Archives par étiquette : octobre

C’est arrivé un 31 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous:

  • le 31 octobre 657: le Roi Clovis II meurt et est inhumé à St-Denis.

Son fils aîné Clotaire III lui succède sous la régence de sa mère Bathilde.

Gisants de Clovis II, basilique Saint-Denis

  • le 31 octobre 1472 : le Roi Louis XI et le pape Sixte IV signent un concordat à Amboise.

Trois ans plus tard le Roi va signer la paix avec le duché de Bretagne à Senlis (voir la chronique du 29 septembre). Souvent moqué par les historiens post révolutionnaires, pour sa piété légendaire et un soi-disant esprit retors, ce Roi a eu une action pacificatrice durant son règne et a su préparer l'union de la Bretagne et de la France.

  • le 31 octobre 1512 : inauguration de la fresque de la Chapelle Sixtine.

L'œuvre gigantesque de Michel Ange est inaugurée à Rome. La critique est en admiration devant une telle grandeur. La fresque qui décore la voûte de la chapelle Sixtine mesure 40 mètres de long sur 13 mètres de large. Elle fut commandée à Michel-Ange par le pape Jules II.

  • le 31 octobre 1517 : les 95 thèses de Martin Luther.

Sur la porte de l'église de Wittenberg en Saxe, le prêtre Martin Luther affiche ses 95 thèses. Il dénonce beaucoup d'abus du clergé de l'époque. Il affirme aussi que les prêtres peuvent se marier et il condamne la fonction cléricale. Les bases du protestantisme sont

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 30 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 30 octobre 235 : mort du pape Pontien, 18e pape.

Saint Pontien est vénéré comme saint par les Églises catholique et orthodoxe. Sa fête, d'abord le 19 novembre, a été déplacée au 13 août. Voir les chroniques du 21 juillet et du 28 septembre.

  • le 30 octobre 701 : élection du pape Jean VI.
  • le 30 octobre 942 : élection du pape Marin II.
  • le 30 octobre 1242 : signature de la paix de Lorris.

Le comte de Toulouse Raimond VI et le Roi de France Louis IX signent un traité de paix à Lorris dans le Loiret. Ils renouvèlent le traité de Meaux du 12 avril 1229. Vaincu, Raimond VII renonce à Narbonne et Albi et promet de faire la chasse aux hérétiques, les "cathares". Cet accord met fin à la révolte des seigneurs du Midi contre Saint-Louis. Sa fille unique et héritière, Jeanne, épouse Alphonse de Poitiers, frère du Roi. Le couple n'aura pas d'enfant et à leur mort, le comté de Toulouse sera mis à la disposition de la couronne.

  • le 30 octobre 1422 : Charles VII se confère le titre de Roi de France.

Désavouant le Traité de Troyes de 1420 (voir la chronique du 21 mai), qui le déshéritait au profit d'Henry V d'Angleterre, Charles VII, dit « le Victorieux » ou le « Bien servi », se proclame Roi

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 29 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 29 octobre 1187 : appel à une troisième croisade.

La mort de Baudouin IV de Jérusalem, le roi lépreux, marque le déclin des royaumes Francs. Saladin, profitant des tensions entre Guy de Lusignan, le successeur de Baudouin IV, et Renaud de Chatillon, a conquis Jérusalem (voir la chronique du 2 octobre). Le pape Grégoire VIII lance un appel à une nouvelle conquête de la Terre sainte, en publiant ce jour la bulle Audita tremendi. Il éveille ainsi l'enthousiasme de l'empereur Frédéric Barberousse ; il obtient de Philippe Auguste, Roi de France et du roi d'Angleterre la fin de leur conflit. C'est ainsi qu'une immense armée prend le chemin de l'Orient. Toutefois, malgré cela, la croisade ne rencontre pas le succès escompté. À peine arrivé en Asie Mineure, Barberousse est emporté par les eaux du Cydnos. Philippe Auguste, quant à lui, ne tarde pas à rentrer en France, après avoir reconquis Saint-Jean-d'Acre en compagnie de Richard Cœur de Lion. Ce dernier poursuit seul la reconquête, mais échoue à reprendre Jérusalem.

  • le 29 octobre 1591 : début du pontificat d'Innocent IX.


Giovanni Antonio Facchinetti est élu sous le nom d'Innocent IX, suite au décès de Grégoire XIV. C'est le 228ème pape. Son mandat ne dure que 62 jours, car il décède brutalement le 30 décembre de la même année.

  • 29 octobre 1685 : l'Édit de Potsdam.

Le

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 28 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 28 octobre 312 : l'empereur romain Constantin, qui a placé la croix du Christ sur les boucliers de ses soldats, bat son rival Maxence sur le pont de Milvius, à 3 km de Rome.

Au IVe siècle, Constantin, fils du gouverneur des Gaules et de sainte Hélène, se montre favorable aux chrétiens. A la mort de son père, en 306, ses soldats le proclament empereur à la place de l'empereur en titre Maxence, impie et cruel. Constantin franchit les Alpes, s'approche de Rome pour combattre les forces considérables de Maxence. Un jour*, il aperçoit dans le ciel une croix lumineuse avec cette inscription : in hoc signo vinces (par ce signe tu vaincras). La nuit suivante, le Christ apparaît et lui ordonne de se servir du signe céleste dans les combats. Constantin fait reproduire la croix sur son étendard et livre bataille à l'ennemi. Vaincu au pont de Milvius, Maxence se noie dans le Tibre. Pour la première fois dans l'histoire un étendard, porte le signe du Christ. Cette enseigne se compose d'une croix surmontée d'une couronne au milieu de laquelle les lettres Khi et Ro entrelacées représentent le monogramme du Christ.

Jusqu'à Constantin, les dangers étaient extérieurs au Christianisme. Après lui, ils deviennent intérieurs. L'arianisme qui nie la divinité du Christ provoque le concile de Nicée en 325.

(*) La tradition bourguignonne

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 27 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 27 octobre 625 : élection du pape Honorius 1er.
  • le 27 octobre 1293 : le Roi Philippe le Bel cite le roi Edouard Ier d'Angleterre devant sa Cour, en tant que duc de Guyenne, et menace de lui confisquer le duché.

Comme Edouard ne se déplace pas, le duché est confisqué le 19 mai suivant.

  • le 27 octobre 1490 : la duchesse Anne de Bretagne rejoint la ligue formée contre le Roi Charles VIII par Maximilien d'Autriche, Ferdinand d'Aragon et Henri VII d'Angleterre.


Un an après les Etats de Bretagne lui conseillent d'épouser Charles VIII. Elle sera finalement Reine de France, et épousera deux Rois successivement.

  • le 27 octobre 1614 : réunion des états généraux à Paris.

Depuis l'assassinat d'Henri IV, le 14 mai 1610, c'est sa veuve, la reine Marie de Médicis, qui assure la régence. Cette réunion est un échec. Les états généraux, discrédités, ne seront plus réunis avant 1789. Entre temps, le cardinal de Richelieu, principal ministre de Louis XIII de 1624 à 1642, permettra à la monarchie de reprendre le dessus et de mettre au pas l'aristocratie, y compris la reine mère !

  • le 27 octobre 1662 : rachat de Dunkerque et Mardyck par Louis XIV.

Le 27 octobre 1662, Louis XIV rachète Dunkerque et Mardyck, dans le Nord, pour 400 000 £ au roi d'Angleterre Charles II. L'opération est

Lire la suite de l'article

29 octobre : messe pour la France à Toulouse

Le Groupe de Prière Toulousain “ Saint Louis de France” vous invite à une messe pour la France, le Dimanche 29 Octobre 2017 à 10h30, en l'église de l'Immaculée-Conception de Toulouse (faubourg Bonnefoy).

« France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » Saint Jean-Paul II, au Bourget-Paris en 1980.

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 26 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Rappelons-nous :

  • le 26 octobre 1440 : exécution de Gilles de Montmorency-Laval, dit Gilles de Rais, ou Gilles de Retz.

Gilles de Rais est déclaré, la veille, par le tribunal ecclésiastique hérétique, apostat, invocateur de démons, sodomite et sacrilège, puis le tribunal civil le condamne à mort. Il est pendu et enfin brûlé après avoir manifesté un spectaculaire repentir.

Disgracié après l'échec du siège de Paris et affecté par la mort de sa femme, Gilles de Rais se retire sur ses terres de Machecoul et Tiffauges, dans la région de Nantes, où il dilapide la fortune héritée de sa femme.

Assouvissant ses pulsions sado-pédérastiques, il commet alors des meurtres horribles sur de nombreux enfants de cette région. Confondu suite à la plainte de certains débiteurs, il confesse ses crimes. Il est jugé et exécuté avec deux complices. Surnommé Barbe-Bleue, maréchal de France, ce compagnon de Jeanne d'Arc, est reconnu coupable d'assassinat d'un grand nombre d'enfants garçons qu'il violait vivants ou morts, dépeçait et dont il mangeait les organes. Celui qui avait proposé au diable un pacte scellé de son sang, les assassinait en offrant leur dernier souffle au démon.

Le procès a dénombré plus de 800 victimes ! Gilles de Rai affirma être incapable de donner leur nombre.

Il est condamné à être pendu et brulé ainsi que ses deux valets qui participèrent à tous ses crimes.

  • le 26 octobre

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 25 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 25 octobre 304 : martyre du pape saint Marcellin.

Elu le 30 juin 296 comme 29ème pape, c'est sous son pontificat que commence la dernière persécution, celle de Dioclétien.

  • le 25 octobre 625 : mort du pape Boniface V.
  • le 17 ou le 25 octobre 732 : Charles Martel arrête les arabes à Poitiers.

En 711, soit à peine 80 ans après la mort de Mahomet, les musulmans atteignent l'Espagne, qu'ils traversent en 8 ans, et occupent en 719 le Languedoc actuel. Cette province, entre les Pyrénées et le Rhône, s'appelle alors Gothie, en souvenir des Wisigoths, ou Septimanie, d'après ses sept villes principales (sa capitale Narbonne, Agde, Béziers, Nîmes, Maguelone, Lodève et Elne).Arrêtés à Toulouse, en 721, par le duc Eudes d'Aquitaine, ils tournent alors leurs regards vers l'est et prennent Nîmes, Arles et Autun en 725.

En 732, ils s'approchent de Tours la ville de Saint Martin qu'ils pillent entièrement. A la demande de l'Eglise, le Duc des Francs, Charles Martel, vient au secours d'Eudes, Duc d'Aquitaine. Après avoir rassemblé une armée à la hâte, Charles Martel rejoint les troupes musulmanes, à Moussais, à proximité d'une voie romaine reliant Châtellerault à Poitiers. Le samedi 25 octobre 732, 1er jour du ramadan, les envahisseurs musulmans se décident à engager la bataille, au nord de Poitiers. Leur chef, Abd al-Rahman, est tué pendant

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 24 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 24 octobre 996 : mort du Roi Hugues 1er, dit Hugues Capet

Le Roi Hugues Capet meurt de la variole près de l'abbaye de St-Martin-de-Tours.

  • le 24 octobre 1360 : Jean II le Bon ratifie le traité de Brétigny, à Calais.

Si elle avait duré, la paix conclue en 1360 à Brétigny, puis confirmée la même année, à Calais entre Jean II le Bon, Roi de France, et Édouard III, roi d'Angleterre, aurait été pour la France une amputation sans précédent. Car depuis le traité de Verdun de 843, non seulement le royaume a conservé ses limites, mais il s'est agrandi.

Édouard III renonce au titre de Roi de France mais, outre la rançon de trois millions d'écus, il obtient, en toute souveraineté, la Guyenne, la Saintonge, l'Agenais, le Limousin, le Périgord, le Quercy et l'Angoumois : plus d'un tiers de sa superficie et de ses sujets. Mais le fils de Jean II, devenu Charles V, en 1369, rompt cet accord inique et humiliant et entame avec succès la reconquête des provinces perdues.

  • le 24 octobre 1428 : Guerre de Cent ans, la bataille d'Orléans.


Les Anglais prennent le fort des Tournelles devant Orléans. La situation de la ville va très vite devenir critique. Dernière grande place fidèle au « roi de Bourges », le Dauphin, si Orléans tombe, la monarchie française aura vécu. Mais Dieu veille et suscite

Lire la suite de l'article

23 octobre 1956. Souvenez-vous des enfants de Budapest

Le 23 octobre 1956, les habitants de Budapest manifestent contre le gouvernement communiste de Hongrie. La manifestation tourne rapidement à l'émeute. Cette effervescence puise son origine dans les espoirs soulevés par la mort de Staline.

Les dirigeants hongrois appellent demandent aux troupes soviétiques qui stationnent autour de la capitale de les aider à rétablir l'ordre. Dans un premier temps, les Soviétiques tentent mollement d'intervenir avant de se retirer le 27 octobre. Les Hongrois croient que l'heure de la victoire a sonné. Le pays s'enflamme. L'insurrection dégénère le 30 octobre avec, à Budapest, l'occupation du siège du parti communiste.

Le dimanche 4 novembre, l'Armée Rouge investit Budapest. Au total pas moins de 8 divisions et plusieurs centaines de chars. Les insurgés, étudiants aussi bien que salariés, résistent avec héroïsme mais n'en sont pas moins écrasés. La répression fait environ 200 000 morts tandis que 160 000 personnes se réfugient en Europe de l'Ouest.

Le 23 octobre est aujourd'hui fête nationale en Hongrie. Mais en France le mémoricide sur les crimes du communisme bat son plein.

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 23 octobre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 23 octobre 1295 : Phillippe le Bel et Jean de Balliol signent la Grand Auld Alliance.

Ce traité d'alliance qui a marqué les relations franco-écossaises durant l'Époque Médiévale. Conçue pour encastrer l'Angleterre entre deux royaumes qui lui sont hostiles, la Grand Auld Alliance devait être scellée par le mariage de Jehanne de Valois (nièce de Philippe le Bel) et d'Edouard de Bailliol, fils du Roi Jean. Ce projet n'aboutit pas après la mort de Jean en 1296. Mais l'alliance franco écossaise est plus ancienne ; elle date de 1165, quand Guillaume le Lion adresse une ambassade à Louis VII de France. On trouve ensuite le traité signé à Paris du 23 octobre 1295. Le traité prévoit que si l'un des États subit une attaque de l'Angleterre, l'autre État envahira l'Angleterre, comme c'est le cas à la bataille de Flodden Field en 1513. Aux XIVe et XVe siècles, le traité est appliqué à six reprises. Le 6 juillet 1560, le traité d'Édimbourg supprime officiellement l'alliance datant de plus de 250 ans.

  • le 23 octobre 1668 : conversion de Turenne au catholicisme.

François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et de mœurs note, page 58 :

«Le protestant pourtant convaincu qu'est le vicomte de Turenne 81611-1675), Henri de la Tour d'Auvergne, abjure et devient catholique. L'unité doctrinale (que lui a enseignée Bossuet à travers

Lire la suite de l'article