Archives par étiquette : Nantes

Témoignages : qui était à la messe à la cathédrale de Nantes ce matin?

Qui confirme cette info?

Lire la suite de l'article

A Nantes, les mineurs étrangers ont tout compris au plan Borloo : €

Unknown-14Une révolte a éclaté dans un foyer pour mineurs étrangers isolés à Nantes. Plusieurs pensionnaires se sont mis à casser des vitres, des meubles et des ordinateurs. La police a du intervenir. La raison de leur colère ? Une décision du conseil départemental, qui les prend en charge. Il transforme une partie de l'argent qu'il leur donnait chaque mois en repas.

Jusqu'ici, le département de Loire-Atlantique versait tous les mois 300 euros à chaque pensionnaire de ce foyer où il n'y a pas de restauration. Comme l'argent était utilisé visiblement pour des activités immorales, il a été décidé de fournir quotidiennement des repas aux pensionnaires du foyer et de ne verser en espèces que 60 euros à chacun d'entre-eux.

Les policiers qui sont intervenus ont été la cible de jets de projectilesSept voyous ont été placés en garde à vue.

Lire la suite de l'article

Les Potimarrants joueront à Nantes ce week-end

Les Potimarrants Association catholique fondée à Nantes et Parrainée par Roland Giraud et Julien Pestel.) joueront le candidat de Gustave Flaubert au profit des enfants du Mékong les vendredi 20 et Samedi 21 Avril à 20h00 et le dimanche 22 Avril à 16h00 à la salle Festive (Nantes nord).

Synopsis : 

Dans cette « grande comédie politique », une fureur acerbe résonne contre les mondanités, la corruption et l’arrivisme. Rousselin, héros candidat en province, pris du «vertige de la députation,» ne recule devant aucun sacrifice pour gagner l’élection, plus préoccupé par le titre que par la fonction. Il est tantôt conservateur, tantôt socialiste, puis se prétend libéral. il offre femme et fille au mieux votant, travaille la phrase choc et recherche le geste «sincère» de celui qui a raison. Cette satire politique, qui vise tous les partis, offre un éclairage cinglant sur les hommes politiques d’hier et d’aujourd’hui. Le Candidat est bien le Dictionnaire des idées reçues en politique.

Lire la suite de l'article

Nantes : le Cours Charlier recrute

Capture d’écran 2018-02-12 à 20.30.57Le Cours Charlier, École Primaire-Collège catholique hors contrat pour garçons à Nantes, recherche un professeur d'anglais pour ses élèves de 4ème et 3ème, de mars à juin 2018 (environ 7h par semaine).

Le Cours Charlier a été créé en 2001 à l'initiative de parents catholiques soucieux d'apporter à leurs garçons un enseignement en cohérence avec celui de l'Église, s’appuyant sur des méthodes d’apprentissage classiques.

Le Cours Charlier scolarise à ce jour près de 200 garçons de la maternelle à la 3ème.

CV et lettre de motivation à envoyer à : courscharlier44@gmail.com – 06 88 48 14 71

Lire la suite de l'article

La cour d’appel de Nantes reconnaît que la GPA viole l’indisponibilité du corps humain

Pour combien de temps encore ?

Images-4"Le 20 août 2013, le ministre de l’Intérieur avait rejeté la demande de naturalisation d’un Russe qui avait eu recours dans son pays d’origine à la gestation pour le compte d’autrui. Cet homme a contesté cette décision devant le juge administratif qui a rejeté sa demande, en première instance, puis en appel.

La cour administrative d’appel de Nantes a répondu par l’affirmative à la question de savoir si une demande de naturalisation peut être refusée au motif que le demandeur avait eu recours à la GPA à l’étranger. Le motif est que le recours à la GPA méconnaît un principe essentiel du droit français : l’indisponibilité du corps humain, de sorte que Les conventions de GPA sont interdites en France et sont sanctionnées pénalement.

« Pour refuser à M. E… l’acquisition de la nationalité française, le ministre chargé des naturalisations a pu, dans son large pouvoir d’appréciation et compte tenu des dispositions du code civil et du code pénal prohibant le recours à la gestation pour autrui, prendre en compte, sans commettre d’erreur de droit, ni d’erreur manifeste d'appréciation, le fait que le postulant avait eu recours dans son pays d’origine à la gestation pour le compte d’autrui ; que la circonstance que cette procédure serait autorisée dans le pays d’origine du postulant est sans incidence à cet égard. »

Lire la suite de l'article

Le centre LGBT de Nantes doit rembourser 22000€ de subventions

Unknown-12Par une requête déposée par deux contribuables nantais et le 10 novembre 2017, il était demandé au tribunal d’annuler la délibération du 5 février 2016 par laquelle le conseil municipal de la ville de Nantes a approuvé les termes de la convention pluriannuelle de financement 2016-2018 conclue avec l’association Centre Lesbien, Gay, Bi et Transidentitaire (LGBT) de Nantes et autorisé le maire à signer cette convention ;et d’enjoindre à la commune de Nantes d’émettre un titre de recette à fin de remboursement de la subvention de 22 000 € allouée au Centre LGBT de Nantes.

L'audience a eu lie le 10 janvier 2018 et le jugement a été rendu le 7 février. La justice estime que :

  • la délibération méconnaît les dispositions de l’article 10 de la loi n°2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations en ce qu’elle approuve une convention allouant une subvention pluriannuelle sur la période 2016-2018 sans en définir le montant pour les années 2017 et 2018 ;
  • l’attribution de cette subvention ne répond pas à un intérêt public local suffisant ;
  • l’attribution de cette subvention à une association intervenant au profit d’une catégorie de population seulement méconnaît le principe d’égalité ;
  • l’attribution de cette subvention méconnaît le principe de neutralité en ce qu’elle est versée à une association menant des actions à caractère politique et apportant son soutien à la gestation pour autrui, pratique illicite pénalement sanctionnée ;
  • l’attribution de la subvention contrevient aux dispositions des

Lire la suite de l'article

L’« Hôtel-Dieu » laisse place à « CHU Nantes »

Depuis mardi, l’entrée du site central de l’hôpital à Nantes a changé d'enseigne. Les grandes lettres bleues, qui indiquaient depuis des dizaines d’années le nom d'« Hôtel-Dieu » ont disparu pour laisser place à l’inscription « CHU Nantes ».

Avant :

CaptureAprès :

Capture1

La question de la laïcisation a-t-elle motivé ce choix, s'interrogent certains passants? La direction du CHU ne répond pas clairement. L’hôpital de Nantes a toujours été appelé ainsi, depuis la création du premier Hôtel-Dieu au XVIe siècle.

L’origine de ce nom remonte au Moyen-Age : ces hôpitaux créés et gérés par l’Eglise recevaient les malades, mais aussi les indigents ou pèlerins. En effet, après la désagrégation de l'Empire Romain, seule l'Église demeure une administration stable et crée des structures de secours et d'accueil (protection, hébergement, soins…) dans les villes auprès de l'évêque, dans les campagnes auprès des monastères. Ces structures ont pu être un moyen d'évangélisation, et un moyen de piété charitable. Fondés le plus souvent par une reine ou un roi, par un évêque ou par un noble ou de riches bourgeois locaux, les hôtels-Dieu sont souvent administrés par des Ordres religieux au service des nécessiteux, en premier lieu les pauvres et les pèlerins. À la suite des Croisades, le nombre d'hôpitaux augmente, sous l'impulsion des ordres hospitaliers et des souverains (comme Louis IX). Ces établissements charitables ont su s'adapter aux fonctions soignantes et sociales de leur temps.

Lire la suite de l'article

Le diocèse de Nantes prête une chapelle à la FSSPX

Capture d’écran 2018-02-04 à 20.14.03En attendant les travaux d'une nouvelle église, depuis dimanche 04 février, le diocèse de Nantes à permis à la FSSPX de célébrer la messe traditionnelle dans l'une des chapelles du centre ville, la chapelle de l'Immaculée.

Désormais, tous les dimanches et à 300 mètres de la cathédrale, les fidèles qui le désirent pourront participer à la messe à 8h30 (messe basse) et 10h00 (messe chantée).

Toutes les informations du prieuré Saint Louis sont accessibles sur un nouveau site.

Lire la suite de l'article