Archives par étiquette : pensée

Sur TV Libertés, les sources gnostiques de la pensée transhumaniste

L'émission Terre de missions de TV Libertés reçoit dimanche 10 juin

  • L'écrivain Philippe Bornet, auteur d'un "Marie à Paris". Ce petit livre présente les 28 fêtes mariales de l'année liturgique et les met en relation avec des églises de Paris, permettant au lecteur de découvrir à la fois la richesse doctrinale de la théologie mariale et la beauté architecturale de notre capitale.
  • Le Père Jean Boboc, docteur en médecine et prêtre de l'Eglise orthodoxe roumaine, évoque les dangers du transhumanisme, sur lequel il a publié une somme imposante, montrant notamment les sources gnostiques de la pensée transhumaniste.
  • Hubert de Kerangat, responsable marketing de Saje Productions, la maison de production et de diffusion de la communauté de l'Emmanuel, présente la comédie italienne, récemment parue en DVD en France: "Tout, mais pas ça", où un chirurgien athée s'oppose à un prêtre dynamique pour empêcher son fils d'entrer au séminaire…

Lire la suite de l'article

Publication de la synthèse des états généraux de la bioéthique du CCNE : Les citoyens discutent, mais la loi est déjà pensée

Réaction de la Fondation Jérôme Lejeune à la publication du rapport du CCNE :

Sstko"Le Conseil Consultatif National d’Ethique vient de  rendre public son rapport de synthèse de la consultation citoyenne des états généraux de la bioéthique. La Fondation Jérôme Lejeune félicite les citoyens et les associations qui ont fait valoir leur expertise dans le cadre de cette consultation.

La Fondation relève que le débat très médiatisé sur la « PMA pour toutes » a caché trois transgressions majeures portées par des groupes d’intérêts puissants qui ont eu largement la parole : 

  • La recherche sur l’embryon et sur les cellules souches embryonnaires. Il apparaît évident que le cadre législatif va continuer à dériver. La consultation citoyenne a permis à des scientifiques de formuler des revendications inquiétantes comme celle qui consiste à créer des embryons dédiés à la recherche.
  • La fin de vie. Les deux tiers du « Comité citoyen » sont pour une légalisation de l’euthanasie. En revanche, il faut noter qu’ « aucun consensus sociétal n’existe sur les questions du suicide assisté et de l’euthanasie, ni sur le site web, ni au cours des rencontres en région, ni au cours des auditions des associations », et qu’une « large et ferme opposition à ces pratiques a été entendu de la part des professionnels de santé et des sociétés savantes interrogées ».
  • La génomique en pré-conceptionnel. Aucun des membres du « Comité citoyen » n’est opposé au diagnostic pré-conceptionnel et 2/3 d’entre eux sont pour un accès à tous les futurs parents. 

Le « Comité citoyen » est

Lire la suite de l'article

Les tenants de la pensée unique refusent de débattre avec Defend Europe

Lire la suite de l'article

Pensée unique à l’ENA

Même le jury de l'Ena le dit, avec une petite référence à La Manif Pour Tous:

B_1_q_0_p_0"Dans son rapport sur les concours d’entrée 2017 à l’École nationale d’administration (ENA), le jury fustige les prises de position excessivement prudentes de nombreux candidats.

Manque d’engagement personnel, prudence excessive des candidats voire «frilosité» à s’attaquer aux sujets d’actualité: les rapports annuels du jury des concours d’entrée de l’ENA sont toujours cruels et 2017 ne dépare pas. Si le niveau des 813 candidats présents – pour 80 places – est considéré comme «bon voire très bon» pour les disciplines techniques comme les questions internationales ou les finances publiques, trop nombreux sont les aspirants énarques qui «récitent des fiches», utilisant tous les «mêmes formules», incapables de les justifier, comme cette phrase de Kissinger, «l’Europe, quel numéro de téléphone?», citée dans cinq copies.

Lorsque les prestations s’approchent plus d’un étalage de culture que d’un raisonnement, le jury s’agace. Confronté à d’abondantes références littéraires, historiques, ou cinématographiques, «souvent strictement identiques d’une copie à l’autre» lors des épreuves plus générales, il rappelle qu’il «ne s’agit en aucun cas de l’éblouir par des connaissances mais bien de lui donner à percevoir qui l’on est, pourquoi on présente ce concours».

Très souvent, les futurs techniciens de l’administration pensent plus à donner au jury «la bonne réponse supposée» qu’à la resituer dans un contexte et la nuancer. Ils ont ainsi presque tous considéré que la décision de la mairie de Paris de fermer à la circulation les voies sur berge

Lire la suite de l'article

Euthanasie : collusion entre les franc-maçons, la Libre pensée et l’ADMD

Il ne s'agit pas d'une théorie, mais d'une collusion publique, au travers d'un communiqué commun. Tout y est :  le rapprochement avec l'avortement, la PMA et la recherche sur l'embryon, la loi belge érigée comme modèles (malgré tous les abus), une demande de dépénalisation du meurtre (pas seulement un "droit" mais une "aide active")

"Les Associations soussignées : Fédération nationale de la Libre Pensée (FNLP), Conseil national des Associations Familiales (CNAFAL), Laïcité-LibertéAssociation pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD), Grande Loge Mixte de France (GLMF), Ligue du Droit International des Femmes(L.D.I.F),

Bandeau

Entendent donner leur point de vue dans le débat qui va s’ouvrir préalablement à la révision de la loi de bioéthique à propos de la revendication du droit de mourir dans la dignité.

La loi de Séparation des Eglises et de l’Etat du 9 décembre 1905 [mais pas de la séparation de la Franc-maçonnerie et de l'Etat, NDMJ] garantit la liberté de conscience à tous les citoyens et constitue la clé de voûte de l’ensemble des libertés individuelles conquises durant le dernier quart du dix-neuvième siècle pour achever le processus d’émancipation politique engagé pendant la Révolution française qui a notamment dépénalisé le suicide. Elle assure à chacun la faculté de croire ou de ne pas croire dans un cadre juridique où l’Etat est étranger à toute influence cléricale. Dans ces conditions, dans tous les domaines de la vie civile, la loi devrait permettre à chacun d’exercer pleinement cette liberté de conscience, notamment

Lire la suite de l'article

Crèche du conseil départemental de Vendée : rejet du pourvoi de la Libre Pensée

La Fédération de la Libre-Pensée de Vendée s'était pourvu devant le Conseil d'Etat, suite au jugement de la Cour administrative d’appel de Nantes, autorisant la crèche de la Nativité installée dans les locaux publics du conseil départemental.

Le Conseil d’Etat a rendu sa décision le 14 février :

Unknown-28"Ainsi, la loi du 9 décembre 1905, qui a pour objet d'assurer la neutralité des personnes publiques à l'égard des cultes, s'oppose à l'installation par celles-ci, dans un emplacement public, d'un signe ou emblème manifestant la reconnaissance d'un culte ou marquant une préférence religieuse. Elle ménage néanmoins des exceptions à cette interdiction. Est notamment réservée la possibilité pour les personnes publiques d'apposer de tels signes ou emblèmes dans un emplacement public à titre d'exposition. Une crèche de Noël est une représentation susceptible de revêtir une pluralité de significations. Il s'agit en effet d'une scène qui présente un caractère religieux, mais aussi d'un élément faisant partie des décorations et illustrations qui accompagnent traditionnellement les fêtes de fin d'année, sans signification religieuse particulière. Eu égard à cette pluralité de significations, l'installation d'une crèche de Noël, à titre temporaire, à l'initiative d'une personne publique, dans un emplacement public, n'est légalement possible que lorsqu'elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, sans exprimer la reconnaissance d'un culte ou marquer une préférence religieuse.

Pour apprécier si l'installation d'une crèche de Noël présente un caractère culturel, artistique ou festif, ou si elle exprime la reconnaissance d'un culte ou marque une préférence religieuse, il y a lieu de tenir compte non

Lire la suite de l'article

La libre pensée contre la croix à Ploermël et pour les “prières” de rue à Clichy

Une pensée vraiment libre? Argument bidon que de comparer les occupations statiques de rue qui troublent l'ordre public aux processions mobiles catholiques!

"Ces manifestations s’apparentent à des processions religieuses. La loi de 1905 prévoit donc que c’est la loi commune aux manifestations qui s’applique en la matière. Si « elles ne constituent pas un trouble manifeste à l’ordre public » selon les termes de la législation, elles sont autorisées comme toute manifestation sur la voie publique.

Il faut être bien bas du Front pour assimiler les prières de rue le vendredi après-midi à « l’occupation allemande » entre 1940 et 1944. Chacun sait que l’occupation nazie sous le Régime de Vichy ne durait que trois heures le vendredi après-midi !

Si la Mairie de Clichy s’entête dans cette démarche provocatrice et conflictuelle, les choses ne pourront que s’envenimer encore plus. Il faut revenir à la raison dans cette affaire".

Lire la suite de l'article

Ouverture de la 18e Fall conference, événement universitaire dédié à la pensée sociale catholique

Carter Snead, directeur du Center for Ethics and Culture de Notre Dame University et membre de l’académie pontificale pour la vie, ouvre la 18ème Fall conference, plus grand événement universitaire aux États Unis dédié à la pensée sociale catholique (où Guillaume de Thielloy, directeur du Salon beige, interviendra sur le thème "Le Parlement est-il capable de définir le bien et le mal?").

IMG_0926
Le thème de cette année « Through every human heart » (à travers chaque coeur humain) vient de la réflexion de Soljenitsyne dans l’Archipel du goulag : la frontière entre le bien et le mal passe dans le cœur de chaque homme et non entre les États.

2017_fc_ndcec_700x467

Lire la suite de l'article

Avortement : la police de la pensée veille et surveille (suite)

La police politique Sud-Ouest a encore frappé. Après le Lot-et-Garonne, voici Bayonne, où l'on dénie le droit à SOS-Tout-Petits de prier pour la vie :

0Il ne faudrait pas réveiller le débat qui n'a jamais eu lieu. Les gens seraient capables de se mettre à penser par eux-mêmes…

Lire la suite de l'article

Avortement : la police de la pensée veille et surveille

Lu dans Présent :

Unknown-6"Branle-bas de combat dans le Lot-et-Garonne : on a parlé avortement. Impensable ! Heureusement, le quotidien Sud-Ouest est là qui veille. Il a lancé les hostilités lundi 18 septembre à l’encontre du maire Les Républicains de Laroque-Timbaut avec un article au titre choc : IVG : Lionel Falcoz déraille. L’élu n’a pourtant pas remis en cause le sacro-saint « droit » de tuer son enfant mais a eu l’outrecuidance de poster, sur son compte Facebook, un lien vers un site pro-vie canadien, Campagne Québec-Vie. Avec ce commentaire laconique : « Pour faire réfléchir… » Le lien en question menant au témoignage d’une infirmière ayant travaillé en gynécologie : « J’ai d’horribles souvenirs du temps où j’étais au service de gynécologie où je participais à des avortements tardifs (…) où le fœtus se débattait et essayait de respirer pendant 5 à 15 minutes. Parce qu’il n’y a pas de loi ou de règle sur ce qu’on devrait faire avec un fœtus qui lutte pour vivre, vous laissez le fœtus mourir dans une cuvette ronde ou dans une bassine. »

Pour terrifiant qu’il soit, ce témoignage ne semble pas avoir ému le journaliste, bien plus chamboulé par ce qu’il considère comme une remise en cause de l’avortement. On a le droit à toute une ribambelle de citations visant à enfoncer le « réac » plus bas que terre – il ne remet pas en cause le « droit à l’IVG » pourtant – parce qu’il considère que la vie commence à la conception. […]"

L'élu a réagi longuement sur son compte Facebook :

"[…] La question

Lire la suite de l'article

Législatives – Ouanessa Boudra (SIEL) : “cette « droite » parlementaire démontre l’existence en son sein de courants de pensée incompatibles avec la notion de conservatisme”

Ouanessa Boudra, candidate SIEL dans la 2ème circonscription de Saône-et-Loire, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative pour la 2e circonscription de Saône et Loire sous les couleurs du SIEL. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

Ouanessa BoudraJ'ai adhéré au FN en 2010 et le quitte en 2016 pour rejoindre le SIEL déplorant que les problématiques identitaires et la défense de la famille soient évacués progressivement du programme tout comme la gestion autoritaire du parti. J'ai participé à « Oz ta Droite », le rendez-vous de Béziers les 27, 28 et 29 mai 2016 organisé par Robert Ménard où la nécessité du rassemblement de toutes les droites patriotes est apparue comme une évidence pour espérer un jour prendre les rennes de la France et connaître un véritable Printemps français. C'est à cette occasion que j'ai appris l'existence de ce jeune parti encore trop méconnu, le SIEL, en échangeant avec un de ses représentants, Monsieur Rousseau, responsable en Bretagne. J'ai donc rejoins ce mouvement, et son président Karim Ouchikh, qui m'ont séduite par leurs discours de vérité et leur courage à dénoncer la triste réalité du pays en proie à l'immigration massive, initiant un changement de population ou Grand Remplacement selon notre brillant écrivain Renaud Camus ; l'islamisation de la France, religion doublée d'une culture ou d'un modèle de société incompatible avec notre civilisation ; au diktat de l'Union Européenne malmenant la souveraineté nationale, orchestré par des technocrates apatrides non élus qui enferme la

Lire la suite de l'article