Archives par étiquette : nécessaire

Sens Commun a obtenu le nombre de votes nécessaire pour être reconnu à Sciences Po

Défaite pour les gauchistes : Sens Commun s’est présenté la semaine dernière aux initiatives étudiantes, sorte d’élections qui permettent aux associations de se faire reconnaître comme telle au sein de l’Institut d’études politiques parisien. Sens Commun a recueilli les 120 voix minimum nécessaires pour être reconnue comme association à Sciences Po.

DLsR7l6XUAA6Kks

Commentaires (3)

Bravo!Semez maintenant…

Rédigé par : a.picadestats | 9 oct 2017 21:12:52
____________________________________

Sens commun à sciences po c'est gentil mais cela ne va pas déboucher sur grand chose. D'autant plus que le conformisme des étudiants de l'IEP Paris est désespérant.
au début/milieu des années 70 (entre 71 et 75), le GUD était implanté à l'IEP Paris et avait obtenu des élus.
il y avait l'UED (Union des Etudiants de Droite) à la fin des années 70 avec le regretté Emmanuel Ratier et jusqu'au début des années 80 avec pas mal de militants activistes.
Au milieu des années 80 il y avait le GNAR (Groupe nationaliste d'action révolutionnaire ce qui du seul point de vue du sigle a plus de panache que Sens commun ou sens unique) puis fin des années 80 le CNEP avec Régis de la Croix Vauboix.
Sens commun à science po c'est comme une implantation giscardienne ou barriste à l'IEP il y a 30 ans…

Rédigé par : xavier | 9 oct 2017 21:42:38
____________________________________

Traduire Art et Culture par Arts and culture etc… quel génie! Cette école me paraît pourrie par le mondialisme: sans identité, tu meurs! scions ce pot!

Rédigé par : clovis

Lire la suite de l'article

La nécessaire reconquête sémantique

Article proposé par un marin :

"Dans son roman le montage Vladimir Volkoff montre comment vaincre militairement et idéologiquement son ennemi en utilisant des armes non létales : les armes sémantiques. Elles sont un levier d’action puissant à manier avec précaution. Un long processus de renoncement fait qu’aujourd’hui elles sont employées contre la Marine Nationale.

Pour créer une arme sémantique, plusieurs conditions sont nécessaires. Tout d’abord, le ou les mots qui la composent doivent être maîtrisés. Leurs sens étudiés en amont, leurs définitions forgées patiemment. Ils ne doivent s’appliquer qu’aux domaines limités auxquels il sont destinés. Pouvoir être synonyme des mots qu’ils remplacent, sans que ceux-ci ne le puissent. Leur emploi doit être calculé. Leur contradiction impossible. Leur expression devra être naturelle. La première personne à les professer sera choisie avec soin. Leur formulation aisée sera répétée jusqu’à devenir universelle. Si toutes ces conditions sont réunies, ces mot deviendront des armes sémantiques. Des Mots.

Alexandre Psar –héros du montage- devait censurer un Mot, tant que l’URSS n’en aurait pas acquis la maîtrise. Une fois correctement révélé, le seul usage de ce mot permettait à l’Union de jeter le discrédit sur tout adversaire et d’orienter la discussion dans un domaine idéologiquement maîtrisé. Il garantissait la victoire politique dans un débat.

Dans 1984 de Georges Orwell, la dernière édition du dictionnaire doit terminer de faire de la novlangue la langue des Mots. Grâce à ce dictionnaire, les idées contraires à l’ordre établi ne peuvent plus être exprimées. Il ne peut y avoir

Lire la suite de l'article

Il est nécessaire de s’appliquer avec un plus grand enthousiasme à la réhabilitation de la famille

Extraits du discours du pape François à l’Institut Jean-Paul II sur le mariage et la famille, jeudi 27 octobre :

26.10.2016"[…] Dans la conjoncture actuelle, les liens conjugaux et familiaux sont mis à l’épreuve de bien des manières. L’affirmation de soi d’une culture qui exalte un individualisme narcissique, une conception de la liberté débarrassée de la  responsabilité à l’égard de l’autre, la croissance de l’indifférence envers le bien commun, l’imposition d’idéologies qui agressent directement le projet familial, tout comme la croissance de la pauvreté qui menace l’avenir de tant de familles, sont autant de raisons de crises pour la famille contemporaine. Il y a aussi les questions ouvertes du développement des nouvelles technologies qui rendent possibles des pratiques parfois en conflit avec la véritable dignité de la vie humaine. La complexité de ces nouveaux horizons recommande un lien plus étroit entre l’Institut Jean-Paul II et l’Académie pontificale pour la vie. Je vous exhorte à fréquenter courageusement ces implications nouvelles et délicates avec toute la rigueur nécessaire, sans tomber « dans la tentation de les vernir, de les parfumer, de les ajuster un peu et de les domestiquer » (Lettre au Grand Chancelier de l’Université pontificale catholique argentine, 3 mars 2015).

L’incertitude et la confusion qui touchent les attaches fondamentales de la personne et de la vie déstabilisent tous les liens, familiaux et sociaux, faisant prévaloir toujours plus le « je » sur le « nous », l’individu sur la société. C’est un effet qui contredit le dessein de Dieu, qui a confié le monde et l’histoire à

Lire la suite de l'article

Une vie intérieure intense est nécessaire à l’homme d’Etat

I-Grande-21460-vient-de-paraitre-salazar.netLes éditions DMM vient de republier la biographie de Salazar, écrite par Jacques Ploncard d'Asac. Salazar fut l'homme d'Etat le plus silencieux d'Europe, alors que la civilisation moderne est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure (Bernanos). Néanmoins, ce livre explique par un certain nombre de citations du Premier ministre du Portugal, sa politique, sa philosophie, sa vision de l'avenir et de la société. 

Salazar était hostile au cinéma de la politique partisane : il se montrait peu. Il travaillait et gouvernait, avec les "Pensées" de Pascal et les "Confessions" de saint Augustin près de lui. Salazar a traversé les soubresauts du XXe siècle, depuis son arrivée en 1926 à sa maladie en 1968 : la guerre civile en Espagne, la seconde guerre mondiale, la guerre froide, la décolonisation… Jusqu'à la fin, Salazar a maintenu le Portugal, son empire, ses traditions, sans un écart, sans hâte, sans courir derrière les honneurs, le mythe du progrès ou de la société de consommation. Philosophe, paysan même selon Gustave Thibon, Salazar a défendu la famille, en en faisant un principe non négociable car pilier de la société :

"Nous ne discutons pas la famille. L'homme naît là, les générations s'y éduquent, là se forme le petit monde d'affections sans lesquelles l'homme peut difficilement vivre. Quand la famille se défait, la maison se défait, le foyer se défait, les liens de parenté se dénouent pour laisser les hommes devant l'Etat, isolés, étrangers, sans attaches et dépouillés moralement de plus de la moitié d'eux-mêmes : le nom se perd, on devient

Lire la suite de l'article

Pour que la lutte contre la GPA soit pleinement efficace, l’abrogation de la loi Taubira est nécessaire

Anne Isabeth a interrogé Ludovine de La Rochère dans Présent sur la manifestation de demain. Extraits :

Pourquoi organiser une manifestation maintenant ?

Parce que nous avons enfin deux propositions de loi complémentaires qui permettrait de lutter réellement contre le développement de la GPA. Car si la GPA est interdite sur le sol français, elle n’est pas interdite aux Français. Il suffit de voir tous ceux qui se rendent à l’étranger pour trouver une femme qui acceptera de porter un enfant pour eux : la loi française aujourd’hui ne peut rien faire contre eux. Sans parler de la circulaire Taubira, qui demande la régularisation de ces enfants nés à l’étranger d’une pratique interdite en France. Il est ur- gent et nécessaire d’agir.

Qu’y a-t-il dans ces deux propositions de loi ?

La première, proposée par le député Philippe Gosselin, a pour but de constitutionnaliser le principe d’indisponibilité du corps humain, c’est-à-dire d’interdire la marchandisation du vivant. Ce principe est désormais tellement mis à mal qu’il est nécessaire de l’in- scrire dans la constitution. La seconde proposition, qui émane de Valérie Boyer, doit renforcer l’interdiction de la GPA en la transfor- mant en un délit spécial permettant une con- damnation des personnes qui se rendent à l’étranger pour y avoir recours. Cette proposition de loi prévoit aussi la suppression de la circulaire Taubira, qui a levé un frein psychologique au recours à des mères porteuses.

En outre, la loi entend s’attaquer à tous ceux qui font la promotion de la GPA.

Lire la suite de l'article

Le rapport de force n’exclut pas le dialogue, mais il le rend nécessaire

La « Manif pour Tous » organise ce 5 octobre – à Bordeaux et à Paris – deux grandes manifestations. Faut-il y aller ? Pourquoi ? Extrait de la réponse de l'abbé Grosjean (diocèse de Versailles) :

"[…] Bien sûr, la manifestation n’est pas la seule forme de mobilisation. Mais elle est utile et même nécessaire, en complément du dialogue, des démarches plus personnelles … et de la prière !

Car le dialogue n’est pas facile avec ceux qui sont sous l’influence d’une forte idéologie sur ces questions sociétales. Certains ministres et leur entourage sont parfois très durs. Ils ne comprennent pas, ne veulent rien entendre et caricaturent leurs opposants. D’autres s’en moquent ou n’ont pas tellement d’opinion, mais vont dans le sens des vents dominants. Ils ne veulent pas de nouveaux conflits. D’autres enfin se montrent plus ouverts, mais se sentent prisonniers de la solidarité gouvernementale. Les uns et les autres, de façon différente, réagissent donc au rapport de force. Il faut accepter d’y entrer, de façon pacifique, ferme et paisible pour rendre ensuite le dialogue possible et trouver ensemble des solutions. Le rapport de force n’exclut pas le dialogue. Mais il est nécessaire pour le rendre à nouveau indispensable et l’encourager. Ce qu’on dit là du gouvernement pourrait s’appliquer aux responsables de l’opposition. Ils travaillent à préparer une alternance. Il est précieux de leur faire entendre que celle-ci ne pourra se fonder que sur un engagement réel en faveur de la famille. La famille ne sera jamais un sujet secondaire … […]"

Lire la suite de l'article

Une claque au pacifisme : le Vatican considère qu’une intervention militaire en Irak est “nécessaire”

Lu ici, cette annonce qui aidrea à comprendre la différence entre pacifiste et pacifique, :

"Alors que depuis les années 1960, les positions du Vatican se caractérisent par une forte réticence face à l’usage de la force armée dans la résolution de conflits, Mgr Silvano Tomasi, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies, a déclaré samedi 9 août, qu’une intervention militaire en Irak est « nécessaire en ce moment pour arrêter l’avancée des djihadistes en Irak ».

Lire la suite de l'article

La nécessaire réforme du financement des partis politiques

L'affaire Bygmalion à l'UMP est l'occasion de revenir sur le système de financement des partis politiques. Selon un sondage de Contribuables Associés, ce sont les adhérents qui doivent financer et non l'argent public, un thème souvent traité sur ce blog :

C

C'est l'occasion de rappeler que le financement public des partis est un piège. En effet, ce système incite à la multiplication des listes aux législatives; il "gèle" le paysage politique en rendant plus difficile l'émergence de partis entre deux élections; il rend les partis moins attentifs à leurs militants, puisque la part de ces derniers dans leur financement est moindre.

Plus grave : tout ce que l'Etat finance, l'Etat veut contrôler tôt ou tard le contrôler. Et le financement public apparaît comme un moyen de pression ou de sanction efficace pour modeler ou museler les partis. Déjà, les partis qui ne respectent pas la parité hommes-femmes sont pénalisés - et on imagine facilement ce principe s'appliquer un jour au nombre de "minorités visibles", voire d'homosexuels, parmi les candidats.

Lire la suite de l'article

UE : il est nécessaire qu’il y ait des voix qui crient dans le désert

Interrogé par TV Libertés, Bruno Gollnisch, député européen depuis 1989, compare son rôle au Parlement européen, au milieu d'élus fédéralistes, à celui de St Jean-Baptiste, celui qui crie dans le désert. Et il ajoute, "autre celui qui sème, autre celui qui moissonne" :

 

Lire la suite de l'article