Archives par étiquette : n’aime

Hilaire de Crémiers : L’homme qui est à la tête de la France, n’aime pas son pays

D'Hilaire de Crémiers dans le numéro d'octobre de Politique Magazine (abonnement : 1 rue de Courcelles, 75008 Paris Tél : 01 42 57 43 22) :

Unknown-3"L’homme qui est à la tête de la France, n’aime pas son pays. Au mieux, il fait semblant. Pour lui, la France est une nation dépassée. L’Europe seule compte dans son esprit. Il ne cesse de le dire. « Je suis venu vous parler d’Europe, a-t-il déclaré à la Sorbonne. Encore, diront certains. Ils devront s’habituer parce que je continuerai. Et parce que notre combat est bien là, c’est notre histoire, notre identité, notre horizon, ce qui nous protège et ce qui nous donne un avenir. »

Voilà ce que pense le président de la France. Et il suffit de l’écouter pour se rendre compte que déjà, dans sa conception, la France n’existe plus en tant que nation ; elle n’est plus qu’un legs du passé. Peu lui chaut que les industries françaises disparaissent. Pour lui l’échelle nationale est devenue obsolète et inefficace ; il n’y a plus rien à faire à ce niveau. C’est sa conviction profonde. « La bonne échelle, dit-il, c’est l’échelle européenne ». Tout est dit. Qu’importe qu’Alstom soit récupéré par Siemens. Au contraire ! Il n’y voit aucun inconvénient. Comprenons bien : l’histoire de France, c’est aussi bien l’histoire de l’Allemagne que l’histoire des autres peuples d’Europe. Le seul mal qui les a entachés, c’est la nationalisme. L’identité est commune, commun l’horizon. Tous les programmes qu’il définit à longueur de discours, n’ont

Lire la suite de l'article

Le lobby LGBT n’aime pas être trainé au tribunal

Ces gens sont incroyables: ils insultent leurs adversaires, organisent des législations liberticides et s'insurgent quand leurs adversaires se défendent avec les armes qu'ils ont eux mêmes forgées :

"Le 27 juillet dernier, la rédaction [LGBT d'e-llico] a été assignée devant le tribunal de Valence à la demande d'Hervé Mariton pour l'avoir qualifié de "député homophobe" dans un article en date du 11 mai dernier dans lequel nous relations que ce dernier regrettait que la question de l'abrogation de la loi Taubira soit passée à la trappe chez Les Républicains lors de la campagne des élections législatives alors en cours.

Avec cette action judiciaire, Hervé Mariton, si prompt à crier à la censure lorsqu’il s’agit pour lui d’exprimer ses opinions, a cherché à nous faire taire.

Immédiatement, nous avons demandé à Me Caroline Mecary, avocate bien connue pour sa défense des familles LGBT qui est aussi une spécialiste du droit de la presse (elle a notamment défendu Esther Benbassa contre Marine Le Pen ou Vincent Placé contre Christian Vanneste) de prendre en charge notre défense. Me Mécary a immédiatement constaté que l’assignation qui nous avait été envoyée était juridiquement nulle. En effet, Hervé Mariton considérait que le qualifier de député "homophobe" était une diffamation et en même temps une injure. Or, le droit de la presse est très rigoureux et la Cour de cassation annule les procédures lorsque le plaignant vise à la fois la diffamation et l’injure pour un même propos.

Une semaine avant l’audience, Hervé Mariton a renoncé à sa

Lire la suite de l'article

Avortement : il y a un discours officiel qui n’aime pas la contradiction

Marie Philipe, fondatrice d’ivg.net, premier site d’écoute de femmes en détresses référencé sur les moteurs de recherche, répond aux questions du Rouge & Le Noir :

"Le gouvernement dénonce votre site avec un acharnement surprenant, comment l’expliquez-vous ?

Il est difficile d’expliquer rationnellement cette hargne contre nous. Que faisons-nous exactement ? Nous donnons une information très complète sur les conséquences de l’avortement aux femmes tentées d’y recourir, de ses risques physiques et psychologiques. Cela peut conduire effectivement à dissuader des femmes tentées par l’IVG. Ne devrions-nous pas au contraire être encouragés ? Mais non ! Car l’idéologie prime chez nos gouvernants. Ils veulent imposer leur conception dévoyée de la femme, de son rôle dans la société, de la maternité et de la dignité de la personne humaine. L’homme doit pouvoir jouir le plus possible de la vie et de son corps, et cela sans entrave. Un seul bémol émis dans ce beau concert libertaire n’est pas admissible.

Le gouvernement est allé jusqu’à payer pour améliorer le référencement du site gouvernemental et à appeler les internautes à cliquer pour l’y aider. Le discours public sur l’avortement est-elle devenue la chasse gardée du gouvernement ?

Il y a un discours officiel qui n’aime pas la contradiction. Il y a en fait une véritable remise en cause des véritables droits de la femme. En particulier, celui de ne pas recevoir d’incitations ou de pressions à réaliser un avortement. Jusqu’en 2001, « l’incitation à l’avortement » n’était pas admissible et était même punissable pénalement. L’article L. 647 du

Lire la suite de l'article

Le PS n’aime pas que l’on prenne l’avion

Ce tweet du 4 juin du PS critiquant implicitement Nicolas Sarkozy pour son déplacement Paris-Le Havre à l'occasion d'un meeting revêt aujourd'hui une saveur particulière :

Image2
Cela ne concerne bien évidemment pas le déplacement de Manuel Valls en avion aux frais du contribuable pour la finale de la ligue des champions à Berlin. Ni non plus le déplacement de François Hollande en Falcon pour aller voter au premier tour des élections municipales à Tulle en mars 2014 pour un coût estimé de 15 000 euros…  

République irréprochable? L'UMPS n'est pas morte…

Lire la suite de l'article

Québec : la Commission scolaire n’aime pas qu’on n’aime pas l’enseignement de l’islam

Un habitant de Lanoraie (Québec), n'ayant pas apprécié l'enseignement sur l'islam reçu par son fils à l'école, dans le cadre du cours "Éthique et cultures religieuses", a légèrement "modifié" (photo) le devoir de son fils, l'a posté sur Facebook avec quelques commentaires de son cru, et s'est vu remonter les bretelles par la Commission scolaire, qui l'a mis en demeure de modifier sa page. Son message avait pourtant été partagé plus de 10 000 fois en quelques heures, signe qu'il n'était pas seul à penser cela :

« Ils ont banni le catéchisme de nos écoles pour faire place à l’enseignement de l’Islam ».

Nos amis québécois sont apparemment aussi rétifs que nous face à la police de la pensée.

Sans-titre

Commentaires (10)

C'est peut-être que en Amérique du nord, aux USA comme au Canada, la maçonnerie est toute puissante et décidée à imposer par la force sa vision relativiste dictatoriale, ne permettant à rien d'autre de subsister qu'au doute systématique.
Ce relativisme là est une vraie religion totalitaire, avec ses dogmes, ses rites, ses prêtres et ses œuvres.

Rédigé par : Shimon | 4 avr 2015 10:27:00
____________________________________

Cette attitude, véritablement fasciste, doit nous inquiéter pour le respect des libertés fondamentales.
Depuis quand les parents n'auraient-ils plus le droit de transmettre des valeurs particulières à leurs enfants? De toute façon il faut choisir et s'engager, et le choix de ne pas choisir est un choix comme un autre, que l'on ne saurait imposer comme choix obligatoire.

Rédigé par : Levi | 4 avr

Lire la suite de l'article