Archives par étiquette : Notre

Vannes : Le collège Notre Dame de Toulvern recrute

Capture d’écran 2018-04-09 à 11.04.29Le collège Notre Dame de Toulvern à Vannes dans le Morbihan recrute

  • un professeur de mathématiques pour les classes de 6ème et 5ème pour la rentrée prochaine (2018-2019). Le poste à pourvoir est un CDI (2 fois 5 heures par semaine, le matin) avec de petits effectifs. Une formation aux méthodes classiques et l’adhésion au projet pédagogique sont requises.
  • un professeur d'Anglais pour la classe de 5ème pour la rentrée prochaine (2018-2019). Le poste à pourvoir est un CDI de 4 heures par semaine, le matin avec de petits effectifs. La méthodologie est basée sur l’étude progressive et systématique des bases de la grammaire, du vocabulaire, sur la pratique renforcée de l’oral et la découverte de la civilisation.

L'adhésion au projet pédagogique est requise.

Si vous êtes intéressé par ce projet, merci d’envoyer votre CV et lettre de motivation à l’adresse suivante: direction-college@notre-dame-de-toulvern.fr

 

Lire la suite de l'article

Albert II de Monaco touché par la beauté de Notre Dame de la Rose à Montélimar

ThumbnailLe patrimoine historique très ancien de Notre Dame de la Rose à profondément touché Albert II de Monaco qui a fait un don de 20 000 euros  pour la chapelle. Tout comme la Fondation du Patrimoine, le Prince a souhaité contribuer financièrement à ce beau projet pour préserver cette pépite romane des méfaits du temps.

L'origine de la chapelle remonte au XIIe siècle comme peut l'attester le texte du Pape Lucius en l'an 1183. Dévastée pendant les guerres de religion à la fin du XVIe siècle et délaissée, Notre-Dame de la Rose ne sera relevée qu'un siècle plus tard, en 1684.

Au début des années 2000, la pérennité de l'édifice est gravement menacée. Lors des pluies, l'eau pénètre par la toiture de la chapelle. Des infiltrations d'humidité dans les murs altèrent ces derniers. Il y a des manques dans les vitraux. Un état des lieux réalisé par un cabinet d'architectes du patrimoine de Lyon confirme l'intérêt patrimonial de la chapelle et définit les travaux à réaliser. La chapelle étant mis hors d'eau, il est temps  maintenant d'envisager la restauration des décors intérieurs de la chapelle en faisant appel à CredoFunding

Lire la suite de l'article

Le sacrifice du Colonel Arnaud Beltrame, acte fondateur de la renaissance de notre pays

De Guillaume d'Alançon  :

Capture d’écran 2018-03-28 à 13.58.39"Le sacrifice du Colonel Arnaud Beltrame est un acte fondateur de la renaissance de notre pays. Il exprime de la plus belle manière la splendeur de la vérité de la religion catholique qui est à la source de l’âme française.

Les tentatives de récupération diverses l’illustrent finalement très bien. Comme la plupart d’entre nous, le Colonel Beltrame a connu des hésitations dans son chemin intérieur. Les doutes ont parfois fait vaciller sa foi. Et pourtant, c’est en se préparant au mariage qu’il a pu goûter en profondeur la saveur ultime de l’Evangile : il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Il a pris conscience à quel point le don de soi dans le mariage, dans la différence et la complémentarité des sexes, est le point de départ de toute fécondité réelle.

Il a pu faire sienne cette vérité inscrite à l’origine dans le cœur de tout être humain : la valeur absolue de la vie humaine. C’est au nom de ce principe qu’il a fait don de la sienne. En acceptant de rencontrer la fragilité du statut d’otage, il a implicitement rendu leur dignité aux hommes, aux femmes, aux enfants dont la vie peut être mise danger sous couvert d’idéologie ou d’un prétendu droit, qu’il soit islamique ou laïc. Avec le Père Jacques Hamel qui s’écriait au moment où il allait succomber « va-t-en Satan », le Colonel Beltrame condamne par son geste héroïque tout système de pensée qui fait

Lire la suite de l'article

Viktor Orban : “La situation actuelle, c’est qu’on veut nous prendre notre pays”

Extraits du discours de Viktor Orban à l'occasion du 170e anniversaire de la révolution hongroise de 1848 :

29314646_10156039401191093_137544196436139422_n-1"[…] Mais la plus grande chose que nous pourrions réaliser dans nos vies, la plus grande bataille que nous puissions combattre ensemble est toujours à venir. Et tout indique que ce combat est très proche de nous aujourd’hui. La situation actuelle, chers amis, c’est qu’on veut nous prendre notre pays. Pas d’un coup de plume, comme il y a cent ans à Trianon ; maintenant, ils veulent que nous cédions volontairement notre pays à d’autres, sur une période de quelques décennies. Ils veulent que nous le cédions à des étrangers venant d’autres continents, qui ne parlent pas notre langue et qui ne respectent pas notre culture, nos lois ou notre mode de vie : des gens qui veulent remplacer ce qui est à nous par ce qui est à eux. Ce qu’ils veulent, c’est que désormais ce ne soit plus nous et nos descendants qui vivions ici, mais d’autres. Il n’y a pas d’exagération dans ce que je viens de dire. Jour après jour, nous voyons les grands pays et nations d’Europe de l’Ouest perdre leurs pays : petit à petit, quartier par quartier, et de ville en ville. Le fait est que ceux qui n’arrêtent pas l’immigration à leurs frontières sont perdus : lentement mais sûrement ils sont consommés. Des forces extérieures et des puissances internationales veulent nous imposer tout cela, avec l’aide de leurs alliés dans notre pays. Et ils voient

Lire la suite de l'article

MC Arnautu : “Notre marque FN porte en elle le courage, la protection, la force et la détermination”

Marie-Christine Arnautu, députée européenne FN et connue pour ses positions pro-vie, sa défense de la famille et son attachement aux valeurs traditionnelles, a été élu en très bonne position au conseil national du FN (10ème place), comme Bruno Gollnisch (5ème place) alors même qu’elle avait été suspendue de sa fonction de vice-présidente pour quinze mois pour sa proximité et fidélité avec Jean-Marie Le Pen.

Voici son analyse des résultats du congrès où elle affiche clairement la défense du nom Front national ainsi que des “fondamentaux” de son parti :

Lire la suite de l'article

Nuit des Témoins : l’antidote au coma spirituel de notre pays

RCF Vendée recevait les invités de la nuit des Témoins jeudi 15 mars :

  • Mgr Ramon Castro Castro, évêque de Cuernavaca au Mexique
  • Mgr Kyrillos William Samaan, archevêque copte catholique d'Assiout en Egypte
  • le Père Paul-Elie Cheknoun, prêtre de la fraternité missionnaire Jean-Paul II, algérien musulman converti au catholicisme
  • Marc Fromager, directeur de l'AED.

Lire la suite de l'article

Dissidence : notre opposition n’est pas de même nature qu’une simple opposition électorale

Extrait d'un article de Guillaume de Thieulloy dans Liberté Politique sur la dissidence :

Opposition-ou-dissidence_medium"[…] Notre opposition n'est pas du même ordre que l'opposition entre Parti socialiste et Républicains, ou Front de gauche et Front national, qui tous admettent – au moins officiellement – les « règles du jeu » du « Système ».

Pour ce qui nous concerne, nous ne pouvons pas accepter ces règles. Nous ne pouvons pas admettre que le parlement soit en mesure de dire le vrai et le faux ou le bien et le mal. Or, c'est le principe central de la démocratie totalitaire inaugurée en France en 1789 : avec la déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août, nous sommes, en effet, censés avoir admis que la « loi est l’expression de la volonté générale » (article 6).

Le problème est que c'est clairement faux. Il est bien possible que le parlement, élu à la majorité, soit l'organe légitime pour traduire la loi supérieure dans le droit positif, mais il est impossible que la loi soit simplement l'expression de la volonté générale. Cela signifierait que le parlement aurait le pouvoir de faire d'un mal un bien et réciproquement. Au demeurant, il ne s'en prive pas: l'avortement était naguère un crime ; il a ensuite été un crime dépénalisé; il est désormais un « droit » ; et de fortes pressions, y compris au sein même du parlement, se font sentir pour qu'il soit même le « droit »

Lire la suite de l'article

Qu’on le veuille ou non, Le Pen, c’est notre histoire

Intéressante critique des Mémoires de Jean-Marie Le Pen dans Le Point. Extraits :

"Le livre est lourd de son poids (450 pages), comme le dossier de Jean-Marie Le Pen épais de ses condamnations et de ses frasques politiques. Mais enfin, ils sont là, ces Mémoires que beaucoup n'attendaient plus et qui finalement paraissent avec pour titre Le Fils de la nation (éditions Muller). Dans un discours mémorable contre les frontières prononcé à l'Unesco, Jean-Paul II s'était proclamé « fils de la nation » polonaise. Les intentions du mémorialiste qui nous occupe, pupille de la nation, ne sont pas de même nature, on le sait. De Jean-Marie Le Pen on croit d'ailleurs tout savoir, du pire au pire, sans jamais voir ce qu'il y a d'autre chez ce monsieur qui anime notre vie politique, même retiré, depuis plus de 50 ans. Alors, on est comme tourmenté quand, à la lecture de son livre, on en vient à avoir quelque émotion pour ce petit Breton qui, la main dans celle de sa mère, les larmes aux joues, s'en va reconnaître le corps de son père sur la plage de Saint-Gildas-de-Rhuys, après que son embarcation a sauté sur une mine : « Malgré maman, j'ai voulu voir et c'était horrible. Le visage n'est qu'une plaie livide, méconnaissable. » On est pris d'un sentiment étrange parce que rattrapé par cette idée, peut-être injuste, y compris lorsqu'il évoque la disparition de sa mère à 60 ans, victime d'un « collapsus », que Jean-Marie Le Pen est de ces personnages pour lesquels on ne saurait montrer la

Lire la suite de l'article

Au lieu de se focaliser sur les génocides à l’étranger, il serait bien qu’on se penche sur notre propre histoire

Les députés Marie-France Lorho, et Emmanuelle Ménard vient de déposer une proposition de loi visant à faire reconnaître officiellement le génocide vendéen. Emmanuelle Ménard déplore que cet épisode de l’Histoire de France soit toujours passé sous silence ou déformé dans les manuels scolaires, et voudrait que toute la vérité historique soit faite sur le sujet :

"La repentance n’est pas du tout mon genre. Je suis, d’ailleurs, plutôt contre les lois mémorielles. Ce n’est pas du tout le but de cette proposition de loi. Il s’agit, plutôt, de faire reconnaître les exactions hors du commun que la Révolution française a fait subir à la Vendée. On peut, évidemment, parler de crime de guerre, et de crime contre l’humanité. Et, dans le cas de la Vendée, on peut parler de génocide."

Lire la suite de l'article