Archives par étiquette : patrimoine

Reportage sur le patrimoine religieux catalan

Mercredi 1er novembre à 20 h 55 sur France 3 dans le cadre de l’émission des Racines et des Ailes, sera diffusé un reportage sur le patrimoine religieux catalan, avec notamment l’abbaye romane de Saint Martin du Canigou (X-XIIe siècles).

Le reportage continue avec la description des somptueux  retables baroques. Le monumental retable Saint-Pierre des Prades réalisé entre 1696 et 1699 par Joseph Sunyer puis la découverte de l’église d’Espira de Conflent véritable conservatoire de l’art baroque avec notamment la fameuse Série des 7 Sacrements de Nicolas Poussin réalisée dans le bois.

Enfin le dossier se termine par le chef d’œuvre du baroque catalan : le Camaril (ou chambre de la Vierge Marie) à l’Ermitage de Font-Romeu.

Lire la suite de l'article

Jacques Brel et le 25e anniversaire de l’inscription de la cathédrale de Bourges au patrimoine de l’UNESCO

Cet anniversaire s'est traduit, entre autres, par un "concert" à la cathédrale, récital d'orgue à partir de chansons de Jacques Brel. Quel que soit le jugement que l'on porte sur le chanteur, on peut estimer déplacé qu'une cathédrale serve de salle de concert de musique profane. Un grand écran cachait l'autel tandis que le Saint Sacrement était relégué dans une petite chapelle latérale. Et le curé de la cathédrale a considéré que ce concert était un "grand moment de la vie de la cathédrale".

Cathédrale_de_Bourges_Brel__001[1]

Par ailleurs, Monseigneur Maillard, archevêque de Bourges a donné un entretien au journal local à l'occasion du 25e anniversaire de l'inscription de la cathédrale de Bourges au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le moins qu'on puisse dire, si la transcription des propos de Mgr Maillard est correcte, est la pauvreté de la réponse à la question du rôle de la cathédrale aujourd'hui. Réduire une cathédrale à "un lieu de rassemblement du diocèse dans les grands événements de l'histoire de l'Eglise et de la société" est méconnaître que la cathédrale est essentiellement et avant tout une église, c'est-à-dire un édifice consacré où les catholiques se réunissent pour la célébration du sacrifice du corps et du sang de Jésus Christ présent sous les espèces du pain et du vin.

Cathédrale_de_Bourges_Brel__002[1] Cathédrale_de_Bourges_Brel__003[1]

 

Lire la suite de l'article

Ile de France : Le budget régional consacré à la rénovation du patrimoine doit passer de 5 à 9 millions

Trinite_2-r270Amélioration en vue pour les églises de la région Ile de France. Lundi, la présidente LR de la région Valérie Pécresse a présenté une série de mesures en faveur du petit patrimoine francilien. Près de 4000 monuments protégés, dont quelques grands châteaux ou abbayes, existent en Île-de-France. En 2018, le budget global consacré au patrimoine passera de 5 à 9 millions d'euros. Les dispositifs d'aide à la restauration de monuments vont être simplifiés, deux aides prenant le pas sur les sept préexistantes. Une aide spécifique sera par ailleurs accessible pour le mobilier. Un nouveau «label patrimoine d'intérêt régional», octroyé par la région permettra aux bénéficiaires de toucher ces aides.

Mais neuf millions d'euros sont une goutte d'eau pour les besoins. La région va s'appuyer sur la Fondation du patrimoine, un organisme privé indépendant avec lequel elle a signé une convention. Afin d'encourager le mécénat des particuliers et des entreprises, chaque euro collecté par la Fondation pour du patrimoine francilien sera abondé d'un euro par la région, dans la limite de quinze mille euros par projet.

Pour voir l'état des églises parisiennes, c'est par ici.

Lire la suite de l'article

Terres de Mission : Le patrimoine religieux français ? Exceptionnel

Au sommaire de l'émission de TV Libertés :

  • Eglise universelle : 25 % des ordinations de Français selon la forme extraordinaire du rite romain
  • Eglise en France : du nouveau sur les catéchismes diocésains
  • Eglise en Marche : les pèlerinages de France

Lire la suite de l'article

Ils préfèrent conserver leur patrimoine et leurs intérêts économiques plutôt que de défendre la France

Le philosophe Thibaud Collin répond à l’éditorial d’Alexis Brézet, patron du Figaro :

Lefigaro-cover-24-04-17"Comment comprendre que quelqu’un qui a tenu une ligne si courageuse sur les questions dites « sociétales » notamment au moment de la loi Taubira, appelle à voter Macron, chantre de la PMA pour toutes et mol adversaire de la GPA, comme l’a rappelé l’autre jour Sylviane Agazinski dans ce même journal ? Comment peut-il refuser de voir que ce deuxième tour pose une question de civilisation et non pas d’abord de simple politique économique ? Ai-je mal lu ?

Les noces du Figaro

Je relis : « Bien sûr, entre la grippe et le choléra, entre la poursuite du déclin hollandais et la catastrophe immédiate – politique, sociale et financière – que serait une sortie unilatérale de l’euro, le choix va de soi. Le projet économique de Marine Le Pen est suffisamment insensé pour dissuader de voter pour elle quiconque serait tenté de le faire pour d’autres raisons.» Alexis Brézet étant certainement un homme d’honneur, doué d’honnêteté intellectuelle, il ne peut être déterminé par des intérêts de carrière. Alors, comment comprendre ce qui m’apparaît être une grave incohérence intellectuelle et morale ? Je continue à chercher. Est-il attaché à ce point à François Fillon qu’il veuille suivre à tout prix sa consigne de vote ?

Alexis Brézet tance pourtant sans ménagement le candidat défait qui s’est révélé, somme toute, un vrai chiraquien en appelant à voter pour son adversaire encore hier honni: « Ne nous y trompons pas : un homme a perdu, victime de ses

Lire la suite de l'article

Une enquête demandée sur le patrimoine d’Emmanuel Macron

Lu ici

"Le patrimoine de Macron n’en finit pas de faire couler de l’encre et des sueurs froides. Après l’article sur l’étrange indulgence fiscale dont l’ancien ministre de l’Économie bénéficie, l’IREF décide de saisir directement le Parquet sur une déclaration de patrimoine qui soulève décidément beaucoup de questions.

L’IREF est un think tank libéral conservateur très en pointe sur les questions de protection sociale et de dépenses publiques. Sans entrer dans les détails, on pourrait même dire que l’IREF est attaché à l’étude de fond des dossiers au détriment d’une médiatisation extrême qui tourne régulièrement sur les mêmes rengaines.

On retrouvera ici l’intégralité de la lettre écrite par l’IREF au Parquet" (suite).

Commentaires (5)

Le ministre du budget des apôtres , celui qui tenait le cordon de la bourse ne s'appelait il pas Judas ?

Rédigé par : paul | 10 avr 2017 16:30:07
____________________________________

Macron a beau jeu de clamer que le Trésor Public sait tout sur lui : on ne déclare ses stocks-options qu'une fois la vente réalisée !

Et on remarquera justement que sa réformes sur l'ISF qui ne prend en compte que le patrimoine immobilier pourrait bien lui être très favorable si jamais il empoche un beau paquet lors d'une vente future de titres qui auront bien grimpé…

…. Sinon je ne vois pas pourquoi sa Brigitte s'accrocherait à quelqu'un d'aussi endetté ! lol !!!!

Rédigé par : jejomau | 10 avr 2017 18:12:48
____________________________________

Allez, encore un effort, et la vérité éclatera

Lire la suite de l'article

Macron a gagné près de 2 500 € par jour pendant 3 ans mais déclare un patrimoine net de 156 160 €…

Lu sur Boulevard Voltaire :

"La presse a beau mener une campagne acharnée en faveur d’Emmanuel Macron, la question de son patrimoine et de la manière dont le candidat des milieux d’affaires et des banques gère son argent pourrait presque faire passer l’affaire Fillon pour une contravention de stationnement.

L’ancien ministre, né en 1978, a touché des revenus de fonctionnaire jusqu’à son embauche par la banque Rothschild en 2010. Il a donc nécessairement été contraint de mener un train de vie conforme à des revenus normaux. Cela ne l’a pas empêché d’acheter, en 2007, un appartement pour un million d’euros, totalement hors de proportion avec ses revenus, financés par l’emprunt auprès d’une banque (900.000 €) mais également auprès d’un ami suffisamment clairvoyant pour savoir qu’il serait embauché quatre ans plus tard dans une banque où il gagnerait plus d’un million d’euros par an… Selon l’IREF (Institut de recherches économiques et fiscales ), « monsieur Macron a gagné 2 748 065 € chez Rothschild entre 2010 et 2012. Lors de l’entrée en vigueur de la loi sur la transparence, il déclare, le 24 octobre 2014, à la Haute Autorité un patrimoine net de moins de 156.160 € ».

Explications embrouillées du candidat : « Comme banquier d’affaires, j’avais le statut d’indépendant. J’ai donc payé, sur le montant brut de ma rémunération, des cotisations sociales patronales, salariales, puis l’impôt sur le revenu. Ces cotisations ont augmenté et frappé mon dernier revenu de référence, au point que je ne gagnais plus

Lire la suite de l'article

Les crèches et les sapins de Noël font partie du patrimoine charnel de la France

Dans une tribune publiée dans Le Figaro, Marion Maréchal Le Pen explique que Marine Le Pen veut faire de la protection et de la promotion du patrimoine une obligation constitutionnelle. Extraits :

Capture d’écran 2017-03-31 à 07.20.01"[…] En développant son projet culturel à l'ombre des pierres du Mont-Saint-Michel et de l'abbaye de Conques, Marine Le Pen invite dans la campagne l'idée charnelle de Nation. […] Avec ce projet, nous perpétuons le pacte national, celui de la possession en commun de nos morts, de leurs rêves, de leurs espoirs et de leurs prouesses. Voilà qui nous différencie de nos adversaires, ceux qui ne croient plus en la France. […] Nous aimons la France car elle nous permet de vivre dignement mais aussi de nous extasier devant la majesté d'un château de la Renaissance, la solennité d'une cathédrale gothique ou la pureté d'un pont romain. Les nouveaux vandales, qui colonisent nos ministères depuis quarante ans, veulent faire oublier la «culture de France» au profit d'une «culture en France»! 

Leur vision d'une France désincarnée les a conduits, fausse droite et vraie gauche, à organiser l'amnésie historique de nos enfants. Ils s'en sont pris à notre patrimoine immatériel: en distillant la honte de nos ancêtres dans nos esprits, en refusant de transmettre le récit national à l'École, en privant les enfants d'une bonne maîtrise de leur langue ou en l'abandonnant au profit du «globish». Puis ils se sont attaqués à notre patrimoine matériel en laissant s'effondrer la pierre et les tuiles. Toutes les composantes de notre identité nationale ont été

Lire la suite de l'article

Patrimoine de Macron : Circulez ! Il n’y a rien à voir…

Mais puisque le haute autorité indépendante vous le dit :

"La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), qui avait été saisie par Anticor, n'a pas décelé d'éléments problématiques dans la déclaration de patrimoine d'Emmanuel Macron, selon un courrier rendu public aujourd'hui par l'association.

"Les contrôles mis en oeuvre par la Haute autorité (…) n'ont révélé aucun élément de nature à remettre en cause le caractère exhaustif, exact et sincère de la déclaration" du candidat à la présidentielle, a écrit le président de cette instance indépendante, Jean-Louis Nadal.

L'association s'était interrogée mi-mars sur un "manque de cohérence entre les revenus et le patrimoine déclarés" par le leader d'En Marche!. Dans sa déclaration d'intérêts signée le 24 octobre 2014, Emmanuel Macron indiquait avoir perçu, comme banquier à la banque Rothschild puis comme secrétaire général adjoint à la présidence de la République, "3,3 millions d'euros de revenus avant impôts", de 2009 jusqu'à son entrée au gouvernement comme ministre de l'Economie en août 2014, avait relevé Anticor.

Or dans sa déclaration de patrimoine, signée le même jour et contrôlée par la HATVP, Macron avait fait état d'un patrimoine de "1,2 million d'euros et d'un endettement de 1 million d'euros", "soit un patrimoine net de seulement 200.000 euros", de quoi susciter des "interrogations" selon Anticor. Emmanuel Macron s'est déjà expliqué sur cette différence entre patrimoine déclaré et revenus perçus, pointant son "statut d'indépendant" lorsqu'il était banquier d'affaires, avec un haut niveau

Lire la suite de l'article

Un CD pour découvrir le patrimoine musical et les polyphonies des chrétiens d’Orient

Capture d’écran 2016-09-27 à 07.07.20SOS Chrétiens d'Orient a édité un CD souvenir de la Tournée française de la chorale Coeur-Joie, organisée par SOS. Le CD contient 14 chants d'espérance qui permettent de découvrir le patrimoine musical et les polyphonies des chrétiens d'Orient. Les chants entendus ont été enregistrés lors de la tournée

Les bénéfices récoltés par la vente de ce CD serviront à financer la reconstruction de la cathédrale grecque-melkite catholique de Homs.

Prix du CD : 15€

Le CD est également disponible par commande postale à l'adresse suivante Adresse de SOS 16 av de Trudaine 75009 Paris

Lire la suite de l'article

Empêcher, par tous moyens, la disparition de notre patrimoine religieux

Comme annoncé, Karim Ouchikh, président du Siel (Souveraineté, Identité et Libertés), vient de créer SOS Eglises de France. Il explique à Minute :

Unknown-4"Notre patrimoine chrétien ne cesse de se dégrader sous nos yeux et nos pouvoirs publics opposent à cette terrible réalité une indifférence coupable. En revanche, j’observe avec bonheur la mobilisation de centaines d’associations qui s’activent sur le terrain pour sauver ici une église, là une chapelle. SOS Eglises de France entend servir de caisse de résonance à toutes ces initiatives locales et se propose surtout d’agir avec énergie auprès des élus pour empêcher, par tous moyens, la disparition programmée de notre patrimoine religieux.

N’oublions jamais que nos édifices chrétiens sont partie intégrante de notre héritage national : sauver nos églises, c’est aussi préserver l’âme de la France ! Il en va à coup sûr de notre modèle de civilisation. Je me place ainsi clairement dans le sillage idéologique de Maurice Barrès qui, déjà en 1913, dénonçait l’état déplorable du patrimoine religieux fran- çais dans son célèbre pamphlet, La Grande Pitié des églises de France.

SOS Eglises de France assumera donc un rôle clairement politique – au sens noble du terme –, ce qui la distinguera sans doute des autres associations nationales de protection du patrimoine qui œuvrent davantage dans un registre culturel stricto sensu. […]

Tout défaut d’entretien d’un édifice cultuel, imputable à l’Etat, aux communes ou aux diocèses, sera ainsi dénoncé dans le cadre d’une guérilla juridico-médiatique qui permettra de peser sur l’opinion publique locale et nationale.

Lire la suite de l'article