Archives par étiquette : outil

Médine est une arme de soft power pour une partie des islamistes, c’est-à-dire un outil d’influence

De Julien Langella à propos du prochain concert de Médine au Bataclan :

Unknown-13"[…] Médine incarne une vérité que nous devons tous avoir en tête : en islam, il n’y a pas cette séparation stricte et infranchissable entre les meurtriers, qui suivent le Coran à la lettre, et les autres, obligés de verser un peu d’eau dans leur thé à la menthe pour conserver une foi impossible à mettre en pratique jusque dans ses moindres commandements. Les uns comme les autres obéissent au même texte écrit directement, croient-ils, de la main de Dieu. Ce qui en limite les interprétations possibles… C’est la raison pour laquelle la théologie musulmane est quasi-inexistante et que les juristes musulmans, en revanche, sont légion : ces derniers sont indispensables au croyant devant assumer quotidiennement une doctrine justifiant la mort des kouffars (« mécréants »). L’islam est une tribu aux liens tellement serrés que le musulman dit « modéré » préférera défendre l’honneur de son frère criminel plutôt que d’admettre l’origine coranique du terrorisme. L’équation se vérifie constamment.

Alors, de quoi Médine est-il le nom ? C’est très simple : Médine est un immigré musulman donneur de leçons, comme un très grand nombre de ses cousins, avec un sens aigu de la solidarité tribale, là aussi… comme ses cousins. Ni plus, ni moins. Et c’est la raison pour laquelle il est indécent de le voir se produire, lui qui chante « on a colonisé / je viens rendre la pareille », dans un lieu où des Français ont été assassinés par d’autres immigrés, pratiquant la vengeance communautaire

Lire la suite de l'article

« L’islamophobie est une imposture intellectuelle, outil dialectique pour fermer la bouche de ceux qui critiquent l’islam »

Zineb El Rhazoui (ancienne journaliste de Charlie Hebdo) publie un ouvrage intitulé "Détruire le fascisme islamique". Elle est interrogée sur BFM TV :

Lire la suite de l'article

Un outil juridique pour abroger la loi Taubira

Couv-livreL’Institut Famille et République est un think-tank de juristes (magistrats, haut-fonctionnaires, professeurs d’université et maîtres de conférence, avocats, notaires, …), présidé par Guillaume Drago, professeur de droit public à l’Université Panthéon-Assas Paris II, destiné à élaborer des propositions, de nature essentiellement juridique, sur toute question liée aux droits de la personne humaine et de la famille. Créé en décembre 2013, l’Institut Famille et République est une association libre, aconfessionnelle, apolitique et indépendante. L’Institut Famille et République travaille en étroite relation avec les responsables publics, notamment les parlementaires, s’intéressant à la famille, avec les représentants d’associations de défense de la famille et des experts auprès des instances de l’Union Européenne (Commission et Parlement européen) ou du Conseil de l’Europe, tout en restant indépendant et apolitique.

L’Institut vient de réaliser un ouvrage intitulé Le mariage & la loi. Protéger l’enfant, rendu public le 14 janvier 2016, relatif à la loi du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe. La loi du 17 mai 2013 a ouvert un champ d’insécurité juridique à perte de vue tant avec le droit de la famille et du couple qu’avec le droit de la filiation. L’enfant, le grand oublié de cette loi, en apparaît comme sa victime collatérale.

Peut-on réviser la loi du 17 mai 2013 ? Comment ? Et pour quel nouveau droit de la famille et de la filiation ? Ces questions appellent des réponses juridiques précises, par des spécialistes, loin des polémiques stériles et des querelles politiciennes. Le temps du

Lire la suite de l'article

L’argent n’est qu’un outil

Ettore Gotti Tedeschi a écrit un article sur l'argent, traduit par Benoît-et-moi. Extrait :

"L'argent est un instrument, comme beaucoup d'autres (tels que les sciences, la technologie, la médecine, la biologie, la politique, l'économie …), dans la main de l'homme, il peut être bien produit, bien géré et bien utilisé, produisant ainsi de bonnes choses pour de bonnes fins. C'est depuis le troisième siècle après JC que l'on discute sur l'argent, que l'on pense à Clément d'Alexandrie (vers 150-230, grec, Père de l'Eglise), qui l'avait bien compris et expliqué. L'argent est utile pour soutenir les oeuvres d'évangélisation, et aussi pour le distribuer aux pauvres. Mais d'abord, il doit être produit par quelqu'un. C'est l'homme qui le crée et l'utilise, qui lui donne un sens, bon ou mauvais. C'est donc l'homme qui en fait un bon ou un mauvais outil. Et c'est donc l'homme qui le façonne. 

C'est le péché qui transforme un outil neutre en quelque chose de pervers qui va contre l'homme lui-même. Déjà Jean-Paul II dans Sollecitudo rei socialis avait prophétisé que l'homme immature dans la connaissance perdrait le contrôle des outils à sa disposition. Et Benoît XVI dans Caritas in Veritate explique pourquoi et comment les outils (économiques et financiers) prennent une autonomie morale et nuisent à l'homme. Il explique également que lorsque les outils ne fonctionnent pas, ce ne sont pas les outils qu'il faut changer, mais l'homme qui les utilise

Caritas in Veritate fait ensuite bien réfléchir sur le fait que la crise financière

Lire la suite de l'article

Tous à poil n’est plus un “outil pédagogique”

La polémique a déjà obtenu ce succès.

"Jusqu'au 13 février, le site des ABCD comprenait une rubrique "séquences à télécharger" et une autre nommée "activités pédagogiques". Le lien redirigeant vers Tous à Poil  était inclus dans cette dernière. […]

Exit tout cela. La bibliographie mise en cause apparaît désormais dans une catégorie "ressources complémentaires" bien distincte des ABCD de l'égalité, présents dans une autre rubrique."

C'était une rumeur de plus.

Lire la suite de l'article