Archives par étiquette : Multiplication

Soft power islamique : en contraste du terrorisme islamique, la multiplication des voiles et du halal semblent anodine

Frédéric Saint Clair, analyste en stratégie et en communication politique, ancien chargé de mission auorès du Premier Ministre Dominique de Villepin, est interrogé dans le Figarovox à l'occasion de la sortie de son ouvrage La Droite face à l'islam (Salvator, 2018). Extraits :

Unknown"[…] Le rôle de la République n'est pas de distinguer le bon islam du mauvais islam, ou de faciliter l'émergence d'un «islam des Lumières». C'est aux musulmans de le faire, s'ils le souhaitent. La République doit définir le cadre politique et culturel de la nation française.

Il faut selon vous «considérer le djihad comme un leurre, destiné à faire diversion»?

La formule peut paraître provocante. Elle n'est pas destinée à minimiser le phénomène terroriste, mais plutôt à renverser la grille de lecture que nous opérons à la fois du djihad et de l'islam politique, grille de lecture qui est la cause de notre impuissance, car elle omet la dimension culturelle de la résurgence islamique. Nos responsables politiques doivent comprendre que la vraie guerre qui confronte l'Occident est une «soft war», une guerre culturelle, menée au moyen d'un soft power islamique.

Gramsci explique que pour conquérir le pouvoir, il faut à la fois exercer une domination politique et une hégémonie culturelle sur une population. La France résiste militairement et politiquement face au terrorisme islamiste ; en revanche, nos consciences sont bousculées, notre psychologie est affaiblie, notre mental est usé, ce qui est le but du terrorisme. Dès lors, en contraste de cette violence qui prend la vie d'enfants,

Lire la suite de l'article

Sur la liste des grands événements politiques de 2016 : la multiplication et la banalisation des attentats islamistes

 Mathieu Bock-Côté retrace l'année 2016 avec FigaroVox. Extraits :

"[…] À la liste des grands événements politiques de 2016, on me permettra d'ajouter la multiplication et la banalisation des attentats islamistes – on pourrait parler aussi plus largement de l'agression contre la civilisation européenne. L'année 2016 a commencé à Cologne et s'est terminée à Berlin. Les agressions sexuelles massives de Cologne nous ont rappelé qu'il existe une telle chose qu'un choc des cultures et l'asservissement des femmes représente une forme archaïque de prise de possession d'un territoire par une bande qui se sent animée par un esprit conquérant. Il y a eu autour de ces agressions un effrayant déni: on a tout fait pour en nier la signification politique. Certaines féministes, souvent occupées à traquer l'intention la plus malveillante qui soit dans un compliment masculin un peu insistant ou maladroit, ont décidé de détourner le regard. De peur de stigmatiser les réfugiés ou les musulmans, elles ont fait semblant de ne rien voir. Elles se sont déshonorées.

Mais je le disais, les attentats se sont multipliés et banalisés cette année. Nice, Bruxelles, Saint-Étienne-du-Rouvray, Orlando, Berlin. Chaque fois, c'est un carnage, mais c'est un carnage auquel nous nous habituons. Qu'est-ce qu'un mois sans attentat? Une anomalie. Au fond d'eux-mêmes, bien des Occidentaux ont accepté la normalité des attentats les plus sordides. Nous avons intériorisé la présence dans nos vies de la violence islamiste, même si nous ne savons toujours pas quelles conséquences en tirer. Nous ne savons pas non

Lire la suite de l'article

Incendie du sanctuaire de la Multiplication des Pains : 3 juifs israéliens inculpés

TabghaLe 18 juin, deux salles annexes de l'église de Tabgha, construite sur les rives du lac de Tibériade où le Christ a accompli le miracle de la multiplication des pains, étaient détruites par les flammes. La piste criminelle ne faisait guère de doute : un graffiti en hébreu, tiré d’une prière juive, appelait à éliminer d’Israël les "idoles païennes".

Hier et aujourd'hui, la police procédait à l'arrestation de trois juifs israéliens, qui ont été inculpés :

"Le Shin Bet, le service de sécurité intérieure israélien, a […] affirmé mercredi que les suspects appartenaient à « un groupe à l’idéologie radicale, actif depuis 2013, soupçonné d’autres actes antichrétiens et d’agressions contre des civils palestiniens ». Ce groupe est notamment suspecté d’avoir brûlé des maisons de Palestiniens en Cisjordanie occupée et tenté de mettre le feu à l’église de la Dormition à Jérusalem.

Le Shin Bet cite un site Internet proche de ce groupe qui avait appelé à « la lutte contre les idolâtres et la présence d’églises en terre sainte »."

Lire la suite de l'article

Moyen-Orient : multiplication des proto-Etats

D'Olivier Hanne dans L'Orient Le Jour :

"Les grands conflits récents recoupent des caractéristiques traditionnelles dans la géopolitique. Qu'il s'agisse du Donbass (Ukraine), de la République centrafricaine ou du Kurdistan, la conscience ethnico-religieuse se mêle à l'éclatement périphérique et la revendication régionale. Ces éléments sont connus et gérables dans le cadre d'une négociation entre belligérants, sous l'égide de l'Onu et des puissances régionales. Les rebelles peuvent espérer obtenir sinon leur indépendance, du moins des bribes d'autonomie, et les populations civiles un embryon de sécurité.

Unknown-3En revanche, et particulièrement au Moyen-Orient, l'extrême violence des conflits actuels n'ouvre plus la porte à aucun compromis ni à aucune discussion. Seules la victoire totale ou la ruine sont envisagées. Daech (acronyme arabe de l'État islamique-EI) n'envisage aucune solution négociée avec Bagdad ou Bachar el-Assad, ni les forces de la coalition avec Damas ou le « calife » de Mossoul (Abou Bakr al-Baghdadi). Dans le même temps, les houthis espèrent bien fragmenter le Yémen, et el-Qaëda s'implanter de plus en plus dans le sud du pays, quitte à le fractionner. Fait nouveau, les capacités de négociation de l'Onu, des États-Unis, de la France et du Royaume-Uni sont réduites à néant, d'abord en raison de la violence idéologique déployée par Daech et les jihadistes, mais aussi par leur refus de prendre en compte les réalités locales (tribales, religieuses, etc.), sans lesquelles la paix est impossible. L'Occident a renoncé à toute diplomatie de guerre au profit d'un aveuglement politique.

La principale conséquence du totalitarisme salafiste d'un côté et

Lire la suite de l'article

Israël : incendie criminel contre le sanctuaire de la Multiplication des Pains

Brotvermehrungskirche_BW_1Le sanctuaire de Tabgha, haut lieu du christianisme catholique en Israël, a été touché dans la nuit de mercredi à jeudi, par un incendie. La police israélienne soupçonne qu'il soit d'origine criminelle. Cette église, aussi appelée l'église de la multiplication des pains et des poissons car construite sur les rives du lac de Tibériade, en Galilée où Jésus a nourri cinq mille personnes avec cinq pains et deux poissons, a été endommagée mais les dégâts sont limités à deux pièces du complexe entourant le bâtiment.

Selon le père Matthias, de l'ordre des Bénédictins allemands qui administre le site de Tabgha, ces pièces ont été «totalement détruites».

«L'église, Dieu merci, est en bon état. Nous sommes heureux que l'église n'ait rien eu».

Des graffitis, en hébreu biblique, appellent à l'élimination d'Israël des dieux païens et sont tirés d'une prière juive prononcée trois fois par jour. Seize jeunes colons israéliens ont été interpellés et ont été vite été relâchés sans qu'aucune charge n'ait été retenue contre eux, après avoir été interrogés et avoir livré leur déposition. Leur remise en liberté ne dissipe néanmoins pas les soupçons d'un acte de haine religieuse. 

L’Assemblée des Ordinaires Catholiques de Terre Sainte acondamné :

"Ce matin 18 juin, en écoutant la radio israélienne qui diffusait la nouvelle de l’incendie de Tabgha, les Chrétiens de Terre Sainte, Evêques et fidèles, ont été profondément choqués en apprenant qu’un incendie avait été intentionnellement provoqué dans le sanctuaire de la Multiplication des Pains pendant la nuit, et qu’un moine et

Lire la suite de l'article

Multiplication des viols contre les fillettes au Pakistan

Lu ici :

"Depuis le viol, le jour de Pâques, de Saira, une petite fille chrétienne âgée de 7 ans, par quatre musulmans, l’Eglise multiplie les assemblées de prière et les manifestations contre les violences sexuelles envers les mineures, qui deviennent de plus en plus fréquentes dans le pays. […]

Les milieux chrétiens et les ONG locales confirment l’actuelle recrudescence des agressions sexuelles contre les enfants, soulignant que ces quelques cas médiatisés ne représentent que le haut de l’iceberg, la plupart des familles subissant d’importantes pressions pour ne pas dénoncer les agresseurs et porter plainte."

Lire la suite de l'article