Archives par étiquette : Noël

Pas de trêve de Noël pour les profanations de cimetières

Deux lignes dans un seul journal : 

"Un homme a été interpellé, mercredi, à Saint-Amand-les-Eaux (Nord). Il est soupçonné d’avoir dégradé 45 tombes dans le cimetière de la commune à coups de marteau. Ce jeune homme a été interpellé en flagrant délit avant d’être placé en garde à vue au commissariat. On ne connait pas encore ses motivations".

Lire la suite de l'article

“Sans Jésus ce n’est pas Noël !”

Aujourd'hui, lors de l'audience générale, le pape François a rappelé cette évidence :

Cq5dam.web.800.800"Frères et sœurs, je m’arrêterai aujourd’hui à la signification de la fête de la Nativité du Seigneur. A une époque où nous assistons à une sorte de dénaturation de Noël, il faut dire que c’est la naissance de Jésus qui est le vrai Noël, sans Jésus ce n’est pas Noël ! A travers l’annonce de l’Eglise, comme les bergers de l’Evangile, nous sommes guidés pour trouver la vraie lumière, celle de Jésus qui se révèle de façon surprenante : il naît d’une pauvre jeune fille inconnue, qui le met au monde dans une étable, avec la seule aide de son mari. C’est ainsi que le Fils de Dieu se présente encore à nous aujourd’hui : comme le don de Dieu pour l’humanité qui surgit dans la nuit et dans la torpeur du sommeil, alors que souvent l’humanité préfère demeurer dans l’obscurité et ne pas changer ses habitudes erronées. Par l’incarnation de son Fils, Dieu nous a ouvert le chemin d’une vie nouvelle, fondée sur l’amour et non sur l’égoïsme. A Noël, l’histoire humaine a été visitée par l’histoire de Dieu. Avec les petits, les méprisés, Jésus établit une amitié qui continue dans le temps et nourrit l’espérance d’un avenir meilleur. Avec eux, Dieu veut construire un monde nouveau où il n’y aura plus de personnes rejetées, maltraitées, indigentes. En ces jours de fête, ouvrons notre esprit et notre cœur pour accueillir cette grâce."

Lire la suite de l'article

Les Femen s’en prennent à la crèche de Noël du Vatican

Elles n'ont pas été égorgées par la gendarmerie vaticane… Evidemment, c'est moins dangereux que d'aller montrer sa poitrine à La Mecque…

Avec cet acte d'une grande "témérité", Inna Shevchenko sera sans doute encore récompensée par Anne Hidalgo, qui lui a déjà donné le “grand prix international” de la laïcité… 

Lire la suite de l'article

À Noël, tout est bon pour faire du pognon

Y compris dans la vente d'enfants :

"C’est, en tout cas, ce qu’a bien compris l’agence espagnole Gestlife, spécialisée dans le commerce de gestation pour autrui. Histoire d’appâter le client en cette période festive, celle qui se présente comme « la meilleure entreprise en Europe » n’a rien trouvé de mieux que de réserver certains ces avantages bien particuliers. « Pour les contrats signés entre le 1er et le 24 décembre, les clients se voient offrir :
1) le redémarrage du programme en cas de décès du bébé (après sa naissance) ;
2) la congélation du cordon ombilical des cellules mères ;
3) la garantie d’indemnisation pour la mort de la mère porteuse. »
(sic)

Cette annonce promotionnelle racoleuse a de quoi choquer.

Reconnaissons-lui un mérite : celui d’invoquer certains « dommages collatéraux » inconnus du public et inhérents au processus de gestation pour autrui, comme le décès de l’enfant et celui de sa mère…

Le phénomène tout naturel de rejet d’un embryon implanté dans le corps de la mère porteuse est lié au fait qu’il soit conçu à partir d’ovocytes qui ne sont pas les siens. Pour mener sa grossesse à terme, la mère porteuse devra être soumise à des traitements hormonaux très lourds. Sans ces traitements, son corps réagirait comme s’il portait un corps étranger.

Les effets secondaires de ces traitements sont loin d’être anodins pour la mère et l’enfant : risques d’hémorragies, de fausses couches, de ruptures du placenta et même décès…

Les fameux intermédiaires, comme cette entreprise Gestlife, sont bien conscients de tous ces risques, ils

Lire la suite de l'article

Noël pour les nuls !

« Meneuse de revue » du site anticonformiste et loufoque Délit d’images, Isabel Orpy présente à Caroline Parmentier dans Présent cette campagne de Noël que vous avez pu découvrir sur Le Salon Beige ?

9015-p5-itw-orpy"Elle veut sensibiliser ceux qui l’ignorent ou rappeler à ceux qui l’ont oublié à quoi correspondent ces grandes fêtes chrétiennes qui ponctuent l’année et qu’ils célèbrent sans savoir pourquoi. Créée en interne et « habillée » par un directeur artistique, à travers nombre de visuels qui se remarquent et se démarquent, cette campagne, au ton délibérément humoristique, reprend certains clichés stupides, soit ce qui se dit et s’entend trop souvent. Noël, Epiphanie, Carême, Pâques, Pentecôte… Notre campagne se déclinera ainsi jusqu’à la Toussaint 2018.

On est frappé (comme récemment encore lors de la cérémonie des obsèques de Johnny) par l’ignorance et l’approximation des journalistes pour tout ce qui touche la religion catholique. Les visuels de votre campagne s’appuient sur des affirmations de ce type, assez ahurissantes. Avez-vous des exemples ?  

Maintes réflexions et anecdotes ont inspiré cette campagne. Lorsque j’ai fait relire les projets de textes à mes complices, l’un d’eux m’a dit que j’y allais un peu fort en inventions alors que je « relatais » des faits réels m’étant advenus. Un dimanche matin il y a quelques années, entrant dans une charcuterie, une jolie vendeuse blonde aux yeux bleus, tout ce qu’il y avait de très français, m’a demandé : « Savez-vous pourquoi on vend des branches d’arbres devant l’église ? ». C’était le dimanche des Rameaux ! Les années passant, je me suis aperçue qu’énormément de gens

Lire la suite de l'article

Des enseignantes interrompent la projection d’une séance quand elles s’aperçoivent qu’il s’agit d’une histoire de Noël

A rire ou à pleurer :

Etoile-de-noël"Le 13 décembre, un groupe scolaire de 83 écoliers du Langonnais assistait à une projection du film d’animation américain « L’Étoile de Noël » au cinéma Le Rio de Langon quand celle-ci a été interrompue à la demande des enseignantes. Elles se sont en effet aperçues qu’il y avait un problème de thématique et qu’il ne correspondait pas au choix qu’elles avaient fait.

Il est vrai que le synopsis de ce film de Timothy Reckart parle avant tout d’une histoire d’animaux : « Un petit âne courageux, Bo, rêve d’une vie meilleure loin du train-train quotidien du moulin du village. Un jour, il trouve le courage de se libérer pour vivre enfin la grande aventure avec une brebis, une colombe, trois chameaux déjantés et des animaux de la ferme, très excentriques… »

Mais on se rend compte au fil de l’histoire qu’il ne s’agit pas d’un film sur une légende de Noël mais sur l’histoire de la nativité, de la naissance de Jésus, du périple de Marie et Joseph jusqu’à Bethléem… Le film puise d’ailleurs son contenu dans les Évangiles, ce qui n’est pas laïque…

« J’avoue que je n’avais pas vu le film avant, il vient d’un grand studio américain », reconnaît le responsable du Rio, Emmanuel Raymond, qui a remboursé la séance. Les écoliers sont retournés en classe et une autre séance de cinéma aura lieu l’an prochain."

On espère que ces enseignantes passeront leur 25 décembre à corriger

Lire la suite de l'article