Archives par étiquette : ministres

En vacances chez un trafiquant de drogue ? Les ministres avaient été prévenus

Deux ministres du gouvernement, Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre chargé de la Transition énergétique et Gérald Darmanin ministre des Comptes publics, passent leurs vacances au nord d'Ajaccio, dans une grande villa de 180 m2 louée 4.000 euros la semaine révèle Mediapart. La demeure appartient à Christelle Godani, miss Corse 1993 et compagne de Gilbert Casanova, ancien président de la chambre de commerce d'Ajaccio et de la Corse-du Sud, lourdement sanctionné par la justice pour trafic de drogue.

Les deux ministres annoncent qu'ils vont porter plainte contre Mediapart. Gérald Darmanin affirme ne pas avoir eu connaissance de l'identité du propriétaire : 

“Je tombe des nues ! Cette villa a été louée par des amis de l’Eure, avec qui nous partageons les frais de location. Je ne connais pas les propriétaires. Je dors et je bois du rosé, je commence juste à déconnecter. Vous êtes la première personne à me parler de cela ! Si la police nous avait dit ne ne pas y aller, j'aurai évidemment suivi le conseil. Je viens du Nord, je ne suis pas au courant des subtilités corses”. 

Pourtant, Valeurs Actuelles cite un policier :

Dès le 21 juillet, nous avons allumé les warnings et alerté la préfecture de Corse-du-Sud. Comme personne ne réagissait, le directeur adjoint du cabinet du premier ministre, Thomas Fatome, a été prévenu par un appel privé, le 8 août. Mais visiblement, personne n’a déconseillé au ministre de séjourner à cet endroit… C’est incompréhensible !”

Lire la suite de l'article

La rémunération des ministres du culte de Guyane par la collectivité territoriale est conforme à la laïcité

Le Salon Beige a relaté récemment une décision numéro 58 relative à l’état d’urgence, que le Conseil Constitutionnel a rendue le 9 juin au sujet d’un des aspects de l’état d’urgence.

Une autre décision numéro 56 est passée inaperçue.

Elle est relative à la rémunération des ministres du culte de la Guyane par la collectivité territoriale. Sa portée est certes moindre que la première mais non sans intérêt pour les catholiques.

La rémunération des ministres du culte en Guyane sur argent public se fonde sur une ordonnance royale de Charles X de 1828. La collectivité territoriale de Guyane à majorité de gauche laïciste (tendance Taubira) accepte difficilement de payer les prêtres, d’où une guerre, qui dure depuis de nombreuses années sur les plans politique et judiciaire.

C’est ainsi que le Conseil Constitutionnel a été récemment saisi par le Conseil d’Etat d’une question préalable de constitutionnalité de cette ordonnance de 1828. Les « 9 sages de la rue Montpensier » déclarent que cette disposition est conforme à la Constitution en ne méconnaissant pas la règle de la laïcité. Toutefois ils laissent entrevoir incidemment que ce régime pourrait être abrogé par un décret étendant à la Guyane l’application de la loi du 9 décembre 1905 dite de séparation des églises et de l’Etat.

Lire la suite de l'article

4 ministres à la trappe : le quinquennat Macron n’a pas fini de nous amuser

François Bayrou aura été ministre un mois, depuis son départ du gouvernement Juppé, en 1997. Jusqu'à la dernière minute, il se sera battu pour y rester. Le maire de Pau a démissionné ce jour, comme Marielle de Sarnez, Richard Ferrand et Sylvie Goulard (en plein salon du Bourget, cela fait désordre pour les membres du ministère des Armées qui l'attendaient sur le salon…). Le nouveau gouvernement ex-PS, LREModem a été nommé :

  • Nicolas Belloubet, juriste et membre du Conseil constitutionnel, devient ministre de la Justice.
  • Florence Parly, qui avait été secrétaire d'État au Budget dans le gouvernement Jospin (de 2000 à 2002), passée depuis par Air France, depuis mars 2016 directrice générale de SNCF Voyageurs, est nommée ministre des Armées.
  • Le député ex-PS Stéphane Travert devient ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation (en remplacement de Richard Ferrand) ;
  • le conseiller Julien Denormandie devient secrétaire d'État auprès du ministre de la Cohésion des territoires (Jacques Mézard, qui remplace Richard Ferrand) ;
  • Benjamin Griveaux, porte-parole de LREM devient secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances (Bruno Le Maire reste en poste).
  • Le MoDem garde sa représentation au gouvernement avec la nomination de Jacqueline Gourault comme ministre auprès de Gérard Collomb (Intérieur) et Geneviève Dariseussec comme secrétaire d'État auprès du ministre des Armées.
  • Sébastien Lecornu (président LR du département de l'Eure) est nommé secrétaire d'État auprès de Nicolas Hulot et le sénateur ex-LR (depuis longtemps En Marche) Jean-Baptiste Lemoyne est nommé secrétaire d'État auprès du ministre

Lire la suite de l'article

Certains acceptaient des costumes, d’autres retournent leurs vestes : les ministres de Macron

Lire la suite de l'article

Quand les ministres de Macron fustigeaient Macron : de la valeur de la parole politique

Florilège éloquent.

591d812fd3f85dd9090000caEdouard Philippe - Chroniques publiées dans Libération.

  • 18 janvier : « Il serait le fils naturel de Kennedy et de Mendès-France. On peut en douter. Le premier avait plus de charisme; le second, plus de principes ».
  • 15 février : « Macron n'assume rien mais promet tout, avec la fougue d'un conquérant juvénile et le cynisme d'un vieux routier ».

Bruno Le Maire, Les Républicains (ministre de l’Économie)

  • 12 juillet 2016 : « Je ne crois pas du tout au positionnement transpartisan assumé par Emmanuel Macron et son mouvement. C’est de la soupe. Attention à cette façon de mélanger, de brouiller les lignes, de dire qu’on veut mettre avec soi tous les progressistes. Ça ne veut rien dire. »
  • 20 janvier 2017: « Emmanuel Macron, c’est une coquille vide, où chacun arrive avec des propositions qui peuvent être toutes aussi différentes les unes que les autres, mais on ne sait pas où l'on va et je pense que c’est dangereux pour le pays ».
  • 19 février : « Qui est le véritable Emmanuel Macron ? Celui qui ne se dit pas socialiste devant M. de Villiers ou celui qui se dit de gauche sur TF1? Celui qui s'est dit favorable à la légalisation du cannabis ou celui qui se dit contre ? Emmanuel Macron est le candidat sans projets car c’est le candidat sans convictions: il change de discours suivant l’auditoire ». Bruno Le Maire, lui, ne change pas…
  • 25 avril : « Je vais me

Lire la suite de l'article

Les ministres turcs font campagne en Europe

Capture d’écran 2017-03-13 à 08.42.50Après le refus des Pays-Bas d'accueillir deux ministres turcs, la Turquie promet des mesures de rétorsion «de la manière la plus sévère». Dénonçant un comportement rappelant «le nazisme et le fascisme», Recep Tayyip Erdogan a menacé les Pays-Bas :

«Ils auront naturellement à en payer le prix et aussi à apprendre ce qu'est la diplomatie».

À l'approche d'un référendum sur l'augmentation des pouvoirs du président turc, prévu le 16 avril, le gouvernement turc s'est lancé dans une campagne pro-Erdogan dans différents pays d'Europe pour encourager les 4,5 millions de membres de la diaspora turque en Europe à voter oui pour un système présidentiel qui permettrait à Erdogan de diriger le pays jusqu'à au moins 2029.

Les Pays-Bas se trouvent à trois jours d'un scrutin législatif qui devrait voir la croissance du parti anti-islam.

Le premier ministre danois a proposé à son homologue turc de reporter une visite prévue fin mars. De son côté, le propriétaire d'une salle de réunion de Stockholm, en Suède, dans laquelle devait se tenir un rassemblement en faveur du référendum constitutionnel turc, a annulé le contrat de location des lieux. 

Les autorités turques ont fait fermer l'ambassade des Pays-Bas à Ankara et le consulat d'Istanbul. Dimanche matin, des manifestants turcs y ont brièvement remplacé le drapeau néerlandais par un drapeau turc. Les résidences de l'ambassadeur néerlandais, du chargé d'affaires et du consul général ont également été bouclées.

Le ministre des Affaires étrangères turc est venu plaider ce week-end en France, à Metz (photo) en faveur du "oui" au référendum turc.

Lire la suite de l'article

La place de Dieu et de l’argent chez les « ministres » et le peuple

Homélie du père Madros :

Saint Paul écrit aux Corinthiens (1 Cor 4, 1 s) : « Qu’on nous regarde comme serviteurs du Christ et intendants des mystères de Dieu ». Il s’agit des apôtres, de leurs disciples actifs dans l’évangélisation ; bref « des ministres de l’autel et de la chaire". “Ministres” ici signifie les serviteurs de l’Evangile, consacrés à cette mission. Serviteurs en principe et parfois, souvent, en fait, grâce à Dieu. Les  ministres dans la vie politique nationale sont, eux aussi, en principe serviteurs, mais la réalité nous indique que souvent ils se font servir et servent très mal leurs nations. Saint Paul utilise ici le mot « hyperétas υπηρέτας » : il dénote dans la particule « hypo » « en dessous » une certaine infériorité. Or, nous appelons nos responsables religieux « les supérieurs » ! L’autre vocable pour « intendants » : « oikonomous οικονόμους » signifie étymologiquement « économes ». Nous pouvons entrevoir la triple fonction apostolique, épiscopale et sacerdotale : la sanctification, l’enseignement et l’administration. « Or, ce qu’en fin de compte on demande à des intendants, c’est que chacun soit trouvé fidèle » ! Ah ça ! Là, nous le clergé, nous nous trouvons parfois dans de mauvais draps, précisément quand notre « fidélité », loyauté, allégeance ou honnêteté laissent beaucoup à désirer !

Tentation immédiate : de nous jeter la pierre, tout en cachant ou justifiant la négligence et les trahisons de certains laïcs, surtout les politiciens ! Le pape François ne cesse de nous fustiger. Et il a raison ! Un évêque, un prêtre pas fidèle, cela ne vaut pas la chandelle ! Nous critiquer peut être parfaitement « juste et bon », mais il

Lire la suite de l'article

2 ministres démissionnent du gouvernement

Images-21Emmanuel Macron, le ministre de l'Économie, a officiellement démissionné du gouvernement «pour se consacrer entièrement à son mouvement politique», a souligné l'Élysée dans un communiqué. À huit mois de l'élection présidentielle, l'ancien banquier de 38 ans a estimé avoir «touché du doigt les limites de notre système politique»… Michel Sapin lui succède ; jusque-là ministre des Finances, il prendra ainsi la tête d'un «super ministère» de l'Économie et des Finances. 

Par ailleurs, Le ministre des Outre-Mer, George Pau-Langevin (photo), a démissionné aujourd'hui pour "raisons personnelles". Ericka Bareigts, secrétaire d'Etat à l'Egalité réelle (sic) depuis février 2016, lui succède.

Lire la suite de l'article

Après l’accueil des ministres, l’accueil des candidats

Dans la suite de La Manif Pour Tous et de l'accueil des ministres de François Hollande, harcelés par les défenseurs de la famille dans tous leurs déplacements, nous vous proposons une nouvelle activité ludique au cours de l'année qui vient : l'interpellation des candidats à la présidentielle sur la question du mariage.

Voici par exemple l'agenda de François Fillon, qui a renoncé à vouloir abroger la loi Taubira, après s'être pavané dans Les Manifs Pour Tous (et qui considère par ailleurs l'avortement comme un droit fondamental) :

  • Mardi 3 mai : 18h30 à 20h30 : Palais des Congrès d’Issy-les-Moulineaux (92)
  • Lundi 9 mai : 19H00 : Salle des Fêtes, Avenue de la 2ème Division Blindée, Schiltigheim (67300)

Pour Jean-François Copé :

  • Lundi 2 mai à 18h00 : Centre André Malraux 112, rue de Rennes, 75006 Paris

Pour Alain Juppé :

Et ainsi de suite pour les autres candidats afin de leur rappeler l'importance de l'institution familiale, fondée sur l'union entre un homme et une femme.

Envoyez ensuite vos photos et vidéos, nous nous ferons un plaisir de les mettre en ligne.

ONLR.

Lire la suite de l'article

On ne se moque pas des ministres du Bonheur et de la Tolérance

Une ministre du Bonheur, une de la Tolérance et une troisième de la Jeunesse ont été nommées ce mercredi aux Emirats arabes unis à la faveur d'un remaniement gouvernemental. La presse s'en moque car le Premier ministre justifie :

 "Le bonheur n'est pas seulement un voeu pieux dans notre pays. Il y aura des plans, des projets, des programmes et des indicateurs. Cela fera partie du travail de tous les ministères"

On ne rigole pas : nous en France, nous avons un ministre de la Justice qui relève de l'Injustice, un autre du Développement durable, un autre du Numérique, un autre des Comptes publics qui a du oublier ses leçons de mathématiques, etc.

Lire la suite de l'article