Archives par étiquette : novembre

Etats généraux de la bioéthique : le 21 novembre 2017 Bordeaux lançait un ballon d’essai

Unknown-27Sous couvert de consultation des citoyens, les « états-généraux de la bioéthique » peuvent donner lieu à quelques débats truqués. Pour en donner un avant-goût, voici le compte-rendu, rédigé par deux lecteurs du Salon Beige, d’un faux débat sur la « parenté pour tous » organisé dans un amphithéâtre de la faculté de droit de Bordeaux. Ce débat a eu lieu dans le cadre de la quinzaine pour l’égalité, la diversité et la citoyenneté organisée par Bordeaux métropole (voir nota ci-dessous). Pour lire le CR débat parenté pour tous fac BDX.

La Manif pour tous Gironde et les sentinelles de Bordeaux ont écrit une lettre ouverte au doyen de la faculté de droit et au président de l’université de Bordeaux dont il a été rendu compte sur le Salon Beige (post du 23/12/2017 à relire ici). Ces lettres ouvertes n’ayant pas fait l’objet de réponse de la part de ces 2 universitaires, le Salon Beige diffuse aujourd’hui le compte-rendu de ce faux débat truqué qui a eu lieu le 21 novembre 2017.

Ce compte-rendu a le mérite de décrypter la logomachie classique du lobby LGBT que l’on retrouve actuellement dans les forums de discussion et lors des interventions pendant les séances des états-généraux de la bioéthique :

  • L’émotion sert de paravent pour empêcher de réfléchir. « C’est beau tout l’amour que peut donner un couple homosexuel à un enfant ». Le but est d’empêcher de voir le caractère sordide de la GPA (arrachement programmé d’un bébé à sa mère) et de la PMA (fabrication d’un

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 30 novembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Rappelons-nous :

  • le 30 novembre : saints du jour français ou de France.
    • Bx Ponce de Faucigny, abbé d'Abondance († 1178)
    • St Tugdual, surnommé Pabu, abbé et évêque († VIe siècle)

Saint Tugdual (Tual), surnommé Pabu, abbé et évêque, a vécu en Bretagne, au VIe siècle, il a établit un monastère au pays de Tréguier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Bx Giovanni de Verceil, maître général o.p. († 1283)

Commémoration au martyr romain le 30 novembre (dies natalis) ; et le 1er décembre pour les frères prêcheurs.

Jean (Giovanni Garbella) de Verceil, naît en 1205 à Mosso Santa Maria près de Biella (Piémont, Italie).

Il est maître en droit canon de l'Université de Paris lors de son entrée dans l'Ordre dominicain. Élu 6ème maître de l'Ordre, en 1264, il demeure en charge pendant presque vingt ans. Il recourt plusieurs fois aux conseils théologiques de St Thomas d'Aquin et prend sa défense quand celui-ci est attaqué par l'évêque de Paris.

Il a une grande influence au second concile œcuménique de Lyon en 1274. C'est lui qui fait édifier à Bologne le tombeau de saint Dominique. En 1267, lors de la translation des reliques de saint Dominique, celui-ci tourne sa tête vers Jean et quand Jean, embarrassé, se met dans une autre partie de l'église, Dominique tourne à nouveau la tête vers Jean.

Humble, austère, pacifique, voyageur infatigable, fondateur de

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 29 novembre….

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Rappelons-nous :

  • le 29 novembre : saints du jour français ou de France.
    • St Saturnin, évêque et martyr († 250)

Saint Saturnin est le premier évêque de Toulouse. Son nom latin « Saturnius », a été transformé dans la langue d'oc en « Sarni » puis francisé en « Sernin ». 

Saint Saturnin meurt martyrisé en 250 pour avoir refusé de se plier à l'obligation qui était faite à tous les citoyens par l'empereur romain Dèce, de sacrifier aux dieux païens. 

Il aurait été jeté sur les marches du Capitole, le temple dédié à Jupiter, qui se trouvait à l'emplacement de l'actuelle place Esquirol. Puis il fut attaché par les pieds à un taureau furieux que l'on devait immoler et traîné le long du cardo maximus (la rue Saint-Rome) jusqu'à la rue du Taur (taureau). Son corps aurait été lâché à l'endroit de l'actuelle église du Taur qui s'est appelée Notre-Dame-de-Saint-Sernin jusqu'au XVIe siècle. C'est là que le corps aurait été enterré en cachette.

À la fin du IVe et au tout début du Ve siècle l'évêque Exupère prent la décision de transférer les reliques de saint Sernin à l'emplacement de la basilique actuelle et d'y construire un édifice.

  • le 29 novembre (ou 31 décembre) 561 : décès du Roi Clotaire Ier dit « le Vieux ».

Clotaire Ier dit le Vieux est Roi des Francs de la dynastie des Mérovingiens, fils de Clovis, premier Roi de

Lire la suite de l'article

30 novembre – 8 décembre : grande neuvaine de l’Immaculée conception

0Questions à Don Guillaume Chevallier, prêtre, aumônier du Chapelet des enfants :

Pouvez-vous nous présenter l'initiative du Chapelet des enfants ?

Le Chapelet des enfants a commencé dans un petit village de la Somme au début du siècle dernier : chaque jour, une jeune fille, Geneviève de Lalain-Chomel réunissait des enfants à la sortie de l'école pour réciter à l'église une dizaine de chapelet. Puis, peu à peu, les enfants récitèrent une autre dizaine le soir en famille. Les familles qui se mirent à prier se convertirent les unes après les autres et transformèrent la paroisse. Dès 1927, le R.P. Voinot, rédemptoriste, travailla à étendre à la France entière la dizaine quotidienne du Chapelet des enfants.

En 1936, Geneviève de Lalain Chomel décide d'honorer particulièrement la Vierge Marie dans son Immaculée Conception en créant, pour la première fois en France une neuvaine préparatoire à la fête de l'Immaculée Conception, le 8 décembre. Elle reçoit très vite la bénédiction des évêques de France puis des papes successifs depuis PIE XI.

Chaque année, l’association du Chapelet des enfants édite une image et une prière pour la neuvaine de l’Immaculée Conception, tenant compte des orientations données par le Saint Père à l’Eglise. Editée aujourd’hui en 400 000 exemplaires, elle est priée dans tout le monde francophone.

Quel lien particulier voyez-vous entre la France et l'Immaculée Conception ?

La France est une terre, une nation, bénie par la Vierge, et qui le lui a rendu au cours des âges à travers ses saints, ses missionnaires, ses

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 28 novembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Rappelons-nous :

  • le 28 novembre : saints du jour français ou de France.
    • Ste Catherine Labouré, Fille de la charité (1806-1876)

Sa fête liturgique est le 28 novembre pour la Famille vincentienne ; mais le 31 décembre (dies natalis) pour l'Église Universelle. Catherine Zoé Labouré, neuvième enfant d'une famille de dix-sept, naît le 2 mai 1806, à Fain-les-Moutiers, petit village de la Côte-d'Or.

À neuf ans, elle perd sa mère. On la voit alors monter sur une chaise, saisir la statue de Notre-Dame, l'embrasser longuement et la presser sur son cœur en disant : « Je n'ai plus de maman ; soyez vous-même ma maman, bonne Sainte Vierge ! »

À onze ans, la fillette remplit l'office de mère au foyer domestique. Prenant la direction intérieure de la ferme paternelle, elle devient responsable des travaux domestiques. Après son travail, elle se rend souvent à l'église et priait devant l'autel de la Vierge.

En 1830, après un séjour de deux ans chez deux de ses frères, près de Paris, Catherine Labouré fait trois mois de postulat à Châtillon-sur-Seine et entre au Séminaire des Filles de la Charité, rue du Bac, toujours à Paris. Sœur Catherine fut favorisée de grâces exceptionnelles durant les six mois de son noviciat.

Dans la nuit du 18 au 19 juillet 1830, veille de la fête de saint Vincent de Paul, le cœur de ce Saint lui apparaît dans

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 27 novembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Rappelons-nous :

  • le 27 novembre : saints du jour français ou de France.
    • St Maxime de Lérins, évêque de Riez († v. 460)

Né dans le pays de Riez (Basses Alpes), il devient moine à l'abbaye de Lérins et succède à son fondateur, saint Honorat, lorsque celui-ci devient évêque d'Arles. Il refuse d'être l'évêque de Fréjus, mais il est bien obligé, par l'enthousiasme des fidèles, à devenir évêque de Riez dans les Basses Alpes (Alpes-de-Haute-Provence). Maxime meurt au milieu d'eux, après les avoir édifiés, pendant vingt-sept ans, par sa pénitence et sa charité.

Il fait triompher la vérité catholique dans plusieurs conciles provinciaux à Orange (441), Vaison-la-Romaine (442), Arles (451 et 453).

  • St Siffrein, évêque de Carpentras († v. VIe s.)
  • St Eusice, moine au pays de Blois († VIe s.)
  • St Achaire, évêque de Noyon et de Tournai († v. 640)

D'abord moine à Luxeuil, il est élu évêque de Noyon et de Tournai, et montre un grand zèle pour évangéliser les peuples du nord.

  • St Goustan, moine à l'abbaye de Rhuys († v. 1040)

Échappé dans sa jeunesse aux mains des pirates, il est recueilli par saint Félix, alors ermite dans l'île de Batz, le suit dans la vie monastique et se fait remarquer en récitant par cœur le psautier, car il ne savait pas lire, et en veillant sur les navigateurs. Il meurt à l'abbaye de

Lire la suite de l'article

C’est arrivé un 26 novembre…

"A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines." Léon XIII, Rerum Novarum.

Rappelons-nous :

  • le 26 novembre : saints du jour français ou de France.
    • Bx Ponce de Faucigny, abbé d'Abondance († 1178)

Le bienheureux Ponce de Faucigny, qui fut abbé d'Abondance, mais se démit de sa charge pour vivre et mourir comme un simple religieux meurt au monastère des chanoines réguliers de Sixt en Savoie, en 1178.

  • Bse Delphine, épouse de saint Elzéar (1283-1360)

Elzéar et Delphine se marient alors qu'il n'a que treize ans et elle quinze ans. Ils mènent ensemble une vie de couple basée sur la prière et la pénitence.

En 1308, ils deviennent les vassaux de Robert le Sage, roi de Naples. Celui-ci a tellement confiance en Elzéar qu'il lui confie, en 1323, la charge de demander la main d'une princesse française pour son fils. Il meurt à Paris au cours de sa mission.

Delphine passe les vingt premières années de son veuvage auprès de la reine Sanchie, sur la demande de celle-ci. Mais à la mort de cette dernière, en 1343, elle se retire dans sa Provence natale.

Elle meurt dans la pauvreté à Apt (Vaucluse), où son corps est enseveli dans la cathédrale, à côté de celui de son mari.

  • le 26 novembre 399 : mort du pape saint Sirice.
  • le 26 novembre 579 : élection du pape Pelage II.
  • le 26 novembre 1580 : signature de la paix de Fleix. Ok

C'est au

Lire la suite de l'article