le choix du sultan défunt ou nommer quelqu’un pour la succession, ce qui devrait assurer une passation paisible.

Traditionnellement ouverts, les Omanais ont majoritairement adopté l’islam ibadite et tentent aujourd’hui de favoriser le dialogue inter-musulman. Même si des chiffres très précis sont difficiles à établir, on estime que 55% de la population est ibadite, 40% sunnite et 5% chiite. L’extrémisme religieux est particulièrement surveillé. Les prêches sont publiés par le Ministère de l’Intérieur. La formation des imams est commune et les mosquées, sauf exception historique, sont les mêmes pour tous. On y rencontre pourtant de plus en plus de femmes voilées de noir. La contagion de l’islam wahhabite s’opère, même si elle reste surveillée de près par le gouvernement.

Il existe quelques familles omanaises hindoues d’origine indienne, mais l’immense majorité des hindous dans le pays sont étrangers. On y trouve des temples hindous, dont un qui peut contenir 6.000 personnes. Pour les églises, le terrain est donné par les autorités, c’est ensuite la communauté chrétienne qui construit l’édifice et le plus souvent le Sultan qui offre l’orgue et sa maintenance.

Les chrétiens peuvent librement pratiquer

Lire la suite de l'article