Archives par étiquette : parlementaire

Un rapport parlementaire envisage de supprimer le quotient familial

722126Les députés Guillaume Chiche (LREM – photo) et Gilles Lurton (LR) doivent remettre mercredi leur rapport sur les allocations familiales, commandé par la Commission des affaires sociales. Les conclusions du projet de rapport sont, en l’état, explosives. La principale proposition vise à simplifier la politique familiale qui comporte près d’une trentaine d’aides de différente nature, allocations diverses ou avantages à l’impôt sur le revenu.

Et le quotient familial pourrait être supprimé pour être « fusionné » avec les allocations familiales. La baisse d’impôt sur le revenu pour les ménages comptant des enfants à charge (12,02 milliards d’euros bénéficiant à 7,8 millions de foyers, selon les estimations pour 2015) serait redistribuée sous forme d’allocations. Mais les plus aisés ne récupéreraient pas l’intégralité de l’avantage fiscal perdu, qui serait davantage fléché vers les populations les plus modestes.

Ce rapport s'inscrit dans la continuité des politiques des précédents gouvernements, qui ont déjà largement limité les effets du quotient familial, en plafonnant l’avantage qu’il procure à 2000 euros par demi-part au lieu de 2 336 euros, sous Nicolas Sarkozy, puis 1 500 euros sous François Hollande.

Initialement, Guillaume Chiche voulait surtout revenir sur l’universalité des allocations familiales, qui conduit à verser la même somme aux familles ayant des enfants, quel que soit leur niveau de revenus. Un principe déjà largement écorné lors du quinquennat précédent, avec la modulation des allocations selon les revenus.

Interrogé par l’Opinion en janvier, Guillaume Chiche, se montrait favorable à la fin de l’universalité des allocations

Lire la suite de l'article

Un hagiographe d’Emmanuel Macron à la tête de La Chaine Parlementaire

Http---o.aolcdn.com-hss-storage-midas-6aaf1bcba67e05c79206355fcbb1da15-206212932-delais.pngSur proposition du président de l'Assemblée nationale, Bertrand Delais a été élu pour un mandat de trois ans à la tête de LCP-AN. Seuls les députés LREM ont voté pour, toutes les autres formations politiques ont voté contre. Le patron des députés socialistes, Olivier Faure, estime :

"Ce n'est plus La Republique en marche, c’est une marche consulaire".

Sur Twitter, Marine Le Pen moque "un macroniste béat et un militant anti-FN".

Bertrand Delais a rédigé des billets de blog entre juin 2017 et janvier 2018. Sans équivoque :

"Emmanuel Macron a compris qu'il fallait renouer avec une sorte 'd'anti com' pour cesser de discréditer la fonction politique." (11 juin 2017)

"Son fameux 'en même temps' (…) fait de son mouvement quelque chose de profondément ancré dans notre histoire." (17 juin 2017)

"Il renoue avec les militaires égarés en politique qui faisaient valoir une réussite de terrain, de Bonaparte à De Gaulle." (17 juin 2017)

"Un homme seul, dépourvu de schémas idéologiques mais pas sans conviction : voilà qui pourrait définir la démarche d'Emmanuel Macron." (17 juin 2017)

"Un homme libre et qui incarne à lui seul une rupture avec le cynisme de l'époque." (17 juin 2017)

"Apparaître comme l'homme providentiel était la première condition [pour accéder au pouvoir]. (…) Emmanuel Macron a réussi brillamment cette tentative." (25 juin 2017)

Il s'est imposé dans la fonction avec une certaine flamboyance. 25 juin 2017

"Emmanuel Macron régénère la Ve République." (7 juillet 2017)

"La force d'Emmanuel Macron est de vouloir croire à la pérennité de

Lire la suite de l'article

Levée d’immunité parlementaire pour des commentaires laissés sur Facebook

Capture d’écran 2018-02-06 à 18.12.38Steeve Briois, député du Front national au Parlement européen, qui fait l'objet d'une plainte pour « injures publiques envers un particulier ». Le Parlement européen a levé (à mains levées) son immunité parlementaire.

Un des conseillers municipaux de Hénin-Beaumont, dont Steeve Briois est le maire, lui reproche d’avoir laissé sur page Facebook des commentaires jugés injurieux. C’est le même conseiller, qui lui reprochait l’installation d’une crèche dans la mairie.

Steve Briois déplore :

« La justice française se ridiculise : on demande la levée de mon immunité pour des commentaires sur un Facebook dont je ne suis ni le rédacteur ni le directeur de la publication ». « Je vais évidemment gagner ce procès, mais on voit la priorité de la ministre de la Justice qui ferait mieux de s'occuper de l'explosion de l'insécurité dans notre pays. »

Lire la suite de l'article

Suivez la journée parlementaire pour la vie

Rappel du programme :

6a00d83451619c69e201b7c93d3026970b

1ère table ronde :

 

2e table ronde :

Les évolutions bioéthiques de l'année écoulée

Lire la suite de l'article

Un sénateur LR prend la présidence de la Fraternelle parlementaire

En mars 2013, Christophe-André Frassa avait voté la loi Taubira en commission, puis 'a voté contre en séance. S'il est favorable à la dénaturation du mariage, il déclarait à l'époque qu'il craignait la PMA et la GPA…

En août 2013, il s'était rendu en Corée du Nord pour y célébrer l'anniversaire de l'armistice…

Franc maçon, il a été initié en 2002 au sein de la Loge parisienne Téthys, appartenant au Grand Orient de France. La Fraternelle parlementaire réunit 410 membres de toutes obédiences dont 150 députés et sénateurs. On attend encore les noms de ces membres.

FPour la présidence LR, il soutient Laurent Wauquiez.

Lire la suite de l'article

L’immunité parlementaire du député Gilbert Collard a été levée

Quel crime a donc commis le député apparenté FN ? Aurait-il assommé l'un de ses confrères à coups de casque de scooter ? Pire que ça :

L'affaire remonte à décembre 2015, quand l'animateur Jean-Jacques Bourdin avait évoqué sur BFMTV une "communauté d'esprit" entre deux formes de repli identitaire : la montée du FN et celle du jihadisme. Le député Rassemblement bleu Marine du Gard avait ensuite répondu sur le réseau social, en postant la photo d'une exécution, accompagnée du commentaire : "Bourdin compare le FN à Daech : le poids des mots et le choc des bobos !"

Gilbert Collard assure que le bureau de l'Assemblée nationale est "ridicule" et l'avocat se réjouit d'avance :

"Je vais enfin démontrer publiquement les mécanismes de vengeance politico-judiciaire car je vais leur faire un procès. Je citerai Cazeneuve, de Rugy et le président de la Commission, ils vont voir ce qu'est un vrai procès."

Commentaires (2)

Cela promet ! Ne lâchez rien monsieur.

Rédigé par : Antoine de Lisbonne | 27 sep 2017 15:25:39
____________________________________

Chouette !

Rédigé par : mouette | 27 sep 2017 15:35:57
____________________________________

Lire la suite de l'article

Le député non inscrit est un parlementaire de seconde zone

D'Authueil :

"Le député LRM, M'Jid El Guerrab a choisi de quitter son groupe parlementaire, et de siéger parmi les non inscrits, après sa mise en examen pour violences aggravées. Cela entraine plusieurs conséquences, à commencer par un changement de commission. Alors qu'il était aux Finances, voilà qu'il se retrouve à la Défense.

Les places en commission sont attribuées aux groupes parlementaires, qui les répartissent entre leurs membres. Quitter son groupe revient à perdre sa place en commission. Mais comme tout député doit obligatoirement être membre d'une commission permanente (il y en a 8), les services de l'Assemblée lui attribuent une autre commission. Cette réattribution est une loterie, qui repose sur des clés de répartition très compliquées, car jouant sur les équilibres numériques entre les groupes, afin de permettre une répartition équitable. Les députés non-inscrits se retrouvent avec les restes, et prennent ce qu'on leur donne. Ni Richard Ferrand, président du groupe LREM, et encore moins le gouvernement, n'ont eu un quelconque pouvoir de décision sur l'attribution d'une place en commission de la Défense à M'jid El Guerrab.

C'est clairement moins avantageux pour lui. La commission des Finances est sans doute la plus intéressante pour un député, car tous les projets, à un moment donné, passent par la case "budget". Cette commission voit donc tout passer. Elle est dotée d'importants moyens de contrôle (que les députés sous-utilisent, mais c'est un autre problème). Tous les ans, elle a un gros boulot à la rentrée avec le budget. A l'inverse, la

Lire la suite de l'article

Jacques Bompard ouvert à la main tendue de Marine Le Pen en vue de constituer un groupe parlementaire

Lu ici :

Avec huit députés FN, "nous n'avons pas de groupe aujourd'hui, rien ne dit que nous n'en aurons pas demain (…). Je ne perds pas de vue cet objectif de pouvoir au cours des prochains mois constituer un groupe à l'Assemblée nationale qui puisse être un groupe où nous nous entendions sur deux, trois lignes principales, tout en conservant chacun notre indépendance et sa spécificité" a expliqué Marine Le Pen, entourée de plusieurs nouveaux élus FN. Il faut 15 députés pour constituer un groupe à l'Assemblée.

En attendant la réponse de Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Bompard aurait déclaré au Figaro qu'il n'y serait pas opposé :

 

 Louis Aliot est sur la même longueur d'onde :

"J'ai vu que Nicolas Dupont-Aignan est élu, j'ai vu qu'il y avait des députés indépendants, je ne les connais pas, je ne sais pas qui ils sont, on verra bien comment tout cela se passe", a déclaré le député des Pyrénées-Orientales sur RTL. "Sait-on jamais, peut-être que d'ici là un groupe se formera", a-t-il affirmé.

"Après tout, il suffit de s'entendre sur un projet d'opposition, il n'y a aucune raison que nous ne nous associions pas avec d'autres personnalités pour former un groupe", a ajouté le vice-président du FN. "Y compris avec des Républicains et des

Lire la suite de l'article

Avec une abstention massive, la majorité parlementaire issue des urnes vides reflète plus un succès par défaut

Communiqué du Parti de la France :

"Le Parti de la France constate qu’avec une abstention massive et historique de l’électorat, la majorité parlementaire issue des urnes vides reflète plus un succès par défaut et une grande illusion électorale qu’une réelle victoire politique pour le parti du président.

L’absence d’un groupe parlementaire pour le Front National et le fossé entre les espoirs affichés et le résultat sont le fruit d’une campagne qui a transformé un boulevard électoral en chemin de traverse… Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre la voix d’une véritable droite nationale, économiquement crédible et fière de ses valeurs. C’est la mission politique du Parti de la France.

Dès l'automne, le PdF publiera un manifeste détaillant nos mesures pour le redressement de la France. Un livre d'entretiens avec Carl Lang sera édité afin d'indiquer quelles sont nos grandes orientations et ce que seront notre stratégie d’action et nos objectifs. Une nouvelle politique de communication sera mise en œuvre (refonte du site internet, page Facebook officielle, multiplication des vidéos thématiques, présence accrue sur les réseaux sociaux). Une grande campagne de recrutement sera lancée parallèlement à la mise en place d’un institut de formation des cadres et des militants. Nous allons construire une force politique et militante de résistance nationale. Face à la submersion migratoire, à l'islamisation de notre société, au déclin économique et social, à l’insécurité et à l’abandon de nos valeurs de civilisation, le Parti de la France a, plus que jamais, vocation à être la

Lire la suite de l'article

Législatives – Ouanessa Boudra (SIEL) : “cette « droite » parlementaire démontre l’existence en son sein de courants de pensée incompatibles avec la notion de conservatisme”

Ouanessa Boudra, candidate SIEL dans la 2ème circonscription de Saône-et-Loire, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l'élection législative pour la 2e circonscription de Saône et Loire sous les couleurs du SIEL. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

Ouanessa BoudraJ'ai adhéré au FN en 2010 et le quitte en 2016 pour rejoindre le SIEL déplorant que les problématiques identitaires et la défense de la famille soient évacués progressivement du programme tout comme la gestion autoritaire du parti. J'ai participé à « Oz ta Droite », le rendez-vous de Béziers les 27, 28 et 29 mai 2016 organisé par Robert Ménard où la nécessité du rassemblement de toutes les droites patriotes est apparue comme une évidence pour espérer un jour prendre les rennes de la France et connaître un véritable Printemps français. C'est à cette occasion que j'ai appris l'existence de ce jeune parti encore trop méconnu, le SIEL, en échangeant avec un de ses représentants, Monsieur Rousseau, responsable en Bretagne. J'ai donc rejoins ce mouvement, et son président Karim Ouchikh, qui m'ont séduite par leurs discours de vérité et leur courage à dénoncer la triste réalité du pays en proie à l'immigration massive, initiant un changement de population ou Grand Remplacement selon notre brillant écrivain Renaud Camus ; l'islamisation de la France, religion doublée d'une culture ou d'un modèle de société incompatible avec notre civilisation ; au diktat de l'Union Européenne malmenant la souveraineté nationale, orchestré par des technocrates apatrides non élus qui enferme la

Lire la suite de l'article

L’objectif d’Emmanuel Macron : détruire la droite parlementaire

D'Alain Hasso dans Monde & Vie :

940_Page_01"[…] Champion de l’esprit libéral libertaire, Emmanuel Macron est sans doute le plus conservateur de tous les candidats, il conserve la société telle qu’elle est, en flattant encore ses travers, en faisant la promotion de tous les droits sociétaux. Il conserve l’économie française telle qu’elle est, en implorant l’Allemagne d’Angela Merkel de partager les bénéfices. C’est apparemment sa seule marge de manœuvre : ce que l’Allemagne voudra bien nous laisser de sa part du gâteau européen. Il change le personnel politique ou tente de le changer, à travers un mouvement à ses initiales, En Marche, rebaptisé La République en Marche, mais c’est pour utiliser les mêmes rituels et la même langue de bois, voire – François Bayrou en sait quelque chose déjà – les mêmes coups de poignard dans le dos et le même cynisme calculateur. Il n’y aura pas d’état de grâce pour le parti d’Emmanuel Macron. Il faudra vraiment pour lui que les Législatives arrivent très vite, avant que la supercherie ne se dévoile et que l’on comprenne que, comme dit Alain de Benoist, Macron n’avait pas d’autres idées que de faire (lui) ce qui se fait et de dire (lui) ce qui se dit. Là est le changement : autrefois, il y avait des images de l’homme, des idéologies différentes, un intérêt porté par l’animal humain à sa condition. Aujourd’hui tout se réduit à l’argent, celui que l’on peut faire sur le moment. Emmanuel Macron n’a pas seulement plu par sa mine

Lire la suite de l'article