Archives par étiquette : père

15 mars à Lyon : projection d’un film sur le père Popieluszko

Les Rencontres de La Lanterne Magique vous donnent rendez-vous avec un autre film polonais: POPIEŁUSZKO. LA LIBERTÉ EST EN NOUS, le jeudi 15 mars à 20 h, à L'Espace Saint-Ignace, 20 rue Sala.

Ce long métrage, inédit en France et réalisé par le Polonais Rafał Wieczyński, voilà moins de 10 ans, vient compléter la vision de ce thème déjà abordé l’an dernier, lors de la belle projection du film Le Complot (1987) d’ Agnieszka Holland.

POPIEŁUSZKO  La Liberté est en Nous

Lire la suite de l'article

La CEDH juge à l’unanimité la requête de deux femmes en faveur de la PMA sans père définitivement irrecevable

La Manif Pour Tous se réjouit (et nous aussi) :

"Deux femmes mariées qui n’avaient pu bénéficier d’une assistance médicale à la procréation auprès du CHU de Toulouse en vertu de la loi française avaient déposé en 2015 une requête auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme en s’appuyant sur l’article 8 (qui concerne le droit au respect de la vie privée et familiale) et l’article 14 (portant sur l’interdiction de la discrimination).

Finalement, la CEDH a déclaré, à l’unanimité, la requête irrecevable et ce, de manière définitive.

Cette affaire appelle plusieurs remarques sur ce sujet de la PMA sans père qui divise profondément la société française :

La Manif Pour Tous souligne d’abord que l’article L. 2141-2 du code de la santé publique français, contrairement à ce qui est souvent dit, ne fait aucunement référence à l’orientation sexuelle du couple demandeur. La condition indiquée est que le couple demandeur doit être un couple homme-femme, celui-ci étant de fait le seul susceptible de concevoir un enfant. Il s’agit là d’une règle générale, même si elle souffre d’exceptions en raison de problèmes d’origine médicale, ceux pour lesquels la médecine intervient. A l’inverse, dans un couple de personnes de même sexe, la règle universelle est qu’il ne peut concevoir un enfant, et que cette règle ne souffre pas d’exception.

Certes le couple homme-femme est a priori hétérosexuel, mais il pourrait par exemple être bisexuel : cela ne regarderait pas le corps médical qui n’a pas à l’interroger là-dessus :

Lire la suite de l'article

Coup d’arrêt européen à la PMA sans père

Les Juristes pour l'enfance se réjouissent de ce revers du lobby LGBT :

Capture d’écran 2018-02-08 à 17.42.26"La Cour européenne des droits de l’homme vient de rendre ce jour sa décision dans l’affaire Charron and Merle-Montet v. France. Deux femmes mariées s’étant vues refuser une insémination artificielle par un hôpital français ont saisi la Cour européenne des droits de l’homme. L’hôpital n’avait fait qu’appliquer la loi française qui ne prévoit la PMA que pour compenser un problème d’infertilité pathologique, médicalement diagnostiquée selon les termes de l’article L 2141-2 du Code de la santé publique. Elles invoquaient une prétendue atteinte à leur vie privée et une prétendue discrimination subie par rapport aux couples homme/femme ayant accès à la PMA. La Cour européenne n’examinera pas leur requête car les intéressées n’ont pas épuisé les voies de recours internes. Mais, en tout état de cause, ni la vie privée des intéressées, ni l’égalité ne sont en cause ici.

Vie privée des femmes ? 

Les femmes revendiquent leur autonomie à avoir des enfants de la manière qu’elles choisissent ; pourtant, dès lors qu’elles sollicitent le législateur, elles cessent d’être autonomes et le comité d’éthique ne peut que constater l’évidence : ce qui est revendiqué comme une « libre disposition de soi requiert d’impliquer les autres (corps médical, tiers donneur, enfants, société) » (CCNE, Avis n° 126 du 15 juin 2017 sur les demandes sociétales de recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP), p. 6). En effet, les femmes qui invoquent leur prétendue autonomie, en réalité exigent de la société qu’elle leur

Lire la suite de l'article

Le père d’Edouard Philippe était franc-maçon

Lu dans M Le magazine du Monde du samedi 27 janvier :

Index« les obsèques paternelles ont eu lieu le 3 octobre 2014, au funérarium du Havre. « Je veux que vous soyez là », a insisté Edouard Philippe auprès de ses amis empêchés, qui comprennent que dans cette cérémonie se joue quelque chose qui leur échappe. Dans l’assistance, des tas d’enseignants, « rad-soc » comme le couple Philippe, qui a fêté bruyamment la victoire de François Mitterrand en 1981 et n’a sans doute jamais voté Antoine Rufenacht. L’ancien maire de droite devine au passage ce jour-là que Patrick Philippe était un dignitaire franc-maçon et surtout un original »

Lire la suite de l'article

Tous les enfants veulent avoir un père

Un Français de 34 ans veut relancer le débat sur l'anonymat du don de sperme :

Images-2"À deux jours de l'ouverture des États généraux de la bioéthique, un Français de 34 ans conçu par insémination artificielle avec donneur de sperme et qui milite pour l'accès aux origines, affirme avoir retrouvé son donneur.

Membre de l'association Procréation médicalement anonyme (PMA), tout comme sa femme Audrey, Arthur Kermalvezen, espère que la question de l'anonymat du donneur ne passera pas à la trappe lors de ces états généraux.

Il affirme avoir fait réaliser via internet un test ADN par une entreprise américaine, pour 99 dollars à partir d'un simple prélèvement salivaire. La base de données de la société américaine montre une compatibilité génétique entre lui et un Londonien nommé Larry, qui a des racines françaises. En étudiant l'arbre généalogique de ce dernier sur un site spécialisé, Arthur tombe sur la seule personne en âge d'être son donneur. En quelques clics, il trouve son adresse et lui fait passer une lettre. Ce dernier confirme qu'il est bien le géniteur. « Mon donneur est ravi, juge ma quête légitime et veut me donner toutes les informations sur ma généalogie », juge Arthur.

Le couple estime que la facilité à faire des tests ADN met à mal le principe de l'anonymat du donneur. « Les gens finiront tous par retrouver leurs origines par eux-mêmes, donc soit on ne fait rien, soit on l'encadre », martèle Arthur."

Lire la suite de l'article

Assassinat du père Hamel : la préfecture de police de Paris savait une semaine avant

Unknown-2Selon Mediapart :

"La direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) de Paris a eu connaissance des messages d’un des tueurs du père Hamel une semaine avant l’assassinat du religieux. Le terroriste y évoquait une attaque dans une église, mentionnait Saint-Étienne-du-Rouvray… Une fois le prêtre assassiné, la DRPP a alors postdaté deux documents afin de masquer sa passivité. Révélations sur les pratiques du service de renseignement parisien."

Lire la suite de l'article

« Papa, pourquoi y’en a qui disent qu’un père c’est pas important ? »

La Manif Pour Tous publie une nouvelle vague de sa campagne d'information et de sensibilisation sur les enjeux humains de la PMA sans père et la GPA :

Thumbnail"Alors que les Etats Généraux de la Bioéthique sont supposés s'ouvrir fin 2017 suivant la circulaire du Ministère de la Santé du 27 novembre dernier, l'inquiétude des millions de Français mobilisés pour la famille et les droits de l'enfant est vive. Le lien père-enfant et mère-enfant sont le cœur du sujet de la PMA sans père et de la GPA. Les déclarations contradictoires des ministres et dirigeants de la majorité illustrent l'absence de consensus sur la PMA sans père et la GPA.

La Manif Pour Tous rappelle que la PMA sans père n'est pas une promesse de campagne du Président de la République. Son programme présidentiel (accessible en ligne ici) ne contient absolument aucune mesure dans ce domaine ô combien sensible, comme en témoigne la puissance de la mobilisation et du mouvement social lors des débats sur le mariage et l'adoption pour deux hommes ou deux femmes. S'il s'était déclaré personnellement ouvert à une évolution de la législation relative à la PMA, Emmanuel Macron l'avait conditionnée à l'existence d'un « large consensus ». Aujourd'hui, force est de constater l'absence de consensus, ce sujet divisant au contraire très largement, aussi bien la communauté scientifique que les professionnels de santé et de l'enfance ou encore les politiques, y compris au sein du gouvernement.

Les Français, en outre, considèrent à une très large

Lire la suite de l'article

Un film sur le père Damien, missionnaire sur l’île de Molokai à Hawaï

Sans titreLe DVD sur l’apôtre des lépreux, le père DAMIEN DE MOLOKAÏ, est maintenant présent dans les bacs des librairies religieuses. Il est également disponible sur la bout boutique en ligne .
de SAJE DISTRIBUTION. 

Damien de Molokai (Molokai : the Story of Father Damien) de Paul Cox (1999) BELG

1873 à Hawaï. Avec l'arrivée de plus d'immigrants d'Asie, des cas de lèpre ont commencé à apparaître autour des îles hawaïennes à la fin du 19ème siècle. Consciente de sa propagation, une colonie pour l'isolement et le soin des lépreux a été établie sur la péninsule isolée de Kalaupapa, au nord de l'île de Molokai.Le gouvernement hawaïen, avec l'appui des églises catholiques et autres, a envoyé presque tous les lépreux à la colonie. L'évêque catholique qui est responsable des lieux ressent le besoin d'y envoyer des prêtres pour administrer les derniers sacrements aux gens peu de temps avant leur mort. Le Père Damien est volontaire pour être envoyé sur l'île et y refonder une paroisse… Avec : David Wenham (Père Damien), Kate Ceberano (la princesse héritière Lili'uokalani), Jan Decleir (Mgr Köckerman), Chris Haywood (Clayton Strawn), Derek Jacobi (Père Leonor Fouesnel), Keanu Kapuni-Szasz (Malulani), Alice Krige (Mère Marianne Cope), Kris Kristofferson (Rudolph Meyer), Leo McKern (Mgr Maigret), Sam Neill (le Premier ministre Walter M. Gibson), Peter O’Toole (William Williamson), Dirk Roofthooft (Père Louis Lambert Conrardy), Tom Wilkinson (Joseph Dutton), Aden Young (Dr. Kalewis), Kate Agnew (Soeur Leopoldina), Michael W. Perry (Dr. Trousseau). Scénario : John Briley d’après le livre biographique de Hilde Eynikel. Directeur de la photographie : Nino gaetano Martnetti. Musique : Paul Grabowsky.

« Seigneur, tu es mort à 33

Lire la suite de l'article

Le père Louis Pelletier, un maître spirituel

Entretien avec le P. Jose Luis Almeida, dominicain, à propos du livre "Grandir avec le Christ" qu'il a préfacé, de même que Mgr de Moulins-Beaufort :

PQuels traits vous paraissent les plus saillants dans la personnalité du P. Louis Pelletier?

Le P. Louis Pelletier fut un témoin radical de l'Evangile et sa famille l'a vécu concrètement, car son père a été, tout jeune, résistant. Son grand-père fut fusillé comme résistant, un oncle a été aussi tué par les nazis. Le P. Louis a reçu cet héritage humain et aussi spirituel au sein de sa famille. Cela lui a forgé un tempérament de feu et des interrogations brûlantes que la plupart de ses contemporains -dont je suis- n'ont pas vu l'urgence. De plus, depuis son chemin personnel, le P. Louis s'est toujours vu comme un 'fils de l'Eglise' et a pour cette raison porté une attention au Magistère comme de rares prêtres l'ont fait. Il a fréquenté et lu l'Osservatore Romano depuis au moins 30 ans. Car il voulait valider et se laisser enseigner par le Magistère, réalité qui pourrait faire sourire de nombreux clercs. Mais en cela il a voulu être fidèle jusqu'au bout, voulant aussi aller jusqu'au bout de sa démarche catholique, en toute logique et en toute droiture de conscience. Parce que cela devient rare, son attitude a dérangé d'autant plus. Il a vécu ainsi une grande solitude spirituelle et probablement aussi intellectuelle.

Le P. Louis évoquait souvent l'ascèse comme moyen de grandir spirituellement, ce qui lui

Lire la suite de l'article

“Toute ma vie, j’ai été obsédé par l’absence de mon père, jusqu’à sa mort”

JPuisqu'il faut parler de la mort de Johnny Hallyday, décédé dans la nuit de mardi à mercredi, rappelons que son père l’a abandonné après sa naissance. Requiescat in pace.

Jean-Philippe Smet, le nom de Johnny, a été élevé par sa tante paternelle belge, qui vivait alors à Paris avec son mari et ses deux filles.

"Toute ma vie, j’ai été obsédé par l’absence de mon père, jusqu’à sa mort. Je ne l’ai pas connu, sinon dans des moments désagréables. Il était alcoolique, séducteur, ingérable et un grand artiste, comme me l’avait un jour confié Serge Reggiani, qui l’avait eu comme professeur de comédie à Bruxelles". "Ça ne m’a pas empêché de pleurer à ses funérailles". "Ce jour-là, j’étais le seul à avoir fait le déplacement. Pas une femme, pas un ami. La solitude absolue devant la mort. Je n’aimerais pas finir comme ça !".

Quand on pense que certains veulent fabriquer des enfants sans père.

Lire la suite de l'article