Archives par étiquette : payer

Payer pour visiter Notre-Dame de Paris ?

Stéphane Bern, chargé par le président de la République Emmanuel Macron d’une mission bénévole de six mois, pour établir une liste des monuments et des bâtiments en péril et identifier les trésors méconnus du patrimoine français, a eu une idée de génie : faire payer l'entrée des cathédrales… Ce qui nécessite de modifier la loi de 1905. Depuis la loi de spoliation de 1905, l’Etat est propriétaire des églises et c’est à lui d’entretenir les cathédrales (les églises sont à la charge des communes). Non seulement l'Etat a volé les biens de l'Eglise, mais maintenant il compte faire payer les visiteurs pour les entretenir.

La Conférence des évêques de France s'est opposée à ce projet :

Notre-dame-de-paris-file-d-attente"Les cathédrales érigées avant 1905 sont propriété de l’Etat tandis que l’Eglise catholique en est affectataire. La Loi de 1905 rappelle que, si l’État est propriétaire des lieux de culte, ceux-ci restent affectés au culte de façon permanente, totale et gratuite. La loi précise encore que « la visite des édifices et l’exposition des objets mobiliers classés seront publiques : elles ne pourront donner lieu à aucune taxe ni redevance » (art.17).

En outre, les cathédrales, alors même qu’elles font partie du patrimoine culturel de la France, sont avant tout des lieux de prière et de culte dont l’accès doit être libre. En notre époque de bruit et de tribulations, les cathédrales constituent des lieux de paix et d’intériorité, proposés à tous.

Rendre leur accès payant entamerait la dimension de gratuité que comporte la proposition

Lire la suite de l'article

Qui a dit : « Je m’oppose à l’usage de fonds publics pour payer l’avortement » ?

Marine Le Pen ? Non.

François Fillon ? Non.

Donald Trump, sur son site

  • « I oppose the use of government funds to pay for abortion ». « Je m’oppose à l’usage de fonds publics pour payer l’avortement ».
  • « The primary responsability of the federal government is to protect the rights of citizens. Life is the most fundamental right. » « la responsabilité première du gouvernement fédéral est de protéger les droits des citoyens. Le droit à la vie est le plus fondamental ».

Lire la suite de l'article

Les familles ne peuvent pas se payer le luxe de l’idéologie

Le nouvelle mouture du congé parental ne fait pas recette :

F"En effet, cette mesure insérée dans la politique familiale, n’a jamais été une incitation pour la famille, mais une nouvelle volonté de lutter contre « l’inégalité des sexes ». Avec une habitude désormais consommée, les élus du peuple français, s’enhardissent de lois fourre-tout, sans cohérence, ni interne, ni avec les autres lois pondues de la même façon.

Les textes de lois sont une mosaïque de sentimentalisme médiatique qu’il convient d’apaiser ou de contenter, de satisfactions lobbyistes, le tout cousu d’idéologie. En un mot notre arsenal législatif est un condensé d’opportunisme sans l’ombre d’une vision. Le nombre croissant de lois sans décret d’application ne fait que révéler la confusion et la non préparation de cette assemblage d’annonces.

C’est ainsi que les élus de la nation finissent par adopter des lois n’ayant aucun rapport avec le monde réel qui concerne ceux dont ils ont reçu délégation. Ils oublient du reste que la souveraineté ne leur appartient pas et se considèrent comme dépositaires de celle-ci, transformant le peuple souverain en clients électeurs.

Certes ces lignes ne font qu’enfiler des perles. Cependant, souligner l’incohérence des mesures mises en place renvoie à l’absence de vision d’ensemble. D’une part de telles mesures montrent, par leur inefficacité, qu’elles ne répondent pas aux besoins réels de la population. D’autre part, elles signent le divorce entre idéologie et réalité.

Peut-on lier la lutte pour l’égalité des sexes à une politique familiale ? Peut-on promouvoir la famille sans prendre acte de son

Lire la suite de l'article

Prorogation de l’état d’urgence : les politiques font payer à la nation quarante ans de démission

L'Assemblée nationale a voté ce matin la prolongation de 6 mois de l'état d'urgence. Le Figarovox interroge le professeur Guillaume Drago, professeur de Droit public à l'Université Panthéon-Assas (Paris II) et directeur du Centre d'études constitutionnelles et politiques, qui estime que nous possédons un arsenal juridique suffisant, mais qu'il manque la volonté de l'appliquer :

"Derrière le paradoxe de l'état d'urgence, se pose la question de la volonté politique. Les politiques font payer à la nation quarante ans de démission, à la fois éducative et sociale à l'échelle nationale. Ils font également payer à la nation une diplomatie hésitante, qui a conduit la France à des actions erratiques, notamment au Moyen-Orient, et qui a produit les effets en chaîne que nous subissons aujourd'hui. Cet ensemble d'abandons et d'égarements dépasse complètement le paradoxe de l'état d'urgence, qui n'est somme toute qu'une méthodologie primaire. La réponse concrète doit passer par une réponse pénale, qui existe déjà.[…]

La réponse, ce n'est pas la loi, mais l'action, la détermination et la définition d'une doctrine d'action. Disons-le clairement: tout existe déjà dans le dispositif législatif, comme on l'a vu d'ailleurs avec le dispositif sur la déchéance de nationalité ou l'état d'urgence. Ceux-ci n'avaient pas besoin d'être constitutionnalisés. Mais aujourd'hui, la volonté politique est manifestement faible, elle l'est même intrinsèquement parce qu'elle n'est pas soutenue par une doctrine et qu'elle est affaiblie par un certain nombre de dogmes idéologiques."[…]

Lire la suite de l'article

On lui brûle sa voiture; il doit payer l’enlèvement de l’épave

Manif-sa-saxo-brulee-le-futur-medecin-revolte_0Ce fait-divers en marge des manifs contre la "loi travail" en dit long sur la capacité de nuisance de petites frappes qui ont juste envie de casser et que personne ne contrôle, et surtout, ce qui est plus grave, sur la résignation des victimes :

"Gauthier est un étudiant tout en contrôle. Sa colère est aussi froide que retenue. L’interne en médecine de 26 ans a une bonne dose de self-control.

L’amertume lui colle à la peau comme l’odeur âcre des fumées dans lesquelles sa voiture a été incendiée, jeudi, en marge de la manifestation contre la Loi Travail.

« Ceux qui l’ont attaquée n’avaient rien de manifestants… Des casseurs, oui. Les plus jeunes devaient avoir 12 ou 13 ans et ne pas connaître un mot du projet de loi. »

Quand ils ont commencé à rôder autour de sa modeste Citroën Saxo, Gauthier soignait des patients au CHU. La scène s’est déroulée devant ses yeux, sous les fenêtres de son bureau. « J’ai voulu sortir vite mais j’ai été ralenti par les agents de sécurité qui surveillaient les allées et venues, car des perturbateurs ont tenté de pénétrer dans l’hôpital. »

Remorquage… à sa charge !Quelques secondes suffisent au groupe de vandales, masqués, encagoulés, gantés, pour retourner sa légère voiture et la pousser contre des poubelles en feu, où elle s’embrase.

« Ils étaient nombreux à filmer autour avec leurs téléphones portables, raconte-t-il, écoeuré. Quand les pompiers sont arrivés, ils ont même été caillassés… Les policiers ne sont pas intervenus. Je ne les blâme pas. Ils ont fait ce qu’ils pouvaient. »

Après le coup de chaud, vient l’heure des tracas et déconvenues.Déposer plainte

Lire la suite de l'article

Payer la Turquie pour qu’elle contienne les migrants puis l’admettre dans l’UE ?

Quelle incohérence :

Unknown-22"Les dirigeants de l'UE soumettront aujourd'hui au premier ministre turc une série de propositions pour obtenir d'Ankara son soutien afin d'endiguer le flux des réfugiés. Les contreparties promises – sur les visas et les perspectives d'adhésion à l'UE – pourraient être amoindries.

[…] La fin de visas imposés aux Turcs qui viennent en Europe pour moins de 90 jours reste officiellement programmée pour la fin juin. Mais elle est désormais strictement liée au respect d'une longue série de préalables techniques et politiques qu'Ankara à peu de chance de remplir dans les quatre mois. «Tous devront être respectés», insiste François Hollande.

Pour le président Recep Tayyip Erdogan, une autre question d'amour-propre est la relance de la procédure d'adhesion à l'UE, en panne depuis plusieurs années. L'Europe agite le scénario d'un déblocage depuis plusieurs mois. Mais il suscite de sérieuses objections. Chypre redoute que l'intrusion turque dans le jeu européen, même indirecte, pèse rapidement sur son avenir. Le président Nicos Anastasiades a confirmé cette nuit qu'il pourrait opposer son véto au pacte Merkel-Davutoglu tout entier."

Lire la suite de l'article

Le Danemark va-t-il faire payer leur séjour aux migrants ?

Sipa_ap21790032_000008Cette idée, qui avait vu le jour en décembre, consisterait à confisquer certains biens de valeur des immigrants au Danemark afin de financer leur séjour sur le sol danois. Le projet de loi doit être débattu au parlement aujourd'hui. La majorité parlementaire devrait être acquise au texte grâce à un accord entre le gouvernement et le principal parti d'opposition.

Ce projet de loi vise à décourager les demandeurs d’asile à venir au Danemark.

"Le texte prévoit de donner aux policiers la possibilité de "saisir des biens que les demandeurs d'asile apportent avec eux afin de couvrir leurs besoins en alimentation et en hébergement". A quelle hauteur, les biens seraient-ils confisqués ? Le montant a été fixé à 10.000 couronnes danoises, soit environ 1.340 euros. Les objets utiles comme les téléphones mobiles ou les biens d'une valeur sentimentale comme les bagues de mariage sont exclus de la mesure. Dans le projet initial, il était question d’un montant de 3.000 couronnes et d'une exemption des bijoux saisis, sauf ceux d'"une grande valeur économique"."

Le projet de loi sera soumis au vote le 26 janvier.

Lire la suite de l'article

Orange condamné à payer 350 M€ pour entrave à la concurrence

L'Autorité de la concurrence a infligé une sévère amende à l'opérateur téléphonique Orange pour avoir usé abusivement de sa position dominante afin de mettre en place un système permettant de proposer aux entreprises des offres mobiles destinées aux entreprises tout en évinçant celles proposées par la concurrence. 

La concurrence déloyale est une habitude chez Orange. Dernièrement, le PDG d'Orange a souhaité la création d'une fondation dotée de 1 milliards d'euros pour lutter contre le FN. Les Français sont certainement satisfaits de voir tout cet argent dépensé pour des buts politiciens alors que beaucoup ont des difficultés pour boucler leurs fins de mois.

Lire la suite de l'article

L’Etat veillera nos morts : nous n’aurons plus qu’à payer

Christian_de_cacqueray_okA la veille du Jour des Morts, Atlantico interroge Christian de Cacqueray, directeur du Service Catholique des funérailles qu’il a créé en 2000 à la demande du Cardinal Jean-Marie Lustiger. Il revient sur le projet de la loi Santé, en particulier sur cette disposition qui semble n'éveiller d'écho nulle part, et qui est pourtant une restriction supplémentaire de nos libertés, ainsi qu'une ingérence de plus de l'Etat dans l'intimité des familles : l'interdiction de la pratique des soins de conservation sur le corps des défunts morts à leur domicile.

[…] "Cette réforme aura pour conséquence de pénaliser la pratique de la veille du défunt à domicile, qui concerne environ 50 000 personnes par an.

En effet, sous couvert d’encadrer cette activité, le gouvernement s’apprête à entraver une liberté essentielle, celle du choix des rites funéraires.

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, nous assistons en France à un nivellement généralisé des pratiques funéraires au profit des lieux techniques d’hyperconcentration de la mort que son les funérariums et les crématoriums. Dans ce contexte, la veillée autour du défunt dans le cadre domestique constitue une richesse rituelle à préserver et non pas à entraver.

Pour quelles raisons le gouvernement a-t-il introduit une telle disposition dans ce projet de loi "Santé" et pour quelle raison n'en a-t-on pour l'instant pas entendu parler ?

À l'origine du projet  il y a le fait que certaines maladies virales entraînent, lorsque le défunt en a été atteint, l'interdiction de la pratique des soins en question. Cet

Lire la suite de l'article

Le TGI de Nantes fait payer le contribuable pour la GPA

Communiqué de La Manif Pour Tous :

"Dans une décision rendue hier, le TGI (tribunal de grande instance) de Nantes a validé une nouvelle fois la retranscription à l'état civil français d'actes de naissance d'enfants nés de gestation pour autrui à l'étranger. « Pourtant, la pratique des mères porteuses est interdite par la loi française » rappelle Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous. Confronté à des couples ayant agi à l’encontre de la loi française, le TGI a non seulement validé la GPA par cette décision mais il même été jusqu'à octroyer 1000 euros de dédommagement aux couples concernés ! « C’est donc le contribuable qui est mis à contribution pour financer les auteurs d’un délit grave qui consiste à exploiter la femme et réduire l’enfant au rang d’un simple produit que l’on peut acquérir. C’est invraisemblable ! » poursuit-elle.

La Manif Pour Tous constate et déplore qu’il n’est malheureusement pas possible de connaître les détails de cette affaire : il est impossible de savoir ce qu'il en est de la réalité de la filiation entre ces enfants nés de GPA et les couples demandeurs de ces retranscriptions à l'état civil français. Cette information manquante est pourtant essentielle : comme le précisait lui-même l'arrêt de la Cour de cassation, il n'est pas envisageable d'inscrire une filiation qui n'existe pas à l'état civil. Autrement dit, le TGI ne peut s’appuyer sur la décision de la Cour de Cassation que si et seulement si la mère, c’est à dire celle qui a

Lire la suite de l'article