Archives par étiquette : musulmane

Dans 40 ans, la majorité de la population française deviendra inéluctablement « d’origine musulmane »

De Charles Gave sur Causeur :

"Pour une fois, je ne vais pas parler d’économie mais de démographie, la beauté avec cette science humaine étant que l’on n’a pas besoin de faire des prévisions : ceux qui sont nés aujourd’hui seront là dans trente ans et ceux qui ne sont pas nés ne seront pas là. Cela est certain. Je ferai abstraction de l’immigration nouvelle qui va continuer sans doute dans les 30 ans qui viennent, et je ne prendrai donc en compte que les réalités connues aujourd’hui c’est-à-dire les naissances. […]

Ma première remarque est que je ne peux pas m’empêcher de penser que celui qui n’a pas d’enfant n’a pas la même notion du futur que celui qui en a eu. Pour celui qui n’a pas d’enfant, le futur s’arrête sans doute à la prochaine élection ou à sa mort. Après moi, le déluge… En Allemagne, 30 % des femmes de plus de 45 ans et 40 % de celles qui ont eu des diplômes universitaires sont sans enfant et le taux de fécondité (nombre d’enfants par femme) des populations locales hors immigrants est d’environ 1,4. La situation est la même en Italie, en Espagne, en Grèce au Benelux… Ainsi, en Italie ou en Grèce, 100 grands-parents ont en moyenne 42 petits-enfants, offrant ainsi l’exemple même d’une pyramide démographique inversée reposant non pas sur la base mais sur la pointe. Et tout le monde sait que si l’on met une pyramide sur la pointe, elle a une fâcheuse tendance

Lire la suite de l'article

La plus grande organisation musulmane du monde fait l’amalgame

De Kyai Haji Yahya Cholil Staquf, secrétaire général du conseil suprême de la Nahdlatul Ulama (renaissance des oulémas), plus grande organisation musulmane indonésienne, et donc du monde (40 millions de membres) :

« Il existe un lien très clair entre le fondamentalisme, le terrorisme et les principes de base de l’orthodoxie islamique. (…) L’Occident doit cesser de déclarer islamophobe la réflexion sur ces questions. »

Lire la suite de l'article

Prière musulmane en début de conseil municipal à Oldham (Manchester)

C'est ce que laisse entendre cette vidéo mise en ligne le 9 août :

Il faut souligner que le nouveau maire Shadab Qumer est musulman.

Cet extrait vidéo provient de la séance du conseil municipal d’Oldham, qui s’est déroulée le 12 juillet. Dans la vidéo complète, qui est disponible sur le site de la ville, on entend la prière de l’imam, qui prie pour « se souvenir de ceux qui ne sont plus avec nous ». Une allusion aux victimes de l’attentat de Manchester, mais aussi à celles de l’attentat survenu au London Bridge et à celles de l’immense incendie de la tour Grenfell à Londres. Les Anglais prient Allah en mémoire des victimes de l'islamisme…

Selon la BBC, dans un article publié le 23 juillet, des prières chrétiennes ouvrent la moitié des conseils municipaux au Pays de Galles. En Angleterre, la loi prévoit que des prières ou « d’autres signes d’observance religieuse », ou encore des « rites connectés avec une croyance religieuse ou philosophique », peuvent être inclus dans les réunions des autorités locales. C'est donc bien légal comme le constate 20 Minutes, mais que cette prière soit musulmane est un signe de l'islamisation progressive et durable de l'Angleterre.

Lire la suite de l'article

Ni migrante, ni musulmane : son témoignage la remet à flots

Le témoignage, paru le 6 juillet dans Ouest-France, relayé sur Le Salon Beige, a fait l’effet d’une bombe. C’était celui de Lucie Maquaire, 19 ans, qui vit sous une tente à La Roche-sur-Yon, faute de pouvoir louer un logement.

Une famille a pris la liberté de lancer un appel aux dons sur un site de financement participatif. Une auto-école ligérienne promet aussi de lui offrir son permis de conduite clé en main. Des employeurs sont prêts à recevoir Lucie sans délai.  Sur les réseaux sociaux, l'emballement est tout aussi impressionnant, mêlé d'émotion et de colère. Une ribambelle de responsables politiques locaux s'indigne au plus haut point.

Parallèlement, tout va très vite : elle emménage dans un logement temporaire dès le 9 juillet. Un appartement fraîchement libéré par une connaissance. 

« Les propriétaires ont accepté de me le louer à long terme. J'ai signé le bail hier, souffle la jeune fille. Un grand merci à toutes les personnes qui ont tout fait pour m'aider. Ça fait chaud au coeur. »

Situation débloquée, donc, pour la Vendéenne, dont la mésaventure a dépassé les frontières. « Un monsieur qui vit en Amérique m'a fait un don de 10 000 €. »

Lire la suite de l'article

Africains et Maghrébins contre Tchétchènes et Turcs : médiation musulmane

Strasbourg nous apprend comment "vivre ensemble" :

"La cité populaire de Hautepierre, à l'ouest de Strasbourg (Bas-Rhin), a finalement évité l'embrasement fin juin, après l'agression d'un professeur d'arabe, figure de la communauté tchétchène. «Sans l'intervention de la police, on aurait pu avoir des dizaines de morts», assure Abdelhatif Hakmim, président de l'Association musulmane de Hautepierre, pour qui cette crise a été la pire de l'histoire du quartier. Pendant une semaine, forces de l'ordre et associations musulmanes ont travaillé main dans la main pour contrer l'escalade de violence entre jeunes du quartier et jeunes Tchétchènes.

«Soixante et une nationalités vivent ici», insiste Adbelhatif Hakmim. «On a toujours cohabité. L'endroit où s'est produite l'agression qui a déclenché les hostilités est un lieu connu. Ce sont des délinquants qui y font régner la terreur. Ce n'est pas une affaire de communautés.»

Samedi 24 juin, veille de l'Aïd, vers 22h30, Bislam Dadaev a été passé à tabac par une dizaine de jeunes à Hautepierre alors qu'il venait de déposer un ami et rentrait chez lui. Il s'était plaint à un groupe de jeunes que leurs véhicules stationnés dans la rue lui barraient le passage. Le père de famille est resté inconscient au sol plusieurs dizaines de minutes sans assistance. C'est un adolescent tchétchène qui l'a découvert et a appelé les secours.

Entre 10 000 et 15 000 réfugiés tchétchènes vivraient à Strasbourg, l'une des plus fortes communautés en France. Ils ont fui la guerre en Tchétchénie jusqu'au milieu des années 2000 et

Lire la suite de l'article

Le concept de citoyenneté dans les pays à majorité musulmane

Samedi 1er juillet a eu lieu en l’Université Notre-Dame de Louaïzé au Liban, un colloque qui approfondit la question cruciale de la compatibilité entre les principes de citoyenneté et de pluralisme et l’organisation sociale et politique des pays à majorité musulmane reconnaissant la loi islamique comme source de leurs propres ordonnancements constitutionnels.

L’initiative accueillie par cette Université catholique libanaise et réalisée avec le patronage du Patriarcat d’Antioche des Maronites, reprend les questions clefs affrontées dans le cadre du grand colloque dédié aux thèmes de la citoyenneté et du pluralisme organisé en février dernier par l’Université a-Azhar du Caire, plus important des centres universitaires de l’islam sunnite. A la conférence de ce jour, prennent part des représentants des communautés islamiques et chrétiennes libanaises, ainsi que le cheick Abbas Shuman, adjoint du grand imam d’al-Azhar.

Dans une volonté explicite de donner le plus grand impact politique à la déclaration d'al-Azhar des 28 févier-1er mars derniers sur la citoyenneté, la déclaration finale dite « déclaration de Louaïzé » a apporté sa pleine adhésion au document d'al-Azhar.

« Le congrès de Notre Dame de Louaïzé salue et appuie la déclaration d'al-Azhar comme un appel sincère de la part de la plus haute institution religieuse arabe et islamique à un partenariat complet dans tous les pays arabes, au sein d'un État national constitutionnel civil distinguant entre la religion et l'État, et reposant sur l'égalité entre tous les membres d'un même pays ; un pays qui valorise la diversité et la pluralité culturelle et religieuse, et remplace

Lire la suite de l'article

Refuser l’immigration musulmane dans son pays est la seule façon d’assurer sa sécurité

Le bon sens polonais qui manque tant à nos gouvernements :

"Czarnecki, membre du parti conservateur polonais Droit et Justice (PiS), a déclaré que des attaques terroristes étaient souvent menées par des enfants de « migrants musulmans » – dont beaucoup étaient des citoyens de pays européens – qui ont été formés par l’Etat islamique.

« Dans certains pays, on observe cette situation, ceux qui sont formés sur le territoire de l’État islamique en Syrie, en Irak – des jeunes de nationalité française, belge, néerlandaise, britannique et allemande – retournent en Europe … et en quelque sorte [les autorités] ont été incapables de les surveiller , « a déclaré Czarnecki.

« Nous, la Pologne, apprenons des erreurs des autres … et nous n’ouvrirons pas nos portes aux migrants musulmans », a-t-il ajouté.

[Source]

Lire la suite de l'article

Le Havre, dont Édouard Philippe est le maire, devrait accueillir la première école confessionnelle musulmane de Normandie

Lu dans Valeurs Actuelles :

4199 IMAM Aami Hassen"À la recherche d’un terrain où construire l’établissement, la communauté musulmane du département a multiplié les contacts avec les élus du Havre, pour finalement obtenir de s’installer en lieu et place du presbytère de l’église Saint-Jean-Baptiste, rue Théophile-Gautier. La croix ornant l’édifice a d’ores et déjà été retirée et les travaux viennent tout juste de démarrer.

Pour les financer, l’association en charge du projet peut compter sur l’appel aux dons des fidèles lancé par Aami Hassen (photo). Cet imam, dont la mosquée, à Aubervilliers, est connue pour être fréquentée par des groupes salafistes, a également créé la controverse pour ses positions à l’égard des mariages forcés. Menacé d’expulsion en 2013 par Manuel Valls pour avoir tenu des propos homophobes, il prêche toujours à Aubervilliers. Soutenu par la Mairie du Havre, son projet éducatif est d’offrir « le meilleur bagage, à travers une éducation complète alliant les apprentissages définis par le socle commun de compétences à ceux de l’islam »."

Qu'en dit Edouard Philippe, notre nouveau Premier ministre ?

Lire la suite de l'article

Un Français de confession musulmane tente d’égorger un prêtre au Mexique

Malgré un communiqué de la Commission nationale de sécurité mexicaine confirmant la nationalité française de l'agresseur, un doute subsiste car ce dernier s'est muré dans le silence :

"Les autorités mexicaines tentaient lundi soir de déterminer la nationalité d'un homme qui a poignardé un prêtre en pleine messe dans la cathédrale de Mexico et s'est présenté d'abord comme Français, puis comme "artiste nord-américain", selon différentes sources.

L'agresseur est de "nationalité française" a indiqué la Commission nationale de sécurité mexicaine dans un communiqué diffusé dans la soirée (…)

L'homme a poignardé le prêtre Miguel Angel Machorro vers 19H00 locale dans cette cathédrale située dans le centre historique de la mégapole. "L'agresseur a attrapé par le cou le prêtre et a tenté de l'égorger. Grâce à Dieu, le père Miguel Angel Machorro a pu se dégager, mais il a été blessé près du poumon avec un objet tranchant", a informé de son côté l'Eglise catholique dans un communiqué."

Lire la suite de l'article

61% des sondés estiment que la religion musulmane n’est pas compatible avec les valeurs de la France

Lire la suite de l'article

Une école musulmane que la justice veut fermer reste ouverte

Lu sur le blog de la liberté scolaire :

"L’école Al-Badr, à Toulouse, gérée par un directeur condamné par la justice, a été jugée « non-conforme », et sommée de fermer. Les parents ont reçu une injonction administrative à scolariser leurs enfants ailleurs. Ils encourent une peine de six mois de prison, et une amende de 7 500 euros (Article 227-17-1 du Code Pénal). Pourtant, même si la décision de justice a été rendue le 15 décembre, l’école fonctionne toujours en toute illégalité, et les enfants continuent de s’y rendre chaque matin, au point que pour la première fois, l’Etat envisage le recours à la force pour obtenir la fermeture.

Le changement de régime d’ouverture prôné par Mme Najat Vallaud-Belkacem était censé permettre de régler la question des écoles radicalisées, en garantissant, par le régime d’autorisation, un meilleur contrôle. Le problème est en fait tout autre : la question qui est posée est celle de la capacité et de la volonté de l’Etat d’intervenir et faire appliquer la loi dans les cas de radicalisation.

Dans le cas de l’école Al-Badr, la base de droit actuellement en vigueur a suffi pour repérer le problème, le diagnostiquer et prendre une décision. Nul besoin d’autorisation préalable comme le voulait l’actuelle ministre. Une école hors contrat est une école déclarée, connue, inspectable : l’opposé d’une école clandestine.

En revanche il semble qu’il y ait défaillance dans la mise en œuvre effective de la décision de fermeture. Problème d’exécution du droit ? Problème de police

Lire la suite de l'article