Archives par étiquette : moment

Le moment est donc venu de s’engager sur le plan politique municipal

Lu sur Boulevard Voltaire :

Capture d’écran 2018-06-17 à 17.59.26"Au pèlerinage de Chartres, le cardinal Sarah a lancé un vibrant appel aux catholiques pour qu’ils s’impliquent dans la vie sociale et politique de leur pays, insistant sur l’urgence de leur engagement. Les élections municipales de 2020 offrent une occasion de répondre à ne pas laisser passer !

L’élection municipale constitue, en effet, un terrain de choix pour ceux qui veulent peser sur le destin national. Les catholiques, d’une manière générale, s’intéressent aux questions politiques et sociales, ils sont très présents dans le réseau associatif, mais peu d’entre eux se risquent à l’exercice démocratique de la représentation politique.

Très souvent refroidis par les thématiques parfois réductrices des partis, ils préfèrent s’investir dans la sphère privée, caritative, sociale ou intellectuelle, choses essentielles mais qui doivent obligatoirement se prolonger dans le politique pour perdurer et s’incarner.

Il y a donc grave nécessité, pour ne pas dire urgence, pour les catholiques à se lancer dans le combat politique. La politique n’est-elle pas le plus grand bien commun et, conséquemment, le plus grand devoir ? Ne détermine-t-elle pas nos manières de vivre et de penser ? N’est-elle pas le meilleur moyen de permettre au levain catholique d’agir dans la pâte sociétale et constitutionnelle ? N’est-elle pas le moyen pour sortir du sécularisme et du matérialisme hédoniste qui asphyxient la société ?

Deux tiers des Français sont baptisés catholiques, près du quart pratiquent occasionnellement ou régulièrement leur religion. Sociologiquement, ils représentent toujours la partie majoritaire du prisme religieux français.

À l’heure des grands basculements, notamment

Lire la suite de l'article

Le moment est donc venu de s’engager sur le plan politique municipal

Lu sur Boulevard Voltaire :

Capture d’écran 2018-06-17 à 17.59.26"Au pèlerinage de Chartres, le cardinal Sarah a lancé un vibrant appel aux catholiques pour qu’ils s’impliquent dans la vie sociale et politique de leur pays, insistant sur l’urgence de leur engagement. Les élections municipales de 2020 offrent une occasion de répondre à ne pas laisser passer !

L’élection municipale constitue, en effet, un terrain de choix pour ceux qui veulent peser sur le destin national. Les catholiques, d’une manière générale, s’intéressent aux questions politiques et sociales, ils sont très présents dans le réseau associatif, mais peu d’entre eux se risquent à l’exercice démocratique de la représentation politique.

Très souvent refroidis par les thématiques parfois réductrices des partis, ils préfèrent s’investir dans la sphère privée, caritative, sociale ou intellectuelle, choses essentielles mais qui doivent obligatoirement se prolonger dans le politique pour perdurer et s’incarner.

Il y a donc grave nécessité, pour ne pas dire urgence, pour les catholiques à se lancer dans le combat politique. La politique n’est-elle pas le plus grand bien commun et, conséquemment, le plus grand devoir ? Ne détermine-t-elle pas nos manières de vivre et de penser ? N’est-elle pas le meilleur moyen de permettre au levain catholique d’agir dans la pâte sociétale et constitutionnelle ? N’est-elle pas le moyen pour sortir du sécularisme et du matérialisme hédoniste qui asphyxient la société ?

Deux tiers des Français sont baptisés catholiques, près du quart pratiquent occasionnellement ou régulièrement leur religion. Sociologiquement, ils représentent toujours la partie majoritaire du prisme religieux français.

À l’heure des grands basculements, notamment

Lire la suite de l'article

Le concile Vatican II représente pour le catholicisme français le moment du « décrochage »

C'est le constat auquel est arrivé Guillaume Cuchet, dans son ouvrage Comment notre monde a cessé d’être chrétien. L'Homme Nouveau publie une intéressante discussion entre l'auteur, l'abbé Claude Barthe et l'historien Jean Chaunu. Extraits :

102129_couverture_Hres_0"Je suis parti des données rassemblées par le chanoine Boulard qui était dans l’Église le grand spécialiste après-guerre des questions sociologiques et que les historiens connaissent bien, en raison notamment de la publication en 1947 de sa fameuse Carte religieuse de la France rurale, dite « carte Boulard », qui est un des documents les plus énigmatiques et les plus explicatifs de l’histoire de France. L’avantage de cette sociologie très modeste en apparence, qui s’est attachée à décrire la situation plus qu’à véritablement l’expliquer, est qu’elle permet de prendre le problème à la racine en commençant par compter et dater les phénomènes. Ce qui, paradoxalement, manquait le plus dans la littérature « scientifique » existante sur le sujet. Tout le monde avait des idées sur les explications, les interprétations, mais on paraissait avoir fait l’économie de la première des opérations historiographiques qui consiste à décrire précisément la situation et ses tendances.

De vingt ans de comptabilité approfondie, entre, en gros, 1945 et 1965, Boulard avait conclu à la stabilité globale des taux dans la longue durée moyennant une pente légèrement déclinante, un peu déprimante, certes, parce qu’en dépit d’efforts répétés on n’arrivait pas à redresser les courbes, mais assez rassurante tout de même, parce qu’elle préservait a priori de toute mauvaise surprise. […]

Lire la suite de l'article

Hervé Juvin : France, le moment politique

Lle vice-président de Geopragma, Hervé Juvin, présente son dernier ouvrage :”France, le moment politique : Manifeste écologique et social”. Le politologue et expert international présente les solutions qu’il préconise pour sortir la France de sa léthargie. Économie, écologie, société, communautarisme ou encore problèmes démographiques, Hervé Juvin aborde tous les sujets sans tabou.

Lire la suite de l'article

Le moment est une fois encore venu de refuser la dictature rouge dans les entreprises comme dans les universités

De Bernard Antony :

Images-5"Des raisons essentielles motivent notre opposition sur bien des plans à la politique d’Emmanuel Macron et de son gouvernement. Celle-ci est en effet d’une part modelée par le vieil étatisme jacobin, imprégnant toujours l’énarchie dirigeante ; de l’autre, par le libertarisme sociétal de déconstruction humaine, familiale et sociale tel que procédant de la connivence idéologique Macron-Bendit-Schiappa.

Mais on ne saurait pour autant appuyer irresponsablement n’importe quelle force, n’importe quel mouvement opposés à ce régime. La politique du pire est en effet toujours la pire des politiques. La vérité, c’est qu’on ne saurait par principe désapprouver le gouvernement lorsqu’il veut réformer la vieille structure de la SNCF, de plus en plus sclérosée, coûteuse et non sans risque d’insécurité. Ce que l’on doit regretter, c’est qu’il ne s’attaque pas du tout au centralisme paralysant de la SNCF, alors que le pays a partout besoin de la réanimation de son système de transport ferroviaire.

Le remède n’est évidemment pas dans ce que propose la nébuleuse groupusculaire archéo-communiste ou lénino-trotskyste constitutive des noyaux dirigeants d’un syndicalisme politiquement détourné de sa fonction. La prise en otage qui pourrait durer, des mois durant, de la plus grande partie de la population active du pays ne peut être acceptée. Elle est ruineuse, paralysante, destructrice du bien commun national. La réapparition des drapeaux rouges et noirs rappelle les plus mauvais moments de notre histoire d’après-guerre. Une partie du peuple découvre avec stupéfaction que la dictature de la violence bolchevique ne relève pas que des fumées de

Lire la suite de l'article

« On considère une relation sexuelle, légitime, à partir du moment où elle est consenti. C’est une manière subjective d’envisager l’ordre social »

Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, a annoncé un projet de loi visant à ce qu’on ne puisse plus présumer du consentement d’un enfant en dessous de 13 ans. Sur l'Homme Nouveau, Odon de Cacqueray écrit :

Logo"Ce projet de loi a été dénoncé par beaucoup d’internautes. […] Le projet de loi vient renforcer la sévérité de la justice, pas accentuer son laxisme. En dessous de 11, 13 ou 15 ans (c’est en cours de discussion), il y aura, si cette loi est votée, une « présomption irréfragable de non-consentement ». La partie adverse ne pourra plus apporter de preuves contraires. Il faut ajouter que le projet de loi entend allonger les délais de prescription. On sait aujourd’hui que le choc de l’agression peut entraîner une amnésie. Les futurs délais veulent donner à un adulte agressé dans sa jeunesse la possibilité, si des souvenirs enfouis ressurgissent, de poursuivre son agresseur.

Pour Aude Mirkovic, maître de conférences en droit privé et porte-parole de Juristes pour l’enfance :

« Les actes sexuels entre mineurs et majeurs ne sont pas assez bien sanctionnés par le Code pénal, mais c’est l’acte qui doit être incriminé, il ne faut pas que le consentement fasse partie de la définition ou de l’exclusion de l’infraction ».

[…] Guillaume Bernard, politologue et maître de conférences à l’ICES (Institut Catholique d’Études Supérieures), interrogé sur le sujet, approfondit cet angle de réflexion en l’axant sur la philosophie du droit :

« On est ici susceptible

Lire la suite de l'article

Colonel Jacques Hogard : “A un moment, il faudra faire donner l’armée”

Le colonel Jacques Hogard est ancien officier de la Légion étrangère et commandant des forces spéciales au Kosovo en 1999. Sa décision de porter secours aux communautés monastiques en danger et de protéger les monastères orthodoxes victimes des pires exactions de la part des Albanais de l’UCK, lui a valu la plus haute distinction de l’Eglise serbe orthodoxe. Le militaire respecté et écouté est un des meilleurs spécialistes des Balkans. C’est à ce titre qu’il revient sur la condamnation décriée du général Ratko Mladic, ancien chef militaire des Serbes de Bosnie. Pour TV Libertés, le colonel Hogard revient sur la révision de l’opération Sentinelle et sur l’action et la personnalité de l’ancien chef d’Etat major, le général de Villiers. Un entretien sans concession et avec un aveu de taille :”A un moment donné, il faudra, hélas, faire donner l’armée face au radicalisme sur le sol français".

Lire la suite de l'article

Synode de l’Eglise chaldéenne en ce moment à Rome

Le pape François a reçu en audience jeudi matin les membres du Synode de l’Eglise chaldéenne, qui se tient à Rome du 4 au 8 octobre, sous la houlette du patriarche Louis Raphaël Sako. Extrait de son discours :

AAA0532-740x493"Je vous accueille avec joie en ces jours où vous êtes réunis en synode, alors que vous vous préparez à affronter des questions de première importance pour l’Eglise chaldéenne, dont les migrations forcées des chrétiens, la reconstruction des villages, le retour des réfugiés, le droit particulier de l’Eglise, la question liturgique et la pastorale des vocations.

Je remercie Sa Béatitude, le patriarche Louis Raphaël, pour la salutation qu’il m’a adressée en votre nom à tous. Je saisis cette occasion pour saluer, à travers vous, les fidèles de la bien-aimée terre irakienne, durement éprouvés, en partageant l’espérance des récentes nouvelles qui parlent d’une reprise de la vie et de l’activité dans des régions et des villes jusqu’ici soumises à une oppression douloureuse et violente. Puisse la miséricorde de Dieu adoucir les blessures de la guerre qui blessent le coeur de vos communautés, afin qu’elles puissent finalement se redresser.

En effet, si une page tragique s’est conclue pour certaines régions de votre pays, il faut signaler qu’il reste beaucoup à faire. Je vous exhorte à travailler inlassablement comme des bâtisseurs d’unité, avant tout entre vous, pasteurs de l’Eglise chaldéenne, et avec les pasteurs des autres Eglises, et en outre en favorisant le dialogue et la collaboration entre tous les acteurs de la

Lire la suite de l'article

Mike Pence : “Nous avons atteint un moment historique de la cause de la vie”

Discours du Vice-président Mike Pence à la Marche pour la vie de Washington (merci à AFD) :

Pence_810_500_55_s_c1« Merci Karen et Charlotte, et merci à vous tous.

De la part du Président Donald Trump, de mon épouse Karen et de ma fille Charlotte, je vous souhaite à tous la bienvenue à Washington DC pour la 44ème Marche annuelle pour la vie.

C’est une bonne journée. C’est, à bien des égards, la meilleure Marche pour la vie que j'ai jamais vue.

Je suis très touché de prendre la parole devant vous aujourd'hui, très touché d'être le premier Vice-président des États Unis à avoir le privilège d'assister à cet événement historique.

Il y a plus de 240 ans, les fondateurs de notre pays ont écrit des mots dont l'écho a traversé les siècles.

Ils ont déclaré les vérités qui vont de soi, à savoir que notre Créateur nous a tous dotés de certains droits inaliénables et, parmi eux, il y a la vie, la liberté et la recherche du bonheur.

Il y a 44 ans, notre Cour Suprême a tourné le dos au premier de ces idéaux immuables.

Mais aujourd'hui, trois générations plus tard, grâce à vous tous et aux milliers de personnes qui sont avec nous pour marcher pour la vie à travers notre nation, la vie est de nouveau en train de gagner en Amérique.

Cela apparaît clairement dans l'élection des majorités pro-vie au Congrès américain. Cela apparaît encore plus clairement, d'une certaine manière, dans l'élection historique d'un président qui

Lire la suite de l'article

Un moment historique

C'est ce qu'a déclaré Mike Pence, le vice-président des Etats-Unis d'Amérique, hier, lors de la Marche pour la vie :

Vou pouvez retrouver l'intégralité (plus de 7h de vidéo) de cette marche ici.

Lire la suite de l'article

L’avortement est aussi le sujet du moment aux Etats-Unis

Lundi 23 janvier, le cardinal Timothy Dolan, archevêque de New York et chef du Comité pour les affaires « pro vie » de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis, a salué le décret signé par le nouveau président Donald Trump le même jour afin de retirer des « impôts des contribuables les fonds accordés aux ONG internationales qui promeuvent ou pratiquent des avortements à l’étranger (souvent en violation des lois du pays d’accueil même) ».

« Il s’agit d’un pas bienvenu vers le rétablissement et le renforcement de politiques fédérales importantes qui respectent le plus fondamental des Droits de l’homme, le droit à la vie –, de même que le consensus de longue date et bi partisan contre l’obligation faite aux Américains de participer à l’acte violent d’avorter ».

Unknown-4Par ailleurs, l'annuelle March for Life aura lieu vendredi 27 janvier à Washington. Donald Trump a mandaté sa conseillère spéciale, Kellyanne Conway, pour l'y représenter. Son ancienne directrice de campagne figure parmi les principaux invités à intervenir à la tribune, aux côtés du cardinal Timoty Dolan.

Quand on pense que, dimanche dernier à Paris, il n'y avait ni un évêque ni un député pour marcher contre l'avortement…

Enfin 3e sujet, mais certainement le plus important, Donald Trump révélera la semaine prochaine le nom de son candidat pour occuper le neuvième siège de magistrat à la Cour suprême. La plus haute instance judiciaire des Etats-Unis fonctionne depuis près d'un an, suite au décès du conservateur Antonin Scalia, avec 8 juges, dont 3 réellement conservateurs, 3

Lire la suite de l'article