Archives par étiquette : nécessité

International : la nécessité du retour au réalisme politique

Dans un entretien réalisé début février 2018, l’analyste Xavier Moreau revient sur l’actualité géopolitique de l’année écoulée. Une année marquée par une tendance lourde : la nécessité du retour au réalisme politique et la faillite de l’idéologie et du “nation-building”. Inexorablement, le système des relations internationales s’oriente vers le multilatéralisme ; ceci malgré les tentatives destructrices de maintenir le modèle dépassé de l’unipolarité en Ukraine ou en Syrie.

Une tendance qui se poursuit en 2018 et à laquelle les Européens seraient bien avisés de se rallier s’ils veulent réellement peser sur les rapports de force internationaux contemporains.

Un entretien réalisé par Pierre-Antoine Plaquevent pour TV-Libertés.

Lire la suite de l'article

L’égalité de tous les êtres humains nécessite de protéger l’embryon dès la conception

One of Us réagit au « ainsi nommé mouvement féministe “Avortement, les femmes décident !“ pour le droit à l’avortement », et affirme que « l’égalité de tous les êtres humains nécessite de protéger dès la conception » l’embryon, « l’un de nous ». La Fédération déclare que

« l'avortement n'est pas un problème exclusif de défense de la vie ou de l'avortement d'une femme », mais un sujet qui fait « appel à tous ». Elle dénonce un « processus social et culturel qui a généré une série de phénomènes dans lesquels il semble que le seul critère qui compte est la suprématie d'une mentalité caractérisée par le mépris de la dignité de la personne ».

Carlo Casini, Président émérite de One of Us, s’interroge :

« Le principe de l'égalité dans la dignité s'applique-t-il à toutes les personnes, y compris les plus pauvres, les petits et les faibles, ou ne se réfère-t-il pas à certaines catégories d'êtres humains ? ».

Ce principe de l’égalité devrait être mis en lien avec le principe de précaution « appliqué sans discussion sur les problèmes écologiques » et Carlo Casini souhaiterait qu’il soit appliqué dans les « discussions sur la vie humaine ».

Jaime Mayor Oreja, Président de One of Us affirme qu’il est « impossible de construire une société sur ce faux droit ».  

Lire la suite de l'article

Le soutien d’Alain Juppé à Aurore Bergé montre la nécessité d’une recomposition à droite

Jean-Frédéric Poisson réagit dans Valeurs Actuelles au soutien d'Alain Juppé à Aurore Bergé, candidate En Marche ! dans sa circonscription des Yvelines :

"[…] Monsieur Juppé a reçu François Baroin à Bordeaux il y a quelques semaines en confirmant son engagement de soutenir les candidats aux législatives investis par LR. Chacun voit midi à sa porte. Pour autant, ce changement de pied et ce manque de respect de la parole donnée ne sont pas ma conception de la vie politique. Ils représentent exactement ce que les Français ont fermement rejeté dans les récentes élections présidentielles. J’ai construit mon engagement personnel sur la fidélité à des convictions, à une famille politique, à un territoire, et à l’exigence d’intégrité. Ma voix n’a jamais manqué aux miens. J’observe que la candidate d’En Marche a fait des choix inverses, et est soutenue aujourd’hui par une personne qui oublie elle aussi ses propres engagements. Chacun jugera.

Bergé a raillé la réaction de Christine Boutin au geste de Juppé. Elle estime que vous avez les “soutiens que vous méritez”. Que lui répondez vous ?

Madame Boutin a été Maire, député, ministre, et est conseiller départemental. Elle est restée tout au long de sa carrière politique enracinée dans son territoire. On peut ou pas apprécier ce qu’elle défend ou ce qu’elle dit, et j’ai moi-même exprimé des désaccords clairs avec ses récentes prises de position. Mais personne ne peut lui nier ni le sens du service, ni le courage de ses convictions.

Lorsque Madame Bergé

Lire la suite de l'article

Libérer les énergies économiques est bel et bien une nécessité

Dans La Nef, Christophe Geffroy revient sur l'élection de François Fillon et écrit :

Images-7"[…] il faudrait quand même un jour délaisser les réflexes pavloviens qui font de toute volonté de réformer la bureaucratie française tentaculaire une dérive « ultralibérale » à proscrire absolument. Notre pays a atteint un tel niveau de complexité administrative et de prélèvements obligatoires, qu’il n’est pas illégitime de vouloir s’attaquer à ces forteresses. Libérer les énergies économiques est bel et bien une nécessité, F. Fillon a là-dessus raison, le problème est qu’il l’envisage à sens unique (c’est en cela qu’il est libéral) sans prendre suffisamment en compte le besoin de sécurité et de protection qui est celui du peuple dans une conjoncture aussi exposée que la nôtre.

Le FN l’attaque en priorité sur ce terrain tout en étant persuadé que le positionnement « libéral-conservateur » de F. Fillon est une baudruche qui se dégonflera très vite. Je ne m’aventurerai pas à supputer les convictions profondes de l’homme qui a été cinq ans le premier ministre du président Sarkozy avec les résultats que l’on connaît. Mais je pense en revanche avec Marcel Gauchet que le très large succès qu’il a remporté à la primaire n’est pas le fait du hasard et correspond à un mouvement de fond.

En effet, Marcel Gauchet explique qu’il existe trois grandes familles idéologiques qui correspondent aux besoins fondamentaux de toute communauté politique moderne : la famille conservatrice, la libérale et la socialiste. Notre système politique a ramené ces trois familles dans une opposition binaire droite/gauche,

Lire la suite de l'article

« Cultiver nos identités, Une nécessité pour dialoguer »

Le père Louis-Marie Guitton est prêtre du diocèse de Fréjus-Toulon, délégué diocésain pour la Pastorale de la famille et de la vie et responsable de l’OSP (Observatoire Socio-Politique) du Diocèse. Il répond aux questions du Rouge & Le Noir à l’occasion de la 6° édition des Universités d’été de la Sainte Baume qui aura lieu du 24 au 27 août 2016 autour du thème « Cultiver nos identités, Une nécessité pour dialoguer ». Extraits :

"L’université d’été de la Sainte Baume aura cette année pour thème central l’identité. Portera-t-elle uniquement sur le concept d’identité ou s’attachera-t-elle aussi à définir ce qu’est l’identité catholique et française ?

Il état important pour nous de ne pas s’enfermer dans une vision restrictive de ce thème en abordant uniquement la question de l’identité française. En réalité, cette notion analogique a des racines bien plus profondes. Ce n’est pas un hasard si saint Jean-Paul II a souligné la centralité de la question anthropologique : comment affronter les défis actuels si l’on ignore l’identité et la vocation de la personne humaine ? Il appartient à l’Église que d’annoncer la vérité sur l’homme. De plus, il y a un ordre de priorité : la « question française », pour importante qu’elle soit, n’est pas première. Quel est cet homme ? Quelle est sa famille ? Quelle est sa foi ? Quelle est sa culture ? S’il est chrétien, quelle est son identité politique ? Y a-t-il une identité européenne ?… Ce qui n’a pas empêché le même Jean-Paul II d’écrire des pages magnifiques sur son attachement à sa patrie dans l’un

Lire la suite de l'article

L’abrogation de la Loi Taubira est liée à la nécessité de protéger l’intérêt supérieur de l’enfant

Sabine de Villeroché, ancienne avocate au Barreau de Paris, membre du Comité Central du FN, a rédigé pour le Club Idées nation une petite synthèse expliquant pourquoi l'abrogation de la loi Taubira est nécessaire :

"En autorisant les couples de même sexe à se marier, la loi Taubira a légalisé leur droit à adopter des enfants. C’est un véritable bouleversement de notre droit de la filiation auquel on assiste depuis que ce désir d’enfant est accessible à ceux qui ne peuvent naturellement procréer. Avons-nous bien réalisé qu’au-delà du mariage pour tous, c’est bien le droit à l’enfant pour tous qui a été sacralisé ?

Pour les couples de même sexe, devenir parents d’intention peut se réaliser de 4 manières : l’adoption au sens classique, la GPA ou gestation pour autrui, la PMA ou procréation médicalement assistée, ou encore la co-parentalité. Parmi ces procédés, certains comme l’adoption sont légaux, d’autres sont illicites.

L’adoption « classique » est autorisée de fait par la loi Taubira mais se révèle peu efficace voire anecdotique compte tenu du faible nombre d’enfants adoptables (depuis 2013, moins d’une dizaine de couples se sont vus attribuer un enfant par le biais de cette procédure). D’où la nécessité pour les couples de même sexe de recourir aux procédés de fabrication d’enfants à l’étranger : GPA pour les couples d’hommes, ou PMA pour les couples de femmes.

Les pratiques de GPA et de PMA sont formellement interdites en France, comme le stipulent l’article 16-7 du Code Civil et la loi de bioéthique de 1994. La

Lire la suite de l'article

La nécessité d’une nouvelle alliance entre Dieu et César

D'Aymeric Pourbaix dans Famille chrétienne :

Numero-1991-samedi-12-mars-2016-europe-l-union-pour-la-vie-les-mouvements-pro-vie-se-federent_large"C’est un clin d’œil autant qu’un symbole. En plein discrédit de la représentation politique, droite et gauche confondues, face à une perspective présidentielle qui n’enchante guère, le retour en France de l’anneau de Jeanne d’Arc, par l’intermédiaire du Puy du Fou, sonne comme un espoir de renouveau.

Précision de taille : cet anneau serait celui reçu par Jeanne à Domrémy lors de sa première communion, avec l’inscription « Jhesus Maria ». Jésus et Marie, et non tel ou tel slogan politique… Et c’est munie de cet anneau qu’une jeune fille sans instruction a pu rétablir la continuité du pouvoir dans le royaume de France. Car telle était sa mission : dans l’ordre de la politique, opérer une restauration du sacré, et rétablir la filiation divine par adoption qui concerne tout chrétien, souverain compris.

Cette question, celle de la légitimité du pouvoir, se pose-t-elle différemment aujourd’hui ? Le président de la République est un « monarque républicain », disent les juristes. Mais ils omettent de rappeler que l’autorité politique n’existait alors que par délégation du Père éternel – le roi n’est que le « lieutenant de Dieu », affirmait Jeanne d’Arc. Ce qui ne veut pas dire qu’il reçoit ses ordres de l’Église, mais qu’il coopère à l’œuvre divine à travers sa fonction. Cela vaut mieux que de s’en remettre aux oracles sondagiers ou à la mécanique gestionnaire…

L’enjeu est donc moins celui du régime que de l’existence reconnue d’une transcendance, qui aide l’homme à se dépasser. D’où

Lire la suite de l'article

De la nécessité pour Marine Le Pen de s’emparer des sujets de société qui préoccupent l’électorat de droite

Après s'être exprimé dans Minute et sur Boulevard Voltaire pour une alliance entre le FN et le bloc des droites patriote, Karim Ouchikh (SIEL), qui s'est donné 6 mois pour convaincre Marine Le Pen, répond aux questions de Nouvelles de France. Extrait :

Karim_Ouchikh"Le séminaire de réflexion du FN des 5, 6 et 7 juin s’est déroulé à huis-clos, en présence des membres du Bureau politique et des parlementaires frontistes. Les personnalités extérieures, dont je fus, se sont exprimées le samedi après-midi, chacun au regard de son expertise particulière. Je ne peux donc juger de la nature des travaux auxquels je n’ai pas participé et donc de leurs conclusions politiques. A l’occasion de mon discours, j’ai particulièrement insisté sur la nécessité pour Marine Le Pen d’incorporer à son discours les sujets de société qui préoccupent surtout nos compatriotes de droite, au premier rang desquels ceux qui concernent notre socle anthropologique d’essence chrétienne (modèle familial classique, loi Taubira, GPA/PMA, fin de vie….).

De façon générale, je crois essentiel que Marine Le Pen construise son programme présidentiel en intégrant ces questions centrales qui ne sont pas autant clivantes qu’on le prétend.

D’un point de vue stratégique, il serait opportun que ces thèmes soient défendus par une coalition de forces authentiquement de droite, – la droite des valeurs que je désigne habituellement sous la vocable de ‘’bloc villiériste’’-, laquelle pourrait conclure, en ce domaine comme en tant d’autres, une alliance programmatique avec le FN : ce faisant, le FN

Lire la suite de l'article

Cardinal Burke : “La réforme du procès de nullité matrimoniale nécessite une révision très sérieuse”

Extrait d'une interview du cardinal Burke à propos du Motu Proprio Mitis Iudex, simplifiant les procédures canoniques d'annulation du mariage et traduite en français par le site Benoit-et-moi.fr :

ImagesCAUIXRP3"Dans l'ensemble, et j'ai une longue expérience, ces cas sont très complexes et requièrent un examen approfondi de la part de ceux qui sont préparés pour ce travail. De nombreux évêques, en toute honnêteté et pas par leur faute, m'ont dit: «Je ne suis pas préparé pour juger des cas de nullité de mariage. À part des études de base en droit canonique je n'ai pas étudié cette matière. C'est pourquoi j'envoie des prêtres depuis des années se préparer à le faire». Ma réponse à ces évêques est: «La loi ne peut pas vous obliger à faire ce dont vous n'êtes pas capables; autrement dit, que vous ne pouvez pas honnêtement faire». La réponse à donner au fidèle est donc: «Je ne suis pas préparé pour émettre ce jugement, je renvoie donc votre cas au tribunal matrimonial qui est préparé pour produire un jugement équitable».

Je pense que toute la matière de la réforme du procès de nullité matrimoniale nécessite une révision très sérieuse, surtout en ce qui concerne les questions les plus critiques. Par exemple, il n'est à présent plus nécessaire d'avoir une deuxième 'sentence conforme positive' pour qu'une déclaration de nullité de mariage devienne exécutoire.L'argument souvent utilisé est que cette double sentence conforme n'a été introduite qu'au XVIIIème siècle par le Pape Benoît XIV, ce

Lire la suite de l'article

Faire le choix de la famille nécessite du courage. Et ce courage est payant au plan électoral

La Manif Pour Tous observe que les candidats qui ont fait le choix d'assumer clairement leurs positions sur les questions sociétales et familiales sont en position favorable à l'issue du 1er tour.

Q"Plus les candidats seront précis dans leurs engagements durant cette entre-deux tours, plus ils auront de chances de l'emporter dimanche prochain. Les Français veulent des leaders engagés, cohérents et ancrés dans la réalité !

Les résultats du 1er tour des élections régionales ont confirmé les tendances des derniers sondages. Le débat se focalise depuis dimanche soir 20h sur les stratégies politiques dans les régions où le Front National a enregistré des scores très importants (Nord Pas de Calais-Picardie, PACA et ALCA). Mais il ne faudrait pas passer à côté des autres enseignements à tirer de ce 1er tour.

Comme aux élections municipales et départementales, les candidats de l'actuelle majorité pâtissent des mesures gravissimes prises par François Hollande et ses gouvernements successifs à l'encontre de la famille. Le refus de débattre sur les questions de société et le mépris affiché à l'égard des familles, ont marqué le quinquennat de François Hollande. Cette familiphobie se poursuit avec le sabordage de la politique familiale. Pas de changement à l'occasion de ces élections régionales puisque les candidats de gauche ont refusé de rencontrer les électeurs pour parler de la famille lors des meetings « Questions pour un président de région » organisés par La Manif Pour Tous. La plupart d'entre eux n'ayant même pas répondu à l'invitation du mouvement

Lire la suite de l'article

La conscience, c’est la nécessité de se conformer à Jésus Christ

L’évêque de Varsovie-Praga, Mgr Henryk Hoser, juge le rapport final du synode sur la famille est « plus mûr et équilibré » que l’Instrumentum Laboris. Il revient pour Famille chrétienne sur le for interne et la conscience, notions qui ont généré quelques critiques :

H"Nous avons rectifié certains éléments en rappelant, et en accentuant, que la conscience est  une chose dérivée de la vérité de Dieu. La conscience, c’est la nécessité de se conformer à Jésus Christ, qui est « le chemin, la vérité, la vie ». Nous n’avons pas voté pour une conscience individualiste, autogérée mais, au contraire, pour une conscience mûre qui sait comment s’authentifier par rapport à la vérité de Dieu.

La situation de la famille a-t-elle changé depuis l’exhortation apostolique Familiaris Consortio de Jean-Paul II ?

Ce qui a changé, c’est la situation existentielle de la famille, pas sa nature. Le deuxième chapitre du rapport final rappelle la place de la famille dans le dessein de Dieu, ce qui confirme avec force ce que Jean-Paul II a enseigné. Le document fait aussi de nombreuses références, heureuses, à l’enseignement de Paul VI, de Jean-Paul II, de Benoît XVI et du pape François. Il confirme cette succession et cette linéarité de l’enseignement de l’Église. Les pères synodaux ne sont pas déconnectés de la situation des familles. Tout est devant nous maintenant.

Lire la suite de l'article