Archives par étiquette : négocier

Depuis 1945 et la nationalisation de la Sécu, l’Etat ne sait plus négocier avec les partenaires sociaux

Lu sur le blog de la CFTC Métallurgie Yvelines à propos des ordonnances :

"Politique sociale, politique familiale, politique fiscale, droit du travail : tout est lié parce que tout tourne autour de l’Homme et d’une société qui se transforme.

Lors de cette première table ronde, un chef d’entreprise, Jean-Nicolas Moreau, et un expert des relations sociales et des IRP (institutions représentatives du personnel) ont débattu avec une assistance formée essentiellement d’adhérents CFTC. L’invitation avait été faite à d’autres mouvements concernés par ces réformes, avec peu d’écho pour cette première table ronde qui s’est centrée autour de la notion de dialogue social dans les entreprises.

Quelle est la philosophie de ces réformes? Pour Jean-Nicolas Moreau, elle vient du fait qu’en France, depuis 1945, année de la reconstruction de la France, année où le Général de Gaulle a accepté les communistes au Gouvernement, année où la CFTC porteuse d’un projet de co-gestion (et contre la nationalisation de la sécurité sociale) s’est fait éjecter, on ne sait pas négocier. On ne sait pas écouter l’autre, les partenaires sociaux se campant dans des logiques de postures, de rapports de force et de marchand de tapis. La recherche de bien commun n’est pas la préoccupation, et qu’un « bac +22 » accepte la part de vérité d’un Comité d’entreprise formé de « bac-2 » est irrecevable en France. Il fallait provoquer un choc qualitatif sur la notion même de dialogue social et de négociation.

Voilà l’esprit du législateur, voilà ce qu’il faudra sans cesse rappeler aux partenaires sociaux

Lire la suite de l'article

Pour mieux négocier le Brexit, Theresa May dissout le Parlement britannique

D'Olivier Bault dans Présent :

Unknown-5"Le Premier ministre britannique, Theresa May, a créé la surprise mardi en annonçant la convocation d’élections anticipées pour le 8 juin prochain, et donc avec trois ans d’avance sur le calendrier électoral. Selon une loi votée en 2011, la date des élections est en effet désormais fixe et ne dépend plus du bon vouloir du Premier ministre, sauf si celui-ci obtient le soutien d’au moins les deux tiers des députés à la Chambre des communes. C’était chose faite mercredi avec une motion adoptée à 522 voix contre 13. Pourquoi avoir avancé la date des élections et lancé une campagne électorale qui durera sept semaines ? Selon le parti pour l’indépendance du Royaume-Uni (UKiP), la vraie motivation de Theresa May, qui dispose actuellement d’une majorité de seulement 12 voix à la Chambre des communes, ce sont des enquêtes de police pour des allégations de dépassement du plafond des dépenses par 20 députés Tories lors des élections de 2015. Si ces allégations venaient à être confirmées, il faudrait convoquer des élections partielles dans ces circonscriptions.

Mais Theresa May avait aussi une autre raison de convoquer des élections anticipées : les sondages lui permettent d’espérer accroître fortement sa majorité face aux Travaillistes, aux Libéraux-démocrates et aux indépendantistes écossais. Dotée d’une confortable majorité, le Premier ministre n’aurait plus à craindre les pressions des différentes tendances de son parti concernant les conditions de la sortie de l’Union européenne et elle sera en meilleure position pour négocier avec l’UE. […]

Lire la suite de l'article

De plus en plus de contribuables viennent négocier des délais de paiement

Tout le monde ne s'appelle pas Thomas Thévenoud.

Lire la suite de l'article