Archives par étiquette : MRJC

Financement du MRJC : le silence gêné de l’épiscopat

En février nous évoquons les subventions épiscopales en faveur du MRJC, qui avait fait la promotion de l'avortement et qui vient de s'abstenir au CESE sur la question de l'euthanasie. L'archevêque de Lille avait avoué donner 39000€ au mouvement. Mais beaucoup d'autres évêques refusent de répondre à leurs fidèles qui s'inquiètent légitimement sur la destination de leur denier. Un lecteur du diocèse d'Orléans nous envoie ainsi son courrier à Mgr James, resté sans réponse depuis le 15 février :

Monseigneur,

6a00d83451619c69e201b8d2d93987970c-800wiDepuis plusieurs semaines, la polémique autour de la scandaleuse prise de position du MRJC (Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne), relative à l’avortement, ne cesse d’empirer.

Monseigneur GINOUX, évêque de Montauban, a rapidement réagi au communiqué du MRJC du 19 janvier 2018, en écrivant au secrétaire général du MRJC et en mettant en copie tous les évêques de France ainsi que la Conférence des Evêques de France.

Bien que la Conférence des Evêques de France ait publié un communiqué de presse le 29 janvier 2018, en précisant << Si l’Eglise  entend la souffrance des personnes qui affrontent la perspective d’une naissance difficile, elle ne peut considérer l’avortement comme une réponse appropriée>>, dès le 30 janvier le CMR (Chrétiens dans le Monde Rural) a publié le communiqué suivant :

<< Nous CMR avons bien pris connaissance du message du MRJC à l’occasion de « La Marche pour la Vie » et nous désapprouvons fortement les réactions violentes qu’il a suscitées, ainsi que la condamnation globale de la part de certains responsables d’Eglise>>

Compte tenu de cela, j’aimerais

Lire la suite de l'article

Mgr Ulrich verse 39000€ au MRJC

A une lectrice du Salon beige qui interrogeait le diocèse de Lille sur le financement du MRJC, Mgr Laurent Ulrich lui-même a répondu :

Images-8"Le diocèse de Lille apporte en effet une subvention annuelle de 39 000 € au fonctionnement du MRJC : il s'agit d'un mouvement de jeunes qui ne s'autofinance pas, et d'un mouvement qui exige un accompagnement si l'on veut que les jeunes progressent dans la foi et la vie chrétienne. Il est accompagné par un diacre du diocèse et deux animatrices en pastorale dont je connais la fidélité. Comme d’autres mouvements d’Église, le MRJC contribue à former des jeunes, à les éveiller à la responsabilité en faveur d’un développement humain intégral, comprenant le respect de la vie à naître [???], et fortement encouragé par l’encyclique Laudato Si’ du pape François. Le MRJC du diocèse de Lille est en interaction avec les autres mouvements de l’Église du diocèse, notamment dans nos maisons diocésaines. Je lui accorde ma confiance de pasteur comme à bien d’autres mouvements et associations de fidèles qui participent à l’annonce de l’Évangile dans la diversité des milieux et des réalités humaines. Il me paraît plus sage d'apporter à des mouvements une aide et de l'accompagnement pour aider à former leurs membres que de les mettre au ban de l'Église et de les laisser s'en éloigner.

Quant au CMR, Chrétiens en monde rural, il s’agit d’un mouvement d’adultes, très dynamique dans le diocèse. Les contributions de ses membres suffisent à le faire vivre et il

Lire la suite de l'article

Le MRJC rappellera-t-il les propos de Mère Teresa ?

Le MRJC organise un évènement pour la paix dans le diocèse d'Angers :

Qu'il n'oublie pas de citer durant ces 24 heures de la Paix, les propos de Mère Térésa:

"Le plus grand destructeur de la Paix aujourd'hui est le crime contre l'enfant à naître"

Lire la suite de l'article

Puisque le MRJC, la CEF et le CMR prônent “le dialogue”, commençons par dialoguer sur le financement du CMR et du MRJC

Suite au scandale du MRJC, de nombreux lecteurs du Salon beige ont déjà écrit à leur évêque. En voici un exemple :

Unknown-19"Monseigneur,

Depuis trois semaines, la polémique n'a cessé d'enfler à propos du communiqué (ci-joint) publié par le bureau national du Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne, daté du 19 janvier 2018, et condamnant la Marche pour la Vie qui a eu lieu le 21 janvier. Etant un fidèle participant à cette manifestation depuis 2005, je puis témoigner que je n'y ai jamais entendu " les messages de culpabilisation, d’intolérance et de haine " (sic) que dénonce le MRJC. De plus, il semble bien difficile de reconnaître la doctrine de l'Eglise dans cet extrait du Rapport d’Orientation du MRJC 2014-2021 : " Nous défendons le droit fondamental pour les femmes et les couples d’avoir recours à l’IVG".

L'évêque de Montauban, Monseigneur Ginoux, a rapidement réagit en écrivant au secrétaire général du MRJC, en mettant en copie tous les évêques de France et la Conférence des Evêques de France (cf. ci-joint). Pour les défenseurs de la vie, cadeau du Dieu vivant, cette mise au point sans détour constitue un encouragement de poids en tant que véritable signe de " l'Espérance qui ne déçoit jamais."

Certes, la Conférence des Evêques de France a pris le soin à son tour de publier un communiqué de presse, le 29 janvier, dans lequel est précisé : "si l'Église entend la souffrance des personnes qui affrontent la perspective d'une naissance difficile, elle ne peut considérer l'avortement

Lire la suite de l'article

Mgr Balsa désapprouve le WE “Genre” organisé par le MRJC

Communiqué de Mgr Jean-Louis Balsa, évêque de Viviers :

Arton9045-37807"J’ai appris, par la diffusion d’un tract par le MRJC, que ce mouvement projetait l’organisation d’un « weed-end de formation militant » intitulé « Genre Voilà ! », les 3 et 4 mars 2018 à Annonay.

Etant donné la gravité de la teneur de la proposition et les propos obscènes employés sur le tract, je suis en total désaccord avec ce projet du MRJC et je demande à l’ensemble des acteurs de la pastorale des jeunes du diocèse de Viviers, en Ardèche, de ne pas participer à ce week-end, ni d’en faire la promotion."

Lire la suite de l'article

Affaire du MRJC et conscience du donateur : L’Eglise peut-elle continuer à financer un mouvement qui bafoue ses principes intangibles ?

De Cécile Edel, vice-présidente de la Marche pour la vie et présidente de Choisir la vie :

6a00d83451619c69e201bb09527ca2970d

Le flou demeure après le débat suscité par le MRJC sur le "droit fondamental à l'avortement". Au débat sur le fond s'ajoute le malaise lié à la question du financement de ce mouvement par l'Eglise. Loin d'être le simple versant matériel et secondaire de cet épineux dossier, cette subvention met en cause le respect de la conscience des contributeurs au denier du culte.

Consentir un don, c'est donner des moyens d'action ! Ainsi le croyant donne-t-il à l'Eglise pour œuvrer en accord avec l'Evangile et avec sa conscience.

Cette question de la conscience, Choisir la vie y est sensible depuis sa création. Nommée AOCPA (association pour l'objection de conscience à toute participation à l'avortement) quand elle fut créée, en 1982, notre association a d'abord en effet cherché à contourner les effets de la loi Roudy et du remboursement de l'avortement par le budget de l'Etat. L’objectif était alors que le contribuable ne soit plus obligé d’être complice d’un acte que sa conscience réprouvait. D'aucuns comprendront donc notre réactivité sur le sujet soulevé par "l'affaire" MRJC. Les 574 000 euros de subvention annuelle versés par l'Episcopat français font inévitablement de nous, donateurs, les complices d'une idéologie qu'il est sensé contrer et que nous combattons depuis plusieurs décennies. Nous ne pouvons l'accepter. 

La CEF a-t-elle clarifié la situation ?

L'expression, par voie de communiqué, d'une "distance" prise avec la Marche pour la Vie et

Lire la suite de l'article

MRJC : les bienfaits d’une polémique

4101_36ae3f1173950bc73b0f2107266eb35bVoici déjà deux ou trois fois en dix jours que l’on nous dit que la polémique sur le MRJC est close, que le mouvement s’est excusé et que chacun peut « retourner sous sa tente » comme on dit dans l’Ecriture Sainte.

Pour ceux qui auraient manqué les épisodes précédents, de quoi s’agit-il ?

Le 20 janvier, le Mouvement rural de la jeunesse chrétienne (MRJC) a publié un communiqué diffamatoire contre la Marche pour la vie (en écriture inclusive s’il vous plaît !), dans lequel, non content d’insulter les défenseurs de la vie innocente, il vantait le « droit fondamental » à l’avortement. Il devrait être évident pour tout le monde (et plus spécialement pour des catholiques) que, dès lors qu’existe un droit fondamental à l’avortement, il ne peut plus exister de droits de l’homme du tout : si le droit à la vie de l’innocent est nié, aucun droit ne tient plus. Et, d’ailleurs, ce n’est pas simplement de la théorie : toute personne qui a des yeux pour voir peut constater que notre société devient de plus en plus ce fameux état de nature décrit par Hobbes comme la guerre de tous contre tous. Mère Teresa l’avait dit : « Le plus grand destructeur de la paix, aujourd’hui, est le crime commis contre l’innocent enfant à naître. »

Ce communiqué du MRJC suscita un tollé. Il déclencha aussi une réaction de Vincent Neymon, directeur de la communication de la conférence des évêques de France qui déclara très nettement : « Ces propos sur l’avortement sont contraires à ce que dit l’Eglise. »

Lire la suite de l'article

Avortement : le CMR (Chrétiens dans le Monde Rural) défend le MRJC et “le droit fondamental à l’avortement”

Le communiqué m'avait échappé : il est daté du 30 janvier. Sur son site très officiel (l'url est même un nom de domaine de la Conférence des évêques de France -cef), le MRC soutient sans équivoque le MRJC sous le titre "Pour que le débat s’ouvre au sein de l’Église" et s'en prend même aux autorités ecclésiales qui ont repris le MRJC. Ce communiqué montre qu'il y a bien un problème de fond avec ces mouvements reconnus par l'épiscopat et que le communiqué initial du MRJC ne constitue par une maladresse ni une erreur de jeunesse :

Capture d’écran 2018-02-07 à 17.12.23"Nous CMR (Chrétiens dans le Monde Rural) avons bien pris connaissance du message du MRJC, à l’occasion de « La Marche pour la vie », et nous désapprouvons fortement les réactions violentes qu’il a suscitées, ainsi que la condamnation globale de la part de certains responsables d’Eglise. Le MRJC est très à l’écoute de la vie réelle et concrète des jeunes de sa génération et particulièrement des jeunes femmes confrontées à la difficile question de l’accueil de la vie.

En lien avec ce mouvement d’Action Catholique, le CMR partage le souci de l’importance du dialogue dans l’Eglise sur toutes questions sociétales particulièrement celles qui sont confisquées par un courant catholique qui veut ‘dogmatiser’ ses seules réponses. La réalité complexe des situations vécues ne cesse de nous interroger et nous ne pouvons nous contenter d’y opposer des réponses fermées ou perçues comme telles qui excluent des personnes en situation de fragilité. Comme le dit le pape François ‘entre

Lire la suite de l'article

Le MRJC tourne le dos au Concile Vatican II

Commentaire d'Yves Daoudal sur l'affaire du MRJC :

"La polémique a conduit le noyau dirigeant de l’épiscopat à convoquer les dirigeants du MRJC, nous a-t-on dit, le 29 janvier, jour de la… réunion ordinaire du Conseil des évêques pour les mouvements et associations de fidèles. Il en est résulté un long communiqué filandreux qui ne dit rien, sauf que l’avortement n’est pas approprié et que le principe de la dignité de la personne humaine doit se comprendre à partir de la conception…

Car les évêques de France n’ont toujours pas lu les textes de Vatican II, par exemple Gaudium et Spes qui qualifie l’avortement de « meurtre » et de « crime abominable » (n.51), ni le Catéchisme de l’Eglise catholique qui cite ce texte. Bref la Conférence des évêques de France rend hommage à l’action si méritoire du MRJC, mais lui dit que ce n’est pas adéquat d’invoquer le droit à l’avortement, et ne prend aucune sanction.

Capture

Le communiqué sur le "droit à l’avortement" se trouve donc toujours sur les pages internet du MRJC, et bien évidemment le groupuscule va pouvoir continuer à percevoir son pactole de plus de 500.000 € par an. D’où le titre de La Croix : Après explications, les évêques renouvellent leur confiance au MRJC

Commentaires (1)

C'est une honte. Il faut écrire à qui pour que notre Denier ne serve pas à financer ce type d'association ?

Rédigé par : Entrepreneur | 31 jan 2018 17:45:36
____________________________________

Lire la suite de l'article

L’Association des guides et scouts d’Europe s’étonne qu’un membre du MRJC représente les jeunes à Rome

Dans un communiqué publié sur Famille chrétienne, l’Association des guides et scouts d’Europe fait part de son étonnement et de son incompréhension face à l’absence d’un représentant du scoutisme parmi les trois jeunes délégués pour représenter la France au pré-synode des jeunes. Après la polémique sur le MRJC, elle lui parait également « incohérent » de maintenir le membre issu de ce mouvement parmi ces mêmes délégués.

B_1_q_0_p_0« Il y a dix jours, nous prenions connaissance des noms des trois jeunes que la conférence des évêques déléguait pour représenter la France au pré-synode de mars (en préparation du synode des évêques sur les jeunes, la foi et le discernement à la vocation d’octobre prochain). Nous avons été étonnés qu’il n’y ait, parmi eux, aucun représentant d’un mouvement de scoutisme alors que le scoutisme a été si souvent cité comme un point important dans les réponses au questionnaire que le Saint Père avait proposé aux jeunes. D’ailleurs, la synthèse de ces réponses soulignait clairement la place du scoutisme dans l’appréhension de la foi et le discernement de la vocation humaine.

Cet étonnement initial s’est doublé d’une incompréhension quand nous avons découvert qu’un des trois délégués appartenait à un mouvement dont les prises de position vont à l’encontre des enseignements de l’Eglise, particulièrement pour les questions liées à la protection de la vie. Le communiqué du MRJC dans le contexte des débats sur la bioéthique prend une résonnance d’autant plus forte et incompréhensible.

Notre présidente avait d’ailleurs fait part de notre questionnement

Lire la suite de l'article

Le MRJC rappelé à l’ordre : un mouvement d’Eglise ne peut pas justifier l’avortement

Extrait du communiqué publié ce jour suite à une rencontre entre le MRJC et la CEF :

Pnnpnzhezg3pbjocwru1_400x400-2"[…] Lorsqu’elle est canoniquement reconnue comme mouvement d’Église, une association de fidèles a véritablement la confiance de l’Église catholique pour porter et diffuser une parole conforme au magistère et fidèle à l’Évangile. Elle peut même être soutenue au travers de la nomination d’une aumônerie pour l’accompagner dans sa mission, parfois aussi par la mise à disposition de locaux et de moyens logistiques, selon les capacités des diocèses.

Sur la base de cette confiance, la liberté de parole est légitime dans la mesure où elle sert la vocation de tout baptisé à transformer le monde à la lumière de l’Évangile. Il est normal d’avoir une diversité d’approches. Si les situations sont éclairées par un même enseignement à portée universelle, les implications concrètes et singulières peuvent être, quant à elles, diverses.

Le MRJC génère en bien des espaces ruraux des initiatives originales pour retisser et servir les liens des personnes habitant un même territoire. Par son engagement auprès des jeunes, et du travail réalisé avec les collectivités publiques et associations, il est souvent force de proposition là où des progrès sont réalisables pour un développement humain intégral.

Ce développement s’enracine cependant dans une culture de la vie. C’est pourquoi la Conférence des Évêques a interpellé le MRJC. Car si l’Église entend la souffrance des personnes qui affrontent la perspective d’une naissance difficile, elle ne peut considérer l’avortement comme une réponse appropriée.

Ce qui est attendu d’un

Lire la suite de l'article