Archives par étiquette : obligatoire

En 1927, en s’appuyant sur le caractère obligatoire de la vaccination, la Cour suprême des Etats-Unis a validé des lois de stérilisation

Le directeur de l'ECLJ, Grégor Puppinck, est interrogé par l'Homme nouveau à propos des vaccinations obligatoires et des refus légitimes à se faire vacciner : 

Une-1643"[…] Selon nous, les objections fondées sur des convictions religieuses mettent en cause la liberté de religion et donc la liberté des personnes qui est soumise au régime général de la liberté religieuse. Alors que les objections qui mettent en cause une conviction morale ne sont pas nécessairement religieuses et mettent en cause la justice de l’acte auquel il est objecté.

Ces objections morales sont importantes, car supposées rationnelles à la différence des objections religieuses, qui ne le sont pas nécessairement. Ainsi, le refus de la transfusion sanguine des Témoins de Jehova est une objection religieuse, non rationnelle, alors que le refus de la vaccination est une objection morale qui se veut fondée sur des arguments rationnels.

Il faut distinguer l’objection religieuse, soumise au régime de la liberté de religion, donc pas forcément absolue, des objections morales qui doivent subir un examen de leur rationalité. Nous disons que les objections de nature morale doivent être absolument respectées lorsque leur fondement moral est plausible. Cela étant, les objections morales sont rares. En général, elles sont déjà reconnues. Par exemple l’objection au fait de tuer. Ce qui concerne le service armé, l’avortement ou l’euthanasie. À chaque fois, il s’agit du refus de tuer. Il y a là un motif moral évident, objectif.

Concernant la vaccination, la question est plus délicate car nous sommes face à un

Lire la suite de l'article

Vaccination obligatoire : la Cour européenne tranchera bientôt

De Grégor Puppinck :

Alors que le gouvernement français a annoncé vouloir rendre obligatoire 11 vaccins sur les enfants, la Cour européenne a été saisie par des parents tchèques sanctionnés pour avoir refusé de soumettre leurs enfants à la vaccination obligatoire.

Dans cette affaire Pavel VAVŘIČKA et autres c. République tchèque (n°47621/13), la Cour de Strasbourg est appelée à juger si l’obligation vaccinale et les sanctions imposées aux parents (notamment le refus de scolarisation) respectent la liberté de conscience et les libertés familiales (art. 8 et 9 de la Convention et de l’article 2 du premier Protocole additionnel).

L’ECLJ est intervenu dans cette affaire et a soumis des observations écrites au soutien du respect du droit des parents, de l’intégrité physique des personnes, et du droit à l’objection de conscience. Plus généralement, l’ECLJ est favorable à une politique de santé publique visant à concilier les droits et intérêts concurrents, en mettant l’accent sur la pédagogie et la recommandation plutôt que sur la contrainte. 

Cette affaire est importante car elle porte sur le respect de l’intégrité physique et morale des personnes garantie en particulier par les principes fondamentaux de la primauté de l’être humain sur le seul intérêt de la société ou de la science et par celui du consentement libre et éclairé de la personne avant toute intervention dans le domaine de la santé. Ces principes énoncés sont respectivement aux articles 2 et 5 de la Convention sur les droits de l'homme et la biomédecine de 1997 (Convention d’Oviedo) dont la

Lire la suite de l'article

Les alibis d’un modèle économique obligatoire

De Natacha Polony :

"Fermeture, repli, souverainisme, xénophobie, racisme, populisme sont devenus les alibis d'un modèle économique obligatoire. Celui d'un libre-échange unifiant le marché mondial pour exacerber la concurrence de tous contre tous.

Les mots sont les mêmes, usés jusqu'à l'encre. Ils envahissent cette non-campagne comme ils avaient colonisé le référendum sur le traité constitutionnel. Ils saturaient alors les éditoriaux et les déclarations politiques comme ils saturent aujourd'hui l'espace médiatique. Repli, fermeture, isolement… En poussant un peu plus avant, racisme, xénophobie, haine de l'Autre. Car s'est installé dans le langage un continuum, presque une équivalence, entre certaines options politiques et ces mots-stigmates détecteurs d'infamie.

Prétendre qu'il vaut mieux consommer des produits fabriqués en France plutôt qu'importés de pays privés de normes sociales ou environnementales, mais quel chauvinisme ! Quel réflexe identitaire !"

Lire la suite de l'article

La Cour des Comptes impose un colloque féministe obligatoire à l’IEP de Bordeaux

La Cour des Comptes se féminise et veut le faire savoir au monde entier : depuis qu'une coterie féministe (qui se fait appeler sous le nom de "La Cour au féminin") a investi les lieux de pouvoir au sein de la haute juridiction de la Rue Cambon, l'administration et l'enseignement supérieur sont priés de se mettre au diapason.

On apprend ainsi que "La Cour au féminin" se décline désormais en région. À l'Institut d'Etudes Politiques de Bordeaux (le fameux "Sciences Po" qui forme l'élite administrative de demain…), cela prend la forme d'un colloque "Hauts fonctionnaires au féminin" où il sera question, le 23 mars prochain, de stéréotypes, de quotas, de "charte de l'égalité", de "biais à la féminisation", etc., etc., etc.

Le panel est à l'avenant de cette mascarade, puisqu'en tout et pour tout, sur 9 intervenants, on compte un seul homme (le Directeur de l'Ecole Nationale de la Magistrature). Sans doute le meilleur moyen d'accéder à "l'égalité" est-il de faire disparaître complètement le sexe oppresseur…

Ces simagrées prêteraient à rire et n'attireraient probablement pas grand monde si, au détour d'une phrase, il n'était indiqué que l'évènement s'adresse aux étudiants de 4ème et 5ème année de l'IEP de Bordeaux, "pour qui le colloque constitue un enseignement obligatoire".

Ces dames de "La Cour au féminin" craindraient-elles à ce point de faire un four avec des idées aussi éculées ? En attendant, ce pensum est imposé à deux promotions entières d'un établissement d'enseignement supérieur. Vous pouvez toujours dire au directeur

Lire la suite de l'article

Pas de dispense de cours obligatoire de natation mixte pour les élèves musulmanes

Lire la suite de l'article

Avortement : “Dites non au grand tabou, dites non à son idolâtrie obligatoire, dites oui à la vie”

De Bernard Antony :

B74f0e751874af5028c66c13d3f7a200Oui, contre la dictature idéologique et médiatique, liberté de pouvoir penser, exprimer et rappeler l’évidence que l’avortement c’est tout de même, avant tout, irréfutablement une interruption volontaire de vie !

Oui, liberté de pouvoir penser et exprimer que si certains justifient cette interruption en invoquant le droit pour la femme de faire ce qu’elle veut de son corps, c’est en réalité le droit de faire ce qu’elle veut du corps qu’elle porte mais qui n’est pas le sien, qu’ils s’agit.

Oui, liberté de pouvoir faire observer que c’est une drôle d’émancipation pour la femme que d’émanciper son enfant de son droit de naître, premier des droits de l’homme.

Oui, liberté de penser et d’exprimer que l’interruption volontaire de vie n’est tout de même pas une valeur suprême de civilisation.

Oui, liberté de pouvoir penser que tout devrait être mis en œuvre, politiquement, législativement et socialement pour épargner à des femmes en détresse le terrible choix de tuer l’être qui vit en leur sein. Car celui-ci n’est pas un fétu de paille mais un merveilleux fœtus de personne humaine qu’il est pour le moins barbare de priver de son droit de naître.

Oui, liberté de penser et d’exprimer que les vitupérations, la haine, les lynchages politiques et médiatiques contre ceux qui pensent que l’accueil de la vie vaut mieux que la peine de mort pour l’enfant à naître, c’est une abominable régression totalitaire !

Oui, liberté de notre anarchisme vis-à-vis de sa dictature, de

Lire la suite de l'article

Contraception obligatoire pour les parents “incompétents” ?

Unknown-20C'est une proposition de loi aux Pays-Bas : la ville de Rotterdam souhaite une loi pour obliger les parents incapables d’élever un enfant correctement à prendre des contraceptifs. Selon Hugo de Jonge (CDA), échevin de la jeunesse et de l’éducation (photo),

«  Grandir sainement et en sécurité est également un droit que les enfants doivent recevoir. Et nous choisissons pour les droits de l’enfant. Certains enfants ont alors le droit de ne pas naître  ».

La proposition a été envoyée au Conseil. Entre dix et vingt femmes seraient concernées chaque année.

«  Il s’agit par exemple de femmes dépendantes ou qui ont des problèmes psychiatriques, qui sont handicapées, sans abris ou qui travaillent dans le milieu de la prostitution  »

Il y a ceux qui ont le droit d'enfanter et puis il y a les sous-hommes. Cela ne vous rappelle rien ?

Lire la suite de l'article

L’école laïque et obligatoire fait ramadan

Remboursement-ramadan-5-500x328Lu sur Novopress :

"Nous savions depuis longtemps que l’école publique s’était soumise aux exigences des musulmans avec des cantines scolaires sans porc mais, à l’heure du ramadan, il fallait montrer encore plus de soumission en adaptant les tarifs et ne pas pénaliser les musulmans qui auraient payé la cantine : dans beaucoup d’établissements publics, les parents d’enfants qui font ramadan peuvent exiger le remboursement des frais de cantine. Avec ou sans justificatif. Novopress a passé en revue quelques établissements."

La dhimmitude à l'école c'est maintenant.

Et comme le souligne Yves Daoudal, les services de protection de l’enfance, d'habitude si tatillons, trouvent tout à fait normal que des enfants soient privés de nourriture et de boisson pendant les longues journées de juin… et qu’ils s’empiffrent toute la nuit de ce que l’on peut trouver de plus gras et de plus sucré.

Lire la suite de l'article

La contraception pour les mineures : gratuite, secrète et bientôt obligatoire ?

L'IGAS (Inspection générale des affaires sociales) a transmis son Rapport relatif à l'accès gratuit et confidentiel à la contraception pour les mineurs. Ce rapport a été déposé aujourd'hui au bureau de l'Assemblée nationale.

En voici les 15 recommandations. Sans surprise, aucune ne propose l'éducation à la responsabilité, à la fidélité, aux moyens naturels de régulation des naissance :

Capture d’écran 2015-10-14 à 22.07.05 Capture d’écran 2015-10-14 à 22.07.21
Sinon, pour ceux qui respectent la nature et leur corps, il y a ça :

Troyes2015

Commentaires (1)

quelles sont les effets de la contraception sur les mineurs?

quand on voit le comportement de certaines jeunes filles on peut se poser des questions, les garçons les fuient et préfèrent leurs ordinateurs!

Rédigé par : oh lala | 14 oct 2015 22:14:13
____________________________________

Lire la suite de l'article

Fête de l’Aïd obligatoire

Images-10Le Conseil d'Etat a ordonné mercredi à la municipalité FN de Mantes-la-Ville (Yvelines) d'ouvrir un local aux musulmans pour la fête de l'Aïd jeudi, alors que l'association cultuelle, en conflit avec le maire, avait été déboutée en première instance. Si le juge des référés du conseil d'Etat a relevé que le gymnase était occupé de 8H30 à 17H00 jeudi par des collégiens, il a revanche constaté que la salle de spectacles Jacques-Brel, proposée par l'association lors de l'audience en appel, n'était retenue que de 9H00 à 16h30 pour une formation d'agents communaux. Le juge a donc ordonné au maire de mettre à disposition la salle polyvalente mais de 7H00 à 9H00 seulement. Le maire Cyril Nauth a déclaré :

"Ma volonté est de préserver l'intérêt général. Dans la mesure où les deux locaux étaient déjà occupés par des activités scolaires et de formation, j'ai estimé qu'elles n'avaient pas à céder la place à un culte". "Si les horaires ne sont pas respectés, on dressera un PV".

Le 21 août, le tribunal administratif de Versailles a suspendu en référé la décision de l'édile d'installer le poste de police municipale sur l'emplacement d'une future mosquée. La mairie a fait appel. Une audience est prévue le 5 octobre.

Samedi, le tribunal administratif de Toulon avait ordonné à la municipalité FN de Fréjus de laisser ouvrir la mosquée de la ville pour la fête de l'Aïd. Aussi, le maire appelle à manifester :

Lire la suite de l'article

Avortement : des femmes pour le maintien du délai de réflexion obligatoire

Le délai de réflexion avant un avortement est un des sujets du projet de loi santé, adopté en première lecture à l’Assemblée nationale. Gènéthique a sollicité des femmes qui ont accepté de partager leur expérience et ont donné leur témoignage en répondant à un questionnaire en ligne. Alors que la commission des affaires du Sénat vient de relancer le débat en supprimant cet article, Gènéthique restitue leur parole. Elles sont 64 à avoir répondu. La moyenne d’âge de ces femmes est de 26 ans. La plus âgée a 67 ans, la plus jeune 16 ans. L’une d’elle a du avorter à 14 ans. Si l’échantillon n’a pas de valeur représentative, cette consultation donne cependant sa place dans ce débat à la parole de femmes directement concernées par l’avortement et qui se disent en majorité favorables au maintien du délai de réflexion obligatoire.

Plusieurs expliquent qu’il est même trop court. L’une d’elle raconte :

A« J'y ai été forcée par ma famille et je pense que si le délai avait été plus long j'aurais pu réussir à m'organiser pour garder cet enfant, ou du moins réussir à me battre contre ma famille ».

Une autre précise :

« C'est trop court et avec la pression des familles et du compagnon, il faudrait qu'on nous écoute plus car c'est nous qui en souffrons après »

Une troisième, qui n’a pas bénéficié du délai de réflexion, explique :

« Car à l'heure d'aujourd'hui je serai sûrement maman ».

Elles légitiment l’opportunité de ce délai en évoquant souvent leur souffrance après l’avortement

Lire la suite de l'article

Contre la GPA, il est obligatoire d’abroger la loi Taubira

Suite à l'arrêt de la cour de cassation sur la GPA, Jean-Frédéric Poisson déclare à Famille chrétienne :

"La première conséquence immédiate et directe est l’instauration de l’esclavage. En effet, la gestation pour autrui relève ni plus ni moins de cette pratique barbare qui fait de l’homme un instrument au profit d’un autre. Il faut être honnête avec les Français et leur expliquer que la pratique des mères porteuses consiste à louer un ventre pour assouvir le désir – compréhensible – d’un couple d’avoir des enfants.

Quelle mère accepterait de porter un enfant d’un autre pendant 9 mois puis qu’on lui arrache ce lien construit in utero en échange d’argent ? Quel père accepterait que sa fille se fasse payer pour la même pratique ? Que fait-on des préconisations médicales (ne pas fumer, ne pas boire d’alcool, se reposer) envers la femme enceinte si on considère la grossesse comme une marchandise ? Enfin, dit-on bien aux Français que le recours à la GPA coûte des dizaines de milliers d’euros et que cela n’est accessible qu’à une caste aisée ?

Le recours à cette pratique engendre échange d’argent et location du corps de la mère porteuse, elle-même en situation de besoin économique. Mettre à sa disposition un être humain pour assouvir son propre désir contre de l’argent, c’est bien une forme d’esclavage. Les riches se payent le ventre des pauvres. Je condamne ce recul de civilisation et je le combattrai car je l’estime contraire à la dignité de la personne.

La seconde conséquence est la

Lire la suite de l'article