Archives par étiquette : national

Deux députés LR à l’université d’été du Rassemblement national

Ah non, en fait ils ont préféré se rendre à celle de Jean-Luc Mélenchon.

Marianne Dubois (Loiret) et Olivier Marleix (Eure-et-Loir) participeront à une table ronde sur la défense à Marseille lors de l'université d'été de la France Insoumise.

On attend qu'ils fassent preuve de la même ouverture intellectuelle à l'égard du parti de Marine Le Pen

Lire la suite de l'article

Le Service National Universel : une menace liberticide ?

Images-12Mesure emblématique d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, le service national universel (SNU) s'avère délicat à mettre en place. Le gouvernement s'oriente vers un mois obligatoire à 16 ans, sans doute durant les vacances d'été… puis une partie facultative qui s'adressera aux jeunes qui souhaitent s'engager dans la culture, la défense, l'environnement, l'aide aux personnes ou le tutorat. Ce projet suscite méfiance et perplexité en raison de son coût potentiel, du casse-tête posé par l'hébergement et l'encadrement de centaines de milliers de jeunes par an.

Le SNU sera organisé en deux phases. Une « phase de cohésion » obligatoire d'une durée d'un mois maximum, à l'âge de 16 ans environ, comprenant une phase d'« intégration » de 15 jours en hébergement collectif qui permettra le « brassage social », suivi d'un temps d'engagement de 15 jours « plus personnalisé » en petits groupes, pas nécessairement en internat. Cette séquence se déroulera en partie pendant les vacances scolaires. Nous pouvons imaginer les conséquences sur les camps scouts et autres camps de jeunes, les jeunes sapeurs-pompiers, privés de la génération âgée de 16 ans…

Autre problème posé par ce SNU : la jeunesse français a-t-elle besoin d'être rééduquée dans un dispositif étatique centralisé ? Sans aller jusqu'à évoquer le Komsomol soviétique ou la Hitlerjungend, on se demande bien ce que l'Etat tout-puissant va pouvoir inculquer en 4 semaines à la jeunesse ? C'est la porte ouverte aux dérives totalitaires. Ce qui deviendra possible à 16 ans pourrait

Lire la suite de l'article

Occitanie: le Rassemblement National épingle le clientélisme LGBT de Carole Delga

Gilles Ardinat, élu RN (nouvelle appellation du FN) dans l'Hérault a interpellé la Présidente Delga (PS) au sujet de la charte "LGBT Friendly" qu'elle a signé le 25 mai à Montpellier. Cette charte controversée est censée favoriser le tourisme des personnes LGBT en Occitanie. Pour le RN, cette démarche communautariste pose des problèmes déontologiques puisqu'elle permet à une société privée ("Friendly company") de vendre des prestations payantes en s'appuyant sur les réseaux et le prestige du Conseil régional. Cette entreprise est présidée par un ami personnel de Mme Delga, M. Vincent Boileau-Autin, militant socialiste et activiste du lobby LGBT. En outre, le contenu de cette charte reste inconnu des élus d'opposition puisque les services de Mme Delga refusent au RN d'y avoir accès. Interrogée publiquement le 22 juin, Carole Delga, visiblement très gênée par cette affaire, a refusé de répondre aux questions du conseiller régional RN :

Lire la suite de l'article

Sans le Rassemblement (National), rien n’est possible

Pour une fois que Nicolas Sarkozy prône l'union des droites

Capture«Chacun fait ce qu'il croit devoir faire. Moi je ne peux dire qu'une seule chose: j'aimerais que tout le monde comprenne cette idée simple que sans le rassemblement rien n'est possible. Et qu'il faut se rassembler»

Hélas, il prône le rassemblement avec Virginie Calmels, pas avec le RN…

Lire la suite de l'article

« Pas une perte », Monot ? C’est ainsi que le Rassemblement National prépare l’avenir…

Minute revient sur le départ de l'eurodéputé FN Bernard Monot, qui a rallié Nicolas Dupont-Aignan :

Capture d’écran 2018-06-05 à 22.08.01"« Ce n'est pas une perte. » Ainsi Marine Le Pen a-t-elle commenté auprès du quotidien « l’Opinion » le départ du député Bernard Monot, d’abord du groupe Europe des Nations et des Libertés (ENL) au Parlement européen, puis du puis du Front national, dont il était le « Monsieur Economie » […]

Au Front national (mais peut-être en ira-t-il différemment au Rassemblement national, rien n’interdit de l’espérer), il en a toujours été ainsi : ceux qui partent ne représentent jamais une perte, c’est même à se demander pourquoi on s’était tant réjoui lors de leur arrivée. […] « Ce n’est pas une perte », mais le 24 février 2014, c’est un discours d’une tout autre teneur que tient Marine Le Pen en présentant, à Chartres, la tête de liste du Front national et du Rassemblement Bleu Marine pour les élections européennes dans la circonscription Massif central-Centre. Celui qui n’était jusqu’alors apparu que furtivement, avec moult précautions et sous le pseudonyme de Nicolas Pavillon, va conduire la liste FN/RBM. Cela montre, ex- plique Marine Le Pen, à quel point le RBM est « capable d’attirer à lui des personnalités choisies pour la performance de leurs compétences » : […] A en croire Marine Le Pen, les compétences de Monot sont considérables. Outre que « Bernard est un praticien des marchés financiers », ce « sympathisant du FN historique puisqu’il a adhéré en 1979 »

Lire la suite de l'article

Le Front National est mort

Capture d’écran 2018-06-01 à 19.59.54Et laisse la place au Rassemblement National, adopté par 80% des 53% des adhérents du FN qui ont participé à ce scrutin :

Il reste à savoir comment ce rassemblement s'effectuera : appels aux ralliements comme le demande Marine Le Pen dans son discours ou/et alliances comme l'appel lancé à Nicolas Dupont-Aignan hier pour constituer une liste commune aux prochaines élections européennes ?

Lire la suite de l'article

Le maire de Béziers, le Front national et les autres ne sont pas des ennemis pour le CNIP

Le Centre National des Indépendants et Paysans, ou CNIP, est l’un des plus vieux partis de France. Il avait été fondé en janvier 1949 par fusion de plusieurs organisations de droite. Depuis 2016, le CNIP est présidé par Bruno North, qui pratique une politique de rapprochement avec toutes les droites. Il explique à Francis Bergeron dans Présent :

9116-p8-bruno-north-197x300"Le CNIP n’est pas un parti politique de militants. Nous comptons moins de 5 000 adhérents. Mais nous fédérons un grand nombre d’élus de terrain, en particulier dans les zones rurales. Disons que le CNIP, aujourd’hui, ne se voit pas ajouter à l’offre politique sa propre liste aux élections européennes, par exemple, mais compte s’investir pleinement dans les prochaines élections municipales. Nous avons de nombreux élus de terrain, notamment une petite dizaine de conseillers régionaux tels que Thierry Gourlot, dans le Grand-Est, ou Jordan Grosse-Cruciani, 27 ans, conseiller régional et qui est aussi responsable des jeunes du CNIP, ou encore Olivier Bettati, conseiller régional de Paca, conseiller municipal de Nice et conseiller métropolitain NCA. […]

Le CNIP a toujours été partie prenante des coalitions de la droite de gestion. On l’a vu encore lors des primaires de la droite auxquelles le CNIP a participé. J’ai bien noté que le CNIP – comme Présent – entend ne pas avoir d’ennemis à droite. Mais qu’en est-il de vos rapports avec le Front national et avec des formations plus marginales comme celles de Poisson, de Dupont-Aignan, de Bompard, voire avec des personnalités comme Ménard ?

Oui, pas d’ennemis à

Lire la suite de l'article

Debout la France, trait d’union entre Les Républicains et le Front national ?

JnKZt5x2_400x400Benoît Lépine, secrétaire départemental du Front national en Maine-et-Loire jusqu’en octobre 2015, occupe depuis février les mêmes fonctions à Debout la France.

« J’ai adhéré après la présidentielle. Nicolas Dupont-Aignan a fait un choix courageux en soutenant Marine Le Pen au second tour. Je me suis dit qu’il était prêt à prendre ses responsabilités. »

Dans le département, le parti compte une centaine d’adhérents. Au niveau national, « on approche les 20 000. Et je signe presque tous les jours des ralliements de militants, voire d’élus FN ». Le nouveau secrétaire départemental assure être dans une « logique de rassemblement, pour être un trait d’union » entre Les Républicains et le Front national. Dans la lignée de l’Appel d’Angers qui a réuni en mars plusieurs composantes de la droite radicale ? :

« On est sur la même thématique. Mais c’est un appel comme il y en a d’autres. Nicolas Dupont-Aignan ne va pas tout signer. Il a déjà lancé la plateforme des Amoureux de la France, avec Robert Ménard et Jean-Frédéric Poisson. »

Lire la suite de l'article

Il est permis d’accrocher le drapeau national frappé d’une croix de Lorraine

La sous-préfecture de Libourne a communiqué mardi, dans l'affaire opposant le maire socialiste de Sainte-Terre (Gironde) à l'habitant qui a accroché à son balcon le drapeau de la France Libre.

6a00d83451619c69e20224e03a9e6d200d-200wi« La sous-préfecture de Libourne a été saisie par le maire de Sainte-Terre sur la présence, au fronton d'un bâtiment privé, d'un drapeau national frappé d'une croix de Lorraine. Après examen, la préfecture confirme qu'il n' y a pas de règles opposables en la matière et qu'un particulier peut dresser sur un bâtiment lui appartenant l'emblème national, sous réserve de ne pas porter atteinte à la sécurité des personnes et du respect du drapeau national. »

Lire la suite de l'article