Archives par étiquette : Nous

“Sous mon gouvernement, nous défendrons toujours le tout premier droit de la Déclaration d’indépendance, et c’est le droit à la vie”

Extrait de l'allocution de Donald Trump hier à la March for Life à Washington :

Capture d’écran 2018-01-20 à 09.56.15"Sous mon gouvernement, nous défendrons toujours le tout premier droit de la Déclaration d’indépendance, et c’est le droit à la vie. Comme vous le savez, de Roe contre Wade est résulté l’une des lois d’avortement les plus permissives du monde. Nous sommes l’un des seulement sept pays qui permettent le choix d’avortements tardifs, avec la Chine ou la Corée du Nord. C’est mal, et ça doit changer.

Les Américains sont de plus en plus pro-vie, vous le voyez tout le temps. En fait, 12% seulement des Américains soutiennent l’avortement à la demande.

La Marche pour la vie est un mouvement né de l’amour, vous aimez vos familles, vous aimez vos voisins, vous aimez votre nation. Et vous aimez tous les enfants, nés ou à naître, parce que vous croyez que la vie est sacrée, que chaque enfant est un précieux don de Dieu.

Nous savons que la vie est le plus grand miracle de tous, nous le voyons dans les yeux de chaque nouvelle mère.

Je veux remercier chacune des personnes ici aujourd’hui qui travaillent avec un si grand cœur et un infatigable dévouement pour assurer que les parents aient le soin et soutien dont ils ont besoin pour choisir la vie.

Grâce à vous, des dizaines de milliers d’Américains sont nés et ont atteint le potentiel que Dieu leur a donné. Grâce à vous !"

Et l'intégralité en vidéo (traduction automatique en cliquant sur paramètres)

Lire la suite de l'article

Donald Trump à la March for Life : « Nous protégeons le caractère sacré de la vie et la famille comme le fondement de notre société. »

DT69AQ5WAAEnrm-

Lire la suite de l'article

Les mesures de la loi (pro) immigration dont on nous parle moins

Allongement des cartes de séjour, facilitation de l'accès à carte de résident de 10 ans, extension du regroupement familial :

DTgXLLFX4AE5hmF DTgXLobWsAAhEvx

Commentaires (1)

Allemagne : un élève musulman sur trois trouve la charia meilleure que la loi nationale…..
https://francais.rt.com/international/47243-allemagne-eleve-musulman-sur-trois-pret-risquer-vie-islam-etude
Et en France ?

Rédigé par : Damien | 14 jan 2018 20:21:11
____________________________________

Lire la suite de l'article

Nous assistons de la part de ceux qui sont pour l’avortement à une agressivité de plus en plus significative

Cécile Edel, présidente de l’association Choisir La Vie et vice-présidente de la Marche pour la Vie, a bien voulu répondre aux questions du Rouge & le Noir. Extraits :

43_adn_rs-e9aed"L’adoption l’année dernière de loi sur le délit d’entrave à l’avortement a-t-elle eu des conséquences pour les associations pro-vies ?

Concrètement, dans l’exercice de nos actions quotidiennes au service de la vie, non, pas spécialement, excepté pour les antennes d’écoute aux femmes enceintes, dont celle de Choisir la Vie « Sos femmes enceintes » qui, ont depuis l’an dernier subit une baisse significative d’appels en raison de la méfiance qu’a pu engendrer le vote de cette loi. Encore une fois d’ailleurs, ce sont les femmes enceintes en difficulté qui en sont les premières victimes car finalement, si on regarde bien, cette loi n’a apporté aucune solution ni à leur détresse, ni à leur souffrance.

En revanche un constat inquiétant : depuis le vote de cette loi, sur les réseaux sociaux ou dès qu’il y’a débat sur l’avortement, nous assistons de la part de ceux qui sont pour l’IVG, à une agressivité de plus en plus significative. Un climat malsain de délation et de dénonciation s’est instauré avec souvent des menaces de poursuites judicaires juste parce que nous avons osé écrire ou dire que nous étions contre l’avortement ou même tout simplement qu’un embryon n’était pas qu’un amas de cellules ! C’est très grave ! Nombreux sont ceux qui utilisent aujourd’hui cette loi (alors qu’ils n’ont même pas lu les termes de celle-ci) pour faire taire

Lire la suite de l'article

Que nous soyons tous de plus en plus lucides

Extrait de l'éditorial de Philippe Maxence dans L'Homme Nouveau :

Une-1654"[…] À sa manière, c’est à un exercice de lucidité que s’est livré l’historien Alain Besançon dans le dernier numéro de la revue Commentaire (n° 160, hiver 2017-2018). Ancien communiste, revenu à la foi catholique, il n’a cessé depuis lors d’étudier ce qu’il avait quitté et de s’inquiéter au sujet de celle qu’il avait rejointe. En 1996, il fit ainsi paraître Trois tentations dans l’Église, un essai percutant qui voulait prendre à bras-le-corps les mirages qui se présentaient à l’Église. Sous le titre Les voies de l’athéisme catholique, il récidive aujourd’hui, le temps d’un article, en décrivant quatre dérives à laquelle l’Église a été sujette après le concile Vatican II. De quoi s’agit-il exactement ? De la destruction de l’art sacré, du « tripatouillage des textes sacrés », (notamment de la suppression dans le bréviaire des psaumes dits imprécatoires), de « la rétention des sacrements » et de l’affadissement liturgique, ce que l’historien appelle « la liturgie en rond ». Derrière une expression parfois un peu lapidaire – mais l’auteur de ces réflexions invite au dialogue et à la critique –, se profile en fait le constat de la perte de la foi, y compris chez des catholiques qui ont fini par adhérer à un humanitarisme bavard, teinté d’un optimisme béat, devenu la seule foi à laquelle ils croient. « À la place de Dieu, écrit Alain Besançon, une idole est offerte à l’adoration, qui porte

Lire la suite de l'article

Apprenons à réserver nos flèches à l’adversaire et à travailler avec des personnes avec qui nous ne partageons pas tout

DRHUEJbW4AAPC5X

Entretien avec Barbara Mazières, à propos de la table ronde de vendredi sur la filiation.

Barbara Mazières, vous organisez avec l’association « Cercle Anjou Conférences » une table ronde sur le thème « Théorie du genre, PMA, GPA, 2018 une année décisive » à Segré. Est-ce le rôle de votre association ?

Oui, car notre association a pour but d’informer et de former sur tous les sujets de sociétés : Histoire, culture, religion, bioéthique, politique… Nous avons d’ailleurs récemment participé au colloque des catholiques en action organisé par Ichtus et les AFC 49 à Angers. Si nous ne sommes pas une œuvre d’Eglise, nous sommes des catholiques engagés dans la vie de la cité. Et comme le rappelait justement le concile Vatican II, les laïcs ont un rôle importants à jouer – spécialement dans le domaine politique.

Les problèmes de bioéthique nous touchent particulièrement, car il en va de l’avenir de l’humanité. 2018 sera une année décisive. Le risque est grand que, si les catholiques de France ne bougent pas, le parlement légifère non seulement sur la PMA pour les femmes célibataires ou les lesbiennes (c'est-à-dire la création d'un enfant délibérément privé de père par l'arbitraire du législateur, empressé de satisfaire des lobbies électoraux puissants), mais encore la création d'embryon avec plusieurs "parents" (l'embryon à 3 ADN), de nouvelles dérives en matière de recherche sur l'embryon – et donc de destruction des plus faibles  d'entre nous -, les mères porteuses (plusieurs sénateurs UMP considèrent déjà que Macron "ne va pas assez loin" en ce domaine…), et

Lire la suite de l'article

Iran : « Occupez-vous de nous, plutôt que de vous occuper de la Syrie, du Yémen, du Liban, des Palestiniens »

François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France à Téhéran, estime que les manifestations en Iran ne menacent pas, dans l’immédiat, l’existence de la République islamique mais elles aggravent ses contradictions internes qui pourraient, à terme, lui être fatales :

Protestors-iran-2"Les six jours de manifestations et d’émeutes sporadiques qui viennent de se dérouler en Iran démontrent la persistance dans la population d’une souffrance diffuse et profonde, alimentée par le chômage, la pauvreté, l’absence de perspectives économiques et politiques, alors que prospère d’autre part une richesse insolente, soutenue par l’État et alimentée par la corruption.

« Occupez-vous de nous, crient les manifestants, plutôt que de vous occuper de la Syrie, du Yémen, du Liban, des Palestiniens ». Il s’agit donc d’un appel au secours, mêlée à la colère qui ose s’exprimer contre le gouvernement, et même contre le Guide suprême. Mais pas de figures de proue, pas de ligne directrice. On peut parier que la plupart des gens qui défilent n’ont jamais voté, ou, s’ils ont voté, le faisaient pour ne pas se faire remarquer. À noter que le Mouvement réformateur, qui aurait pu les soutenir, ou au moins leur marquer un peu de sympathie, n’a fait aucun geste en ce sens.

Entre France et Iran, petit air de famille ?

Mutatis mutandis, cette désespérance n’est pas sans évoquer celle de nos banlieues, de nos quartiers, alimentée par des phénomènes un peu comparables. Les images dramatiques des incendies et des destructions de 2005 avaient donné au monde extérieur le sentiment que notre République vacillait sur

Lire la suite de l'article

Au nom de la liberté de la presse, nous devrions supprimer toutes les aides directes et indirectes dont bénéficie la presse

Le député Emmanuelle Ménard, fondatrice de Boulevard Voltaire, s'étonne de la dernière idée d'Emmanuel Macron de faire une loi contre les fausses nouvelles :

Unknown-4"S’il est un terrain scabreux pour un homme politique, où il n’y a que des coups à prendre, c’est bien celui de la qualité de l’information. Qu’Emmanuel Macron – qui s’est montré plutôt habile jusqu’ici – se lance dans cette chasse aux fake news me laisse perplexe. À moins que deux raisons ne l’y poussent. D’abord, et bien sûr, le souvenir amer qu’il garde de la campagne présidentielle et des accusations, sans aucune preuve, lancées contre lui concernant son prétendu « compte offshore aux Bahamas » et sa tout aussi prétendue homosexualité. Qu’il en ait été blessé, je le comprends. Bienvenue au club, ai-je envie de lui lancer, tant notre courant politique est l’objet de ces fake news sans que personne (ou presque) dans la classe politique ne s’en offusque. Deuxième raison, le chef de l’État a bien compris que les journalistes ne sont pas en odeur de sainteté dans la société française. Non sans raison, a-t-on envie d’ajouter. De là à surfer sur cette vague de ressentiment à l’égard d’une profession qui apparaît – légitimement parfois – comme véhiculant des contre-vérités et se révélant d’un rare parti pris (même s’il y a, bien sûr, des exceptions), on ne peut pas l’exclure a priori

Une troisième raison peut-être : son bras de fer avec Vladimir Poutine…

Il est vrai qu’il y a fait quasiment allusion lors de sa

Lire la suite de l'article

“On nous empoisonne pour le plaisir des hommes !”

Il y a tout juste 50 ans, le 19 décembre 1967, la loi Neuwirth autorisant la contraception, et la pilule en particulier, était adoptée par l'Assemblée nationale.

Une étude de l’Ined (Institut national d’études démographiques) révélait en 2014 que de plus en plus de femmes ont tendance à la délaisser : le recours à la pilule est ainsi passé de 50% à 41% entre 2010 et 2013. En cause, notamment, le danger sanitaire : accident vasculaire cérébral, thrombose veineuse profonde, AVC, déprime, prise de poids, infertilité…

Nombre d’anciennes utilisatrices dénoncent :

"La pilule détruit la santé, beaucoup de chose nous sont cachées à son sujet, mais il y a de plus en plus de cancer du sein, du col de l'utérus".

"Je me suis retrouvée enceinte sous pilule."

Yvette a arrêté la pilule depuis 3 ans "à la suite d’une embolie pulmonaire et d’une phlébite dûes à la prise de ma pilule depuis trop longtemps."

Pointe aussi, un besoin de méthodes naturelles.

"On nous empoisonne pour le plaisir des hommes !"

Lire la suite de l'article

Facebook : «nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social»

FChamath Palihapitiya, ancien vice-président en charge de la croissance de l'audience de Facebook, met en garde contre les effets pervers des réseaux sociaux.

«Je pense que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social».

S'il indique ne détenir aucune solution à l'heure actuelle, il préconise une «vraie pause» avec le réseau social. Chamath Palihapitiya a indiqué qu'il avait interdit à ses enfants d'utiliser « cette merde ». Chamath Palihapitiya s'attaque aux boutons «J'aime», les cœurs, commentaires et autres recommandations personnalisées. Autant d'outils qui, selon lui, «sapent les fondamentaux des interactions entre les gens».

« Les boucles fonctionnant sur la dopamine que nous avons créées détruisent le fonctionnement de la société. Absence de civisme, de coopération, de la désinformation, de fausses vérités… Et ce n'est pas un problème américain, il ne s'agit pas de publicités russes. C'est un problème global. »

«Vous devez décider de votre indépendance intellectuelle», a avancé l'ancien cadre de Facebook devant le parterre d'étudiants, estimant qu'ils étaient «programmés», qu'ils le réalisent ou non.

Lire la suite de l'article