Archives par étiquette : militaires

Des militaires français agressés à Varces et à Paris et insultés en langue arabe, d’autres blessés au Mali

Mais surtout ne pas faire d'amalgame sur la nature de notre ennemi :

"Le jeune homme recherché depuis ce jeudi 29 mars matin pour avoir foncé en voiture sur des militaires a été interpellé à la mi-journée. Dès 8h du matin, il avait pris pour cible des militaires du 7e bataillon de chasseurs alpins basé à Varces à bord d'une 208 noire. Il avait d'abord insulté deux soldats de retour de leur jogging, avant de foncer sur eux avec son véhicule. Les militaires ont réussi à éviter de justesse la collision et se sont cachés derrière des voitures.

Il a ensuite pris pour cible un autre groupe de soldats en les insultant cette fois-ci, en arabe, avant de prendre la fuite. La gendarmerie avait alors très vite bouclé le périmètre et confiné les habitants chez eux et les enfants dans les écoles une partie de la matinée. 

L'homme a été interpellé dans le quartier, réputé sensible, de la Villeneuve à Grenoble. Il a été conduit à la police judiciaire de la ville afin d'être placé en garde à vue, et tenter de connaître les motivations de son geste (…)

Le maire de la commune de Varces-Allières-et-Risset indique par ailleurs à France Bleu Isère avoir pris une mesure de confinement pour les structures recevant du public et notamment les établissement scolaires. "Ces structures sont à cette heure-ci en situation de confinement, tout est fermé. Il n'y a plus d'intrusion dans les bâtiments et cette situation va perdurer, jusqu'à nouvel ordre.

Lire la suite de l'article

Honneur aux vertus militaires

Réaction de Jean Pierre Maugendre après l’assassinat du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame :

Image"Le sacrifice héroïque du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, le 22 mars près de Carcassonne (11), rappelle à une France assoupie ce que peut être l’honneur d’un soldat. Après avoir remplacé une otage, l’officier de gendarmerie a été assassiné par le terroriste islamiste franco-marocain Radouane Lakdim.

Des vertus militaires à cultiver

Les vertus militaires existent ainsi, encore chez quelques-uns, engagés aujourd’hui dans les opérations Barkhane ou Sentinelle. Le gouvernement trouve normal de pouvoir les mobiliser à tout instant, au doigt et à l’œil : ce sont pourtant ces vertus que ce même gouvernement, en raison de ses propres principes, laisse décourager et déshonorer partout dans la société libérale et permissive. L’obéissance sans murmure ni hésitation ! Le sacrifice sans examen préalable, sans large débat public ni contestation et décision collégiale ! Les vertus militaires ne sont pas cultivées parce qu’elles sont un obstacle évident au développement du grand marché mondial qui repose sur le déracinement des peuples et leur réduction au simple statut de consommateurs fébriles.

Il faut néanmoins, comme toutes les autres vertus, pour qu’elles perdurent que les vertus militaires soient cultivées, qu’elles soient exercées avec patience et énergie, qu’elles soient encouragées et honorées. Il faut, mais l’État ne s’occupe nulle part de le faire au niveau décisif : au niveau « culturel », celui qui forme les intelligences, les consciences, les sensibilités. L’État ne le fait, sauf exceptions rarissimes, ni dans ses écoles ni dans ses universités ni

Lire la suite de l'article

Plus de 600 militaires blessés en opération en dix ans

Lu ici :

El-hesseyane-patrouille-conjointe2_article_demi_colonne"Selon le dernier rapport du Haut comité d’évaluation de la condition militaire, 620 militaires français ont été blessés en opération extérieure de 2007 à 2016, « par armes à feu ou engins explosifs ». En 2016, dernier chiffre disponible, ce chiffre était de 51, soit quasiment un par semaine. Le maximum a été atteint en 2011, avec 168 blessés en particulier en Afghanistan. Ces données ne tiennent donc pas compte des accidents et se limitent à des faits de guerre.

L’état-major des armées ne communique pas sur les blessés, mais ces chiffres proviennent du Service de santé des armées.

Au cours de la même décennie, 154 militaires sont morts en Opex, dont 97 « par armes à feu ou engins explosifs ». Le rapport entre le nombre de morts et de blessés « par armes à feu ou engins explosifs » est donc de 1 pour 6,4, en moyenne.

Les chiffres des blessés ne comprennent pas les « troubles psychiques en relation avec un événement traumatisant », dont le nombre des « déclarés pour la première fois », en hausse du fait d’une meilleure détection, dépasse les 300 chaque année (365 en 2016 – c’est-à-dire un par jour)."

Lire la suite de l'article

7e attaque contre des militaires

Un homme armé d'un couteau a attaqué un militaire de l'opération Sentinelle en patrouille à la station de métro Châtelet à Paris vendredi vers 6h30, sans faire de blessé. L'assaillant, rapidement maîtrisé par le militaire, aurait tenu des propos faisant référence à Allah.

Il s'agit de la septième attaque contre des militaires de la force Sentinelle.

Lire la suite de l'article

Attaque des militaires de Sentinelle : mais où était le chef des armées qui a réagi… 9h après ?

Plus prompt à utiliser les médias aux ordres pour faire sa crise d'autoritarisme et orchestrer l’éviction d'un général que de soutenir les militaires blessés :

Lire la suite de l'article

Attaque des militaires de Sentinelle : le suspect identifié

7184643_hamou-b-le-parisien_1000x625De Valeurs Actuelles

"L’homme de 37 ans, arrêté mercredi dans le Pas-de-Calais, est un ressortissant algérien originaire de Sartrouville, dans les Yvelines, et s’appelle Hamou B., rapporte Le Parisienqui publie sa photo. Le principal suspect est connu des services de police, mais n'est pas fiché S.

Il était inscrit depuis 2013 au traitement d'antécédents judiciaires pour avoir commis une infraction d'aide à l'entrée sur le territoire français d'étrangers en situation irrégulière, précise BFMTV.

Les enquêteurs cherchent toujours déterminer ses motivations. Des perquisitions ont eu lieu cet après-midi à son domicile et dans celui de son entourage".

Photo du Parisien.

Lire la suite de l'article

Attaque des militaires de Sentinelle : la voiture retrouvée, le conducteur interpellé

L'homme a été la cible de plusieurs coups de feu de la part des policiers et a été admis à l'hôpital sous surveillance. La ville de Levallois-Perret n'a pas été choisie au hasard :

"Depuis deux ans et demi, des militaires sont affectés à la surveillance unique de la ville de Levallois-Perret. Des hommes extrêmement aguerris, comme des chasseurs alpins ou des fusiliers marins, ont été logés au rez-de-chaussée d'un immeuble de logements sociaux place de Verdun. Le bâtiment se situe, en effet, à proximité immédiate de la mairie de la ville mais surtout à quelques centaines de mètres, soit une dizaine de minutes, du siège de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la Sous-direction anti-terroriste (SDAT), les hauts lieux de la lutte anti-terroriste.

La présence des locaux des services anti-terroristes sur cette commune limitrophe de Paris en aurait alors fait une cible qui n'aurait pas été choisie par hasard".

Message du nouveau chef d'état-major des armées : 

Lire la suite de l'article

Attaque à la voiture contre des militaires de Sentinelle : 6 blessés dont 2 grièvement (MAJ)

L’attaque a eu lieu ce matin à Levallois-Perret : 

“Des militaires de l’opération Sentinelle ont été renversés ce mercredi matin par un véhicule à Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine, a indiqué la préfecture de police à 20 Minutes. Six d’entre eux ont été blessés, dont deux grièvement.

L’auteur est en fuite et le véhicule est activement recherché par la police, a précisé la préfecture qui a bouclé le quartier pour des raisons de sécurité.

Interrogé par Franceinfo, le maire de Levallois-Perret condamne la possible attaque contre des militaires survenue dans sa ville ce matin. Il indique que les faits ont eu lieu place de Verdun, non loin de la mairie”.

Le bilan semble différent selon Valeurs actuelles. Sur Twitter, la préfecture de police de Paris parle “d’incident” (sic).

L’acte semble totalement délibéré :

Les autorités se refusent à parler d’attentat ou d’attaque. Les gens de terrain comme le maire de Levallois-Perret parlent d’acte “forcément volontaire” ou “d’odieuse agression”. 

Lire la suite de l'article

Récidiviste, il voulait commettre un attentat contre des militaires à la Tour Eiffel

A ne considérer tous ces criminels en puissance uniquement comme des cas psychiatriques, on relâche dans la nature des hommes déterminés par la haine et qui passeront à l'acte :

"Il dit avoir voulu s'en prendre à un militaire: la section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête sur le jeune homme, admis en psychiatrie mais en permission de sortie, qui a brandi samedi soir un couteau au pied de la tour Eiffel en criant "Allah Akbar".

» Un homme arrêté à la tour Eiffel voulait «commettre un attentat»

Dimanche après-midi, nous apprenons que le suspect, un Français né en 1998 en Mauritanie, avait été condamné en décembre 2016 à quatre mois de prison assortis d'un sursis avec mise à l'épreuve pendant deux ans pour apologie du terrorisme et menaces de mort. Les premières investigations ont mis en lumière sa personnalité très fragile. Il était hospitalisé dans un service psychiatrique depuis plusieurs mois et sa mesure d'hospitalisation avait été renouvelée le 27 juillet pour six mois, d'après la source proche de l'enquête. Il était en permission de sortie du 4 au 6 août".

Lire la suite de l'article

En marche à deux jours du 14 juillet vers la colère noire des militaires dont le premier ne veut pas “se faire b… comme ça”

PdvIl est peut-être temps que les bébés de la politique au pouvoir depuis deux mois sachent que leurs responsabilités dépassent celles d'un enfant de 6 ans : 

""Je ne vais pas me faire b… comme ça". C'est, de sources concordantes, le rugueux cri du cœur poussé ce matin par le chef d'état-major des armées Pierre de Villiers aux députés de la commission de la défense, au lendemain de l'annonce par Bercy d'une réduction des crédits de 850 millions d'euros en 2017. "Le grand écart entre les objectifs assignés à nos forces et les moyens alloués n'est plus tenable", a assuré le général de Villiers lors d'une audition à huis clos. "On a déjà tout donné", a-t-il martelé, répétant que l'armée est déjà à l'os, avec des effectifs militaires passés de 241.000 à 203.000 personnes de 2008 à 2015.

"Il a tapé du poing sur la table, et pas seulement au sens figuré', relate un témoin. De mêmes sources, le chef d'état-major des armées, très applaudi à l'issue de sa présentation, a prôné un budget défense de 34,8 milliards d'euros dès 2018, soit une hausse de plus de 2 milliards, dans la droite ligne de ses préconisations des derniers mois.

La grosse colère du plus haut gradé français n’a rien d’étonnant. Pierre de Villiers avait fait de l’obtention de moyens suffisants pour les armées la condition de sa prolongation d’un an comme CEMA. Les 850 millions de coupes, auxquels s’ajoutent 40 millions d’annulations

Lire la suite de l'article