Archives par étiquette : noir

En rouge et noir : un roman sur la location d’utérus

TemplateshadowtransparentAude Mirkovic vient de publier un roman qui traite de la GPA :

"Carole Pastorel, jeune avocate, souhaite porter plainte contre des sociétés américaines qui démarchent en France les clients potentiels en vue de réaliser des gestations pour autrui aux Etats-Unis. Elle sollicite l’aide de Jane Fontenay, maitre de conférences en droit privé, rencontrée à un colloque.

Les deux deviennent rapidement amies et affrontent ensemble l’enquête sur les activités des sociétés américaines, les méandres de la procédure et la réticence du parquet à poursuivre des faits pourtant avérés.

Elles découvrent encore l’hostilité de leurs mondes professionnels et une notoriété soudaine qui les propulse sur le devant de la scène où elles doivent affronter les débats d’idées dans des contextes souvent hostiles.

Elles puisent dans leur amitié et la certitude d’agir pour un enjeu qui les dépasse l’humour et la détermination nécessaires pour aller jusqu’au bout."

Lire la suite de l'article

François Fillon fait voter, sans vergogne, pour le dauphin du chef du cabinet noir, François Hollande !

Extrait du communiqué de Bernard Antony :

"Même si Marine Le Pen n’est pas arrivée en tête (…), sa présence au deuxième tour avec 7,5 millions de voix n’est pas moins très positive et source d’espérance. Elle l’est pour tous les patriotes français, pour tous ceux qui refusent le nihilisme sociétal et antinational de l’eurocratie et les trois racismes convergents contre l’identité française, l’identité chrétienne, l’identité humaine.

J’appelle donc tous les militants, adhérents et amis des organisations de résistance nationale et chrétienne que j’anime à voter massivement au second tour pour Marine Le Pen, contre Emmanuel Macron, le candidat de l’utopie du « meilleur des mondes », le candidat de la triple déconstruction, nationale, sociale et humaine, le candidat somme toute du génocide français.

Cet appel n’implique pas, bien au contraire, de renoncer à la nécessaire expression des divergences fondées que nous avons avec le Front National. Ce parti, en effet, a par trop dérivé jusqu’à ces derniers mois dans un programme globalement axé sur le renforcement étatique plus que sur une incitation à la revitalisation familiale et culturelle.

Mais l’élection d’Emmanuel Macron serait une abomination pour ce qui demeure de continuité française d’indépendance et de culture, sur le socle des valeurs universelles judéo-chrétiennes du Décalogue et des racines européennes de civilisation greco-latines et gauloises. L’élection d’Emmanuel Macron serait une victoire pour le désastreux François Hollande, aussi habile hélas dans la rouerie politicienne que dans l’action de déconstruction morale et sociétale du néo-totalitarisme libéral-socialiste contemporain. Elle donnerait encore plus libre

Lire la suite de l'article

Diplomatie américaine : les cow boys tirent dans le noir

De Thomas Flichy de La Neuville :

Capture d’écran 2017-01-31 à 18.54.35La première mesure diplomatique du gouvernement Trump avait pour finalité de satisfaire un électorat âgé, qui conserve deux ennemis emblématiques au fond de sa mémoire. Il s’agit en premier lieu de la Russie, présente depuis plusieurs décennies dans les territoires chiites que sont la Syrie, l’Iran, le sud de l’Irak et le Yémen – et en deuxième lieu des quelques Etats dont les actions terroristes ont été médiatisées par la presse américaine: la Libye, la Somalie et le Soudan. De ce point de vue l’executive order donne des gages sérieux à l’opposition néo-conservatrice qui, malgré ses glapissements médiatiques, estime avoir eu plus de peur que de mal. Il est à noter que la mesure prise par le nouveau président sera sans effet sur l’économie américaine dont les relations avec les pays susvisés sont marginales. Ceci correspond bien à l’esprit de M. Trump qui transpose aux relations internationales ses réflexes d’homme d’affaires. L’executive order a eu un effet politique interne positif pour le président  – puisqu’une majorité le soutient – sans avoir pour autant de conséquences économiques dramatiques. Il semble donc cohérent à la nouvelle équipe en place.

Pourtant – et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes, 40% des pays visés par l’executive order sont devenus des foyers de terrorisme en raison d’interventions militaires américaines: il s’agit de l’Irak, de la Syrie et de la Libye. Mais nous étions prévenus de l’inflexion qui serait prise vis

Lire la suite de l'article

Mgr Fellay : “Beaucoup aimeraient voir les choses en noir et blanc, mais ce n’est pas ainsi”

Dans son sermon lors des ordinations à Zaitzkofen, le 2 juillet, Mgr Fellay est revenu sur son communiqué, qui avait fait couler de l'encre. Il précise notamment :

"[…] Beaucoup aimeraient voir les choses en noir et blanc, mais ce n’est pas ainsi. C’est pourquoi ce communiqué ne veut pas dire que nous voulons rompre avec Rome, mais que nous demandons la clarté et que nous ne sommes pas prêts à faire dérailler notre train…, car il y a des réalités plus importantes (qu’une reconnaissance purement canonique) sur lesquelles il faut insister. Chaque société – que ce soit l’Etat ou l’Eglise – a un but, une structure, avec ses droits et ses lois. C’est d’ailleurs pourquoi on peut dire que l’Eglise est aussi un Etat de droit. Ce droit est celui d’avoir et de respecter l’ordre qui correspond à sa finalité. Et il peut y avoir des abus.

Le tout premier point pour chaque société est son but qui domine tout, qui fixe sa structure, sa constitution, ses moyens. Ainsi, le but de l’Eglise est le salut des âmes. C’est pourquoi le Droit canonique dit que la loi suprême est le salut des âmes, suprema lex salus animarum. Cela signifie, mes chers frères, que toute loi, que tout exercice de l’autorité a sa valeur et puise sa force dans cette loi suprême : le salut des âmes. C’est vrai pour chaque loi, c’est vrai pour chaque charge dans l’Eglise, y compris celle du pape. Si une autorité quelconque

Lire la suite de l'article

Christiane Taubira, adepte du travail au noir

Le rapport des inspections générales des Finances, des Services judiciaires et des Affaires sociales évalue à près de 50 000 le nombre de ces "collaborateurs occasionnels du service public" employés par différents ministères, dont "40.500 pour le seul ministère de la Justice".

ImageCes employés – interprètes, experts, médiateurs … – qui sont souvent amenés à intervenir quotidiennement, sont considérés comme des prestataires, rémunérés à l'heure:

"le ministère de la Justice n'applique aucun assujettissement aux cotisations sociales et assimile les indemnités de ses collaborateurs à des prestations sans pour autant mettre en place les conditions de leur assujettissement à la TVA".

Le document estime qu'en cas de poursuites judiciaires collectives, le coût pour les finances publiques serait "de l'ordre d'un demi-milliard d'euros". Plusieurs plaintes individuelles ont déjà été déposées, notamment par des traducteurs-interprètes. Leur avocat Me David Dokhan explique :

"Ce sont des personnes qui travaillent exclusivement sur réquisition des autorités de police ou judiciaires. C'est 100% de leur activité professionnelle".

Ses clients n'avaient "pas de bulletin de salaire" et "aucune protection sociale". 

Lire la suite de l'article

L’Etat islamique est susceptible de faire se lever le drapeau noir partout où vivent des musulmans radicalisés

Communiqué de presse de l’équipe de recherche SYNOPSIS (Saint-Cyr Coëtquidan), Thomas Flichy et Olivier Hanne sur l'attentat de ce matin :

"Analyse :

1 – Le suspect, Yassine Saali, était un salafiste connu qui n’était pas passé au jihadisme. Malgré l’absence de formation para-militaire, il a su faire preuve d’un haut degré d’aguerrissement et de force psychologique (acte de décapitation, voiture-bélier) que seule une idéologie puissante peut donner.

2 – Le drapeau utilisé fait référence aussi bien à Daech, à AQMI ou à AQPA, néanmoins le mode opératoire se rapproche de Daech. La mise en scène du cadavre rappelle les têtes plantées sur des piques lors de la prise de Mossoul en juin 2014. Les inscriptions manuelles en arabe sont forcément le fait d’un homme ayant une instruction religieuse et culturelle.

3 – L’attentat répond à un contexte propice : le mois du ramadam, l’anniversaire de la proclamation du califat (29 juin 2014), et le retour en force de Daech en Syrie et en Irak (assauts sur Kobané, prise d’al-Hassaka, résistance dans la province d’al-Anbar).

4 – L’attentat obéit au message du porte-parole de Daech, al-Adnani, du 24 juin dernier : « Précipitez-vous et participez à une expédition pendant ce mois et cherchez le martyr pendant celui-ci (…). Et il se peut qu'Allâh augmente la récompense du martyr pendant ce mois pour atteindre la récompense de dix martyrs pendant un autre mois (…). Elancez-vous afin de faire du Ramadan un mois de calamités pour les mécréants. »

Interprétation :

CIa8TzpUAAAlNk8.png-large1 – Nous

Lire la suite de l'article

Combat commun : Le Rouge & Le Noir face à Koztoujours

Le blog Le Rouge et Le Noir a voulu interroger le blogueur Koztoujours, qui a désapprouvé publiquement l'association SOS Chrétiens d’Orient, qui vient au secours des chrétiens en Irak et en Syrie, suite à un article de Libération pointant les accointances politiques de certains membres de cette association. Sans résultat :

"Pour tenter de résoudre ce conflit, sur la suggestion d’un ecclésiastique, le Rouge & le Noir a tenté d’obtenir de Koz un entretien dans nos colonnes pour lui permettre de justifier cette prise de position en regard du devoir d’unité qui nous incombe notamment sur pareil sujet. Face à cette nouvelle tentative de régler les conflits, cette fois-ci devant des témoins, ou du moins d’exposer clairement les conceptions des parties en présence, Koz a de nouveau dédaigné jusqu’à l’idée même d’une médiation avec ceux qu’il accuse. Malgré notre sincère volonté d’en rester à une solution en interne qui permette à chacun de garder sa contenance, nous nous trouvons dans l’impossibilité de faire autrement que de porter cette affaire en place publique, en dernier recours, afin que chacun puisse être témoin de ce qui se cache derrière les affectations de modération de certains.

L’article de Libération évoqué plus haut prouve une chose : face à de courageux bénévoles qui cherchent à aider des populations chrétiennes en détresse, se dresse désormais une étrange coalition dont le principe semble être de ne rien faire tout en empêchant pour des raisons mesquines les autres de se démener un peu plus. Que

Lire la suite de l'article

Message du PS : ne pas critiquer une loi faite par un noir, un étranger ou une femme

Voilà le niveau du débat politique en France :

"Jean-Christophe Cambadelis, ne parlant pas en son nom mais officiellement au nom du parti socialiste, dénonce comme « légèrement xénophobe » l’attaque de Nicolas Sarkozy contre la réforme des collèges, parce qu’elle vise Najat Vallaud-Belkacem.

« Madame Taubira a été attaquée pour les raisons que l'on sait, pour la couleur de sa peau (sic). Et madame Belkacem est attaquée, pourquoi ? Parce qu'elle s'appelle madame Belkacem. Je pense que cette attaque est légèrement xénophobe, je le dis, et c'est inadmissible dans notre République. »

Au passage, Jean-Christophe Cambadelis confirme donc et souligne que Najat Vallaud-Belkacem et une étrangère : car, par définition, la xénophobie ne peut s’exercer qu’envers des étrangers.

Mais surtout, il est donc désormais interdit de critiquer toute réforme qui serait conduite par une noire ou une étrangère, parce que c’est raciste et xénophobe. (De fait on nous avait déjà fait le coup avec la loi sur le « mariage » des homosexuels : critiquer la loi c’était raciste et homophobe).

Et d’abord toute réforme conduite par une femme, parce que c’est sexiste. D’où l’affirmation solennelle de Bruno Le Roux, faite officiellement en tant que président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale : « On attaque Najat Vallaud-Belkacem parce que c’est une femme, et une femme issue de la diversité. »"

Nous attendons donc que le PS cesse de critiquer Marine Le Pen.

Commentaires (6)

En même temps, la malhonnêteté intellectuelle n'étant pas punie par les lois humaines, pourquoi est-ce qu'ils

Lire la suite de l'article

“Il me faut un Noir, ou mieux, une Noire !”

Cette anecdote racontée par Roselyne Bachelot sur Nicolas Sarkozy ne devrait surprendre personne tant la profondeur des convictions de ce personnage est connue des lecteurs du Salon Beige :

"On retient notamment le souvenir d’une conversation de Nicolas Sarkozy en petit comité, l’année de sa victoire à l’élection présidentielle. "Les amis, j’ai rencontré Barack Obama, le maire de Chicago. Ce type est le futur président des Etats-Unis", aurait alors lâché celui qui était alors chef de l’Etat. "Nous nous sommes regardés, incrédules. Un noir, président des Etats-Unis ?", raconte Roselyne Bachelot. Et l’ex-ministre de poursuivre en écrivant les propos que l’actuel président de l’UMP auraient ensuite tenus : "Vous n’y connaissez rien. J’ai aussi discuté avec Condoleeza Rice, une femme formidable. Bon, vous vous mettez en chasse. Il me faut un Noir, ou mieux, une Noire !".

Lire la suite de l'article

“Il me faut un Noir, ou mieux, une Noire !”

Cette anecdote racontée par Roselyne Bachelot sur Nicolas Sarkozy ne devrait surprendre personne tant la profondeur des convictions de ce personnage est connue des lecteurs du Salon Beige :

"On retient notamment le souvenir d’une conversation de Nicolas Sarkozy en petit comité, l’année de sa victoire à l’élection présidentielle. "Les amis, j’ai rencontré Barack Obama, le maire de Chicago. Ce type est le futur président des Etats-Unis", aurait alors lâché celui qui était alors chef de l’Etat. "Nous nous sommes regardés, incrédules. Un noir, président des Etats-Unis ?", raconte Roselyne Bachelot. Et l’ex-ministre de poursuivre en écrivant les propos que l’actuel président de l’UMP auraient ensuite tenus : "Vous n’y connaissez rien. J’ai aussi discuté avec Condoleeza Rice, une femme formidable. Bon, vous vous mettez en chasse. Il me faut un Noir, ou mieux, une Noire !".

Lire la suite de l'article