Archives par étiquette : peuvent

Si les progressistes espéraient que les pro-famille s’étaient rendormis, ils peuvent constater qu’il n’en est rien

Interrogée dans Valeurs Actuelles, Ludovine de la Rochère explique l'engouement des défenseurs de la famille lors des Etats-généraux de la bioéthique :

Unknown-17"Je pense que « le réveil des Français », comme certains l’ont appelé, a conduit à une prise de conscience massive et irréversible des risques anthropologiques liés aux revendications que nous connaissons. Autrement dit, si les progressistes espéraient que les Français qui défendent le respect de l’altérité sexuelle et de l’intérêt supérieur de l’enfant s’étaient rendormis, ils peuvent constater avec les états généraux de la bioéthique qu’il n’en est rien.

Au tout début des états généraux d’ailleurs, les animateurs des « débats-citoyens » ouvraient les réunions sur les modalités d’application de la PMA sans père : clairement, au vu de certains sondages largement relayés juste avant, ils pensaient que tout le monde approuvait et avait acté le fait que la PMA sans père serait légalisée. En réalité, les différents sondages publiés ces derniers mois montrent que selon la formulation des questions, 40 à 70% des Français sont opposés à la PMA sans père. Et le fait est que les participants ont été très nombreux à intervenir d’emblée pour que le curseur des débats soient bien remis sur les enjeux des projets envisagés, ce qui s’est finalement produit.

Nous avons ensuite constaté tout le temps et partout, de la plus petite à la plus grande ville, sur les dizaines et dizaines de réunions, cette volonté largement partagée que la France respecte les besoins et les droits de l’enfant, défende la finalité de la médecine,

Lire la suite de l'article

Poutine a rendu à nouveau son peuple fier d’être Russe. Il y a assez peu de chefs d’Etat occidentaux qui peuvent en dire autant

De Constance Prael sur Liberté Politique :

Unknown-7"Témoignage récent d’une jeune guide russe, qui s’interrogeait sur l’hostilité des médias occidentaux, et plus spécifiquement français, à l’égard du président russe. Poutine n’est pas un ange, ça, on le sait, avouait-elle. Qui, en politique, peut prétendre être un ange ? A tout le moins, il nous a rendu à nouveau fiers d’être Russes. Il y a assez peu de vos chefs d’Etat occidentaux qui peuvent en dire autant.

Depuis Machiavel, on sait que politique et morale ne font pas nécessairement bon ménage. Vladimir Poutine ne serait pas démocrate… Quelle arrogance de la part de la France, qui oublie que la Russie n’a pas eu l’opportunité, dans son histoire, de pouvoir s’installer dans une pratique sereine et longue de la démocratie : quand, en 1991, cette fameuse démocratie, furtivement et mal expérimentée dans les années 1860-1880 et de 1905 à 1914, y a fait son retour, on ne peut pas dire que le terrain avait été favorablement préparé par les soixante-dix années précédentes. Poutine est réélu pour la 4e fois, à plus de 70 % des voix. Bourrage des urnes et pression politique inclus, nous dira-t-on. Compte tenu de la mascarade des dernières présidentielles françaises, certes sous des formes plus civilisées, quelle leçon de démocratie avons-nous à donner ?

Les censeurs d’aujourd’hui ont la mémoire courte quand ils prétendent ramener le bilan de Vladimir Poutine peu ou prou à celui de Boris Eltsine. La fierté d’être Russe dont parlait cette jeune guide, ce n’est pas seulement

Lire la suite de l'article

Mgr Aupetit : “Une partie de nos concitoyens, y compris des catholiques, ne prennent pas la mesure des changements de société qui peuvent nous impacter”

Arton45589-0d92fAfin d’appeler le plus grand nombre à se former et s’informer sur la bioéthique, le diocèse de Paris diffuse une synthèse du livert de bioéthique de la CEF. Ce livret de 56 pages regroupe 11 fiches synthétiques pour chaque thème, afin d’inviter ensuite le lecteur à accéder aux 11 fiches complètes. ce livret-synthèse est téléchargeable facilement sur le site du diocèse de Paris.

Mgr Aupetit, archevêque de Paris, a préfacé ce livret :

"Pour préparer la révision programmée des lois de bioéthique, le gouvernement a lancé une consultation large des Français sous la forme d’« États généraux ». La question posée « Quelle société voulons-nous ? » est très ajustée aux enjeux qui se profilent.

Si nous croyons profondément à la vocation d’amour de toute personne humaine à l’image de Dieu, l’étude de l’évolution des sociétés humaines nous a pareillement appris qu’il n’y a pas de sens inéluctable de l’histoire.

Le progressisme affirmé par certains n’est qu’une adaptation aux désirs individuels qu’il faudrait servir avec plus ou moins de complaisance, les avancées techniques servant d’alibi. Nous croyons aux bienfaits des progrès de la connaissance et de la science. Nous sommes conscients que certains espèrent trouver dans des lois nouvelles la possibilité de surmonter des causes de souffrance. Mais nous croyons aussi que la réflexion et le discernement sur le bon usage des nouvelles découvertes fondent la capacité de l’humanité à bâtir une société toujours plus humaine au service des plus vulnérables et des plus faibles.

Il semble qu’une partie

Lire la suite de l'article

Les civils algériens ayant subi des dommages physiques liés au conflit peuvent prétendre à une pension

Nous ne sommes toujours pas sortis de la guerre d'Algérie… Le Conseil constitutionnel a censuré, le 8 février, un texte de loi de 1963 qui réservait le droit à une pension pour les victimes d’attentats, durant la guerre d’Algérie entre 1954 et 1962, aux seules personnes possédant la nationalité française à la date de la promulgation de cette loi. Jean Sévillia réagit au micro de Boulevard Voltaire.

Lire la suite de l'article

Tous les résultats sociaux que l’on peut désirer obtenir pour le bien de l’humanité, ne peuvent pas être acquis à l’aide de traités

Voici la préface d'un ouvrage publié en 1920 sur le traité de paix de Versailles. Au-delà de la sagesse prophétique de cet universitaire Antoine Pillet, on constate que son analyse s'applique aussi aux initiatives idéologiques de l'ONU, de l'OTAN, de l'UE… :

Capture d’écran 2018-02-01 à 07.16.29"Nous ne pouvions pas faire rentrer dans le cadre de quatre brèves conférences, l'analyse des dispositions multiples et complexes que renferme le traité de paix du 28 juin 1919. Toute tentative de cette sorte eut été vaine et n'aurait abouti qu'à un résume rapide, sec et dénué d'intérêt. Notre objet a été tout différent ; nous avons considéré ce traité sous l'angle particulier du droit, nous contentant du reste, de l'étudier dans ses traits les plus généraux ; en ce faisant, nous avons essayé de montrer que son imperfection la plus grande, tient peut-être à ce que, en le dressant, on n'a tenu presque aucun compte de la pratique coutumière des nations en cette matière.

Il n'est plus personne qui ne reconnaisse aujourd’hui les lacunes et les défauts du traité de paix. Pour nous, Français, son vice le plus grand, est qu'il n'a pas tenu un compte suffisant des sacrifices et des légitimes aspirations de la France. Ce reproche n'est pas le seul que nous ayons à lui adresser, et nous insisterons également sur ce fait que le traité de paix tel qu'il nous est présenté, n'est pas un véritable traité de paix, un traité propre à faire régner la paix entre les ennemis de la veille, en instituant un

Lire la suite de l'article

“L’un des dangers d’internet, c’est que les gens peuvent voir des réalités totalement différentes.”

XVM6acda9de-eb06-11e7-bbd8-960923e293cfC'est la crainte de… Barack Obama, interrogé sur la BBC le 27 décembre dernier.

Réponse de Donald Trump le 30 décembre sur Twitter :

« J’utilise les réseaux sociaux, non car j’aime ça, mais parce que c’est la seule façon de contourner des médias malhonnêtes. Les sources bidons ou inexistantes sont utilisées plus que jamais. Nombreux histoires et reportages relèvent de la pure fiction ».

Lire la suite de l'article

Bon nombre de décisions stratégiques pour notre avenir peuvent se prendre en France

De Jean Rouxel dans Les 4 vérités :

Unknown-37"[…] Je comprends, par exemple, d’autant mieux qu’on soit favorable à la sortie de l’euro que j’étais, pour ma part, hostile à la création de la monnaie unique. Mais pourquoi ne pas restaurer d’abord les finances publiques ? Cela nous permettrait de nous poser la question de la sortie de la monnaie unique dans des conditions favorables.

Cessons donc de voir ailleurs les causes de nos problèmes.

Bien des choses peuvent se régler chez nous, avec un minimum de volonté politique. Stopper l’immigration n’impose pas de dénoncer les traités internationaux. Baisser la dépense publique non plus. Révoquer les juges libérant des assassins peut être décidé par le parlement.

Et ainsi de suite.

Bon nombre de décisions stratégiques pour notre avenir peuvent se prendre en France. Les pays de l’est, pourtant membres de la même Union européenne que nous, et souvent utilisateurs du même euro que nous, montrent que l’action politique reste possible.

Cela n’exonère pas l’Union européenne de ses responsabilités dans nos difficultés. Mais commençons donc par ce qui nous est accessible.

On se demande parfois si les dirigeants politiques n’utilisent pas Bruxelles ou l’euro afin de se trouver un alibi pour ne rien faire. Ce n’est pas ainsi que nous reprendrons le pouvoir et que nous redresserons la France!"

Lire la suite de l'article

LR et FN ne peuvent pas gagner seuls. La preuve par Julien Aubert

Hervé de Lépinau, Conseiller départemental Front National de Vaucluse, conseiller municipal de Carpentras, déclare sur Boulevard Voltaire à propos de Julien Aubert :

"Je juge un homme politique avant tout par ses actes. En 2014, Julien Aubert a démontré rigoureusement le contraire de l’esprit d’union des droites qu’il pourrait, dans une certaine mesure, professer. Il était tête de liste aux élections municipales pour Les Républicains et le centre. J’étais tête de liste Front national. Je suis arrivé en 2e position derrière l’union des gauches, à tout juste deux points avec plus de 30 %. Julien Aubert était loin derrière, à 16 %. Le bon sens aurait voulu qu’il se désistât ; il ne l’a pas fait. Moralité : nous avons aujourd’hui un exécutif socialo-écolo-ethno-communiste minoritaire en voix, mais qui a pu passer dans le cadre d’une triangulaire, grâce à Julien Aubert."

Aux dernières nouvelles, Julien Aubert n'a pas recueilli suffisamment de parrainages pour se présenter à la présidence LR.

Lire la suite de l'article

“Comment les catholiques peuvent accueillir les croyants LGBT”

Cet article du cardinal Robert Sarah, Préfet de la Congrégation vaticane pour le culte divin, est paru le 31 août dans le « Wall Street Journal », dans la rubrique des éditos et des opinions. Le cardinal y critique les thèses du père James Martin, la plume vedette d’ « America », la revue des jésuites de New-York, également consultant au Secrétariat pour la Communication du Vatican et auteur cette année d’un livre qui bouleverse l’enseignement de l’Eglise en matière d’homosexualité en légitimant les rapports entre personnes de même sexe. Un livre qui a été rapidement dénoncé aux Etats-Unis par l’archevêque de Philadelphie Mgr Charles Chaput mais qui a aussi été publiquement apprécié par d’autres personnalités de l’Eglise américaine, dont les cardinaux – très chers au pape François – Kevin Farrell et Joseph Tobin :

Martin-300x227"L’Eglise catholique a souvent été critiquée, y compris par certains de ses propres membres, pour sa réponse pastorale à la communauté LGBT. […] Parmi les prêtres catholiques, le Père James Martin, un jésuite américain, est l’un des critiques les plus explicites du message de l’Eglise sur la sexualité.  Dans son livre « Building a Bridge » publié au début de cette année, il répète la sempiternelle critique selon laquelle les catholiques auraient été très critiques envers l’homosexualité tout en négligeant l’importance de l’intégrité sexuelle dans ses propres rangs.

Le Père Martin a raison d’affirmer qu’il ne devrait pas il y avoir deux poids deux mesures concernant la vertu de chasteté qui, bien qu’exigeante, fait partie intégrante de la bonne nouvelle de

Lire la suite de l'article

Les élèves du Hors-Contrat souffrant d’un handicap ne peuvent bénéficier d’aide financière pour financer une AVS (assistante de vie scolaire)

1-300x121Communiqué de la Fédération des Parents d’Élèves des Écoles Indépendantes :

"AVS : sachant que les élèves du Hors-Contrat souffrant d'un handicap (trisomie, maladies diverses de l'intelligence etc…) ne peuvent bénéficier à l'heure actuelle d'aide financière pour financer une AVS (assistante de vie scolaire), la FPEEI demande aux parents concernés de lui envoyer un témoignage accompagné d'une photo (voir témoignages sur fpeei.fr) afin que la FPEEI puisse engager DES MAINTENANT une action auprès du gouvernement pour l'obtention de cette aide financière. Votre soutien Nous est précieux pour Vous aider !"

Lire la suite de l'article

Législatives – Charles-Henri Jamin (PCD) : “Partout les militants et sympathisants LR n’en peuvent plus de devoir supporter sans mot dire ces considérations parisiennes”

Charles-Henri Jamin, Conseiller municipal et communautaire de Saumur, est candidat PCD sur la 4e circonscription du Maine-et-Loire. Il a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative pour la 4e circonscription du Maine-et-Loire. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

20170527095628_IMG_9746-01Avec un grand-père maire de sa commune, un père fin observateur et analyste des évènements politiques nationaux et internationaux, une mère consacrant une grande partie de son temps à des engagements bénévoles, j'ai grandi dans un environnement familial où l’amour de mon pays la France, le service aux autres par le service gratuit ou l'engagement public avait une place majeure.

C'est dans cet esprit que j'ai, dans un premier temps, orienté ma carrière professionnelle vers les collectivités territoriales puis le service aux élus. Collaborateur de cabinet d’un sénateur-maire, j’ai rejoint le RPR entre 1995 et 2000. Recherchant une plus grande cohérence avec mon enracinement dans la grande tradition française de la droite sociale, j’ai adhéré au Forum des Républicains sociaux dont je suis l’un des co-fondateurs, devenu depuis le Parti Chrétien-Démocrate. Je suis aussi à ce jour, et depuis son origine en 2002, adhérent LR, dans l’objectif d’aller au-delà de l’engagement militant pour accéder à des responsabilités et des mandats, ce qu’autorise un « parti de gouvernement ».

C’est ainsi que je me suis présenté pour la première fois en 2008 à une élection sur mon nom, et suis ainsi devenu maire de Saint-Hilaire-Saint-Florent, commune associée de la Ville de Saumur. A ce titre, je siégeais

Lire la suite de l'article