Archives par étiquette : mort

Julien Aubert : LR est un astre mort, il n’y a plus de débat, il n’y a plus de vie

Le député Les Républicains du Vaucluse (pour qui des conseillers départementaux FN avaient appelé à voter) et vice-président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur déclare à propos du budget qu'il ne votera pas :

Unknown-10«Il fallait abolir l'ISF. On ne fait pas un impôt pour faire de la politique ou pour faire du symbole – c'est ce que fait M. Hulot en interdisant le pétrole. Il faut regarder les impacts économiques! L'ISF est un impôt débile, qui coûte très cher à collecter (et) qu'il fallait supprimer totalement». «On ne l'a pas fait (lorsqu'on était au pouvoir ; NDLR) parce que la droite est le chien de garde d'un temple qu'elle n'a pas construit. C'est-à-dire qu'elle aboie lorsque la gauche construit un temple, et une fois qu'elle est devant elle renonce à le détruire… C'est d'ailleurs pareil pour les 35 heures».

«Effectivement, je crois qu'il y a une sorte de frilosité parce que la droite n'est pas elle-même depuis un certain nombre d'années. Elle s'est réduite et rétrécie à une approche très restrictive en économie, consistant à ne jamais mettre en doute la libre concurrence, ni la flexibilisation systématique».

C'est pour défendre ses idées et faire entendre sa voix qu'il a décidé de briguer la présidence de LR.

«Ce parti est un astre mort, il n'y a plus de débat, il n'y a plus de vie, il n'y a plus d'envie d'être ensemble».

Lire la suite de l'article

Le profil type du djihadiste “français” mort en Syrie ou en Irak

Selon une note de l’Union de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) dressant les caractéristiques communes des 265 djihadistes français qui ont trouvé la mort dans les rangs de Daesh, le profil type de ce dernier est :

"Un homme. Jeune. Connu des services de police. Et descendant de l’immigration"

Lire la suite de l'article

L’Europe : “Mort à crédit”

De l'abbé Michel Viot :

"Ce titre d’un roman de Céline s’impose de plus en plus à mon esprit quand je réfléchis au comportement de la plupart des européens et de leurs « clercs » (comme le comprenait Benda dans son livre de 1927, La trahison des clercs) devant le péril que leur fait courir l’islam. Ce livre paru en 1936, et qui fit scandale, faisait suite à Voyage au bout de la nuit qui en 1932 connut un immense succès. Ce ne fut pas le cas de Mort à crédit, qui bien que n’étant pas la suite du premier en constituait pourtant la clé d’interprétation. Les personnages sont à peu près tous de pauvres minables, s’étourdissant dans une vie médiocre pleine de ces illusions euphorisantes que distille toujours un temps qui semble faire crédit. Mais au bout du chemin, et quelquefois même en son cours, on trouve la mort ! Et chez Céline, elle n’apparaît jamais parée, son surgissement relève soit du sordide, soit du suicide ou de l’assassinat. En attendant, les protagonistes paient les intérêts du crédit que la mort offre généreusement aux sots qui sont ses clients… et ils sont légion !

Ce n’est pas la première fois depuis maintenant plusieurs années que l’Europe se trouve confrontée à une puissance de mort qui offre largement son crédit. L’exemple de ce qui n’était pas encore la France, mais la Gaule à la fin de l’empire romain est à cet égard bien parlant ! Quand on y

Lire la suite de l'article

Un Français a été poignardé à mort par un « déséquilibré » le 11 août

On ne l'apprend que maintenant.

Un père de famille originaire d’Oraison (Alpes-de-Haute-Provence) a été mortellement poignardé pendant ses vacances à Londres. Ce père de famille est mort à l’hôpital des suites de ses blessures.

Selon La Provence, l’agresseur, un Britannique de 38 ans, serait « atteint de troubles psychiques » Ce déséquilibré a été placé en détention provisoire en Grande-Bretagne.

Lire la suite de l'article

Cardinal Burke : “la confusion et l’erreur qui ont conduit la culture humaine sur le chemin de la mort et de la destruction sont également entrées dans l’Eglise”

Le cardinal Raymond Burke a donné le 22 juillet une conférence au 32e Forum annuel « Church Teaches » (« L’Eglise enseigne »), à Louisville dans le Kentucky. Voici des extraits de la traduction du texte intégral de cette conférence, disponible ici dans sa version originale, par Jeaanne Smits (cette traduction n’a pas été officiellement validée par le cardinal Burke) :

[…] Nous vivons les temps les plus troublés qu’aient connus aussi bien le monde que l’Eglise. La sécularisation a ravagé la culture de nombreuses nations, spécialement en Occident, éloignant la culture de sa vraie source qui est Dieu, et de son plan pour nous et pour notre monde. Des attaques quotidiennes et généralisées visent la vie humaine innocente et sans défense, accompagnées d’une violence sans précédent qui en résulte au sein de la vie familiale et de la société en général. L’idéologie du genre toujours plus virulente répand une confusion totale à propos de notre identité en tant qu’homme ou femme, et conduit au malheur profond et même à la destruction de soi de nombreux membres de la société. On assiste également à la négation de la liberté de religion qui tente d’empêcher, sinon d’éteindre totalement, tout discours public à propos de Dieu et de notre nécessaire relation avec Lui. La négation de la liberté de religion s’accompagne de la tentative d’obliger les personnes qui craignent Dieu à agir contre leur conscience bien formée, c’est-à-dire contre la loi de Dieu inscrite dans le cœur de l’homme. Dans les pays supposés libres,

Lire la suite de l'article

La République refuserait la culture de mort. Et les 220 000 avortements annuels ?

D713a03f6553817f28ea921acf01365c32f151a5Emmanuel Macron a prononcé un discours lors de l'hommage au père Hamel. Non seulement il a réussit l'exploit de ne pas prononcer une seule fois le mot "islam" ou "islamisme", mais en outre, il a fait des déclarations assez étonnantes, pour ne pas dire contradictoires. Exemple :

"la République n’est pas le règne du relativisme. Au cœur de nos lois et de nos codes forgés par l’Histoire, il est une part qui ne se négocie pas. Il est une part sur laquelle on ne porte pas la main. Une part, j’ose le mot, sacrée. […] Le visage de Jacques HAMEL est devenu le visage de ce qui, en nous, refuse cette culture de mort"

"Culture de mort", "non négociable", la reprise de ces termes pourrait nous faire rêver… A l'heure où l'on parle de la légalisation de la PMA pour les homosexuelles, alors même que la loi française fait et défait la morale au gré des assemblées et appelle bien ce qui est mal et mal ce qui est bien, tandis que les Français découvrent au détour d'une affaire que l'on peut, dans les hôpitaux français, avorter un bébé jusqu'à sa naissance, on se demande encore ce qui ne se négocie pas. C'est l'avortement qui est non négociable en France…

"La République, oui, repose sur l’amour et le respect de l’humanité."

Les massacres de la Révolution, le génocide vendéen, les persécutions religieuses sous la IIIe République, la culture de mort déployée sous la Ve en témoignent…

Lire la suite de l'article

Un mort devant la salle de shoot à Paris

Communiqué de Wallerand de Saint Just, Secrétaire départemental de la fédération du Front National de Paris :

"La salle de shoot de Paris a fait indirectement son premier mort. Un homme d’une quarantaine d’année, toxicomane, a agonisé pendant des heures à quelques mètres de la salle de shoot sans que les secours n’interviennent. Si la salle elle-même n’est pas ici directement en cause, c’est en revanche l’écosystème de la délinquance et du laxisme qu’elle a permis de s’installer dans ce quartier autrefois paisible qui est responsable de ce drame.

Ce sont les dealers qu’on a laissé prospérer dans tout le quartier, ce sont les fonctionnaires de police a qui il a été demandé de fermer les yeux pour « ne pas effrayer les usagers potentiels de la salle » (ce qui expliquerait également l’absence de secours), ce sont les toxicomanes qui, s’ils fréquentent peu la salle, se sont en revanche installés dans les rues adjacentes, profitant eux aussi de cette zone de tolérance de fait et de la présence sur place de leurs sources d’approvisionnement.

Régulièrement les riverains postent sur les réseaux sociaux photos et vidéos témoignant de cet état de fait. Plusieurs fonctionnaires de police nous ont confirmé ces petits arrangements tacites. Les pouvoirs publics ne peuvent pas dire qu’ils ne savaient pas. Une fois de plus, leur idéologie aveugle a primé sur l’intérêt réel des riverains et des malades. La toxicomanie est une maladie qui doit être prise en charge médicalement, pas par des associations. Surtout, cette prise

Lire la suite de l'article

Euthanasie de Charlie Gard : «Nous sommes arrivés au terminus de la culture de mort. Les tribunaux décident si un bébé a ou non le droit de vivre»

0ptLe petit Charlie Gard, victime d'une maladie orpheline, doit être « débranché » avec la bénédiction de la Cour européenne des droits de l'homme, contre l'avis de ses parents. Voici ce qu'en a dit le cardinal Carlo Caffarra dans une très forte déclaration à Il Giornale (traduction de Jeanne Smits) :

« Nous sommes arrivés au terminus de la culture de mort. Ce sont les institutions publiques, les tribunaux qui décident si un bébé a ou non le droit de vivre. Y compris en allant contre la volonté des parents. Nous avons touché le fond de la barbarie. Sommes-nous les enfants des institutions, et leur devons-nous la vie ? Pauvre Occident : il a rejeté Dieu et sa paternité est aujourd'hui baillée à la bureacratie ! L'ange de Charlie voit toujours la Face du Père. Arrêtez, au nom de Dieu. Sans quoi je vous dirai, avec Jésus : “Il vaudrait mieux que l'on vous attache une meule autour du cou et qu'on vous jette au plus profond de la mer.” »

Lire la suite de l'article

Père Parvez : « Au Pakistan, toute la communauté chrétienne est en danger de mort »

Invité par SOS Chrétiens d’Orient, le père Parvez apporte son témoignage sur la situation des chrétiens au Pakistan, où il vit lui-même.


Père Parvez : "Au Pakistan, toute la communauté… par bvoltaire

Lire la suite de l'article

Législatives – Elisabeth Baston (FN) : “Je suis attachée au respect de la vie de la conception à la mort naturelle”

Elisabeth Baston, candidate FN dans la 11ème circonscription de Paris, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature pour la 11ème circonscription de Paris. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

Capture d’écran 2017-06-07 à 19.18.27En fait, je suis engagée en politique depuis longtemps, à l’Action Française depuis mes 20 ans puis au Front National (j’ai déjà été quatre fois candidate, dont deux fois au législatives à Paris qui est pour nous, difficile). La raison d’être de cet engagement politique est la défense de la France et des Français, et celle de notre civilisation française et chrétienne. Ce qui est en jeu, plus que jamais, avec le nouveau pouvoir, c’est la résistance aux très réelles menaces de dilution de notre nation, par le haut avec la globalisation et par le bas avec l’immigration incontrôlée et continue, ouvertement prônée par l’actuel président qui a déclaré, comme candidat, que l’arrivée en masse des migrants était une « opportunité » économique.

Dilution de notre nation également par la dénatalité qui est le fruit des attaques incessantes, pas seulement politiques, contre la famille et la vie. La famille, cellule de base de la société, est irremplaçable en tout ce qu’elle peut apporter à ses membres et nous sommes déterminés à revenir sur les lois récentes contraires aux droits légitimes des familles (allocations familiales, quotient familial, congé parental …). Déterminés aussi à revenir sur la dénaturation du mariage, à abroger la loi Taubira. Tout cela était dans les engagements présidentiels de Marine Le Pen et pour ma part, j’ai participé

Lire la suite de l'article